12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi, 19 ans, par la police italienne

mercredi 17 mai 2017.
 

Le 12 mai 1977, la police charge des milliers de manifestants qui participent à Rome à une manifestation non violente du Parti Radical pour recueillir les signatures sur les "huit referendums contre le régime" (abrogation du concordat, des tribunaux militaires, des délits d’opinion contenus dans le Code pénal, de certaines parties de la loi manicomiale, de la loi qui attribue à la police des pouvoirs spéciaux en matière d’arrestation, de perquisition et d’écoute téléphonique, de la loi qui attribue aux partis un financement public substantiel, de la "commission d’enquête" - le "tribunal" spécial, composé de parlementaires pour le jugement préliminaire des délits commis par les ministres).

JPEG - 11 ko

Une jeune femme, Giorgiana Masi, est frappée à mort par des tirs de pistolets et de nombreux autres manifestants sont blessés. Le Ministre de l’intérieur nie que la police ait jamais fait usage d’armes à feu. Le Parti radical, par contre, démontre , grâce à une vidéo où l’on voit un agent de police tirer à plusieurs reprises sur la foule et à des centaines de photos qui montrent des agents armés, déguisés en "autonomes", que le Ministre de l’intérieur, Francesco Cossiga avait menti..

En publiant un "Livre Blanc" qui recueille les témoignages de tous ceux qui avaient assisté aux brutales agressions de la police, le Parti radical démontre qu’il y avait eu une tentative de massacre et porte plainte. Le 15 janvier 1979, le magistrat du Ministère Public, Giorgio Santacroce, demande à ce que le procés pour le meurtre de Giorgiana Masi soit clos et classé "parce que ses auteurs sont restés inconnus".

JPEG - 5.5 ko

Dans les conclusions du "Livre Blanc", Marco Pannella critique durement le comportement de la magistrature qui a omis de développer une enquête sérieuse et, face aux preuves photographiques et aux témoignages qui démontraient l’agression préméditée de la part de la police contre les manifestants, s’est arrêtée devant la "raison d’état". (Livre Blanc du Parti radical sur le meurtre de Giorgiana Masi et sur les faits du 12 mai 1977 : "Chronique d’un massacre" - sous la direction du Centre d’initiative juridique Piero Calamandrei - avril 1979)

CHRONOLOGIE

Manifestation pour les huit referendums radicaux ; à Piazza Navona, le podium pour la manifestation est prêt (13 h ), peu de temps après, s’abat sur lui la furie des forces de l’ordre et à 13h 30, c’est la protestation au Parlement de Pannella ; à 13h40 la protestation de Balsamo et à 13h45, celle des trois syndicats confédéraux. A 13h55, Cossiga refuse de rencontrer une délégation de parlementaires PSI, DP et PR à propos de l’interdiction de la manifestation.

A 14h : Police et carabiniers intensifient le blocage des rues qui accèdent à Piazza Navona ; à 14h15, Cossiga affirme que Piazza Navona ne jouit d’aucune forme d’extra-territorialité qui empêcherait la présence des forces de l’ordre. Le blocage est total à 14h15.

A 15h : devant palazzo Madama (siège du Sénat), un premier passage à tabac a comme victimes un groupe de jeunes radicaux qui portaient une table pour le recueil des signatures ; parmi ceux qui sont frappés, le député Mimmo Pinto de LC. Puis, c’est la première charge, menée par une trentaine de carabiniers armés de fusils. Trois jeunes sont durement frappés, menotés, chargés sur un panier à salade et emmenés. Même des journalistes et des photographes sont durement repoussés et frappés : on impose à ces derniers de remettre les pellicules impressionnées.

A 15h30 : Pannella arrive devant Palazzo Madama, puis téléphone à Ingrao (président de la Chambre des Députés).

A 15h45 : un fonctionnaire de police approche un groupe de manifestants (Corso Vittorio), après un échange d’insultes, il ordonne le premier lancement de lacrymogènes. Les gens s’enfuient. Le reporter de "Il Messaggero" écrit : "Contre des jeunes qui se trouvent sous une arcade, avance un autre détachement de police, des slogans fusent avec le cri habituel de "imbéciles, imbéciles". La police répond avec sept-huit lacrymogènes tirés à hauteur d’homme. Les manifestants se replient mais ils reviendront et la scène se répètera. Jusque là, dans la zone des désordres on n’a vu ni pavés, ni molotov".

