Automne 2010 Manifestations, grèves, blocages par secteur (163 articles)

dimanche 21 août 2016.
 

Les plus grandes manifestations en France depuis 40 ans L’automne 2010 bat tous les records

Eboueurs et autres personnels communaux

Aéroports

Etudiants

Ports

Routiers

Convoyeurs de fonds

Raffineries et dépôts de carburants

Lycéens

Cheminots

Grands magasins

Marseille

Pour les villes et autres secteurs, cliquer sur Page d’accueil puis recherche

163) Blocages routiers dans le Nord ce 10 novembre

Ce matin à partir de 4h15, une bonne centaine de militant-e-s de l’AG de Lille et des intersyndicales d’Arras et du Bassin minier ont bloqué les deux rond-points de la plateforme multimodale Delta 3 de Dourges.

Bonne ambiance au coin des feux, des camions bloqués, mais pas trop : les bretelles d’autoroute ont rapidement été fermées.

A 7h30, arrivée des flics en armure : on se replie dans la bonne humeur…

…pour mettre en route une opération escargot sur l’A1 en direction de Lille. Au bout de 3/4 d’heure à 10km/h le bouchon devait être pas mal puisque ça énervait beaucoup la police qui menaçait de mettre en garde à vue celles et ceux qui voulaient pas se ranger. Du coup on a accéléré un peu jusqu’aux carrefours du côté de Lesquin où une diff’ de tract a lieu en ce moment.

162) 8 novembre Blocage du train Montpellier Paris à Nîmes

A l’ appel de l’AG interpro de Nimes , un groupe d’une cinquantaine de personnes ( quelques lycéens , chomeurs , profs , cheminots et autres salariés ) , a bloqué la ligne Montpellier/Paris de la gare de St Césaire de 06h30 a 07h15 ce matin

161) Action de popularisation à Lyon

Ce matin 8 novembre un gros groupe de salariés CHT, CFDT, FO... avec une sono plus qu’imposante est restée devant le siége de Dal Kia faisant du même coup animation à l entrée du centre commercial de la part dieu....

160) Le siège de Ouest-France bloqué par des manifestants

Le siège du quotidien Ouest-France à Rennes a été bloqué pendant plus de deux heures par une centaine de manifestants extérieurs qui ont retardé la sortie des camions de livraison du journal.

Les camions, bloqués à partir de 23H00, ont finalement pu quitter les lieux, à Chantepie, dans la périphérie de Rennes, après une intervention de la police vers 1H30 du matin, a-t-on indiqué de même source.

159) Grosse manif et opération autoroute gratuite en Ariège le 6 novembre

4000 manifestant(e)s le 6 novembre 2010, dans les rues de Pamiers en Ariège (09), le constat était clair : la détermination est toujours présente. Après la manif une bonne cinquantaine de personnes, dont des membres du Collectif retraite 09, a pratiqué une opération péage d’autoroute gratuit tout en recueillant les encouragements et du soutien des automobilistes.

158) MEDEF muré à NIORT ce 5 novembre

En fin de matinée le 05 10 2010 , une centaine de personnes se sont retrouvées devant l’entrée du MEDEF. Symboliquement, la grille a été murée à l’ aide de parpaings et de ciment.........

158) Lycée Jean-Mermoz (Montpellier) bloqué ce matin vendredi 5 novembre 2010

Le plus gros lycée de Montpellier, Jean Mermoz, a été bloqué ce vendredi matin. Le mouvement continue dans les lycées de France)

157) Compte-rendu de l’action de blocage des caisses au Grand Palais menée aujourd’hui 4 novembre par les agents du ministère de la Culture

Aujourd’hui, jeudi 4 novembre 2010, a eu lieu une action intersyndicale au ministère de la Culture, à la fois pour dénoncer la contre-réforme du gouvernement qui attaque le système de retraites et pour protester contre les problèmes qui se posent au ministère de la Culture, en ce qui concerne la précarité, les suppressions de postes, l’attaque contre les missions du ministère, les privatisations rampantes (externalisations) et le blocage des salaires (ainsi que la suppression de la prime de fin d’année).

En particulier, il s’agissait de mettre en lumière la situation désastreuse des agents de l’INRAP (archéologie préventive), embauchés sur des contrats précaires de type Contrat D’Activité, qui peuvent être licenciés à tout moment, n’ont pas de date de fin de contrat et ont des problèmes pour toucher leurs salaires.

Pour cela, 80 agents du ministère de la Culture, dont des CDA de l’INRAP venus de différentes régions et des syndicalistes de la CFDT, de la CGT, de la FSU, de l’UNSA et de SUD Culture, ont bloqué les caisses de l’exposition Monet au Grand Palais de 12h à 16h30, permettant ainsi à des dizaines, voir centaines, de personnes de visités gratuitement cette exposition. Un bon exemple de l’accès de toutes et tous à la Culture, sans la barrière de l’argent.

Le fait de faire cette action au Grand Palais, établissement du ministère de la Culture dont les agents sont de droit privé, permettait aussi de dénoncer le processus de privatisation rampante de notre ministère et de réclamer au contraire le renforcement d’un véritable service public de la Culture.

Ce blocage et sa visibilité, entre autre dans les médias (voir ci-joint un article du site internet de Libération), a permis d’obtenir un rendez-vous avec le directeur de la Direction du Patrimoine du ministère de la Culture et des représentants du cabinet du ministre, sur ces sujets.

Mais avant de nous y rendre, puisque la direction du Grand Palais préférait faire entrer les visiteurs ayant acheté leurs billets à l’avance plutôt que ceux n’ayant pas de billets, les agents en lutte ont organisé une manifestation au sein de l’exposition, afin de faire entendre clairement notre colère.

Puis, nous nous sommes rendus en groupe au siège de l’administration centrale du ministère de la Culture, devant pour cela traverser le dispositif de sécurité mis en place pour la visite du président chinois, responsable dans son pays de la répression contre les grévistes, les militants syndicaux et de l’exploitation de millions de travailleurs. Nous étions donc en "bonne compagnie".

Au moment de notre arrivée devant les Bons-Enfants, siège de l’administration centrale, la direction de celle-ci a refusé l’entrée à notre groupe d’agents en lutte, ne voulant recevoir qu’une délégation. Nous avons alors dû bloquer la circulation dans la rue des Bons-Enfants, afin que tous les agents présents, dont ceux concernés encore plus directement comme les CDA de l’INRAP, puissent rentrer dans la salle de réunion.

Un compte-rendu de cette réunion sera fait ultérieurement.

Mais à travers cette action, les agents du ministère de la Culture ont montré qu’ils restent mobilisés et déterminé, à la fois à faire aboutir leurs revendications, mais aussi à participer à la lutte pour défendre les retraites.

Ce matin, des actions de blocage ont eu lieu sur plusieurs aéroports : Bordeaux, Nantes, Toulouse, Roissy, Orly, Clermont-Ferrand. Dans le même temps, des incinérateurs continuent à être bloqués par des piquets de grève en région parisienne.

La lutte est donc loin d’être finie

156) Blocage de l’aéroport de Clermont Ferrand ce 4 novembre

Depuis ce matin 6 heures, l’aéroport et la zone aéroportuaire de Clermont Ferrand sont totalement bloqués. Les avitailleurs en pétrole sont en grève à 100ù.

155) 4 novembre 2010 Les manifestants bloquent les accès à l’aéroport de Nantes

Depuis cinq heures ce matin, une centaine de manifestants bloquent le principal rond-point d’accès à l’aéroport de Nantes Atlantique.

De ce fait les services de l’équipement ont fermé la circulation dans les deux sens à partir de la bretelle du périphérique qui conduit à l’aéroport.

154) Blocage des accès à l’aéroport Toulouse-Blagnac

Les bloqueurs ont déboulé vers 5h00 ce matin et tout de suite bloqué les accès à Toulouse-Blgnac. Ils étaient 450 syndicalistes et militants, selon eux-mêmes, et 300 selon la police. L’opposition à la réforme des retraites perturbe aujourd’hui la circulation dans les airs et sur les voies de la rocade Arc-en-ciel.

L’aéroport lui-même a été épargné. Le trouble était semé par l’occupation de trois ronds points en amont par des salariés de la régie de transport toulousaine Tisséo, des douanes, de l’aviation civile et d’Air France, épaulés par des enseignants et des cheminots. Les troupes bloqueuses ont décroché quelque quatre heures plus tard, vers 9h00.

« On a décidé de bloquer l’aéroport pour atteindre les décideurs qui prennent les vols du matin », explique à l’Agence France Presse le secrétaire CGT d’Air France, Éric Genest. Pour prendre malgré tout leur avion, les plus courageux des passagers se sont rendus à l’aérogare à pied.

http://www.libetoulouse.fr

153) Chalons sur Saône : appel à la grève aujourd’hui 4 novembre où le MEDEF organise son Forum Economique de Bourgogne

152) Blocage du tunnel du Fréjus

Le péage de Saint-Michel de Maurienne a été bloqué dans la matinée par une centaine de manifestants venus de la région chambérienne et de Maurienne. Ce péage est un point de passage obligatoire pour les camions de transports qui doivent traverser la frontière avec l’Italie.

Un car de 50 personnes est partit de Chambéry ce matin à 8h. Celui-ci s’est retrouvé ralentit quelques minutes par un contrôle de gendarmes visiblement au courants du rassemblement. Le car à pu repartir quelques minutes plus tard, les gendarmes n’ayant trouvé aucun défaut pour justifier une immobilisation.

Arrivé au péage de Saint-Michel, les manifestants ont rejoint leurs camarades de Maurienne et se sont installés en travers des voies. On pouvait voir dans le cortège des drapeaux Cfdt, Cgt, Cgt cheminots, Cnt, Sud rail et Sud éducation. Un bouchon de gros transporteurs s’est rapidement formé dans les deux sens de circulation.

Après un peu moins d’une heure et quelques menaces d’arrestations par les gendarmes, le blocage devient une opération péage gratuit. De nombreux tracts sont distribués, et de l’argent est récolté auprès des routiers pour la caisse de solidarité du Collectif Unitaire Interpro et Citoyen.

Après une pause au bord de l’eau, le cortège rallie la gare de Saint-Michel, tout en poursuivant la diffusion de tracts et en ralentissant la circulation.

La mobilisation s’est faite dans la bonne humeur, sous l’œil constant des gendarmes photographes et des caméras de vidéo-surveillance.

http://www.chambeenlutte.lautre.net...

151) Recrudescence de blocages ce 4 novembre : exemple des aéroports de Roissy et Toulouse, dépôt pétrolier de Guéret et port de Brest

150) Blocage de France3 Vanves

Contre les menaces de sanctions envers un délégué syndical du SNJ-CGT, la direction régionale de France3 à Vanves vient d’être bloquée par plus de 200 manifestants...

149) 3 et 4 novembre Blocage de l’incinérateur de Saint Ouen en cours — besoin de monde au matin du 4

Depuis aujourd’hui mercredi 3 midi trente, les entrées de l’incinérateur de Saint Ouen sont bloquées. Cette initiative a été décidée par l’AG des communaux de Saint Ouen. Les salariés de l’incinérateur ne sont pas en grève mais certains sont présents sur le piquet et soutiennent l’action.

Aucun camion ne peut rentrer sur le site pour décharger, mais l’incinérateur tourne encore sur ses stocks de déchets, qui pourraient durer encore quelques jours. Comme à Ivry (toujours bloqué), si l’incinérateur s’arrête, il faudrait plusieurs jours pour le remettre en marche. Les communaux de Saint Ouen sont décidés à bloquer le site pendant au moins 8 jours. Ils appellent un maximum de monde à les rejoindre, de jour et surtout de nuit, et à ramener de quoi tenir le coup (bouffe, tente, couverture...). Besoin en particulier de monde tôt le matin pour tenir et relever.

Ils appellent à une AG ouverte demain à 10h30 devant l’incinérateur.

Pour y aller, descendre au Métro Mairie de Saint Ouen, prendre l’avenue Victor Hugo (on y croise un Leroy Merlin), puis la 2e à droite, rue Ardoin. L’incinérateur et sa grande cheminée se trouvent tout au bout de cette rue.

ou bien : rer C Saint-Ouen, à gauche en sortant, c’est la rue à gauche après Confo ; ou bus 173 Capitaine Garner, ou bus 139.

Sauf erreur, Issy-les-Moules reste seul incinérateur pour tout Paris et couronne…

148) Retraites : 200 personnes défilent avec des flambeaux à Alençon

Près de 200 personnes défilent actuellement dans le centre-ville d’Alençon, ce mercredi 3 novembre 2010, depuis la place Foch devant la mairie jusqu’à la préfecture.

Une action insolite : à l’appel de l’intersyndicale de l’Orne, les participants ont organisé une « retraite aux flambeaux contre la retraite en lambeaux », munis de torches et de lampions.

147) Caen le 3 novembre : Blocages routiers et répression policière

Des étudiants, des chômeurs et des salariés avaient rendez-vous à 3h30 au phénix de l’université afin de commencer un blocage dès 4h. Une soixantaine de personnes se sont donc retrouvées au petit matin. Les poubelles, pneus trouvés sur place ont permis de monter des barricades de fortune. A 5h40, un demi escadron de gendarmes mobiles renforcé par des unités de la BAC a fait son apparition. Après la sommation d’usage, les manifestants dont décidé de ne pas résister et de rejoindre leurs véhicules pour se rendre à un autre rendez-vous.

A l’appel de l’intersyndicale du Calvados, les opposants à la réforme des retraites s’étaient donnés rendez vous à 6h au centre routier de Mondeville/Cormelles pour un blocage symbolique.

Nous nous dirigeons ensuite vers la maison des syndicats où une petite assemblée générale se tient.

En aucun freinée par l’intervention policière, les personnes présentes décident collectivement de bloquer un autre lieu. Après plusieurs propositions, c’est le centre commercial Mondeville 2 qui est choisi. Les premières voitures arrivent vers 7h30 sur les lieux. Les deux rond-points d’accès sont bloqués avec de matériel de fortune. Mais rapidement, un des rond-points est délaissé faute de monde.

L’essentiel des manifestants se concentre sur le rond-point situé à l’entrée du parking, juste à côté du Mac Donald. Des poubelles et des palettes sont récupérées et servent de barricade. Quelques personnes se dirigent vers Norauto afin de récupérer des pneus. C’est à ce moment qu’intervient la première interpellation par la police. En solidarité, les manifestants se regroupent et se dirigent vers la personne interpellée. Les gendarmes mobiles interviennent alors et les manifestants commencent à reculer sur la bretelle de sortie du parking du centre commercial. Ils se retrouvent alors sur la RN13.

Les véhicules des forces de l’ordre commencent à les suivre. Les manifestants prennent ensuite la direction de la route de Paris et vu la menace de la police, ils se mettent à courir alors que la circulation routière n’est pas coupée. Plusieurs accidents ont failli avoir lieu à ce moment entre des voitures et des manifestants mais aussi entre des véhicules de gendarmes et des véhicules de tourisme. Les manifestants sont finalement rattrapés au rond-point de l’Etoile. Un des motards intime l’ordre aux personnes qui courraient en ces termes « arrêtez vous bande de connards ou je vous .... ».

Il y a alors trois groupes de manifestants : un premier arrêté juste après le rond-point, un autre dans le cul-de-sac qui mène au bowling de Mondeville et le dernier dans la contre-allée de la route de Paris. Suivant les groupes, les contrôles d’identité ne se sont pas déroulés de la même manière : certains ont eu droit à un plaquage et au sol puis à un menottage (retirée quelques minutes après).

D’autres ont eu droit à une palpation. Quelques coups de matraques ont été donnés pour faire asseoir les plus récalcitrants. Les informations données par les policiers n’ont pas toutes étaient les mêmes : des policiers ont indiqué que le contrôle d’identité faisait suite à une entrave à la liberté de circulation et que plusieurs manifestants avaient déjà été repérés sur d’autres piquets/blocages et que donc, la prochaine fois, la procédure serait enclenchée. A 8h45, le contrôle est terminé et les manifestants repartent vers Mondeville 2 afin de récupérer leurs véhicules.

La police est garée juste derrière le Mac Do (d’ailleurs un policier en profite pour aller chercher à manger) et les gendarmes sont stationnées non loin du rond-point qui n’a pas été bloqué. Le cortège de véhicules se rend ensuite vers l’université. Le dernier véhicule parti, un camion, passe par la ville puis par le port, suivi par un motard et une voiture de la police. Alors qu’il s’engage vers le Cargö, plusieurs motards arrivent ainsi que des voitures.

On l’oblige à s’arrêter et les policiers procèdent à un contrôle routier. Un procès-verbal est dressé pour un problème de feu stop manquant. Lors de l’AG improvisée dans l’amphi Tocqueville, les participants à l’action décide de faire un communiqué qui sera diffusé lors des prochaines actions et manifestations.

146) Blocage des bus Kéolis à Dax ce mercredi 3 novembre

De 5h30 à 8h30 ce jour les travailleurs en lutte chez Kéolis à Dax ont trouvé le soutien de plusieurs dizaines de militants (tes) qui ont empêché les bus de sortir du garage.

Ces travailleurs avaient déposé un préavis de grève 14 jours auparavant, s’étaient déclarés grévistes et incluaient dans leurs revendications le droit à la retraite à 60 ans.

Pour éviter une autre mésaventure dès que le blocage a été levé, les bus sont sortis et se sont planqués dans tous les coins de la ville de Dax !

145) Aujourd’hui, mercredi 3 novembre, la CGT et la FSU appellent à manifester devant le siège du MEDEF à Paris

La CGT et la FSU appellent à manifester, mercredi, devant le siège du Mouvement des entreprises de France (MEDEF) à Paris contre le projet de loi portant réforme des retraites adopté par le Parlement le 27 octobre.

