Poésie : tristesse, mélencolie, solitude, deuil

samedi 15 juin 2019.
 

A) Tristesse

A1) Il pleure dans mon cœur (Paul Verlaine)

Il pleure dans mon cœur

Comme il pleut sur la ville ;

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon coeur ?

O bruits doux de la pluie,

Par terre et sur les toits !

Pour un coeur qui s’ennuie

Oh ! le chant de la pluie !

Il pleure sans raison

Dans ce coeur qui s’écoeure.

Quoi ! nulle trahison ? ...

Ce deuil est sans raison.

C’est bien la pire peine

De ne savoir pourquoi

Sans amour et sans haine

Mon coeur a tant de peine !

(Romances sans paroles)

A2) La tristesse (Alphonse de Lamartine)

L’âme triste est pareille

Au doux ciel de la nuit,

Quand l’astre qui sommeille

De la voûte vermeille

A fait tomber le bruit ;

*

Plus pure et plus sonore

On y voit sur ses pas

Mille étoiles éclore

Qu’à l’éclatante aurore

On n’y soupçonnait pas !

*

Des îles de lumière

Plus brillante qu’ici

Et des mondes derrière,

Et des flots de poussière

Qui sont " mondes aussi "

*

On entend dans l’espace

Des choeurs mystérieux

Ou du ciel qui rend grâce,

Ou d’un ange qui passe

Ou de l’homme pieux

*

Et pures étincelles

De nos âmes en feu,

Les prières immortelles

Sur leur brûlantes ailes

Nous soulèvent un peu !

*

Tristesse qui m’ inonde

Coule donc de mes yeux

Comme une onde féconde :

Il faut que l’homme pleure

Il faut que l’homme meure.

(Harmonies poétiques et religieuses)

A3) Il n’y a pas d’amour heureux (Louis Aragon )

Rien n’est jamais acquis à l’homme, ni sa force

Ni sa faiblesse, ni son coeur. Et quand il croit

Ouvrir ses bras, son ombre est celle d’une croix

Et quand il croit serrer son bonheur, il le broie

Sa vie est un étrange et douloureux divorce

Il n’y a pas d’amour heureux

*

Sa vie, elle ressemble à ces soldats sans armes

Qu’on avait habillés pour un autre destin

A quoi peut leur servir de se lever matin

Eux qui ’on retrouve au soir désoeuvrés incertains

Dites ces mots " Ma vie " et retenez vos larmes

Il n’y a pas d’amour heureux

*

Mon bel amour, mon cher amour, ma déchirure

Je te porte dans moi comme un oiseau blessé

Et ceux-là sans savoir nous regardent passer

Répétant après moi les mots que j’ai tressés

Et qui, pour tes grands yeux, tout aussitôt moururent

Il n’y a pas d’amour heureux.

*

Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard

Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l’unisson

Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson

Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson

Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare

Il n’y a pas d’amour heureux

*

Il n’y a pas d’amour qui ne soit à douleur

Il n’y a pas d’amour dont on ne soit meurtri

Il n’y a pas d’amour dont on ne soit flétri

Et pas plus que de toi l’amour de la patrie

Il n’y a pas d’amour qui ne vive de pleurs

*

Il n’y a pas d’amour heureux

Mais c’est notre amour à tous deux

(La Diane française)

C) Solitude

C1) Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ! (Alphonse de Lamartine)

C2) Ton image en tous lieux peuple ma solitude

Ton image en tous lieux peuple ma solitude.

Quand c’est l’hiver, la ville et les labeurs d’esprit,

Elle s’accoude au bout de ma table d’étude,

Muette, et me sourit.

*

A la campagne, au temps où le blé mûr ondule,

Amis du soir qui tombe et des vastes couchants,

Elle et moi nous rentrons ensemble au crépuscule

Par les chemins des champs.

*

Elle écoute avec moi sous les pins maritimes

La vague qui s’écroule en traînant des graviers.

Parfois, sur la montagne, ivre du vent des cimes,

Elle dort à mes pieds.

*

Elle retient sa part des tourments et des joies

Dont mon âme inégale est pleine chaque jour ;

Où que j’aille, elle porte au-devant de mes voies

La lampe de l’amour.

*

Enfin, comme elle est femme et sait que le poète

Ne voudrait pas sans elle oublier de souffrir,

Lorsqu’elle me voit triste elle étend sur ma tête

Ses mains pour me guérir.

Charles Guérin (L’homme intérieur))

La Foi vient m’affermir quand la peine m’accable


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message