Afrique du Sud : d’une colonisation mouvementée et sanglante à l’emprisonnement à vie de Mandela

dimanche 19 novembre 2017.
 

1) Une colonisation mouvementée : Portugais, Hollandais, Britanniques

La population de l’Afrique du sud s’avère particulièrement bigarrée ce qui s’explique par son histoire mouvementée. En effet, la conquête coloniale de ce territoire se déroule par étapes :

- Au XVème siècle, les populations noires indigènes (San et Khoi depuis le Ier millénaire av. JC, mais aussi des Bantous) sont confrontées aux navigateurs Portugais, à la recherche d’une nouvelle Route des Indes (depuis que la conquête de Constantinople par les Turc rend la Méditerranée orientale peu sûre). En 1488, Bartolomé Dias atteint le Cap de Bonne Espérance. A la Noëlle 1497, Vasco de Gama accoste sur les côtes orientales du pays qu’il baptise Natal (Noël en portugais). Aux navigateurs succèdent bientôt des colons.

- Les Hollandais supplantent bientôt les Portugais et fondent le Cap, en 1652, qui devient une escale pour la Compagnie des Indes orientales, à mi-chemin entre la Hollande et les comptoirs néerlandais de Java. Pour permettre le développement agricole du territoire, la compagnie maritime, de concert avec Jan Van Riebeeck gouverneur du Cap, favorise l’immigration de colons européens : Hollandais bien sûr, mais aussi des Allemands et des Huguenots français qui fuient les persécutions religieuses. Ce sont ces colons européens, majoritairement constitués d’agriculteurs néerlandais, que l’on appelle les "Boers" (« paysan » en néerlandais). Ces populations perdent rapidement contact avec leurs pays d’origine et se considèrent dès lors comme un peuple de l’Afrique à part entière revendiquant l’appellation d’Afrikaners. Le main d’oeuvre agricole incite bientôt la compagnie des Indes orientales à importer des esclaves depuis l’Angola, le Mozambique ou Madagascar. Le brassage de populations très diverses conduit à un important métissage entre Européens et Africains (leurs descendants sont appelés coloured people).

- A partir de la fin du XVIIIème siècle, les Britanniques s’intéressent de près à la région du Cap et recherchent à leur tour un poste de ravitaillement sur la route des Indes où ils sont implantés depuis peu. Dans un premier temps, les Boers considèrent les colons britanniques comme des alliés possibles dans leurs luttes contre les Xhosas (une population bantoue). Mais très vite, ils deviennent gênants puisque la Colonie du Cap passe sous souveraineté britannique, y entraînant du même coup l’abolition de l’esclavage en 1833. Or, les paysans boers utilisent une importante main d’oeuvre servile. L’emprise britannique sur le Cap est ainsi considérée comme une véritable remise en cause de la société boer, qui par réaction, se replie sur son identité afrikaners. L’hostilité grandit entre les Afrikaners et les Anglais.

Les Afrikaners décident de migrer vers l’intérieur du continent afin d’échapper à la tutelle britannique. Ainsi, en 1836, 5000 Afrikaners environ partent à la conquête de nouvelles terres. Ils fondent ainsi l’Etat libre d’Orange (entre les fleuves Orange et Vaal), puis le Transvaal (au nord du Vaal) et enfin le Natal à l’est de la chaîne du Drakensberg. Ils y maintiennent une société esclavagiste particulièrement conservatrice. Convaincus d’être un "peuple élu", ils se replient sur leurs nouvelles "terres promises".

2) Britanniques contre Afrikaners

Après des tentatives pour conquérir ces territoires, les Anglais finissent par reconnaître les Etats boers : le Transvaal en 1852, puis l’Etat libre d’Orange en 1854. A cette date, 4 établissements blancs existent en Afrique du Sud : la colonie du Cap et le Natal, qui relèvent de l’autorité anglaise, et les deux Républiques boers indépendantes. Toutes aspirent à s’étendre et ne tardent donc pas à rentrer en conflit avec les populations noires. La lutte pour la terre entraîne alors une série de guerres (guerres cafres) contre les Xhosas et les Zoulous. Mais bientôt l’antagonisme entre Boers et Britanniques l’emporte, en raison notamment de la découverte de richesses minières (diamants à Kimberley en 1867, or dans le Transvaal 20 ans plus tard) qui relance l’intérêt britannique pour la région et attise de nouveau les rivalités.