Les deux syndicats appellent à se rassembler à partir de midi devant le siège de l’organisation patronale.

"Le gouvernement ne doit pas promulguer cette loi injuste", écrit la CGT dans une communiqué diffusé mardi.

L’organisation syndicale exige également du patronat "de sérieuses négociations (...) sur les salaires, l’emploi, les conditions de travail, les investissements à l’entreprise", et les retraites. AP

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...

144) 2 novembre : Blocage de l’entreprise Schvab dans les Hauts de Seine

Les salariés grévistes réunis en intersyndicale (CGT, SUD-Solidaires) revendiquent le blocage de l’entreprise Schvab à Gennevilliers (92) le 2 novembre 2010. Nous attaquerons de plus en plus fort pour que les revendications des travailleurs de cette entreprise soient satisfaites.

La casse des retraites comme la perte des emplois et les baisses de salaires c’est prendre à la population pour donner aux riches. Soyons solidaires et reprenons ce que les capitalistes nous volent.

TOUS ENSEMBLE POUR LA JUSTICE SOCIALE, LES EMPLOIS, LES SALAIRES ET LES RETRAITES !

143) A Amiens, la grève des salariés de la CFT continue

142) 2 novembre à Nantes

Mardi 2 novembre de 17 à 19 h, opération parking gratuit à Graslin, rendez-vous 16h45 place Graslin. Organisé par l’UD CGT

Dans les jours à venir sont également prévus :

* mercredi 3 nov à 6h30, blocage ***, St Etienne de Montluc.

* jeudi 4 nov à 5h, blocage Aéroport de Nantes ( opération nationale de blocage des aeroports en France)

* vendredi 5 nov à 9h, blocage ***, Sautron

* samedi 6 nov à 15h devant le CHU manifestation nationale et interpro.

Les rendez-vous posés par l’interpro :

* mardi 2, 12h : AG Interpro, place Bretagne, Nantes

* mardi 2, 18h : action (sûre) de type blocage économique + discussion salariés, Rendez-vous piéton (prévoir titre de transport) devant le château, côté arrêt de tramway Duchesse-Anne, ligne 1. Fin d’action maximum vers 21h30

* mercredi 3, 18h : Préparation de l’AG de jeudi, en intérieur, au lieu collectif autogéré B17 (17 rue Paul Bellamy)

* jeudi 4, 18h : AG de rentrée inter-tous (étudiants, lycéens, précaires, salariés, etc) – à la faculté de lettres et sciences humaines (Censive du Tertre), près du Petit-Port, Nantes. L’accès à l’amphi sera fléché à partir de l’arrêt tramway Facultés, ligne 2

141) 2 novembre : Blocage du dépôt de carburant depuis 4H du mat à Longvic DIJON

140) 1er novembre : Blocage d’un hypermarché près du Havre

Lundi matin, 150 personnes ont bloqué l’accès d’un hypermarché. Une nouvelle action contre la réforme des retraites.

Les clients de la zone commerciale de Montivilliers près du Havre ont dû rebrousser chemin entre 8 et 11 heures lundi matin. Des salariés, enseignants et des élus locaux manifestaient ainsi leur opposition à la réforme des retraites.

« C’est là que les salariés sont les plus précaires au niveau salaires et horaires. » Un représentant de la CGT d’Harfleur explique ainsi cette action. Rappelons que le magasin concerné ouvrait spécialement en ce lundi férié.

Sur une rangée de chariots des pancartes ont été posées : « Retraites : tous ensemble pour le retrait du projet ».

Les automobilistes sont parfois agacés. Depuis plus de 10 jours, les blocages et les embouteillages étaient quotidiens dans l’agglomération havraise. « Faut arrêter à un certain moment » dit l’un d’eux. Un autre, compréhensif déclare « C’est pas grave, on va pas faire de courses ».

Le maire socialiste de Montivilliers, Daniel Petit a tenu à venir avec d’autres élus ceints de leur écharpe tricolore. « C’est un moyen de montrer que même si la loi est passée, il n’y a pas encore de décret d’application. Les gens ne sont pas d’accord. Il y a sûrement quelque chose à faire. »

Leur presse (France 3 Haute-Normandie), 1er novembre.

139) Appel de la Coordination interpro Paris du 30 octobre

Nous, salarié (e)s de l’Education nationale, de La Poste, du Rail, les territoriaux, lycéens, étudiants, du 92 et du 93 réunis en coordination à Paris le 30 octobre 2010, sommes toujours convaincus de la possibilité aujourd’hui d’infliger une défaite au gouvernement sur la réforme des retraites. Défaite qui peut faire avancer nos revendications sur l’emploi, les salaires et les minima sociaux.

Nous pensons que la convergence de tous les salariés, chômeurs, précaires dans la lutte est une condition indispensable pour gagner. Ce qui permettra d’élargir le mouvement et de bloquer l’économie. En ce sens, nous soutenons les piquets de grève et les opérations de blocage et nous appelons tout particulièrement à la solidarité contre la répression qui touche les jeunes et les salariés mobilisés. Au contraire de certains dirigeants syndicaux, nous ne voulons ni « passer à autre chose », ni « changer de mode d’action ». Nous restons fermes sur l’objectif de la grève générale jusqu’au retrait de la loi.

Nous appelons tous les secteurs mobilisés à faire grève et à manifester aux côtés des jeunes le 4/11 et le 9/11

Nous appelons à la participation massive à la manifestation nationale du 6/11

138) 30 octobre Gros blocage routier en Alsace

Où ? sur l’A4 en direction de Strasbourg sortie "Espace Européen de l’Entreprise".

Les manifestant-es, ce sont des profs en lutte, des étudiant-es et des cheminot-es qui travaillent au dépôt voisin. Ils sont venus ici parce que c’est là qu’est le MEDEF, dans cette zone industrielle devant l’immeuble de la chambre des métiers d’Alsace. Ils protestent, comme des millions de travailleurs qui ne veulent pas baisser les bras, contre les réformes Sarkozy/Woerth sur les retraites.

8 heures, un bouchon commence a se former, des ralentissements perturbent le train-train quotidien des usagers de l’autoroute. Les militant-es qui organisent un barrage filtrant discutent avec les automobilistes bloqué-es. Les conducteurs de bus, les employées de bureau en clio, les chauffeurs livreurs et les camionnettes des artisans baissent leurs vitres et prennent les tracts, discutent. Dix minutes de perdues, pour eux, ce n’est pas la mort...en tout cas moins grave que deux ans de leurs vies de salarié-es gâchées et le risque de voir leurs économies placées dans des fonds de pension s’envoler en fumée .

En passant le barrage filtrant certain klaxonnent pour montrer qu’ils sont solidaires. Un abruti crie du haut de sa grosse voiture "Elle est pas finie, alors, cette grève."

Et si la lutte commençait au contraire.

137) Rouen le 29 octobre : Tension au dépôt de carburant

A 5 heures du matin, un groupe de 300 personnes s’est dirigé vers le dépôt de carburant de Grand-Quevilly. Une centaine de CRS étaient pré-positionné. Ils ont empêché les manifestants d’approcher du dépôt en utilisant des gaz lacrymogènes. Il n’ y a pas de blessé.

Vidéo :

http://normandie.france3.fr/info/ha...

136) Bouches du Rhône le 29 octobre

Aix en Provence : Quelque 300 salariés bloquaient vendredi matin les accès à une plate-forme logistique située dans la zone industrielle des Milles près d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) à l’appel de la CGT, pour protester contre la réforme des retraites, a-t-on appris de source syndicale. "Nous bloquons les deux accès au site afin d’empêcher les camions de livrer les grandes surfaces, nous savons que le vendredi est une grosse journée pour elles", a expliqué à l’AFP le responsable de l’union départementale de la CGT-commerces des Bouches-du-Rhône, Patrice Ehrhart. La plate-forme Easydis dessert notamment les magasins du groupe Casino. "La loi (sur la réforme des retraites, ndlr) est votée mais par cette action nous voulons montrer que nous ne lâchons pas", a ajouté M. Ehrhart. "Le patronat ne mettra les sous ni dans les retraites ni dans les salaires, nous demandons la possibilité de renégocier". Cette action intervient au lendemain d’une journée nationale de manifestations et de grèves à l’appel des syndicats opposés à la réforme des retraites, votée mercredi.

Après avoir levé leur action dans la zone industrielle des Milles près d’Aix-en-Provence, vers 08h30, une partie des manifestants a pris la direction de Miramas, à une cinquantaine de kilomètres, où la plateforme Clesud était bloquée à l’appel des unions locales CGT du pourtour de l’étang de Berre.

135) Hauts de Seine le 29 octobre

Les salariés grévistes réunis en assemblée générale interprofessionnelle et intersyndicale (CGT, SUD) revendiquent le blocage de la permanence du député UMP de la circonscription d’Asnières au nom de la lutte contre la réforme injuste des retraites.

On peut aussi signaler qu’à Gennevilliers ColiPoste a été bloqué pendant 3 heures le 27 octobre et que la mairie a été bloquée pendant 2 heures le 28 octobre par l’Interprofessionnel du 92.

134) Caen le 29 octobre

Réveil bien matinal pour les opposants à la loi sur la réforme des retraites... Tentative de blocage du dépôt pétrolier de Caen, ce matin, vers 4h, par une centaine de manifestants.... un site protégé par quelques 80 CRS.... impossible à prendre ! Les manifestants se sont repliés sur l’un des ronds-points d’accès à la presqu’île et retiennent 3 camions citernes venus se réapprovisionner.... Pas de heurts jusqu’à présent.....

La circulation est normalement rétablie sur le pont Stirn à Caen qui avait été bloqué tôt ce matin par une centaine de manifestants. Vers 12 h 30, les « bloqueurs » ont quitté les lieux en libérant les deux extrémités du pont après les sommations d’usage des forces de l’ordre. Un camion-citerne dont certains câbles avaient été sectionnés a été conduit jusqu’aux dépôts pétroliers tout proches. La circulation a pu être rétablie sur une voie vers 13 h. Les pneus des deux autres camions, dont la valve avait été arrachée, ont ensuite été réparés sur place. La circulation a pu reprendre normalement vers 16 h.

133) Ivry-sur-Seine le 29 octobre

Les opposants à la réforme de la retraite qui bloquent depuis le 21 octobre le centre de traitement de déchets d’Ivry-sur-Seine, le plus important de France, ont reconduit leur mouvement jusqu’à mardi, a-t-on appris aujourd’hui auprès de l’organisme qui gère le lieu. "Le blocage de l’accès est poursuivi jusqu’à mardi", a indiqué un porte-parole du Syctom, syndicat intercommunal de traitement des déchets qui regroupe 84 communes d’Ile-de-France. "Les déchets continuent d’être détournés vers d’autres centres d’incinération" ou des lieux d’enfouissement dans le sol, a poursuivi cette porte-parole, ajoutant que cette solution n’était "pas idéale" notamment en termes environnementaux. Depuis le début du mouvement, 11.700 tonnes de déchets ménagers ont été détournés du centre d’Ivry, selon cette porte-parole. Lundi, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, avait reçu une délégation d’agents de la ville en charge du nettoiement, qui participent au blocage, selon un communiqué de la mairie.

132) Marseille le 29 octobre

Une centaine de postiers ont distribué des tracts boulevard de Dunkerque dans le secteur Joliette/Arenc. Les manifestants bloquent aussi le point courrier d’Euromed aux Docks. Il s’agit en fait des facteurs du 1er et du 2e arrondissements qui sont en grève depuis le 12 octobre. Leurs revendications : la stabilité des emplois dans leur secteur et le renouvellement d’une jeune CDD qui travaillait depuis 7 mois dans le centre du 2e arrondissement, la non promulgation de la réforme des retraites.

131) 29 octobre : Blocages dans le Gers

La base Intermarché de Lectoure a été bloquée durant une bonne partie de la nuit du 28 au 29 octobre. Des covoiturages au départ de la gare routière ont été prévus pour y participer à 18 h 30-19heures, 21heures et 23 heures.

Le blocage des centres économiques se poursuivra lundi 1er novembre à l’usine Prolainat de Blanquefort. Rendez-vous des syndicalistes, à 10 heures, à la gare routière d’Auch.

130) Saint Etienne le 29 octobre

Vendredi 29 octobre, de 4h00 à 10h00, les camions de livraison approvisionnant l’hypermarché Auchan Villars ont été bloqués par des manifestant-e-s dans le cadre de la lutte pour le retrait de la contre-réforme des retraites. Cette initiative, organisée par la coordination inter-secteurs de Saint-Étienne, a rassemblé jusqu’à 70 personnes de secteurs professionnels différents, non syndiqué-e-s et syndiqué-e-s de diverses organisations, étudiant-e-s, chômeurs, etc. Elle s’est déroulée dans la bonne humeur et sans aucun incident.

129) Cambrai le 29 octobre

Depuis 8h30, quelque 200 manifestants déambulent dans Cambrai. Ils ont d’abord bloqué le rond-point de l’autoroute à Fontaine-notre-Dame, avant de se diriger vers celui d’Actipôle, à Neuville-Saint-Rémy. Ils viennent de prendre la direction de Caudry.

128) Clermont Ferrant à Brioude le 29 octobre

Des employés du Syndicat intercommunal de collecte des ordures ménagères (Sictom) de Haute-Loire ont perturbé ce matin la circulation sur l’A75 près de Clermont-Ferrand, lors d’une opération escargot dans le cadre de la mobilisation pour les retraites, selon la CGT. Seize camions du Sictom ont emprunté dans la matinée l’autoroute à Issoire, au sud de Clermont-Ferrand, utilisant les deux voies en roulant à 40km/h, a indiqué Jean-Luc Morin, délégué syndical CGT au Sictom. Ils devaient rejoindre Brioude, en Haute-Loire. La circulation a été ralentie sur cette portion de l’autoroute qui relie Clermont-Ferrand à Montpellier, entraînant un bouchon de 4 km, selon la gendarmerie. "Nous voulons protester contre la réforme (des retraites) et montrer notre solidarité avec nos collègues de Marseille surchargés de travail après deux semaines de grève", a expliqué M. Morin.

127) Limoges le 29 octobre

Ce vendredi midi, une dizaine de membres du comité de lutte constitué par les étudiants de la fac de lettres a déployé, du haut des remparts du jardin de l’Évéché, une banderole plastifiée de 10 mètres de haut et de large sur laquelle on pouvait lire : « Étudiant-e-s, lycéen-ne-s, travailleurs -euses-, tous-tes en lutte ». Emportés sans doute par leur enthousiasme, les membres du collectif avaient toutefois vu un peu grand, si bien qu’ils ont dû tendre la banderole pour qu’elle soit lisible, en essayant de ne pas dégrader les massifs de leurs situés au pied des remparts. Une initiative qui n’a pas manqué d’interpeller les badauds et les automobilistes, nombreux à ce point névralgique de la circulation. Initialement prévue pour être déployée deux heures, la banderole est finalement restée en place une bonne partie de l’après-midi.

Une petite trentaine de manifestants sans appartenance syndicale définie bloquent actuellement les grilles du centre d’Exploitation du clos Moreau (bus), empêchant ainsi toute sortie de véhicules. Ce mouvement n’étant pas encadré, la STCL informe que, pour l’instant, il n’est pas possible de définir un horaire de mise en service du réseau.

126) Sedan le 29 octobre

Une quarantaine de manifestants (essentiellement des communaux), ont mené, ce matin à Sedan, ce qui ressemblait à une dernière action, en montant sur les remparts du château fort pour y installer une longue banderole sur laquelle on pouvait lire : « Réforme des retraites, si vous ne lâchez pas Sarko-Fillon, le peuple n’oubliera pas. Aujourd’hui prise du château, demain l’Élysée. Warsmann et Poletti ont voté cette loi ». Après quelques coups de gueule dans un mégaphone, les manifestants se sont dispersés en fin de matinée sans le moindre incident.

125) Saint-Malo le 29 octobre

Ce soir, la présentation des skippers de la Route du Rhum-La Banque Postale se déroule depuis 19 h au pied de l’hôtel de ville de Saint-Malo, devant une foule énorme massée autour d’une scène et d’un écran géant. Comme ils l’avaient annoncé, les syndicats se sont invités à cette cérémonie. Une centaine de manifestants contre la réforme des retraites, cantonnés par la police derrière la scène, scandent des slogans et s’époumonent en soufflant dans des sifflets et des trompettes.

124) Montauban le 29 octobre : blocage de la zone commerciale

On vous donne à tous rendez-vous le 29 octobre à 17 heures sur le parking de Géant Casino pour bloquer toute la zone commerciale Albasud.

123) 29 octobre Quimper

Une trentaine de manifestants ont bloqué l’agence Véolia, route du Loc’h, près de Gourvilly, à Quimper (Finistère), entre 8 h et 10 h 30, ce vendredi. Un feu de palettes a été allumé devant l’entrée. Ces membres du syndicat Solidaires, du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), de la CNT (les anarchistes de la Confédération du travail), sans oublier quelques citoyens engagés mais non encartés, s’opposent à la réforme gouvernementale des retraites. « Nous avons bloqué Véolia pour le symbole économique », explique Patrice Campion, de Sud PTT. Chez Véolia, les employés ont pris leur mal en patience. « C’est empêcher les clients de venir nous voir, mais aussi les équipes de partir travailler sur les chantiers de Quimper, regrette Marc Le Bodo, responsable de l’agence. Nos missions ont été interrompues pendant deux heures, en sachant que j’avais l’accord des manifestants pour nous laisser passer en cas d’urgence. " D’autres « opérations coups de poings » sont prévues la semaine prochaine.

