Poster un message

En réponse à :

Napoléon 2 (poème de Victor Hugo)

samedi 9 mars 2019

- Oui, l’aigle, un soir, planait aux voûtes éternelles,
- Lorsqu’un grand coup de vent lui cassa les deux ailes ;
- Sa chute fit dans l’air un foudroyant sillon ;
- Tous alors sur son nid fondirent pleins de joie ;
- Chacun selon ses dents se partagea la proie ;
- L’Angleterre prit l’aigle, et l’Autriche l’aiglon.



modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)