Les gisements d’or font de la République du Transvaal la partie la plus dynamique de l’Afrique du Sud. Le gouvernement anglais de Disraeli, partisan d’une politique coloniale active, le comprend très vite et annexe les deux Républiques Boers en 1877. Quelques années plus tard, ces derniers, emmmenés par Paul Kruger, se révoltent et déclenchent la première guerre des Boers, en 1881. Finalement, le gouvernement britannique Gladstone restaure l’indépendance du Transvaal par la Convention de Pretoria (avril 1881). Deux ans plus tard, la découverte de nouveaux gisements d’or au Grand Reef (dans le Transvaal) déclenchent une nouvelle ruée vers l’or qui assure l’essor et la prospérité de Johannesburg. Le coeur économique de l’Afrique du Sud s’est donc déplacé du Cap vers le Transvaal. Les Anglais redoutent désormais que les importantes exportations de la région ne leurs échappent (via le port de Louranço Marques au Mozambique).

Désormais, il existe un réel conflit d’intérêt entre Le Cap et le Transvaal. Le Britannique Cecil Rhodes, directeur de la compagnie Or et Diamants De Beers, devient alors l’artisan zélé d’un projet britannique qui vise à relier l’ensemble de ses colonies africaines allant du Cap jusqu’au Caire. Il finance ses entreprises d’expansion britannique en Afrique australe grâce aux fonds de la Compagnie Britannique d’Afrique du Sud (la BSAC) qu’il a fondée en 1889. En 1895, il tente de renverser le gouvernement du Transvaal. L’expédition vire au fiasco. Le gouverneur et haut-commissaire anglais en Afrique du Sud, Alfred Milner, prend son relais et tente de convaincre Kruger (élu pour la quatrième fois président du Transvaal en 1898) de collaborer avec lui. En vain. Londres utilise un prétexte (mauvais traitements infligés aux mineurs anglais dans le Transvaal) pour déclencher à nouveau les hostilités contre les Boers. La deuxième guerre des Boers dure de 1899 à 1902 et se solde par l’annexion des Républiques Boers par les Anglais.Si les Britanniques remportent facilement les batailles à la régulière, ils doivent affronter une longue guérilla très meurtrière. Les Afrikaners se replient sur leur identité culturelle qui repose en premier lieu sur la langue . Désormais l’afrikaans supplante chez eux le néerlandais.

3) L’Union sud-africaine : la politique d’apartheid

Finalement, l’indépendance de l’Union sud-africaine intervient en 1910 (membre du Commonwealth). Pretoria devient la capitale administrative et Le Cap la capitale législative. A la tête du Suid-Afrikaanse Partij, l’ex-général des Boers, Botha, devient le premier ministre. Les Afrikaners parviennent donc à s’imposer à la tête du nouvel Etat. Soucieux de récupérer les pouvoirs politique et économique, ils renforcent la ségrégation entre les peuples. Presque tous les Blancs adultes obtinrent le droit de vote à la différence des Sud-Africains noirs. La loi sur la propriété foncière de 1913 impose une répartition du sol particulièrement injuste. Les populations noires, largement majoritaires (70% de la population), se voient cantonnées dans des « réserves indigènes » qui ne forment que 7 % de la superficie du pays. Ailleurs, l’accès à la propriété foncière leur est interdit.

Progressivement, tout un arsenal juridique organise une stricte séparation des populations aboutissant à l’exclusion politique et économique :

- en 1923, les Africains n’ont accès aux villes qu’à condition d’y posséder un emploi.

- en 1926, l’accès aux emplois qualifiés dans l’industrie leur est interdit.

L’aboutissement de ce processus d’exclusion intervient avec l’arrivée au pouvoir en 1948 du Parti National de Daniel Malan. Ce mouvement ultranationaliste impose alors l’apartheid ("séparation" en afrikaans). Ce système politique, et juridique repose sur la stricte séparation des Blancs et des non-Blancs, assurant l’hégémonie d’une petite minorité blanche sur le reste de la population (piste audio n°1 ci-dessous).

Une des nombreuses plaques apposées sur les lieux publics en Afrique du sud au temps de l’Apartheid.

* Au cours des années 1950, une série de lois et ajustements juridiques permettent de contrôler la population :

- Le population registration act (loi d’enregistrement de la population) de 1950 aboutit à la classification, sur des bases raciales, de la population. Quatre groupes sont distingués : les Blancs, les Coloured People (métis), les indiens et les Noirs qui deviennent des étrangers à l’intérieur de leur propre pays.

- La prohibition of mixed mariages interdit les mariages inter-raciaux (1949) , tandis que l’immorality amendment act prohibe aussi les relations sexuelles.

- La reservation of separate amenities act (loi sur la séparation des équipements publics de 1953) aboutit à la ségrégation dans tous les lieux publics (transports, écoles, hôpitaux, cimetières...). On parle de Petty apartheid.