122) 2 millions de manifestants

28 octobre : Journée de mobilisation réussie avec 2 millions de manifestants (Nombre de manifestants par ville. Communiqués CGT, SUD, FO, CFDT, FSU)

121) Apéro festif contre le massacre des retraites à Saint Gaudens (Haute Garonne)

Ce 28 octobre à 17 heures, à la salle Belvédère avec le groupe Via El Mondo puis Punk’Aastik.

120) Roubaix le 28 octobre : Blocage, rencontre et manifestation

Hier, les syndicalistes cégétistes de la section locale de Roubaix se sont mobilisés dès 4 h 30. ...

Direction le dépôt de Transpole à Wattrelos où une trentaine d’entre eux ont bloqué l’entrée. « Une trentaine de chauffeurs de Transpole nous ont rejoints », précise Bruno Morel, secrétaire syndical de la métallurgie. Cette action, menée pendant quatre heures, était la première, mais pas la dernière de cette journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites.

En fin de matinée, « on est allé à la mairie de Hem pour rencontrer le député Vercamer, poursuit le syndicaliste et lui demander pourquoi il avait voté la réforme sur les retraites. Il nous a répondu qu’il n’y avait pas d’autre solution. » Ce que contestent les cégétistes qui ont déploré que le gouvernement n’ait pas pris le temps d’écouter leurs revendications.

Enfin, vers 13 h 30, ils étaient une vingtaine rassemblés devant la Bourse du travail avant d’aller rejoindre la manifestation régionale à Lille. Même s’ils ne se faisaient guère d’illusion sur la mobilisation d’hier, « c’est la septième journée d’action et on est en période de vacances », les syndicalistes de la CGT n’avaient pas l’intention de rester passifs : « Une loi même votée ne doit pas être promulguée. »

D’autant qu’au cours de ces dernières semaines, les délégués syndicaux ont constaté qu’il y « a un ras-le-bol général des salariés. On sait ce qui se passe dans les entreprises », déclare Bruno Morel. La mobilisation contre la réforme des retraites a été, selon lui, un élément « déclencheur ». Lui et ses collègues cégétistes attestent d’« une émergence de conflits à venir, d’une contestation sous-jacente concernant les salaires et les conditions de travail et quand elle va s’exprimer ça va faire mal ! ».

Pas question, donc, de laisser se perdre cet élan revendicatif et cette mobilisation qui a été massive. Clin d’oeil à leur propos, c’est au son de la chanson de HK et les Saltimbanks On lâche rien que les cégétistes sont partis rejoindre les manifestants à Lille.

http://www.lavoixdunord.fr

119) Coupure de courant au ministère de l’economie (Bercy)

Une coupure de courant s’est produit ce matin entre 7 heures 15 et 8 heures 15 à Bercy, aux ministères de l’Economie et du Budget.

Selon les premières constatations d’une enquête interne, il s’agirait d’un acte de malveillance réalisé par « des gens chevronnés », « et ce, le jour même où il y a un mot d’ordre de grève contre la réforme des retraites ».

Bercy a annoncé qu’il allait porter plainte.

http://www.leparisien.fr/economie/r...

119) L’Intersyndicale des personnels communaux d’animation appelée à la grève aujourd’hui 28 octobre par l’Intersyndicale

L’Intersyndicale (UNSA, CGT, FO) appelle à la grève les 3000 agents des personnels municipaux de l’animation : vacataires, contractuels et titulaires.

118) Retraites : la CGT-Energie annonce une baisse de production de 6.250 MW

La CGT-Energie a annoncé jeudi matin que des salariés grévistes d’EDF avaient entamé dès mercredi soir des baisses de production de l’ordre de 6250 megawatt (MW).

Concernant le gaz, « les deux terminaux méthaniers de Fos sont toujours indisponibles », a ajouté le syndicat. « Nul doute, que sous les formes qu’ils décideront, les salariés continueront à se mobiliser contre le projet de loi sur les retraites.

Sur beaucoup de sites, la poursuite est déjà organisée », affirme la CGT-Energie.

117) Blocages routiers dans la Somme

ROYE (80) Depuis 5 heures ce matin, 70 manifestants issus de l’intersyndicale (secteurs public et privés) bloquent le rond point à l’intersection de la RD 934 et la N1017, sur l’axe permettant de rejoindre Péronne en venant de Montdidier.

Des pneus et des palettes ont été enflammés aux entrées du croisement, empêchant tous les véhicules de passer. La 1ere adjointe au maire de Roye, Sandrine Deschamps-Dercheu (PS), s’est rendue sur place pour les soutenir.

Les manifestants devraient poursuivre leur action toute la journée et envisageraient même de bloquer le rond point tout le week-end.

PERONNE (80) Les manifestants bloquent deux ronds-points

Effervescence très inhabituelle depuis 7 heures à Péronne : des manifestants bloquent deux ronds-points aux entrées de la ville, l’un vers Roye, l’autre vers Albert.

Ils sont une quinzaine à chaque piquet de grève, brûlant des palettes, arrêtant les véhicules et distribuant des tracts. Un spectacle rarissime dans la sous-préfecture du Santerre, où jusqu’ici seuls les lycéens avaient montré leur opposition à la loi sur la réforme des retraites.

La plupart des conducteurs se montrent très compréhensifs, klaxonnant leur soutien. Rares sont ceux qui ont doublé les files et protesté.

Les manifestants se rendront à 11 heures avenue Boulanger, à la permanence du député Stéphane Demilly. Ils y organiseront un barbecue avant de prendre la route pour Amiens, où ils participeront à la manifestation prévue en début d’après-midi.

Source : http://www.courrier-picard.fr

116) 28 octobre Blocages routiers dans le Pas de Calais

Des actions sporadiques de blocages routiers sont en cours, ce jeudi 28 octobre, en plusieurs points du Pas-de-Calais.

A Tilloy-les-Mofflaines, la préfecture annonce que quarante manifestants boquent un rond point sur l’axe Arras vers Cambrai. Le barrage est filtrant : seules les voitures individuelles passent, les camions sont bloqués.

A Aire-sur-la-Lys, un autre rond point est bloqué, sur l’axe Saint-Omer vers Lillers. Là encore, il s’agit d’un barrage filtrant.

A Devres, un barrage a également été mis en place par des manifestants sur l’axe reliant Boulogne-sur-mer à Thérouane.

A Doullens, les manifestants occupent le rond-point d’Arras, alors que devant Intermarché, à Friville-Escarbotin, ils distribuent des tracts, provoquant des ralentissements.

http://www.nordeclair.fr/Actualite/...

112) Blocage du dépôt de bus à Lille ce 28 octobre

111) Caen : La zone d’activités de Carpiquet bloquée le 28 octobre

Des palettes brûlent aux quatre routes desservies par le rond-point. En grève, une trentaine de pompiers s’occupent d’alimenter le feu. Mardi soir, à partir de 22 h, environ 200 manifestants, militants syndicaux, ont bloqué une partie de la zone d’activités de Carpiquet : deux barrages ont arrêté les camions, ainsi que les voitures. CGT, Force ouvrière, CFDT, CFTC, Solidaires, FSU... L’ensemble des organisations a participé à cette nouvelle action. Des étudiants les rejoignent à l’aube, hier matin.

« Nous, on est des militants de base. On est déterminés, on y croit toujours. On croit au recours constitutionnel notamment contre cette réforme des retraites qu’on trouve injuste depuis le début », explique Dominique Mahoic (CGT), salarié chez Veolia Propreté. « Et puis les sondages sont toujours pour nous », rebondit Gérard Baloche, conducteur routier et membre de l’union départementale CGT.

« Le gouvernement veut faire croire qu’il s’agit d’une minorité de casseurs qui bloque le pays. C’est faux, dénonce Sophie, une infirmière. Ce sont des citoyens, des gens qui vivent dans ce pays. Qui ont envie que des choses plus solidaires s’y mettent en place. »

Environ 800 camions transitent chaque jour par cette zone d’activités. Plusieurs transporteurs y sont installés, ainsi que la plate-forme logistique LCM (groupe Carrefour). Cette dernière alimente les magasins de l’enseigne, hormis les hypermarchés.

Au petit matin, les salariés des entreprises de la zone d’activité ont dû se garer en amont des barrages, pour se rendre sur leur lieu de travail. « C’est un peu tristounet. La loi a été votée, maintenant. C’est la démocratie. Ensuite, on verra. Aux élections », estime un commercial qui va à un rendez-vous. « Ce sont les retraites, mais pas que ça : un ras-le-bol de la société en général et un pouvoir qui n’écoute pas », pense Eric, également commercial.

110) Rennes : Le centre routier de Chantepie bloqué, hier

Une opération coup-de-poing, décidée en intersyndicale, selon un porte-parole du syndicat CGT, a eu pour conséquence de bloquer, à partir de 5 h, hier matin, les deux accès du centre routier en zone industrielle de Rennes-Chantepie. Les bloqueurs ont laissé passer quatre camions, des étrangers, mais retenu plusieurs heures, une vingtaine de poids lourds. Explication de ce mouvement : « C’est vraiment pour faire mal à l’économie du Medef, du patronat et les forcer à revenir à la table des négociations pour parler de cette réforme des retraites que nous jugeons injuste. »

109) Appels à la grève (exemple de quelques branches)

Transports

- SNCF : trafic perturbé au 17e jour d’un mouvement reconductible. L’entreprise prévoit d’assurer 6 liaisons TER ou Transilien sur 10 en moyenne, moins de 8 TGV sur 10 Paris-province, six sur 10 sur les axes province-province, et 1 Corail sur 2.

- TRANSPORTS URBAINS : préavis de grève dans 29 réseaux urbains.

- AÉROPORTS : la DGAC a demandé aux compagnies de réduire leurs programmes de vols de 50 % sur Orly et de 30 % dans les autres aéroports. Plusieurs syndicats d’Air France ont appelé à des arrêts allant d’une heure à 24 heures. La direction prévoit d’assurer 100 % des long-courriers, 85 % des vols court et moyen-courriers à Charles-de-Gaulle, et 50 % des court et moyen-courriers à Orly.

- PORTS : La CGT des ports et docks appelle à 24 heures de grève.

Fonction publique

La plupart des organisations appellent à la grève. La CGT, premier syndicat, a déposé un préavis du 25 au 30 octobre. Solidaires a appelé à la grève illimitée. La FSU a appelé les personnels à participer toujours plus nombreux aux actions unitaires engagées.

Dans la fonction publique territoriale, la CGT annonce notamment d’importantes mobilisations.

Énergie

- EDF : préavis de la CGT Mines-Énergie, premier syndicat du secteur.

- RAFFINERIES : . Restent en grève partielle ou totale sept des douze raffineries métropolitaines : cinq de Total (Feyzin, Grandpuits, Donges, Gonfreville, Dunkerque) et celles d’Ineos à Lavéra et de Lyondellbasell à Berre.

Les personnels des terminaux pétroliers du Havre et de la région marseillaise, qui alimentent les raffineries en brut, sont toujours en grève.

Enseignement

- UNIVERSITÉS : Une intersyndicale de l’enseignement supérieur (FSU, CGT CFDT, Solidaires, Unef, Sauvons l’université, Sauvons la recherche) appelle les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche et les étudiants à participer à cette journée (NB : les universités franciliennes ne sont pas en vacances. Deux tiers des universités de province ont une semaine de vacances, mais pas toutes les unités de formation).

- LYCÉES : Les organisations lycéennes UNL et Fidl appellent les lycéens (qui sont en vacances) à manifester.

Médias

— RADIO ET TÉLÉVISION : appel à une grève de 24 heures à Radio France et France Télévisions.

France Télécom

Les six syndicats ont déposé des préavis de grève, dont deux (FO et Sud) de grève illimitée depuis le 12 octobre, celui de la CGT courant du 25 au 30 octobre.

Pour les fonctionnaires, Solidaires a aussi déposé un préavis depuis le 29 septembre, la CGT et FO pour la période du 25 au 29 octobre, et la CFDT, la CFE-CGC, et l’Unsa pour jeudi uniquement.

La Poste

Les six syndicats ont déposé des préavis de grève, dont deux (FO et Sud) de grève illimitée depuis le 12 octobre, et un autre (CFTC) depuis le 19.

108) Valenciennes : L’intersyndicale a bloqué hier pendant près de trois heures les livraisons pour Carrefour

Une quarantaine de personnes, tous membres de l’intersyndicale du Valenciennois (CGT, CFDT, CFTC, CFE/CGC, FO, FSU, Solidaires, UNSA) a bravé, hier, le froid et la pluie pour bloquer l’arrivée des marchandises au centre commercial d’Aulnoy-Lez-Valenciennes.

L’action coup de poing a débuté dès 5 heures du matin. Les manifestants ont couché des chariots sur la voie et brûlé des palettes de bois, bloquant ainsi l’accès au point de livraison.

107) 27 octobre 14h52 La boîte de Guillaume Sarkozy occupée. Elle est bien bonne celle-là

Occupation de la boite d’assurance Malakoff Mederic (qui compte comme les autres se goinfrer sur la destruction des retraites, de la santé et de l’Unedic) de Guillaume Sarkozy, rue Laffitte (9e) M) Richelieu Drouot.

Plus d’une centaine de personne à l’intérieur, du monde dehors. La police a bouclé l’immeuble. Renfort demandé. Prévenez vos potes.

106) Intervention de grévistes au Fou du Roi, la direction de France Inter coupe le direct

A peine commencée, l’émission dirigée par Stéphane Bern voit des intervenants non prévus... il s’agit de grévistes contre la réforme des retraites de Sarkozy et de son gouvernement. Un d’eux prend la parole et commence à lire un texte critique de la réforme des retraites, de la propagande de l’Etat et des médias... Stéphane Bern demande d’accélérer la lecture avant que la direction ne coupe l’antenne... Ets-ce le signal donné par l’animateur préféré des têtes couronnées à sa direction ? En tout cas, quelques secondes après, les auditeurs de France Inter n’auront plus l’occasion d’entendre le discours des manifestants... un morceau de musique est lancé depuis les studios de Radio France, la parole des opposants à Sarkozy est encore coupée.

Quelques minutes passent, l’émission reprend sans mots dire de ce qui vient de se passer à part que Stéphane Bern se plaint de l’odeur de boules puantes laissées par les invités surprise. Encore une belle leçon de liberté d’expression sur les chaînes de la radio publique...

lhttp://hns-info.net/spip.php?articl...

105) 27 octobre Toulouse Blocage de la plateforme logistique Eurocentre

Toulouse : Le centre logistique Eurocentre, situé au nord de Toulouse, a été bloqué dès ce matin 4h00 par un millier de manifestants opposés à la réforme des retraites qui empêchent l’entrée et la sortie des poids-lourds. Arrivés sur la plate-forme multimodale vers 4h du matin, un millier de personnes selon la préfecture et les manifestants, cheminots, enseignants, agents de la Poste et d’EDF, opéraient des barrages filtrants au niveau de trois ronds-points pour bloquer l’accès au centre logistique. Cette action a été menée à l’appel de l’intersyndicale départementale CGT, FO, CFDT, CFE-CGC, UNSA, CFTC, FSU, Solidaires qui avait annoncé jeudi dernier l’organisation d’une "action unitaire par jour" durant les vacances de la Toussaint "pour entretenir le feu de la mobilisation".

104) 27 octobre Caen Blocage de la zone industrielle et de la plateforme logistique de Carrefour

Caen : Militants syndicaux et étudiants, environ 200 personnes se sont relayées depuis hier à 22 h mardi pour bloquer une partie de la Zone d’activités de Carpiquet, à l’Ouest de Caen. Des barrages ont été établis aux deux entrées de cette zone, où est notamment installée une plate-forme logistique LCM (groupe Carrefour). Des déviations ont été établies en amont pour dévier la circulation. Ce matin, de nombreux salariés ont garé leur voiture juste avant les barrages, pour se rendre ensuite à pied à leur travail. Les manifestants prévoyaient de lever les barrages ce midi.

103) 27 octobre Strasbourg : Blocage de la raffinerie de Reichstett

Cette raffinerie appartenant à une société suisse devait fermer entraînant le licenciement des salariés. Le mouvement sur les retraites a permis une grosse victoire : l’annonce du maintien en activité de la raffinerie. Cette victoire au bout de longues négociations justifiait le vote de reprise du travail par les grévistes. Mais :

* d’une part l’oléoduc alimentant la raffinerie vient de Fos occupé

* d’autre part des militants CGT bloquent ce mercredi les expéditions de la raffinerie de pétrole de Reichstett, près de Strasbourg (nord-est), dans le cadre du mouvement de protestation contre la réforme des retraites.

102) 27 octobre Le dépôt pétrolier de Brest à nouveau bloqué après avoir été bloqué, débloqué, rebloqué plusieurs fois

Brest : Les accès au dépôt pétrolier de Brest sont bloqués depuis ce mercredi matin par environ 150 manifestants. Ils occupent deux ronds points, empêchant ainsi 80 camions citernes vides de venir se ravitailler. Les hommes du commissariat de police de Brest, présents sur les lieux, viennent de débuter l’évacuation des lieux. Le dépôt pétrolier de Brest est régulièrement bloqué depuis une dizaine de jours.

101) 27 octobre Laval en Mayenne : Blocage du centre technique municipal et du ramassage des ordures

Laval : La collecte des ordures ménagères n’est pas assurée ce mercredi matin à Laval en Mayenne. Des manifestants bloquent depuis ce matin les issues du centre technique municipal, paralysant l’ensemble des services. A la vielle d’une nouvelle manifestation organisée jeudi dans le centre-ville, il s’agit d’un nouveau coup de force de l’intersyndicale qui réclame le retrait de la réforme des retraites et l’ouverture de négociations.