A 16h : pour la première fois, on remarque (piazza della Cancelleria) des hommes en civil armés de pistolets ou de pistolets mitrailleurs, apparemment en bon terme avec les policiers. Des lacrymogènes sont tirés par dizaines. Maintenant, la police charge de nouveau, violemment : une quinzaine de personnes, dont de nombreuses jeunes filles et une femme âgée sont emportées, tombent. Les agents encerclent les personnes tombées à terre et les frappent toutes, indifféremment, à coups de pied et de matraque. Ils frappent même une femme âgée. Des lacrymogènes sont tirés à hauteur d’homme, d’autres contre les fenêtres et leurs occupants : deux atteignent en plein deux fenêtres, via dei Baulari et vicolo dell’Aquila. Un lacrymogène tiré à hauteur d’homme a frappé (18h30) la vitrine d’un bar, au 248 Corso Vittorio. J’ai demandé au propriétaire : "Qui a tiré ?" "La police" m’a-t-on répondu. Au coin de via dei Baulari, il y a un jeune en train de marcher : de la dernière camionnette part un lacrymogène qui le frappe de plein fouet, dans le dos, et le projette à terre, assommé. Cinq agents descendent, s’acharnent à coups de pied sur le jeune et puis remontent dans la camionnette. Piazza della Cancelleria, la police lance une série de charges : c’est à cette occasion que l’on entend les premiers coups de feu (cf video sur le 12 mai). Un agent assène un coup de matraque sur la nuque du photographe Rino Barillari, de "Il Tempo". Barillari tombe, est emmené à l’hôpital : il guérira au bout de dix jours. Un autre photographe, Sandro Mannelli, de "Il Messaggero" est frappé à la nuque par une pierre ; prognostic : six jours.

16h20 : via Sant’Agostino, un détachement de carabiniers répond aux cris de "Imbéciles, imbéciles !" par un lancement de lacrymogènes à hauteur d’hommes. Un jeune est frappé et reste à terre.

16h30 : Largo Argentina est mêlé à la "guerilla" ; l’air est irrespirable à cause de la fumée des lacrymogènes : dix personnes à bord d’un bus de la ligne 87 sont pris de malaise : elles sont transportées à l’hôpital, on détecte une intoxication.

17h : les manifestants commencent à arriver viale Trastevere (chargés à Piazza Navona et à Campo dei Fiori).

17h-17h30 : dans la zone de Piazza Navona et aux environs, d’autres lancements de lacrymogènes et blocage des accés.

17h45 : Piazza della Cancelleria, "se trouvent des agents en civil qui tirent à hauteur d’homme". A quatre ou cinq, ils emmènent un garçon blessé à la main. Un jeune homme reçoit un lacrymogène en plein visage, sur l’œil gauche. Un autre est blessé à la jambe. Parmi les agents de police qui ouvrent le feu, on voit sur une photo Giovanni Santone, en service à la "squadra mobile" (CRS).

18h15 : les premiers "molotov" apparaissent (zone de Piazza Navona) : deux ou trois au maximum. Mais nombreux sont ceux qui hurlent : "Arrêtez ! vous êtes fous !". La situation devient de plus en plus tendue.

18h50 : divergences parmi les manifestants sur les méthodes à employer pour continuer la "manifestation", en réalité jamais commencée.

19h : la violence des affrontements semble diminuer. Puis, vers 19 heures, l’élève sous-officier des carabiniers Francesco Ruggieri, 25 ans, est blessé (au Pont Garibaldi, du côté de via Arenula) au poignet : la nature de la blessure n’est guère claire. Le photographe de "Panorama", Rudy Frei, est malmené par la police, qui le contraint à remettre le film impressionné.

19h10 : premières interventions au Parlement : Pannella (PR), Corvisieri (DP), Ligheri (DC), Pinto(DP), Costa, Giovanardi, Magnani Noya Maria. A cette occasion, Pinto dénonce l’agression subie et Pannella attaque violemment le gouvernement (absent).

19h45 : deux grosses motos de la police municipale arrivent sur le Lungo Tevere degli Anguillari, à l’angle de Piazza Belli. Sur les motos, trois vigiles en uniforme et un homme en civil, un vigile descend, empoigne son pistolet et tire à hauteur d’homme, en direction des manifestants de la Piazza Belli.

JPEG - 8.9 ko

19h55 : Soudain et précédée par un lancement dense de lacrymogènes, part une charge des carabiniers et des policiers placés sur via Arenula. Giorgiana Masi et Elena Ascione sont frappées presque en même temps : G. Masi (à ses côtés se trouvait son copain, Gianfranco Rapini) au centre de la Piazza Belli et E. Ascione tandis qu’elle fuyait vers Piazza Sonnino. Les témoignages concordent : les coups ont été tirés du Pont Garibaldi, au centre duquel se trouvaient, à ce moment-là, des carabiniers et des policiers appuyés à un ou deux blindés. Les victimes sont accompagnées à l’hôpital : Giorgiana y arrive déjà morte. Bilan final de la journée : parmi les manifestants une morte (Giorgiana Masi), dix blessés par balle et plusieurs dizaines par des corps contondants variés ; du côté des militaires, on a un carabinier (Francesco Ruggieri) blessé (on ne sait pas par quoi) au poignet. Les jours suivants, Raul Tavani est arrêté, puis condamné à deux ans et quatre mois pour détention de matériel explosif.

Le lendemain, dans le quartier où habitait Giorgiana Masi, à Monte Mario, la police donne l’assaut et tire des coups de feu à l’Institut technique "Fermi".

Au Pont Garibaldi, le sit-in féministe sera chargé encore par la police.

Roberto Ferrario

http://bellaciao.org/fr/

12 décembre 1969 Attentat de Milan. Quand la police et la justice initient et protègent les attentats assassins néofascistes

2 août 1980 La bombe de Bologne (placée par l’extrême droite et des Francs-maçons CIA), provoque un massacre dont l’Etat et tous les médias rendent responsables les Brigades rouges


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message