- Le Group aeras act conduit à une ségrégation spatiale implacable puisqu’il détermine, pour chaque groupe racial, une zone d’habitation. Pour les Noirs sont ainsi créés 10 homelands ("patries") ou bantoustans, régions rurales bien délimitées qui se transforment en "réserves" indigènes prétendument autonomes. Ces Etats n’ont aucune viabilité économique, leurs frontières contournent les mines et les terres arables, et ils n’ont aucune continuité territoriale. Bernard Droz (voir sources) rappelle que" les Bantoustans répondent à un triple objectif : freiner la mobilité géographique de la main d’oeuvre, et par là son insertion urbaine ; atténuer les tensions en permettant à une élite noire d’accéder à des responsabilités, entraver et diviser le nationalisme noir en ranimant la diversité ou les hostilités ethniques". Cette mesure (Grand Apartheid) réserve l’immense majorité du territoire (les meilleures terres) à la minorité blanche.

Il convient d’ajouter à ce dispositif législatif l’apartheid urbain, qui oblige les Noirs à vivre à l’écart des villes, dans des agglomérations de petites habitations, les townships, dont Soweto (acronyme de South West Townships), constitue l’archétype (piste 4). A 16 ans, tous les Noirs doivent posséder un pass qui détermine où ils peuvent vivre, travailler. La législation réglemente ou interdit en effet les déplacements intérieurs.

4) La répression sanglante de toute opposition

Sous couvert d’anticommunisme, les gouvernements successifs autorisent la répression de toute activité d’opposition. La loi sur le terrorisme (1967), terme à la définition particulièrement élastique dans la loi, légalise les mesures d’exception (état d’urgence, couvre-feu...) et conduit le pays dans une dérive totalitaire. De fait, la classification des individus selon des critères raciaux, l’emprise de l’Etat sur l’individu, jusque dans la sphère la plus intime ; les déplacements de personnes dans des territoires réservés ne manquent pas de faire songer à l’Allemagne nazie, même si évidemment la comparaison s’arrête là.

La politique d’Apartheid entraîne une contestation intérieure importante. C’est particulièrement vrai après la nomination de Hendrick Frensch Verwoerd comme premier ministre en 1958. Toute tentative de remise en cause du statu quo est combattue avec violence par le pouvoir blanc, qui maintient de fait les populations noires dans la misère et la marginalité. Ces injustices contribuent ainsi à gonfler les rangs de l’ANC.

L’African National Congress (créé en 1912) anime la lutte des Noirs depuis soixante ans et se renforce avec l’accession à sa tête d’une génération de jeunes gens déterminés au cours des années 1940, en particulier Oliver Tambo, Nelson Mandela, Walter Sisulu. L’ANC opte pour une confrontation directe, mais non violente, avec l’adversaire. En 1952, avec le South African Indian Congress (organisation populaire auprès des importantes populations indiennes du pays), l’ANC orchestre la Defiance Campaign against injust Laws. Ce mouvement de désobéissance civile fustige en particulier les Pass Laws, ces lois interdisant les déplacements des non-Blancs à l’intérieur du pays (ils ne peuvent ainsi quitter les terres appartenant aux Blancs, et sur lesquelles beaucoup travaillent, pour émigrer vers les villes). Le mouvement se prolonge en 1953, mais il est rudement réprimé.

En réaction, l’ANC organise en 1955, à Klipfontein près de Johannesburg, un "congrès du peuple", au cours duquel est adoptée la "Charte de la liberté", qui sert dès lors de plate-forme pour l’ANC. Cette charte repose sur quelques principes intangibles :

- égalité raciale,

- la démocratie,

- nationalisation des grandes entreprises,

- réformes agraires,

- instauration d’un salaire minimum...

L’influence grandissante de l’ANC inquiète bientôt les autorités qui durcissent la répression. Une série de procès intentés aux leaders du mouvement s’engage. Entre-temps, une scission se forme au sein de l’ANC. Un groupe dirigé par Robert Sobukwe s’inquiète de l’influence des "communistes" sur la politique du mouvement. Expulsé de l’ANC en 1958, il fonde le Pan-Africanist Congress (PAC), favorable au nationalisme africain.

En 1960, le gouvernement prépare un référendum sur la transformation du pays en République et sur la sortie du Commonwealth. L’ANC et le PAC, taisent alors leurs différences, pour organiser d’importantes manifestations pour obtenir des augmentations de salaires et la suppression des Pass Laws. Le 21 mars, alors que 300 000 Africains se dirigent vers le Parlement du Cap, la police ouvre le feu et abat 69 habitants de Sharpeville. Le mouvement de contestation prend une ampleur colossale. Les autorités décident alors d’interdire l’ANC et le PAC. Pour la première fois, la communauté internationale sort de son apathie et condamne le massacre de Sharpeville.

Les leaders de l’ANC, contraints à opérer dans la clandestinité, tirent les enseignements du drame et abandonnent la résistance passive pour la lutte armée. En 1962, la police arrête une partie de la direction clandestine de l’ANC, notamment Nelson Mandela, qui fait désormais figure de dirigeant de l’organisation. Le procès de Rivonia, en 1964, condamne Mandela et 7 autres co-accusés à perpétuité dans la prison de Robben Island, au large du Cap.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message