100) 27 octobre à Saint Etienne et dans la Loire : Blocage du centre de tri de La Poste

Nouvelle action coup de poing ce matin dès 4 heures de la Coordination inter-secteur de la Loire. Une centaine de manifestants a bloqué le centre de tri de La Poste. Dans la zone concernée, la distribution du courrier des particuliers mais également des professionnels sera perturbée une bonne partie de la journé. Une centaine de militants, venant de différents secteurs (professeurs, étudiants, facteurs, hospitaliers...), était mobilisé ce matin dès 4 heures devant le centre de tri de La Poste de Saint-Just-Saint-Rambert pour s’opposer une nouvelle fois à la réforme des retraites. Si les députés s’apprêtent aujourd’hui à voter définitivement le texte, adopté hier par le Sénat. Les syndicats, eux, maintiennent leur appel à la mobilisation demain. C’est la raison pour laquelle encore aujourd’hui la Coordination inter-secteur de la Loire poursuit leurs actions ponctuelles. Une manière de faire vivre le mouvement, une trentaine d’étudiants était là pour soutenir leurs aînés dans la lutte. L’espoir de faire plier le gouvernement et que la réforme ne soit jamais appliquée motive chaque militant qui est encore sur le terrain. Le blocage s’est s’est terminé aux environs de 9 heures après que quelques palettes soient brûlés pour réchauffer l’atmosphère. Il faisait particulièrement froid ce matin dans le Stéphanois.

99) 27 octobre Les éboueurs de Marseille ont repris le travail mais l’incinérateur est occupé !!!

Fos-sur-Mer : Quelque 250 personnes bloquaient mercredi matin les accès à l’incinérateur de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), à l’appel de la CGT, pour protester contre la réforme des retraites, d’après le syndicat. Ce blocage de l’incinérateur qui traite les déchets de l’agglomération marseillaise intervient alors que les éboueurs de Marseille ont repris le travail mardi, après deux semaines de grève.

98) 27 octobre La Réunion Blocage filtrant de la gare routière par les lycéens

Saint louis (La Réunion) : Les blocages opérés en début de semaine ont visiblement donné des ailes à certains élèves du lycée professionnel Victor Shoelcher au centre-ville de Saint-Louis. Ils étaient en effet près d’une centaine dès 7h15 ce matin à faire le pied de grue devant l’entrée principale de l’établissement secondaire, "idéalement" localisé à proximité de la gare routière de Saint-Louis, pour lancer un barrage filtrant en direction des automobilistes et également de plusieurs bus en terminus.

97) 27 octobre Blocage des bus à Grenoble

Grenoble : Ce mercredi 27 octobre en matinée, le trafic des bus est perturbé en raison d’un blocage du dépôt de Sassenage. C’est "un mouvement social externe à la SEMITAG", annonce le site internet du réseau de transports urbains de l’agglomération grenobloise. En fait, des manifestants opposés à la réforme des retraites se sont installés devant l’un des principaux dépôts à Sassenage. Du coup, les lignes 1, 3, 13, 23, 26, 30, 34, 51, 55, 56, 58 et CEA ne circulent pas. Le centre de tri de La Poste à Sassenage est aussi bloqué. Ces actions sont menées depuis 5H.

96) 27 octobre Blocage de la zone industrielle de Rennes

Rennes : Une opération coup-de-poing, décidée en intersyndicale, selon un porte-parole du syndicat CGT, a eu pour conséquence de bloquer, à partir de 5 h, ce matin, les deux accès du centre routier en zone industrielle de Rennes-Chantepie. Les bloqueurs ont laissé passer quatre camions, des étrangers, mais retiennent toujours une vingtaine de poids lourds. Toujours selon le porte-parole, il était question de lever ce barrage dans la matinée. Explication de ce mouvement : « C’est vraiment pour faire mal à l’économie du Medef, du patronat et les forcer à revenir à la table des négociations pour parler de cette réforme des retraites que nous jugeons injuste. " Le syndicat CGT promettait, ce matin, d’autres opérations, notamment pour ce soir.

95) 27 octobre Cognac (Charentes) Blocage routier

La "coordination" Cognaçaise (CGT, FO, Réso et des partis de gauche) de lutte contre la réforme des retraites est en train de mener un barrage filtrant à Merpins. Elle prévoit de bloquer le rond-point de la Trâche, à Châteaubernard, d’ici midi et jusqu’à 14 heures. D’autres barrages sont envisagés vers 16 h 30, avant un rassemblement programmé une heure plus tard devant la sous-préfecture de Cognac.

94) 27 octobre Estagel Pyrénées orientales Blocage du trafic routier

Estagel (Pyrénées-orientales) : Très tôt ce matin, une centaine de personnes se sont rassemblées à l’appel des organisations syndicales et politiques locales( UL CGT, MODEF, Confédération Paysanne, PCF, PS ). Sur la place du village des représentants de l’intersyndicale départementale s’étaient également, déplacés en renfort . Il s’agissait de protester contre le projet sur les retraites du gouvernement et de montrer la détermination et la mobilisation toujours aussi importante du front uni des syndicats. De 7H à 9H30, un barrage filtrant sur la RD 117 a très vite bloqué la circulation, compte tenu du goulot d’étranglement que constitue la traversée d’Estagel pour les poids lourds. Sous la pluie tout d’abord, puis affrontant une tramontane très froide, les manifestants ont offert le café aux poids lourds bloqué et distribué un tract sur lequel on pouvait notamment lire : « Dans notre vallée, largement viticole, les retraites misérables du monde agricole et ses revenus d’activités indignes, caractérisent la pauvreté de nos villages. Nous voulons un avenir plus radieux pour nos enfants ». Le groupe s’est dispersé vers 9H30 promettant d’autres actions départementales, durant cette semaine de vacances.

93) 27 octobre La Roche sur Yon (Vendée) Blocage de train

La Roche-sur-Yon : A l’appel de la CGT, 20 personnes ont bloqué un train pendant trente minutes, ce matin, à 6 h, en gare de La Roche-sur-Yon. Les manifestants se sont dispersés à l’arrivée des forces de l’ordre. « On n’est pas dans une stratégie de l’affrontement, explique Jean-Marc Jolly, de la CGT. Il s’agit de multiplier des actions significatives pour maintenir la flamme. »

92) 27 octobre Charentes Blocage du Centre de tri

Fléac (Charentes) : Le collectif charentais de défense des retraites a bloqué, ce matin, dès quatre heures, le centre de tri de Fléac, la nouvelle plate forme où transite tout le courrier des Charentais distribués ensuite dans les boites aux lettres. A priori, le courrier ne devrait pas pouvoir être distribué aujourd’hui dans le département. A 9h30 ce matin, le courrier n’est par exemple pas parvenu dans l’important bureau de Poste du Champ-de-Mars, à Angoulême. La vingtaine de représentants du collectif, installés à l’entrée du centre de tri de Fléac, annoncent leur ambition de rester sur place "toute la matinée et peut-être même cet après-midi" pour empêcher le tri du courrier récolté après 16h.

91) 27 octobre Blocage des bus à Tours

Tours : Le principal dépôt des bus de Tours était bloqué mercredi matin par des manifestants protestant contre le projet de réforme des retraites, pour la deuxième fois en une semaine, a-t-on appris de source policière. Environ 80 personnes se sont retrouvées vers 5h00 à l’entrée du dépôt de la société Fil Bleu à Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours, empêchant tout mouvement des bus, selon cette source. Seuls quelques bus, au départ du deuxième dépôt de la société à Tours-Nord, circulaient en début de matinée. Le dépôt de Saint-Pierre-des-Corps avait déjà été bloqué pendant plusieurs heures jeudi dernier.

90) 27 octobre Quimper : Blocage du centre de tri

Quimper : Une trentaine de personnes, membres de Sud PTT, du NPA et de FO, ont bloqué le centre de tri d’Ergué-Gaberic, près de Quimper, entre 5 h 30 et 9 h ce matin. Deux feux avaient été allumés devant les deux entrées, empêchant les camions de passer pour approvisionner les bureaux de poste. Résultat « aucun bureau du Sud-Finistère n’a été approvisionné, se félicite Patrice Campion, de Sud PTT. Les facteurs sont partis en tournée sans le courrier du jour. " Du côté de la direction de la Poste, on confirme que cette manifestation a créé des « perturbations. Il y aura des retards. Nous faisons tout pour qu’ils soient minimes. " Ce groupe de manifestants prévoit d’autres actions dès demain matin.

89) 27 octobre Le Havre : Zone industrielle bloquée dès 4H ce matin jusqu’à midi

Source : http://www.havredegreve.org/post/ha...

88) La plate-forme logistique de Bassens (banlieue bordelaise) à nouveau bloquée

Des manifestants bloquent depuis lundi soir 25 octobre à Bassens (Gironde) les accès à un site logistique qui approvisionne le groupe Carrefour, pour "la défense des retraites", a-t-on appris mardi matin auprès de la CGT.

Plusieurs dizaines de poids lourds attendaient à l’entrée du site, selon la police. Le blocage de cette centrale d’achat, entamé à l’initiative de FO-transports par une centaine de militants lundi soir, a été voté en assemblée générale intersyndicale interprofessionnelle FSU, SUD, CGT et FO, a indiqué Philippe Poutou, secrétaire du syndicat CGT Ford.

Des routiers, des salariés de Ford, des enseignants, des étudiants, des territoriaux, des cheminots ont participé au mouvement, a-t-il ajouté, déplorant "une petite coupure entre la base et l’union départementale" CGT de Gironde qui "nous affaiblit pour la suite" du mouvement.

Parallèlement, des manifestants ont bloqué un rond-point d’une importante zone commerciale à Bordeaux-Lac, où ils ont distribué des tracts, après avoir fait de même devant le CHU de Bordeaux-Pellegrin, selon la CGT.

87) Blocage du port de Toulon ce 26 octobre

A l’appel de l’intersyndicale, environ 150 militants ont bloqué pendant 4 heures tous les accès au port de commerce de Toulon. Etaient présents les militants de la CGT, de FO, de la CFDT, de Solidaires et de la FSU.

Et également des militants politiques du NPA, de LO, du Parti de Gauche.

Ce blocage a permis de maintenir la pression sur le gouvernement, et de montrer que même en période de vacances scolaires, la mobilisation ne fléchit pas. A l’image des cheminots de Toulon qui ont voté en AG la reconduction de la grève jusqu’au jeudi 28, date de la grande manifestation interprofessionnelle.

Cette initiative a fait la première page de Var Matin et de La Marseillaise.

86) Saint Nazaire ce 26 octobre

BLOCAGE DE ZONE INDUSTRIELLE DE PENHOET ce matin de 5h30 a 11h 5 rond point bloqués par les salariés de donges ,aerolia, stx chantiers navale ,man diesel ,cheminots etc. Aucun vehicule n a pu passer .

BLOCAGE DU ROND POINT DE MONTOIR aussi

14H MANIFESTATION DANS LE CENTRE DE ST NAZAIRE

85) Blocage du dépot de carburant de Brive la gaillarde depuis ce matin 26 octobre à 5h

Depuis ce matin 5h, le dépot Total de Brive la gaillarde ( Corréze ) est bloqué par l’intersyndicale avec le soutien d’une 50 aine de jeunes descendus du plateau de Millevaches .

La situation n’est pas trop tendue pour l’instant ( 12h ) malgrés le passage de tout ce que la corréze compte de galonnés et autres patrons des forces de l’ordre ... selon les dires du Directeur Départemental de la Sécurité Publique , seul l’accord du préfet est attendu pour faire débloquer le dépot par les forces de l’ordre ...

84) Blocage du depot RATP de Neuilly Plaisance ce 26 octobre

Ce matin, environ 70 personnes à l’appel des syndicats CGT, CNT, FSU, Solidaires et du collectif de défense des services publics de Noisy-le-Grand et Neuilly-sur-Marne ont bloqué le dépôt RATP de Neuilly sur Marne. Réuni dans un cadre interprofessionnel appelant au retrait du projet de loi sur la reforme des retraites, le groupe de manifestants n’a laissé sortir aucun bus entre 6h et 9h du matin. En parallèle, un barrage filtrant sur la RN 34 a été mis en place avec une distribution de 4000 tracts destinés à mobiliser la population pour le jeudi 28.10, date de la prochaine grande journée de manifestations. L’action s’est terminée par des prises de parole invitant la trentaine de salariés RATP présents à proximité du piquet à renforcer les grèves et à s’engager à nos côtés dans la lutte interprofessionnelle jusqu’au retrait total du projet de loi.

83) Angers : Le centre de tri de La Poste toujours bloqué ce mardi 26 octobre 2010

Hier matin, des salariés du centre de tri de La Poste ont manifesté jusqu’à leur direction régionale, rue de Bamako, à Angers. Depuis mercredi, ils font grève contre la suppression d’une quarantaine de postes - des départs en retraite non remplacés - et le changement d’horaires pour les équipes de nuit. Conséquence d’une modernisation des machines de tri.

Les manifestants ont été reçus par le chef du centre de tri. « Mais la situation reste bloquée », constatent des représentants de l’intersyndicale Sud-FO-CGT, qui estiment avoir proposé des concessions. « On a fait un pas vers la direction en acceptant, notamment, une vingtaine de nuits en plus pour le même salaire. »

Selon les syndicats, les grévistes représentaient, hier, 40 % des équipes de jour et près de 80 % des équipes de nuit.

http://www.angers.maville.com/actu/...

82) Le dépôt pétrolier de Grigny bloqué ce mardi 26 octobre 2010

Une centaine de manifestants ont bloqué pendant une heure et demie, mardi matin le dépôt de carburant de Grigny (Essonne) pour protester contre la réforme des retraites.

81) Des actions de blocage dans toute la France ce 26 octobre

Une centaine de personnes ont bloqué un dépôt de carburant (pendant 1h30), ce matin, à Grigny (Essonne)

Une quarantaine de personnes bloquaient depuis lundi soir un site logistique qui approvisionne le groupe Carrefour, à Bassens (Gironde)

Environ 70 personnes ont bloqué, entre 6h et 9h ce matin, le dépôt RATP de Neuilly sur Marne

Une vingtaine de personnes ont bloqué, ce matin, l’accès aux Papeteries de Mauduit à Quimperlé

Plusieurs barrages routiers ont été organisés tout au long de la journée, à Rennes

Une quarantaine de personnes ont bloqué, ce matin, l’accès aux trois entrées du siège du conseil général UMP de l’Orne à Alençon

Dès 4h30, ce matin, le dépôt des bus était bloqué, sur la zone industrielle de Saint-Barthélemy

Même scénario à Nantes, où les dépôts de bus et de trams ont été bloqués

Plus d’une dizaine de lycées perturbés, des opérations de blocages de routes, 2000 jeunes mobilisés ce matin sur l’Île de la Réunion

Le dépôt de carburant de Vovray, près d’Annecy, a été bloqué dès 4h du matin. Débloqué à 5h30.

Les syndicats Sud et CNT ont bloqué ce matin le dépôt de bus Transpole de Sequedin. Leurs collègues de la CGT et de la CFDT, de leur côté, ont retardé le départ de plusieurs TGV en gare de Lille.

Les dépôts de carburant de Dijon-Longvic étaient bloqués dès 7h du matin

Dans les Ardennes, dès 5h, l’intersyndicale a bloqué différents lieux stratégiques du département (entre Sedan et Bazeilles, au rond point de Donan accès à Unilin, mais aussi à Cliron, entre Revin et Hirson, ainsi qu’à Vireux, et, à Poix Terron)

Limoges : barrages filtrants sur les routes avec distribution de tracts

A Caen, plus de 250 étudiants ont bloqué vers 15h le périphérique dans les deux sens

A Rennes, cet après-midi, plusieurs dizaines de jeunes ont organisé une opération "poubelles barricades" en bloquant l’Avenue Janvier

Plus de 500 personnes se sont rassemblées devant le Medef de Nantes, à midi

Affichage de banderoles et mobilisation de plus de 200 personnes, Place de la Comédie, à Montpellier

Des manifestants ont bloqué les accès à la zone industrielle de Lamballe Lyon : Environ soixante-dix manifestants ont bloqué à midi le tramway T3, reliant la gare de Part-Dieu à Meyzieu, et le Rhônexpress, la liaison vers l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. 500 personnes ont par ailleurs manifesté devant la permanence UMP, dans l’après-midi

La CGT de l’Isère a bloqué le site de STMicroelectronics à Crolles

Toulouse : 200 manifestants se sont installés rues Deville et du Collège de Foix pour bloquer quelques heures toute entrée et sortie des camions de la Banque de France. C’est la série des « un jour, une action » censée tenir son monde mobilisé jusqu’à la manifestation nationale de ce jeudi (Source : Libération)

Plusieurs universités étaient bloquées aujourd’hui. La Sorbonne est fermée administrativement depuis 12h30. Une AG devait avoir lieu...

Plus d’un millier de personnes se sont rassemblées devant le Sénat, à Paris, cet après-midi

A Lorient, plus d’une centaine de lycéens, étudiants et représentants syndicaux (FO et CGT) ont bloqué dans l’après-midi la voie ferrée, au niveau du cours de Chazelles.

Source : http://www.7septembre2010.fr/

80) Dépôt pétrolier de Vovray (Annecy) Je bloque Tu débloques Je rebloque

Depuis 4H00 ce matin du 26 octobre, une petite centaine de manifestants bloquaient à nouveau le centre de carburant de Vovray, autour d’un grand feu car l’aube était froide.

