Force Tigre de la 101ème division américaine sur les hauts plateaux vietnamiens de Quang Ngai du 11 au 19 novembre 1967 : aussi atroce que les SS nazis

samedi 21 novembre 2020.
 

C’était six mois avant la fameuse tuerie de My Lai, au cours de laquelle 500 civils avaient trouvé la mort, et qui avait valu au lieutenant Calley d’être condamné à de la prison. My Lai a marqué un tournant dans une guerre devenue de plus en plus impopulaire aux Etats-Unis.

Or, écrivent Michael Sallah et Mitch Weiss dans The Blade, si les atrocités de My Lai ont été perpétrées en une seule journée et qu’elles ont été condamnées par la justice militaire, celles de la "Force Tigre" de la 101e division aéroportée, dans la même région de Quang Ngai, au centre du Vietnam, se sont poursuivies pendant sept mois. Elles ont été dissimulées par l’armée - qui refuse toujours de publier les pièces en sa possession, dont certaines ont même disparu - et elles n’ont jamais été jugées. Pourtant, l’entourage des présidents Nixon et Ford était tenu au courant de l’enquête.

Les deux journalistes s’interrogent : "Ces atrocités, portées à la connaissance de l’armée en 1967, posent une question cruciale : si l’armée avait réagi, n’aurait-on pas pu mettre en place des mesures qui auraient permis d’éviter le déchaînement de My Lai ?", en violation du règlement militaire américain et des conventions de Genève.

Ce qu’ils ont découvert est une suite d’atrocités dignes de films d’épouvante et dont on ne connaîtra jamais exactement le noir bilan : "Pendant sept mois, les soldats de la "Force Tigre" ont tué un grand nombre de civils désarmés sur les Hauts Plateaux - parfois après les avoir torturés et mutilés - dans une vague de violence jamais révélée au public américain. Ils ont jeté des grenades dans des abris où des femmes et des enfants se cachaient - les transformant en fosses communes - et abattu des civils qui parfois suppliaient qu’on les épargne. Ils ont fréquemment torturé et abattu des prisonniers, coupant leurs oreilles et les scalpant pour se faire des souvenirs (...). Ils ont perpétré la plus longue série d’atrocités au Vietnam tandis que leurs chefs regardaient ailleurs."

"Le droit de savoir"

L’obsession du jour était le body count, le chiffre des ennemis, ou prétendus tels, tués : "Pendant dix jours à partir du 11 novembre, les registres montrent que le peloton a affirmé avoir tué 49 Vietcongs, mais que 46 n’avaient aucune arme", rapporte The Blade. "Les relevés de la radio militaire montrent que l’objectif a été atteint : 327 tués au 19 novembre."

Le journal évoque le cas du soldat Sam Ybarra, "cité sept fois parmi les trente allégations de crimes de guerre contre la "Force Tigre", y compris le viol et le meurtre à coups de couteau d’une gamine de 13 ans et l’assassinat d’un garçon de 15. On l’a vu, encore et encore, coupant des oreilles d’ennemis et de villageois morts, et parfois les scalpant avec son couteau de chasse. Treize anciens du commando ont été frappés par une même image : Ybarra portant un collier d’oreilles humaines." Objectif : "Faire peur aux Vietnamiens" pour les forcer à accepter d’être regroupés dans des camps, hors de portée des maquisards du Vietcong.

Pire, son supérieur, le lieutenant Hawkins, accusé par ses hommes du meurtre d’un vieux paysan et d’avoir donné l’ordre d’exécuter civils et prisonniers, n’a jamais été poursuivi. "Les commandants étaient au courant de ces atrocités et les ont parfois encouragées. Ils ont même demandé à deux soldats qui avaient tenté d’y mettre fin de se tenir tranquilles avant de les transférer." "Nous ne comptions pas" les cadavres, a témoigné le soldat Ken Kerney, devenu pompier. "Je savais que ce n’était pas bien, mais c’était une pratique acceptable."

Oui, mais "des soldats étaient saouls de bière dès l’aube". "La situation était devenue incontrôlable", se souvient Rion Causey, infirmier devenu ingénieur nucléaire. "Je me demande comment certains peuvent dormir tranquilles trente ans après."

Directeur exécutif du Blade, Ron Royhab répond à ceux qui lui ont demandé : "Pourquoi avez-vous fait cela ?" "Notre raison, c’est que le public a le droit de savoir que des soldats américains ont commis des atrocités et que notre gouvernement le lui a caché. Nous serions complices d’une tentative pour étouffer l’affaire en ne publiant pas ce que nous savons sur ces crimes de guerre. Des méfaits d’une telle ampleur sont toujours significatifs. Il est important de savoir ce qui s’est passé et pourquoi, car c’est comme ça que fonctionne une démocratie." Oui, même si justice n’a pas encore été faite.

Par Patrice de Beer -


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message