La chaleur est montée d’un cran quand les gendarmes et les policiers, main dans la main et boucliers en avant, ont chargé. Une charge plus virile que les fois précédentes, sans que cela n’atteigne le moral des manifestants qui conservaient leur bonne humeur.

video sur http://www.librinfo74.fr/2010/10/ce...

79) Blocages à Brest ce 26 octobre

Une centaine de manifestants contre la réforme des retraites ont mis en place des barrages routiers, au sud de Brest, ce matin. Le Pont de l’Iroise a été bloqué, puis débloqué vers 9 h. D’autres perturbations en cours et à prévoir.

La circulation est rétablie sur le pont de l’iroise depuis 9 h. Il était bloqué ce matin par les manifestants contre la réforme des retraites. Cette action a provoqué d’importants ralentissements. Plusieurs autres barrages ont été installés dans la matinée par la centaine d’opposants à la réforme des retraites mobilisés. Ils voulaient à l’origine bloquer le dépôt pétrolier.

Bloquer les camions Vers 5 h du matin, face à l’importante présence policière, ils ont renoncé à leur projet et ont décidé de bloquer d’autres endroits stratégiques, avec pour objectif d’empêcher les camions-citerne ravitaillés en carburant de quitter la ville. Bloqués, le pont de l’Iroise donc, mais aussi le rond- point de Palaren, à proximité de la plage du Moulin-Blanc.

Autres actions à prévoir Ces barrages ont été levés. Une nouvelle barricade a été érigée sur la voie express, entre le restaurant La Petite Folie et la piscine Spadium Parc, dans le sens Brest-Quimper. Et ce n’est pas terminé. Vers 11 h, les opposants comptaient prendre la direction de la place de Strasbourg pour y installer de nouveaux barrages.

Le Télégramme.fr

78) Grèves : bus et éboueurs continuent le blocage de certains dépôts

Les transports publics et le ramassage des ordures continuent d’être perturbés lundi matin 25 octobre à Toulouse par le mouvement contre la réforme des retraites, mais un peu moins que la semaine passée, selon les informations recueillies auprès des entreprises et des syndicats.

Un dépôt de bus sur deux, celui de Langlade au sud de la ville, était bloqué lundi matin depuis l’ouverture du service, a-t-on appris auprès de la régie d’exploitation Tisseo.

77) Blocage réussi des remorqueurs d’un pétrolier dans le port de Saint Nazaire

Malgré la fatigue la bonne humeur est là, on attend la prise de parole des délégués syndicaux qui lanceront la prochaine action. Ceux-ci ne les révèlent qu’au dernier moment, et évitent maintenant de communiquer par téléphone portable, tant la surveillance est étroite (allant jusqu’à l’utilisation de canons à sons pour écouter les grèvistes). Avec un peu de retard, ceux-ci enjoignent les personnes présentes à grimper dans leur voiture, et les suivre jusqu’à l’objectif. Longue file de voiture, jusqu’au port de Montoir, où il s’agit de bloquer le départ d’un remorqueur de sécurité. On apprend que de leur côté, les 200 personnes présentes au rendez vous de St Nazaire s’occupent de bloquer les 3 autres remorqueurs en charge de gérer l’entrée des bateaux dans le port. On bloque les amarres pour que les remorqueurs ne puissent les lever. A St Nazaire, ils grimpent carrément dans les remorqueurs. Les marins du remorqueur de sécurité quand à eux n’opposent pas tellement de résistance, à 4 contre la vingtaine de personnes présentes et signalent au port leur incapacité de lever les amarres.

On apprend que finalement ce "petit" pétrolier de 117M de long n’a pas vraiment besoin de remorqueurs pour entrer, mais ça ne l’empêchera pas par précaution de faire demi tour et mouiller l’ancre dans la rade.

Voila donc une autre opération couronnée de succès, même si le pétrolier n’est pas très loin et ne mettra sans doute qu’un peu moins d’une heure à revenir à la prochaine marée, aux alentours de 20H.

https://nantes.indymedia.org/articl...

76) Saint-Nazaire : le tanker de gasoil contraint de faire demi-tour à Donges

Par solidarité avec le mouvement des ouvriers de la raffinerie de Donges contre la réforme des retraites, 300 personnes se sont mobilisées ce midi sur le port de Saint-Nazaire pour empêcher l’arrivée d’un tanker pétrolier. Chargé de 10 000 litres de gasoil, ce dernier devait ravitailler en carburant le dépôt de la SFDM de Donges, réquisitionné par les forces de l’ordre.

Les actions conjointes de l’Interprofessionnelle syndicale en divers lieux, principalement l’occupation à quai des remorqueurs par les manifestants, ont forcé le navire à faire demi-tour dans sa zone de mouillage à 12h45. La surprise a joué en leur faveur car les policiers n’ont pu empêcher cette action.

75) Boulogne sur Mer : Pas de courrier distribué hier en raison du blocage du centre de tri

Le courrier n’est pas arrivé jusqu’aux boîtes aux lettres samedi 23 octobre et ce sera peut-être encore le cas lundi. ...

Des grévistes de la CGT et de la CFDT, non salariés de la Poste, ont bloqué dès 6 h le centre de tri de la zone de l’Inquétrie d’où part tout le courrier de l’agglomération. Ils ont ensuite été rejoints par des employés de la plateforme qui se sont mis à leur tour en grève pour protester contre le projet de réforme des retraites.

Des feux de palettes et de pneus ont été allumés face aux grilles en guise de barrages, empêchant les voitures jaunes de sortir pour alimenter les gros centres de Saint-Martin-Boulogne, Boulogne, Outreau... « Ça représente 100 tournées de Wimereux à Neufchâtel », indique un salarié de La Poste. Comme ses collègues grévistes, il a été invité par le directeur adjoint de la plateforme à quitter les locaux et à manifester à la grille.

Hier, les manifestants n’excluaient pas de bloquer à nouveau le centre demain matin.

Si l’activité reprend normalement, ce qui semble sûr, c’est qu’avec la non-distribution d’hier, les facteurs vont avoir double volume de courrier à distribuer demain donc double charge de travail. Ceux qui ont fini leur tournée le plus tôt risquent de devoir donner un coup de main à ceux qui n’ont pas terminé. •

R. D.

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/...

74) Narbonne : les locaux du Medef ont été vandalisés

L’exaspération monte-t-elle chez les salariés ? Maintenant est-on passé à un niveau supérieur, celui d’où on ne peut revenir ? Pour l’instant, à Narbonne, on en est aux saccages des bureaux. L’exaspération pourrait-elle aller encore plus haut ? Y aura-t-il une montée supplémentaire avec le passage aux voies de fait ?

Pour l’instant, ce sont les ordinateurs, bureaux, dossiers qui ont volé dans les locaux du Medef de Narbonne situés à Croix-Sud. Une centaine de personnes auraient fracturé les locaux. Il n’y avait personne à l’intérieur. Ils ont tout envoyé par la fenêtre. « C’était du délire », déplore Jacques Berthomieux.

En fait, vers 10 h 30, des voisins entendent des bruits assourdissant. Ils appellent immédiatement la police. À leur arrivée, tout était joué. Des dossiers, des feuilles, des documents, des bureaux et des téléphones jonchent le sol. Au premier étage où se trouvent les bureaux, les armoires sont renversées. Le photocopieur est hors d’usage. Il n’y a personne aux alentours. L’opération destruction s’est déroulée en moins d’un quart d’heure. Hier après-midi, Olivier Rémy, du Medef Aude, est allé déposer plainte au commissariat. Un bilan chiffré sera fait dans les prochains jours. Les dégâts sont très importants et les bureaux devenus inutilisables.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/201...

73) Viaduc de Millau bloqué

BONSOIR JACQUES.

NOUS ARRIVONS DU VIADUC DE MILLAU. OPERATION ESCARGOT DU PONT DE CORNUS SUR LA 75 PUIS EN PREMIERE VITESSE JUSQU AU PEAGE

LES PIEDS ETAIENT QUELQUE PEU ENKYLOSES MAIS GROSSE REUSSITE . LE COLLECTIF SE SOUDE SUR DES ACTIONS EN COMMUN.

8KM DE BOUCHON. UN GRAND NOMBRE DE PERSONNES EN BLEU NOUS ATTENDAIENT AU PEAGE DONT UN CAPITAINE IVRE DE RAGE DE NOTRE ACTION. IL HURLAIT DES INJURES A NOTRE EGARD NOUS AVONS OBTENU LE PASSAGE GRATUIT POUR CEUX QUE NOUS AVONS GENES . BEAUCOUP ONT APPROUVE NOTRE ACTION EN KLAXONNANT DEVANT NOS DRAPEAUX.

SEULEMENT QUELQUES REPROBATEURS SE SONT EXPRIMES. NOUS AVONS REPONDU PAR L INSULTE SUPREME DE NOTRE VOCABULAIRE, LE PIRE DE TOUS : SARKOZY, CE MOT DEVENANT LA HONTE SUPREME.

NOUS SOMMES TOUS FATIGUES MAIS HEUREUX DU BON COUP REALISE . ON EST MEME PASSE A LA TELE. LE COMBAT CONTINUE. A PLUS

LE NIGLO

72) « Les CRS de Bergerac privés d’électricité »

La porte-parole de la CGT énergie, Marie-Claire Cailletaud, assure que les salariés du secteur sont déterminés à poursuivre l’action.

Comment se déroule la mobilisation dans le secteur de l’énergie  ?

Marie-Claire Cailletaud. Ce gouvernement, qui cherche à passer en force pour imposer sa réforme minoritaire et pour laquelle il n’a pas été élu, suscite la colère. Les salariés des mines et de l’énergie sont impliqués dans les actions interprofessionnelles (blocages ponctuels, péages gratuits…). Ils ont également décidé de mettre leur outil de travail au service de la mobilisation. Concrètement, les salariés procèdent à des coupures d’électricité ou de gaz qui ciblent des préfectures, des permanences de parlementaires UMP ou encore des sièges locaux du patronat. En accord, avec les salariés et les syndicats concernés, ces coupures visent aussi des entreprises qui licencient pour augmenter leur profit.

Ce matin, l’alimentation électrique du siège de l’entreprise de transport Fauvel, qui appartient au président du Medef de Dordogne, a été coupée. La caserne de CRS de Bergerac a également été privée d’électricité en solidarité avec les salariés de la raffinerie de Grand-Puits après leur évacuation par les forces de l’ordre. Les salariés organisent aussi des baisses de production d’électricité et agissent sur l’approvisionnement en gaz. Les industriels vont ainsi subir des coupures.

Le gouvernement mise sur les vacances pour éteindre la mobilisation…

Marie-Claire Cailletaud. Le gouvernement a d’ores et déjà perdu la bataille idéologique. L’idée qu’une autre réforme des retraites est possible s’ancre dans la population. En même temps, les salariés, y compris les jeunes, posent des questions plus larges, comme celle de la finalité du travail ou de sa place dans la société. Les salariés ont une volonté très forte de poursuivre le mouvement et s’organisent en conséquence. Ainsi, dans notre secteur, ils pratiquent la grève tournante et maintiennent un taux de grévistes qui varie entre 20 et 40 %.

Entretien réalisé 
par Pierre-Henri Lab

Source : http://www.humanite.fr/22_10_2010-%...

71) Greve et Occupation Déchetterie Paris 13ème... ça continue !

Vous êtes invités à venir soutenir les salariés de la TIRU

qui occupent toujours leur entreprise et organisent un babecue de lutte

Dimanche 24 octobre à partir de 12 heures

au 43 rue Brunesseau 75013 Paris

70) La police mobilisée à la gare de Toulouse pour empêcher un blocage

Plusieurs dizaines de policiers étaient mobilisés vendredi après-midi à la gare Matabiau de Toulouse, craignant qu’un groupe de 300 manifestants n’envahisse le bâtiment et les voies à l’occasion des départs en vacances de la Toussaint, a constaté un journaliste.

Pour permettre aux voyageurs de prendre leur train, la police, en tenue anti-émeutes, a filtré les accès à la gare pendant plusieurs heures.

Un responsable de la communication de la SNCF craignait "un risque d’envahissement de la gare et des voies" à l’occasion de ce vendredi chargé.

Une partie des manifestants, des cheminots, ont finalement été autorisés à pénétrer dans la gare pour distribuer aux usagers des tracts appelant à la mobilisation contre la réforme des retraites.

Les autres, environ 200 jeunes lycéens et syndicalistes, notamment de SUD et de la CNT, étaient maintenus à l’extérieur.

"Aujourd’hui, on ne bloque pas les trains, on sensibilise les usagers", a déclaré le responsable régional CGT des cheminots, Jean-François Agrain.

la suite ici :

http://www.leparisien.fr/toulouse-3...

69) Blocage de l’écluse de Fessenheim

Nouvelle opération coup-de-poing de la CGT, hier après-midi. Une trentaine de militants syndicaux d’EDF ont occupé l’écluse de Fessenheim sur le Grand Canal, entre 15 h 10 et 17 h 05. Des manifestants se sont mis en danger en grimpant sur les portes de l’écluse. Selon le Carling (Centre d’alerte rhénan et d’informations nautiques) de Gambsheim, le blocage de l’écluse n’a pas eu d’incidence directe sur la navigation fluviale à hauteur de Fessenheim. Quelques péniches ont été bloquées en amont et en aval de l’édifice.

Jeudi, des militants de la CGT d’EDF avaient bloqué temporairement l’écluse d’Ottmarsheim. Lundi, des agents de Voies Navigables de France avaient mené une opération semblable au barrage de Gambsheim.

http://www.lalsace.fr/fr/region/als...

68) Les tentatives de blocage continuent partout en France ce 22 octobre. Article Le Monde

Les tentatives de blocage de dépôt pétrolier se sont multipliées dans la nuit du jeudi au vendredi 22 octobre, tandis que l’accès à la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) était dégagé de force par les gendarmes.

Quelque 200 manifestants qui voulaient bloquer le dépôt de carburant Total de Lespinasse, dans la banlieue nord de Toulouse (Haute-Garonne), en ont été repoussés dans la nuit par les forces de l’ordre qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. Les manifestants, selon la secrétaire départementale de la CGT, Gisèle Vidallet, ont dû se retirer et ont établi un barrage sur une route proche. Le dépôt de carburant de Coignières (Yvelines) a été bloqué pendant trois heures et demi vendredi matin par une cinquantaine de militants de Sud et FO, avant que la police les délogent, sans heurts.

Des manifestants ont bloqué dès l’aube certains accès des grandes villes de l’Ouest, notamment au port de commerce de Brest alors qu’à Nantes, au Havre, à Lorient ou à Vannes des barrages bloquants ou filtrants étaient en place. A Brest (Finistère), tous les ronds-points menant au port de commerce ont été bloqués par des manifestants réunis dès 5 heures et certains avaient allumé des feux de palettes et de pneus sur place. Un des barrages était en voie d’être levé en début de matinée après sommation des forces de l’ordre. Le dépôt de carburant du port, libéré par les forces de l’ordre jeudi, a aussi été bloqué par les manifestants, tout comme le dépôt de bus de la ville de Brest alors que le ramassage des ordures est suspendu depuis jeudi.

Des barrages ont aussi été constatés près de Vannes (Morbihan) sur la nationale 165, sur le périphérique ouest de Nantes (Loire-Atlantique) et sur une bretelle de sortie de l’A29 menant à la zone industrielle du Havre (Seine-Maritime) par le Centre régional d’information et de coordination routières (CRICR) de l’Ouest.

Environ 500 personnes ont bloqué une plate-forme logistique à Cournon d’Auvergne près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Des grévistes, toutes professions confondues (commerce, construction, fonctionnaires, cheminots, etc.) ont installé des palettes et allumé des feux à l’entrée de l’entrepôt qui alimente notamment les magasins Auchan, Attac et Simply Market du Puy-de-Dôme, peu après 4 heures.

L’accès routier au Marché d’intérêt national (MIN) de Lomme, près de Lille (Nord), était bloqué par des manifestants et une opération escargot était en cours sur l’autoroute A22 depuis la frontière belge. Partis de Rekkem, à la frontière belge, ils doivent rejoindre l’A1 jusqu’à Carvin (Pas-de-Calais) pour ensuite repartir vers la frontière.

Les accès au Centre européen de fret (CEF), plate-forme logistique de transports routiers, ferroviaires et maritimes située à Mouguerre sur la rive sud de l’Adour près de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) ont été bloqués vendredi matin par une centaine d’opposants à la réforme des retraites. La direction du centre a indiqué son intention de s’adresser au préfet pour faire évacuer au moins l’un des accès de la plate-forme logistique qui s’étend sur une centaine d’hectares et enregistre en moyenne plus de 200 mouvements de véhicules par heure et accueille une quarantaine de wagons de fret quotidiennement.

http://www.lemonde.fr/societe/artic...

67) 16h10 : Opération essence gratuite de la part des grévistes à Trignac

Les grévistes de la raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique) ont « réquisitionné » vendredi une station service Total à Trignac pour servir les usagers prioritaires, mais aussi les particuliers dont certains ont pu repartir sans payer leur carburant. Cette opération symbolique a eu lieu juste après la reconduite jusqu’au 29 octobre de la grève de la raffinerie, arrêtée depuis le 12 octobre, lors d’un vote en assemblée générale.

Les grévistes entendent ainsi protester contre la réquisition et le déblocage de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) vendredi matin.

66) Le rassemblement et la manifestation prévus ce soir 22 octobre à Rouen interdits par la préfecture

Le 20 octobre, le bulletin de mobilisation de l’agglo rouennaise n° 2, expression de l’Assemblée Générale intersyndicale qui se tient chaque jour depuis le mardi 19 octobre, annonçait la tenue d’un rassemblement à 20h00 place de la Cathédrale ce vendredi 22 octobre 2010.

Jeudi 21, la préfecture de la Région Haute Normandie a émis un arrêté « portant interdiction d’organiser une manifestation dans la commune de Rouen ».

65) Blocage de la gare frontalière de Biriatou

Plusieurs dizaines de manifestants ont bloqué vendredi la gare de péage de la frontière espagnole à Biriatou (Pyrénées-Atlantiques) afin d’empêcher les poids lourds, et notamment ceux transportant de l’essence, de rentrer sur le territoire français.

Une soixantaine de personnes répondant à l’appel des collectifs "Appel retraites Pays Basque" et "Oldartu" ("se révolter" en basque) ont bloqué avec leurs véhicules les trois barrières de péage réservées aux poids lourds, a-t-on appris auprès de ces militants.

Les véhicules légers pouvaient franchir ce passage, mais sur cette autoroute très fréquentée qui relie la France à l’Espagne, les poids lourds ont considérablement ralenti le trafic.

Selon une source policière, les embouteillages atteignaient à 14h une trentaine de kilomètres côté espagnol, jusqu’à la ville de Saint Sébastien. Les organisateurs, qui ont débuté le blocage de la frontière à midi, entendaient le poursuivre jusqu’à être délogés par les forces de l’ordre.

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques a ordonné l’évacuation des manifestants. Après une première tentative vaine des gendarmes mobiles, les manifestants ont levé le barrage à 14h30, avant une seconde intervention policière, poursuivant le ralentissement du trafic avec une "opération escargot" dans le même sens Espagne-France. AP

64) Appel à un rassemblement devant la raffinerie de Grandpuits ce 22 octobre à 18h

63) 22 octobre Blocage du centre de tri postal de Nantes Orvault

Ce matin, le centre de tri postal de Nantes Orvault est bloqué : aucun courrier ne sera donc distribuer aujourd’hui dans toute la loire-atlantique....

62) A Brest, ce 22 octobre, tous les ronds-points et les accès au dépôt de carburant bloqués...

A Brest, tous les ronds-points menant au port de commerce, ainsi que l’accès au dépôt de carburant de la ville, ont été bloqués par des manifestants réunis dès 5h00 et certains avaient allumé des feux de palettes et de pneus.

61) A Tours les accès à l’un des deux dépôts de bus bloqué

A Tours, une trentaine de manifestants ont bloqué les accès à l’un des deux dépôts de bus entre 5h30 et 8h00, provoquant des perturbations dans le trafic, selon une porte-parole du réseau Fil Bleu.

60) Nantes et Vannes : barrages routiers

Sur le périphérique ouest de Nantes et sur une bretelle de sortie de l’A29 menant à la zone industrielle du Havre par le Centre régional d’information et de coordination routières (CRICR) de l’Ouest.

Des barrages, filtrants ou bloquants, ont aussi été constatés près de Vannes sur la nationale 165

59) Lorient 22 octobre Barrages sur les accès à la zone portuaire

Sur les accès à la zone portuaire de Lorient, les syndicats ont mis en place des barrages, là aussi filtrants ou bloquants, qui ont provoqué depuis 05h00 d’importants ralentissements, selon une source policière.

58) 22 octobre à Marseille RTM : On suspend... et on bloque !!

A Marseille, les agents de la RTM suspendent leur mouvement jusqu’au 28 octobre, jour de la nouvelle manifestation nationale.

Retraites : la CGT bloque le terminus RTM situé au Centre Bourse Publié le vendredi 22 octobre 2010 à 11H08

A Marseille, les salariés CGT de la RTM ont bien suspendu leur grève mais, subtile distinction, ils n’arrêtent pas leurs actions.

La preuve : ils bloquent en ce moment même le terminus de bus situé rue des Fabres, au Centre Bourse.

57) Blocage de la banque de France à Lyon

150 syndicalistes, étudiants, cheminots et routiers ont bloqué mercredi matin le dépôt de la Banque de France à Jean Macé (Lyon 7è.). Ils ont empêché les convoyeurs de fonds de venir s’approvisionner en billets de banque pour remplir les guichets automatiques de la ville.

56) Les jeunes Nantais savent bloquer face au massacre des retraites

Plusieurs centaines d’étudiants et lycéens se sont retrouvés jeudi au centre de Nantes pour bloquer le pont de Pirmil, qui franchit un des bras de la Loire, dans le cadre de la protestation contre le projet de loi sur les retraites.

55) Manifestation à Paris des fonctionnaires territoriaux

17h30. Plusieurs centaines de fonctionnaires territoriaux manifestent à Paris. Plusieurs centaines de fonctionnaires territoriaux d’Ile-de-France (3.000 selon les syndicats, 750 selon la police) ont manifesté jeudi à Paris contre la réforme.

A l’appel des syndicats territoriaux FO, CGT, Unsa, CFTC, Sud, FSU et Fa-FPT (autonomes), les manifestants, partis de la station de Métro Varenne, à côté du ministère du Travail et de la Fonction publique, ont défilé jusqu’au Sénat, aux cris de "les patrons à la caisse pour payer nos retrauites", ou "On n’est pas fatigué".

54) Saint Brieuc dans la bataille des retraites ce 21 octobre

Blocage dans la zone commerciale de La Hazaie à Langueux (Agglomération de Saint-Brieuc). De 5h du matin à 13h, les syndicats (CGT, FO, Solidaire, l’UNSA, et la FSU) ont bloqué la zone commerciale. Par ailleurs, des lycéens ont manifesté dans les rues de Saint-Brieuc.

53) Une douzaine de barrages routiers en Haute-Normandie

Une douzaine barrages fixes ou filtrants rendent difficile ce jeudi matin la circulation automobile en Haute-Normandie.

Sur l’A29 en direction du Havre, la bretelle de sortie numéro 5 à hauteur du pont de Normandie était coupée.

Au Havre, le rond-point près de la raffinerie Total était bloqué.

Un autre rond-point à la sortie du Havre était bloqué par des salariés de Renault.

Selon les syndicats, d’autres barrages filtrants ont été établis, notamment au Grand Quevilly sur la route du dépôt de carburant Rubis.

52) St Etienne

Ce matin blocage réussi de la zone industrielle d’Andrezieux a l’initiative de la CGT. SUD, FO, FSU sont venus en renfort, énorme embouteillage. Manif avec les lycéens à la suite et là bonne nouvelle toutes les professions et syndicats mélangés.

51) Nouvelle plateforme logistique des supermarchés bloquée près de Bordeaux

Blocage d’une plate-forme logistique près de Bordeaux. Environ 200 personnes bloquaient jeudi depuis tôt le matin la plate-forme logistique de Carbon-Blanc (banlieue bordelaise) qui approvisionne les supermarchés du groupe Auchan du sud-ouest

50) Autobus Rennes

Le trafic des bus dans Rennes était totalement interrompu jeudi matin 21 octobre pour la deuxième journée consécutive après des coups et gaz lacrymogènes tirés contre des conducteurs par des policiers venus libérer l’accès du principal dépôt.

49) Blocage de voies SNCF

La SNCF déplore que « des actes de malveillance pénalisent le retour à la normale des trafics », après notamment des blocages de voies en Ile-de-France (Achères, Dourdan, Etampes, Montceau, Paris Austerlitz), et sur des installations SNCF à Mitry et à la gare Montparnasse.

48) Victoire des ouvriers de Payen après 3 semaines de lutte !

Depuis 3 semaines les ouvrières et les ouvriers de l’entreprise textile Payen de Saint -Julien en Saint Alban (Ardèche) bloquaient l’entrée de l’usine ; ils luttaient contre le projet de suppression de 34 emplois. En dépit des menaces de la direction (plainte contre une vingtaine d’ouvriers, etc.) ils ont maintenu nuit et jour leur blocage, encouragés par le soutien de la population. Lors de l’audience au Tribunal de Privas la semaine dernière, les lycéens en manifestation étaient venus les soutenir, et ils ont toujours été en tête de toutes les manifestations organisées ces derniers temps sur les retraites.

Finalement la direction de Payen a annoncé hier soir le retrait des suppressions des emplois !

Il n’y a pas de doute qu’elle a considéré que, étant donné le rapport des forces actuel en faveur des ouvriers, ’il n’y avait peu de chances que ces derniers abandonnent leur lutte.

La victoire de ces ouvriers d’une PME (240 ouvriers environ sur divers établissements) doit être un encouragement pour tous !

47) Blocage de l’arsenal de Toulon ce 21 octobre

06h00. Plusieurs dizaines de militants syndicaux bloquaient jeudi partiellement les accès de l’arsenal de Toulon (Var), empêchant les personnels non-militaires d’y pénétrer.

46) Blocage de l’accès à l’aéroport de Marseille

03h30 à 8h30. L’accès à l’aéroport de Marseille-Provence, bloqué depuis environ 5 heures, a été libéré. Les quelque 200 manifestants ont quitté les lieux au moment de l’arrivée des forces de l’ordre et la circulation, très perturbée par l’action, reprenait doucement vers 8h30.

45) Un peu partout en France, les routiers poursuivent leurs actions "coup de poing"

Ils ont bloqué ce matin 21 octobre la zone industrielle d’Amiens-Nord (Somme), les ports céréaliers et containers de Rouen (Haute-Normandie) tandis qu’une quinzaine d’opérations escargot était menée un peu partout, notamment à Saint-Nazaire, Nantes (Loire-Atlantique) ou sur l’A75 à Clermont-Ferrand.

A Marseille, aucun bus ni aucun tramway ne circule : les dépôts ont été bloqués par les agents de la RTM à l’aide de palettes et de pneus enflammés.

A Lille (Nord), des manifestants ont muré la porte de la permanence locale de l’UMP.

44) FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

La grève touche des collectivités territoriales (cantines, ramassage d’ordure, crèches, etc.) dans au moins 28 départements, selon la CGT, comme à Toulouse, Agen où la mairie a fait appel à son service "espaces verts" pour dégager les déchets, ou Marseille, où le préfet a fait appel à la sécurité civile pour ramasser les ordures.

43) AUDIOVISUEL PUBLIC

Des perturbations affectaient Radio France. France Info fonctionnait environ une demi-heure sur deux. Sur France Inter, Le Fou du roi n’a pas été diffusé. France Musique a été privée de matinale.

42) GAZ ET ÉLECTRICITÉ

Les deux principaux terminaux méthaniers, Fos-Tonkin (Bouches-du-Rhône) et Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique), étaient arrêtés mercredi, le troisième fonctionnait à "débit minimum".

EDF chiffre la perte de production résultant de la grève à 1.850 MW. Selon la CGT, les électriciens grévistes d’EDF ont procédé à des baisses de production d’électricité de 2.000 mégawatts (MW), et "50 éclairages publics ont été coupés ainsi que 15 mairies UMP et une préfecture" dans le Sud-Ouest.

41) Nombreux blocages routiers ce 20 octobre

Le Centre national d’information routière (CNIR) recensait vers 11H15 une quinzaine de barrages filtrants ou d’opérations escargot sur des routes et autoroutes à travers la France.

En région parisienne, la circulation est très perturbée à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) sur la N4 par une "manifestation d’étudiants dans les deux sens de circulation", indique le CNIR.

Même cas de figure près de l’aéroport d’Orly, avec la mise en place d’un "barrage fixe dans le sens nord/sud depuis 10H30", et sur la N7 avec là aussi un "barrage fixe dans le sens nord/sud depuis 10H45".

Dans l’ouest du pays, le trafic de la D347 subit un barrage filtrant dans les deux sens depuis 07H00 sur la commune de Vivy (Maine-et-Loire), au niveau du rond-point de la Ronde.

Dans le nord, les échangeurs d’accès (RD652) au Marché d’intérêt national (MIN) de Lomme (Nord) sont bloqués depuis 07H45. A Amiens (Somme), des barrages filtrants bloquent les poids lourds sur trois ronds points, dans la zone industrielle des Longprés, selon le CNIR, qui annonce également de "probables perturbations à venir sur la rocade nord d’Amiens (RN1) et sur la RD933".

Dans le Puy-de-Dôme, à Clermont-Ferrand, l’autoroute A75 est coupée depuis 07H55 dans le sens sud/nord par une manifestation.

Enfin, dans le sud, plusieurs barrages filtrants ont été mis en place autour de Nîmes (Gard), sur la N113 et la N106, provoquant d’importants embouteillages.

Des grévistes du syndicat FO ont bloqué jusqu’à 09H00, les trois tunnels urbains de Marseille.

40) Blocage de la plate forme logistique de Mazères en Ariège

Depuis le 20 octobre 4h30 du matin, aucun camion n’a franchi les portes de la plate-forme logistique de Mazères bloquée par l’Intersyndicale (CGT, FSU, Solidaires, CFDT, UNSA, Fo), par la Confédération paysanne de l’Ariège et par le Collectif Retraites 09.

Cette immense plate forme alimente les supermarchés de tout le secteur entre Bayonne, Toulouse et Perpigan.

39) Blocage d’une importante plate-forme logistique et industrielle à Lille

Le Centre régional de transport (CRT) de Lesquin, importante plate-forme de transport et de logistique de la région lilloise, était bloqué mardi matin dans le cadre du mouvement contre la réforme des retraites.

Les manifestants, cheminots et routiers, ont dressé vers 07H00 des barrages filtrants sur les axes et les ronds-points menant au CRT, entre les autoroutes A1 et A23, aux portes sud de Lille.

Munis de drapeaux de la CGT, de la CFDT, de Sud ou du NPA, ils ont distribué des tracts aux automobilistes et routiers pris dans les bouchons.

"On entend sensibiliser la population à la manifestation de cet après-midi et aux raisons de notre action. On ne veut pas prendre l’économie en otage, mais il faut durcir le ton", a expliqué Fabien Tosolini, délégué CFDT Cheminots.

"Certains d’entre nous ont perdu 1.000 euros depuis mardi (12 octobre). Le gouvernement a créé les conditions de la radicalisation du mouvement", a-t-il ajouté.

La manifestation occasionnait deux kilomètres d’embouteillage sur l’A23 dans le sens Lille-Valenciennes, selon le CRICR.

Le CRT rassemble de nombreuses entreprises de transport, un tri postal et des entrepôts de distribution.

http://www.leparisien.fr/lille-5900...

38) Retraites - Les syndicats votent le blocage d’une centrale EDF

Les employés de la centrale thermique EDF de Cordemais (Loire-Atlantique) ont voté mercredi le blocage des accès de l’entreprise dans le cadre du mouvement contre la réforme des retraites, a-t-on appris de source syndicale.

"Plus personne ne rentre, hormis les personnels d’astreinte d’exploitation", a dit à Reuters Christophe Sey, délégué syndical (Force ouvrière) de la centrale. "Les deux tranches fioul sont à l’arrêt, et les deux autres charbon sont au minimum technique", a-t-il ajouté.

La décision a été actée lors d’une assemblée générale des syndicats CGT et FO, qui représentent respectivement 60 et 20% des 450 employés EDF de la centrale. Le site emploie également 450 sous-traitants, dont l’accès au site a donc été empêché. (Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal)

http://fr.reuters.com/article/frEur...

37) Retraites - Blocage d’un dépôt stratégique près de Marseille

Des opposants à la réforme des retraites ont bloqué mercredi les accès d’un dépôt stratégique de carburant à Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), a-t-on appris de source syndicale.

Le dépôt Trapil alimente en kérosène les aéroports civils de Marseille, Nice et Lyon ainsi que les bases aériennes militaires d’Orange, des Milles et de Salon-de-Provence.

"Le commissaire de police nous a déjà prévenu qu’il ferait donner la force publique pour nous dégager", a déclaré à Reuters Rachid Medhi, le délégué CGT de la raffinerie Total à la Mède.

Plusieurs dizaines de grévistes ont pris position devant le dépôt mercredi matin vers 04h00 (02h00 GMT), a-t-il précisé.

(Jean-François Rosnoblet, édité par Thierry Lévêque)

http://fr.reuters.com/article/frEur...

36) Le dépôt de carburants de Brest bloqué

Le dépôt de carburants du port de commerce de Brest a été bloqué mercredi matin par plus de 250 manifestants et les forces de l’ordre sont sur place,.

Les manifestants de Force ouvrière, Solidaire et de la CGT, rejoints par une cinquantaine de lycéens dans la matinée, ont organisé des barrages filtrants à deux ronds points qui mènent au dépôt de carburant, dès 05H00.

Entre trente et quarante camions citerne sont positionnés sur les voies d’accès du dépôt et une quinzaine d’autres, qui avaient fait le plein avant le blocage et étaient prêts à reprendre la route, restent coincés à l’intérieur.

Les forces de l’ordre, qui sont sur les lieux depuis le début du blocage, attendaient l’ordre du sous-préfet de Brest pour procéder au déblocage du dépôt qui pourrait intervenir avant la fin de la matinée, selon le sous-préfet sur place.

http://www.romandie.com/ats/news/10...

35) Dépôt de carburants de Mulhouse bloqué

Le dépôt de carburants de l’Ile Napoléon à côté de Mulhouse est bloqué depuis la fin de matinée du 20 octobre. C’est lui qui approvisionne une grosse partie des stations-service du Territoire de Belfort.

34 ) Blocages dans les Landes

19 octobre 2010 : 11000 MANIFESTANTS à Dax et à Mont de Marsan

MERCREDI 20 OCTOBRE 2010 : Pendant plus de deux heures 300 citoyens syndiqués (Venus de Bayonne, Tarnos et Tyrosse) ont bloqué toutes les 15mn camions et voitures au péage de Benesse Maremne dans les Landes, puis ils ont laissé le passage gratuit à des milliers d’automobilistes.

Initiatives de l’Intersyndicale des LANDES

33) Lorient : environ 200 manifestants bloquent les voies ferrées

Environ 200 personnes bloquent actuellement les voies ferrées à la gare de Lorient. Le cortège est composé d’une centaine de lycéens et d’une centaine de représentants syndicaux.

Les manifestants ne savent pas combien de temps ils vont rester sur place mais ont annoncé que les actions allaient se poursuivre dans la journée

32) Dépôts de carburant : Port de Bouc...Avignon...blocages en série

D’un blocage à l’autre, à l’appel d’un syndicat ou d’un autre. Cgt, Fo, Sud, et Cfdt et les grévistes restent déterminés contre la réforme des retraites aujourd’hui au vote au sénat. Comme dans le reste du pays, les actions se poursuivent.

Ce matin, c’est à Port de Bouc qu’à l’appel de la Cgt, le dépôt pétrolier a été bloqué. Dépôt stratégique puisqu’il alimente en kérosène, les aéroports de la région.

A Marseille, les 3 tunnels urbains ont été bloqués par des grévistes du syndicat FO. Dans la matinée, les forces de l’ordre sont intervenues, ensuite à Marseille encore, les bus et les tramways sont au dépôt, bloqués par la Cgt, FO, Sud et la CFDT. En fin de matinée, des grévistes ont envahi la chambre de commerce et d’industrie toujours à Marseille.

Vidéos :

Sur le blocage de Port de Bouc : Hélène Ohresser professeur d’Histoire Sud education, Jean Marie Michelussi délégué Cgt-Chimie.

Devant le tunnel St Charles à Marseille, Patrick Ruel FO, puis Eugène Caselli président de MPM. 

A propos des bus et trams : Chérif Boukhmala, un chauffeur de bus et Bernard Gardiolo Cgt RTM. 

Dans le Grand Avignon, pas de bus ce matin, à l’exception de la navette qui mène du centre ville à la gare TGV.

Hier soir à Toulon, les chauffeurs routiers à l’appel de leur syndicat majoritaire CFDT et rejoints par la CGT ont organisé des barrages filtrants à l’entrée de Toulon. Barrages toujours en place au petit matin.

http://mediterranee.france3.fr/info...

31) Le dépôt de carburant Total de Ouistreham (Calvados) bloqué

Des opposants à la réforme des retraites en cours d’adoption bloquent le dépôt de carburant Total de Ouistreham, à 15 km de Caen sur le littoral, qui était resté libre d’accès lundi et mardi, a-t-on appris mercredi 20 octobre auprès des gendarmes... (AFP)

30) Nantes 20 octobre dans la matinée : ni trains, ni trams, ni avions

Ce mercredi matin, plusieurs centaines de manifestants ont bloqué les voies de la SNCF et celles qui sortent de l’entrepôt des tramways, à Nantes, en Loire-Atlantique.

Selon un responsable de la SNCF « le trafic ferroviaire est complètement bloqué ».

Un responsable qui ajoute que tous les trains ont été bloqués en gare, « les manifestants ont mis en place un barrage et empêchent les autobus de passer sur le boulevard voisin ».

Même situation de blocage à l’aéroport Nantes-Atlantique, indique Le Figaro.

L’ensemble des rond-points d’accès à l’aéroport sont bloqués par des manifestants.

Seuls les piétons peuvent passer…

Ces différentes actions ont été annoncées, mardi, par la fédération CGT des Transports, dans le cadre du mouvement national de protestation contre la réforme des retraites.

http://www.lepost.fr/article/2010/1...

29) Les voies de la gare de Nantes envahies : trafic TGV perturbé

Des manifestants non cheminots ont envahi ce mercredi 20 octobre à 5 h 30 les voies SNCF de la gare de Nantes.

Cela a engendré d’importantes perturbations du trafic.

Deux TGV Nantes-Paris (départ Nantes à 5 h 30 et 6 h 30) ont été détournés par Rennes.

Ce qui devrait entraîner un retard d’1 h 30 à 2 h. Quatre TGV Paris-Nantes ont été stoppés à Angers.

Les clients ont été acheminés jusqu’à Nantes par car. Plus de 2000 voyageurs sont concernés par les perturbations.

Le trafic TER a lui aussi été interrompu. A 9 h 40, les voies étaient libérées.

La SNCF procède au contrôle de sécurité avant de les rouvrir.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmi...

28) Le point sur les perturbations en cours dans la matinée du mercredi 20 octobre Article L’Express

Trafic aérien perturbé, stations-service à sec ... Toutes les conséquences pratiques de la mobilisation contre la réforme des retraites.

La contestation contre la réforme des retraites se poursuit mercredi 20 octobre

TRAFIC AERIEN :

Un quart des vols doivent être annulés en début de matinée à l’aéroport d’Orly, soit une trentaine de vols.

Air France a prévu d’assurer 100% de ses vols long-courriers mais annule quelques vols domestiques au départ d’Orly.

La compagnie recommande aux passagers d’anticiper leur arrivée aux aéroports, du fait de l’appel de la CGT transports à des manifestations dans les aérogares partout en France.

> Pour s’informer : le site des Aéroports de Paris

L’accès à l’aéroport de Toulouse-Blagnac était bloqué ce matin par quelque 600 manifestants.

La Police de l’air et des frontières a seulement indiqué qu’elle "gérait les manifestants".

Le Crir de Bordeaux a annoncé pour sa part que l’A621 était "coupée à tous les véhicules" à la hauteur de Blagnac, avec "un accès à l’aéroport impossible".

Des vols ont pu décoller tôt dans la matinée, mais la direction de l’aéroport a prévu des annulations dans la matinée.

RATP :

Le trafic est conforme aux prévisions : il est "normal" sur l’ensemble des réseaux métro, bus et tramway.

L’ensemble du réseau RER est revenu à un trafic quasi normal, seul le RER B restait perturbé avec six trains sur dix en pointe.

> Pour s’informer : www.ratp.fr

SNCF :

Le trafic TGV sera de 2 trains sur 3

TGV en provenance ou à destination de Paris : 2 TGV sur 3 en moyenne

TGV de province à province : 1 train sur 2 en moyenne.

Transilien : le trafic sera supérieur à 1 train sur 2.

TER : le trafic sera supérieur à 1 service sur 2.

Trains Corail de jour : le trafic sera supérieur à 4 trains sur 10.

Intercités :

Nord : 6 trains sur 10

Est : 3 trains sur 10

Ouest : 1 train sur 2

Sud Est : 1 train sur 3

Téoz : supérieur à 4 trains sur 10

Trafic de nuit Lunea : aucun trafic la nuit du 19 au 20 octobre. Le trafic Paris-Nice et Nice-Paris sera normal la nuit du 20 au 21 octobre.

Trafic normal sur Eurostar, et quasi-normal sur Thalys.

TGV/ICE (relation France-Allemagne) : service normal

TGV Lyria (relation France-Suisse) : service normal sur l’axe Zürich, 1 TGV sur 2 sur les axes Genève et Lausanne, aucune circulation sur l’axe Berne.

TGV Artesia (relation France Italie) : 1 A/R Paris-Milan

Talgo de jour (relation France-Espagne) : Aucune circulation

Nuit du 20 au 21 octobre

Artésia (Relation France-Italie) : Aucune circulation

Train de nuit allemand : (France-Allemagne) : Aucune circulation

Elipsos (Relation France-Espagne) : Aucune circulation

Lunea (Trains de nuit nationaux) : Aucune circulation sauf un aller-retour sur Paris- Nice

Auto Train : Aucune circulation

>Pour s’informer :

se connecter sur www.sncf.com et www.infolignes.com pour tous les trafics

www.abcdtrains.com pour les prévisions Transilien par gare

numéros verts 08.05.90.36.35 pour Grandes lignes (TGV), TER, Téoz et Intercités, 08.05.70.08.05 pour Transilien

SNCF La Radio : un point trafic toutes les 15 minutes depuis l’application SNCF Direct sur smart phone et tous les sites internet SNCF, France Bleu Ile-de-France (107.1)

Téléphone portable : sncf.mobi pour accéder en temps réel aux informations.

CARBURANT :

Près de 4.000 stations-service étaient "en attente d’approvisionnement" sur 12.500, selon le gouvernement.

1.000 stations-service du groupe Total sont en rupture d’un ou de plusieurs carburants, soit près d’un quart des 4.300 stations que compte le réseau de la compagnie pétrolière, selon la direction.

Les douze raffineries du pays restaient paralysées mardi. Les accès aux dépôts de carburant de Donges, La Rochelle et Le Mans ont été débloqués.

ROUTES :

Le Centre national d’information routière (CNIR) recensait peu avant 9h une douzaine de barrages filtrants ou d’opérations escargot liés au mouvement contre la réforme des retraites, sur des routes et autoroutes à travers la France, selon un communiqué.

Dans l’ouest du pays, la circulation sur l’autoroute A150 était perturbée par une "opération escargot mobile depuis 8h10", au niveau de la commune de Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime), selon le CNIR.

A Rouen même, la D938 subissait un barrage filtrant mobile de 40 poids lourds depuis 07H10. Dans le Maine-et-Loire, un autre barrage filtrant était installé sur la D347 dans les deux sens, sur la commune de Vivy, depuis 7h.

En Ille-et-Vilaine, un sit-in de manifestants sur les voies de circulation bloquait la D177 à Rennes depuis 8h00. Même cas de figure à 3 km au sud, à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine), sur la N136.

A Nantes, des manifestants bloquent les voies de la SNCF et les voies de tramway , de même que les accès à l’aéroport.

Dans l’Indre, la N151 était coupée par un barrage filtrant dans les deux sens au niveau d’Issoudun depuis 8h10.

Dans le sud-ouest, l’accès à l’aéroport de Toulouse-Blagnac par l’A621 était très perturbé depuis 06H30 à cause d’une manifestation. A 8 km à l’ouest de Toulouse, un barrage filtrant était installé sur la N124, sur la commune de Colomiers (Haute-Garonne).

A 2 km à l’est de Limoges, à hauteur de Panazol (Haute-Vienne), l’A20 était coupée par un barrage filtrant dans les deux sens.

Dans le nord, la D652 était bloquée au niveau des échangeurs d’accès au Marché d’intérêt national (MIN) de Lomme (Nord) depuis 7h45. A Amiens (Somme), des barrages filtrants bloquaient les poids lourds sur trois ronds points, dans la zone industrielle des Longprés, selon le CNIR, qui annonce également de "probables perturbations à venir sur la rocade nord d’Amiens (RN1) et sur la RD933".

Enfin, dans le sud-est, l’A75 était coupée depuis 8h à Clermont-Ferrand dans le sens sud-nord "en raison d’une manifestation", ajoute la même source.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...

27) Eboueurs de Toulouse en grève

La moitié des 520 éboueurs de la Communauté urbaine de Toulouse (CUT) étaient en grève mardi matin avec l’objectif de durcir le mouvement de contestation de la réforme des retraites. Guy Mongin, secrétaire CGT, a précisé que les éboueurs en grève n’avaient pas effectué le ramassage des ordures et que les non grévistes n’avaient pas pu vider leurs camions à l’usine d’incinération de Monlong (sud de Toulouse), bloquée par un piquet de grève.

26) La grève se poursuit à La Poste

Quelque 10,23% des postiers sont en grève, selon la direction. Le syndicat Sud-PTT annonce lui un chiffre de 25%.

25) Appel à la grève générale dans le port du Havre

Après les affrontements du milieu de matinée dans la manifestation du Havre, le syndicat CGT du port du Havre a appelé à une grève générale.

Demain mercredi, les accès à la zone industrielle et portuaire seront bouclés et la circulation aux entrées de la ville du Havre seront fortement perturbées.

Pour Pierre Lebas, le secrétaire de l’union locale CGT, "il faut la grève générale".

http://www.paris-normandie.fr//actu...

24) Marseille : Le port de Fos toujours bloqué

Les terminaux de Fos et Lavera sont de nouveau mobilisés, pour le 23e jour consécutif, contre la réforme des ports, relate mardi La Provence .

65 navires et 4 péniches sont actuellement bloqués en rade de Marseille (Bouches-du-Rhône).

Par ailleurs, dans le cadre du mouvement contre la réforme des retraites, les terminaux marchandises de Fos sont mardi en grève pour 24 heures, précise le quotidien provençal.

http://www.lejdd.fr/Societe/Social/...

23) Quimperlé le 19 octobre : mobilisation énorme et blocage de la voie express

La manifestation quimperloise s’est achevée vers 13 h 30. Sans doute une manifestation record pour une ville de 11.000 habitants, avec de 5.500 à 6.000 personnes, et particulièrement motivées, puisqu’elles ont parcouru au moins dix kilomètres malgré les averses. Elles ont notamment marché trois ou quatre kilomètres sur la voie express, entre les échangeurs de Kergostiou (à hauteur de Bigard) et de Kervidanou. La gendarmerie avait établi des déviations dans les deux sens.

[Video] http://www.letelegramme.com/local/f...

22) 4 551,37 euros versés par les manifestants du Mans aux bloqueurs du dépot de carburant

Le Mans, mardi 19 octobre : Pendant la manifestation, les manifestants ont versé 4 551,37 euros dans une caisse de grève pour soutenir les gens qui bloquent le dépot de carburant local.

Faites de même dans vos manifs.

21) 19 octobre à Perpignan

18000 à Perpignan, affluence impressionnante, serrés comme des sardines.

Salut aux salariés du privé EAS, CEMOI et bien d’autres, salut aux camarades des entreprises publiques, fonction publique territoriale, hospitalière, d’Etat, salut aux étudiants, lycéens, salut aux élèves du lycée hôtelier et à leur barrage de poubelles.

A Noter, en fin de manif, les grandes centrales demandent le blocage de la place de Catalogne et donc de la ville tandis qu’une nombreuse avant garde prend l’habitude d’occuper le pont Arago, CNT en tête.

La veille, blocage temporaire du Perthus par les Douaniers en colère, barrages sporadiques sur certains axes par d’autres groupes, ça s’anime sévère sous le soleil du Roussillon.

Bengun sur Bellaciao

20) 35000 à Toulon

La manifestation toulonnaise a sans doute été la plus massive depuis le début du mouvement. Environ 35 000 manifestants ont défilé ce matin à Toulon, avec une présence impressionnante de la jeunesse. Tous les lycées de l’aire toulonnaise étaient présents dans le cortège jeunes, ainsi que le lycée hotelier particulièrement motivé.

Les cortèges syndicaux, notamment celui de la CGT et de la FSU, étaient tout aussi massifs.

Les slogans étaient mieux repris, les rangs de la manifestation étaient plus compacts que d’habitude.

La manifestation s’est terminé par un pique nique sur le Boulevard de Strasbourg, bloquant le centre ville jusqu’à 14 H.

19) AUBENAS (Ardèche) BLOCAGES

19 octobre Difficile de compter entre 4.000 et 5.000 à Aubenas, pas de défilé mais un blocage des 3 ronds points cruciaux de 14h00 à 19h00, entendu à la radio une file de camions jusqu’à Privas (30km), du jamais vu !! des gens remontés et déterminés !! demain RV à 17h00 à Vals les Bains pour blocage !!

18) Les convoyeurs de fonds appelés à la grève

Quatre fédérations syndicales des transports (CFDT, CFTC, CGT, FO) leur proposent grèves et débrayages. « Jusqu’à présent, les convoyeurs ont participé aux manifestations. Nous voulons les sensibiliser et aller au-delà », a expliqué Patrick Noszkowicz, délégué CGT de la société Brink’s, un des deux poids lourds du secteur avec Loomis.

17) Saint-Nazaire lundi 18 octobre 2010 La grève reconduite jusqu’à vendredi à la raffinerie de Donges

Une nouvelle assemblée générale est d’ores et déjà programmée vendredi.

Près de 450 salariés ont participé à l’assemblée générale des personnels de la raffinerie Total cet après-midi. Des salariés très déterminés qui ont voté, «  à une très large majorité  » la reconduction de leur mouvement jusqu’à vendredi 13 h 30. À Donges, la production est à l’arrêt complet depuis le 12 octobre. Au dépôt pétrolier de la SFDM, les salariés en grève ont également reconduit leur mouvement, jusqu’à mercredi soir.

16) La CGT de Total dénonce la réquisition du personnel de la raffinerie de Grandpuits

Décrétée par le préfet de Seine-et-Marne, au nom de la « tranquilité et la sécurité publiques », la CGT considère qu’elle porte atteinte au droit de grève.

15) Débrayages dans les six usines d’Unilever France

Les salariés protestent à la fois contre la réforme des retraites et contre le projet de fermer l’usine Fralib à Gémenos, (Bouches-du-Rhône), qui fabrique les thés Lipton et les infusions Eléphant.

14) Le site PSA-Peugeot-Citroën de Mulhouse bloqué !

Après les routiers, l’automobile, le site PSA-Peugeot-Citroën de Mulhouse bloqué depuis cet après-midi 18 octobre

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/20...

13 ) 18 octobre 12h35 : Des ouvriers d’Alstom bloquent la circulation à Valenciennes

Quelque 150 ouvriers d’Alstom ont bloqué lundi matin près de Valenciennes une entrée de l’autoroute A2, dans le sens Valenciennes-Lille.Des policiers avaient dressé un barrage sur un rond-point en amont pour réguler la circulation et diriger les automobilistes vers d’autres entrées d’autoroute.

12) Manifestation à Lyon ce 18 octobre

Un cortège d’environ un millier de personnes, composé de lycéens, de cheminots et de routiers, a quitté la place Bellecour à Lyon vers 14 h 30 pour rejoindre la place Jean-Macé. Les manifestants ont renoncé à se rendre au palais de justice, protégé par d’importants moyens policiers, où trois jeunes adultes doivent comparaître ce lundi après-midi après les dégradations commises jeudi et vendredi.

11) La CGT Air France appelle à l’action mercredi dans les aéroports

Le syndicat CGT d’Air France a appelé lundi à la grève et à des actions mercredi dans les aéroports contre la réforme des retraites, en précisant qu’il se réservait la possibilité de bloquer ces derniers.

"La CGT appelle l’ensemble des salariés d’Air France à se mobiliser sur les différents aéroports français et à faire du mercredi 20 octobre un moment fort de mobilisation contestataire", écrit le syndicat dans un communiqué.

Lors de la manifestation contre la réforme samedi à Paris, un représentant CGT Air France avait annoncé l’organisation du blocage des aéroports français mercredi.

Un responsable a précisé lundi que le syndicat n’appelait pas directement à bloquer les aéroports français mais qu’il se réservait cette possibilité.

La CGT est le premier syndicat d’Air France avec 19% des voix aux élections de 2007.

Un porte-parole d’Air France n’a pas fait de commentaire sur les conséquences d’un éventuel blocage.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Source : http://www.lepoint.fr/la-cgt-air-fr...

10) Opération escargot sur l’A7, au niveau de Lyon, jusqu’au tunnel sous Fourvière

Plusieurs centaines de routiers, cheminots et salariés de Total ont quitté la raffinerie de Feyzin, au sud de Lyon, à bord de voitures et de camionnettes. Ils se dirigent sur l’autoroute A7 pour une opération escargot d’envergure jusqu’au tunnel sous Fourvière. « Personne n’a pris son camion pour éviter des retraits de permis », a indiqué à 20minutes.fr Christian Cottaz, secrétaire général de la CFDT Transports du Rhône.

18h40 : 10 km de bouchons à Lyon à cause de l’opération escargot Entre la raffinerie de Feyzin et le tunnel sous Fourvière. Selon le site Info trafic du Grand Lyon, le trafic était chargé sur de nombreux axes de Lyon.

9) L’entreprise de transports (autocars) Kéolis Brionne (Eure) rejoint le mouvement !

l Réunis ce matin sur le site de Brionne (27), les salariés kéolis dans une large majorité ont approuvé le mot d’ordre de grève lancé pour rejoindre dès demain matin (mardi 19 octobre) le mouvement national contre la réforme des retraites.

En dépit des arguments fantaisistes de la direction qui tentait de les dissuader en invoquant de terribles menaces de représailles juridiques à l’encontre de ceux qui auraient l’outrecuidance de ne pas démarrer leur bus demain matin, et ce, au motif qu’aucun préavis de grève n’a été émis au niveau du site ; les salariés ne se sont pour autant pas laissé duper par ce grossier stratagème de la direction, puisqu’il s’agit là d’un mouvement national pour défendre l’intérêt général qu’est celui de notre système de retraite publique ; -système acquis de haute lutte par nos aïeux, et que d’autres crapules rêvent aujourd’hui de privatiser au profit par exemple du frangin du nabot de l’élysée (Guillaume Sarkozy) qui dirige une de ces caisses de retraite par capitalisation (enfin le bon attrape-gogos façon Enron).

Par ailleurs, en espérant que ce vaste mouvement social d’aujourd’hui, soit l’émergence d’une puissante lame de fond qui emporte avec elle cet esprit d’individualisme forcené dans lequel se plaisent à nous maintenir les boutiquiers qui nous gouvernent (diviser pour mieux régner), il serait bon qu’on envisage de créer un site à l’usage des salariés kéolis, et pourquoi pas même plus largement, pour tous les salariés de DSP (Délégation de Service Public), comme véolia… ; car injustice criante, il est évident que les conditions de travail et de salaires sont fort disparates d’un site à l’autre d’une même entreprise.

Un tel site favoriserait bien sûr les liens et échanges sociaux entre dépôts d’une même entreprise, ou d’un même secteur, mais dont les salariés sont atomisés sur l’ensemble du territoire, et par le fait réduits au silence de l’isolement. Alors bien sûr, un tel site nous permettrait cette union qui fait la force.

Convivial, il pourrait bien sûr être un lieu de rencontre et d’échanges entre collègues, mais aussi un forum pour construire nos revendications et les moyens de les porter à terme. Il est évident qu’avec un tel outil, on accéderait tout de suite à la puissance nécessaire pour faire courber l’échine tant à nos esclavagistes qui se gavent des marchés publics (du fric de nos impôts), qu’à la racaille politique qui docilement leur sert la soupe sur notre dos. Alors bidouilleurs motivés capables de nous fabriquer cet outil, faites-vous vite connaître, ainsi que tous intéressés par ce projet qui faisait l’unanimité ce matin en réunion.

SCARTAPUS.

8) Lorient (56). Echauffourées autour de la zone portuaire bloquée

La situation, tendue depuis ce matin 3 h 30, zone portuaire de Lorient, est en train de s’apaiser même si deux ronds-points sont actuellement toujours occupés par un face-à-face manifestants/forces de l’ordre.

A Lorient (56), une trentaine de manifestants ont bloqué vers 3 h 30 ce matin un rond-point donnant accès à la zone portuaire d’où ils ont été délogés par la police une heure plus tard, a indiqué Jean-Paul Le Dantec, de la CFDT.

Vers 06H30, les manifestants, qui ont reçu le renfort des dockers, ont à nouveau bloqué les accès à la zone portuaire. Ils seraient 150, selon la police, 600 selon les représentants des manifestants, à jouer au chat et à la souris avec les forces de l’ordre qui, depuis 7 heures environ font usage de gaz lacrymogène. Parmi les manifestants : des dockers, des routiers, des agents territoriaux et des ouvriers de la SBFM.

Le calme est revenu La situation était donc très tendue aux abords du dépôt pétrolier ce matin jusqu’à 9 heures. Des feux de pneus et de palettes allumés boulevard Jacques Cartier subsistent toujours, mais le gros des troupes s’est dispersé et désormais, forces de l’ordre et manifestantsse font face dans un calme relatif aux deux ronds points Cartier-Melchior et Cartier-Kergroise.

Le dépôt pétrolier, sous le contrôle des forces de l’ordre, est accessible aux camions-citernes qui emplissent donc leur cuve malgré une panne informatique du système de distribution.

7) L’intérim dans la lutte ! Nous ne lâcherons rien !

MARDI 19 OCTOBRE,

MERCREDI 20 OCTOBRE,...

ENSEMBLE, ON CONTINUE !

Ce lundi 18 octobre, plusieurs salarié(e)s intérimaires ont rejoint les piquets de grève partout en France et participent aux blocages avec l’interprofessionnelle. Nombreux aussi les salarié(e)s d’agence qui ont décidé de faire grève demain mardi et nous l’ont fait savoir.

Parce que cette mobilisation d’ampleur nationale défend l’avenir de chacun d’entre nous contre une attaque en règle contre notre système de retraite, l’Union Syndicale de l’Intérim CGT appelle l’ensemble des salariés intérimaires et permanents à se mobiliser et à se mettre en grève pour le mardi 19 octobre 2010 !

http://www.usi.cgt.fr

6) 18 octobre : Arrêt de travail et nbaisse de la production à la centrale nucléaire de Flamanville (Manche)

Des salariés de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche) ont voté lundi pour un arrêt de travail de 48 heures avec baisse de production pour protester contre le projet de réforme des retraites en cours d’adoption, a annoncé la CGT dans un communiqué. « Nous sommes la première centrale à voter aujourd’hui la baisse de production, qui sera d’au moins 50%. Nous l’enclencherons au plus tard dans la soirée, un système de sauvegarde nous empêchant de l’enclencher maintenant, notamment à cause du froid », a indiqué Philippe Page, délégué CGT. Selon le communiqué de la CGT, l’arrêt de travail a été adopté à 175 voix pour sur 180 présents, avec 5 abstentions. Un rassemblement est prévu à 11H00 dans Cherbourg, à quelques kilomètres de Flamanville.

5) 18 octobre : Les voies SNCF de l’Hérault et du Gard bloquées

Des manifestants ont empêché lundi matin la circulation de trains entre Nîmes et Montpellier et entre Montpellier et Béziers en bloquant des voies. Les manifestants étaient présents depuis 07H00 sur les voies à Nîmes, a indiqué une source syndicale, tandis que la SNCF précisait que les liaisons entre Nîmes, Montpellier et Béziers étaient interrompues. La SNCF attend l’intervention des forces de l’ordre.

4) 18 octobre : Barrages filtrants et lycées en ébullition à Toulouse

Alors que deux dépôts de bus de l’agglomération sont déjà bloqués depuis tôt ce matin, plusieurs dizaines de salariés du fabricant de composants Freescale (ex-Motorola), du groupe Thalès et de l’équipementier automobile Continental organisent des barrages filtrants aux abords de leurs établissements. La situation se tend aux abords de plusieurs lycées toulousains. Dès 7h30, des dizaines de policiers avaient pris position devant le lycée Bellevue, dans le sud de Toulouse, en pointe des blocages lycéens la semaine passée. Selon Bernard Dedeban, responsable départemental de la FSU, ils ont assuré l’accès à l’établissement dans une « ambiance tendue » face à de nombreux manifestants.

3) 8h59 : Transports bloqués à Saint-Etienne

Les transports en commun de l’agglomération stéphanoise sont fortement perturbés lundi matin en raison du blocage du principal dépôt d’autobus et de tramways.

2) 18 octobre de 7h à 8hh

7h43 : A Toulouse, deux dépôts d’autobus de Tisseo, le réseau de transports en commun, sont bloqués lundi matin par des traminots et des cheminots. D’après Franck Delperier, responsable du syndicat Sud transports routiers, environ 500 militants Sud et CGT bloquaient les deux dépôts nord et sud de la ville de Toulouse depuis les environs de 04H30.

7h42 : Au Mans, des routiers ont établis un barrage filtrant aux accès à la zone industrielle sud dès dimanche soir, un secteur toujours bloqué lundi matin, ce qui empêche les camions d’accéder au dépôt pétrolier de la ville. A Lorient, une trentaine de manifestants ont bloqué vers 03H30 un rond-point donnant accès à la zone portuaire d’où ils ont été délogés par la police peu après. Vers 06H30, les manifestants ont reçu le renfort des dockers et bloquent à nouveau les accès à la zone portuaire. En revanche, le dépôt pétrolier était sous le contrôle des forces de l’ordre, a-t-il dit.


6) Grèves au 13 octobre

Retraites : aujourd’hui 13 octobre 2010, de nombreuses luttes continuent.

Deux secteurs semblent pouvoir être particulièrement décisifs dans le combat :

*les cheminots de la SNCF, qui viennent de décider de reconduire la grève demain ;

* le secteur pétrolier à l’arrêt des ports et du raffinage

Les salariés des l’AP-HM (Assistance publique - hôpitaux de Marseille), ont reconduit la grève jusqu’à vendredi 15 octobre.

La grève continue à la SNCF.

Toutes les assemblée générales qui se sont tenues ce matin ont voté la reconduction de la grève. D’autres AG sont prévues dans l’après-midi.

En PACA, les AG qui ont eu lieu ont reconduit par 508 voix contre 33.

Dans le secteur pétrolier

Dans toutes les raffineries ont eu lieu ou vont avoir lieu des assemblées générales pour décider de la reconduite, ou non, de la grève.

Sur les 12 raffineries françaises, 11 sont soit à l’arrêt (dont certaines sans être dans l’action mais par manque de Brut), soit en débit mini et de fait n’expédient plus aucun produit.

Durcissement du mouvement ce matin à la raffinerie de Normandie, les grévistes imposant majoritairement à la Direction un arrêt total des unités.

La raffinerie Esso de Gravenchon rejoint le mouvement, ainsi que Feyzin ou la CFDT majoritaire, était restée en position d’attente hier.

Les terminaux pétroliers de Fos-Lavera sont toujours bloqués par les dockers en grève.

La mobilisation a commencé il y a 17 jours dans le port de Marseille. Les installations touchées aujourd’hui représentent 40% de la capacité française. 57 cargos dont 37 pétroliers, sont actuellement en attente de déchargement au large des terminaux de Fos-Lavera.

Au port du Havre, les personnels de la Compagnie industrielle et maritime (CIM), qui gère les terminaux pétroliers, sont également entrés en grève reconductible mardi. Ces terminaux alimentent les raffineries de la vallée de la Seine et livrent en kérosène les aéroports de Roissy et Orly.

En Loire-Atlantique, La raffinerie de Donges est également bloquée.

Et l’on peut s’attendre a de multiples actions de blocage des dépots dans les jours qui viennent, ce qui va devenir stratégique.

5) Marseille 13 octobre La grève reconductible continue aux impôts...

Communiqué du 13 octobre 2010 de l’Union SNUI-SUD Trésor Solidaires et CGT Impôts-Trésor

LA GREVE EST RECONDUITE…

LE MOUVEMENT S’AMPLIFIE !

Ce mercredi 13 octobre des AG se sont tenues sur tous les sites de l’ex DSF de Marseille.

Ces AG ont permis d’engager un large débat qui a conduit au vote de la reconduction de la grève pour demain jeudi 14 octobre.

Nous inscrivons ainsi dans l’appel intersyndical national Finances et interprofessionnel .

Sur le site Prado/Borde/Liandier, l’AG (plus de 80 agents des deux filières) a voté la reconduction à une large majorité.

L’ensemble de ces AG a voté également une action importante sur un site stratégique de la DRFiP des Bouches du Rhône.

Nous appelons l’ensemble des personnels des deux filières du département à rejoindre ce mouvement qui s’étend localement et nationalement d’heure en heure.

Dès que possible nous vous informerons du développement des actions dans tous les départements.

La victoire est a notre portée, plus nous serons nombreux plus nous serons forts ! ! !

SNUI solidaires des Bouches du Rhône 12 octobre 2010

ENCORE UNE JOURNEE ENORME !!!

Ex DSF Marseille 55,53 %

Ex DSF Aix 42,90 %

Ex DGCP 49,79 % dont TG 49,55 % - Marseille 48,26 % - Aix 57,82 % - Arles 45,24 %

CSI Marseille 61,09 %

230 000 manifestants à Marseille. Nous n’avons pas les chiffre de la manif d’Arles mais sans doute était elle très grosse. La mobilisation ne fait que s’amplifier et sur l’ex DSF de Marseille la grève pour le 13 octobre a été votée lors de l’AG centrale du 11. Mercredi 13, nous sommes en grève et des AG de tous les personnels se tiendront sur tous les sites de Marseille afin de décider la reconduction pour le 14 et les actions à mener pour que ce mouvement s’étende à tous les postes et sites du département.

Des AG se tiendront également dans les postes et sites du nord du département dès jeudi et vendredi...

Nous vous tiendrons au courant des derniers développement de ces actions au fur et à mesure.

LA MOBILISATION DOIT ENCORE S’AMPLIFIER POUR FAIRE CEDER LE GOUVERNEMENT !

4) Point partiel au 12 octobre

Les secteurs avec un risque de perturbations au-delà de mardi :

- SNCF. Tous les syndicats ont déposé des préavis reconductibles. « Les cheminots en AG (NDLR : assemblées générales), à partir du 13 au matin, décideront du caractère reconductible de ce mouvement », a indiqué Gilbert Garrel (CGT-cheminots). Les prévisions de trafic pour le 12 octobre (cliquez ici) ne seront pas valables pour les jours suivants.

- RATP. La CGT (1er syndicat), Sud, FO et la CFDT ont déposé des préavis illimités. Mais l’Unsa, 2e syndicat, n’a pas déposé de préavis. La CFTC appelle à une grève de 24 heures. Selon ses prévisions de trafic, la RATP prévoit notamment un trafic « très perturbé » sur la ligne B du RER, « perturbé » sur la ligne A et les métros, et « légèrement perturbé » concernant les bus et les tramways.

- TRANSPORTS URBAINS. Les préavis de grève de 24 heures reconductibles ont été déposés dans 29 réseaux. Dans 56 réseaux, les préavis sont limités à mardi.

- COMPAGNIES MARITIMES. La CGT maritime, majoritaire, et FO appellent à la grève reconductible.

- LA POSTE ET FRANCE TELECOM. SUD-PTT et FO, 2e et 4e syndicats de ces entreprises, ont déposé des préavis illimités. Les autres syndicats ont déposé des préavis d’une journée.

- ENERGIE (EDF, GDF-Suez...). La CGT énergie, premier syndicat, a déposé un préavis illimité. Elle a annoncé des coupures ciblées d’électricité visant le Medef et certains hommes politiques. Les autres syndicats se limitent à 24 heures.

- RAFFINERIES ET CHIMIE. La CGT-chimie, premier syndicat du secteur, et la CGT du groupe Total appellent à la grève reconductible. Les salariés de la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) ont voté la grève reconductible avec arrêt de la production de carburant.

- METALLURGIE. La CGT métallurgie de l’Isère appelle à la grève illimitée, alors que la CGT métallurgie au plan national veut « hausser le ton et le niveau d’action ». La CGT métallurgie du Nord-Pas-de-Calais veut une grève générale reconductible.

- AGROALIMENTAIRE. La CGT soutient les grèves reconductibles d’une à huit heures.

- FRANCE TELEVISIONS. CGT, FO et CFTC ont déposé un préavis reconductible.

- PROTECTION JUDICIAIRE DE LA JEUNESSE. Le premier syndicat d’éducateurs (SNPES-PJJ/FSU) appelle à une grève reconductible.

- RHODIA ET ARKEMA. La CGT appelle à la grève mardi et est favorable à la reconduction.

Les secteurs où les perturbations devraient se limiter à mardi :

- FONCTION PUBLIQUE. La plupart des organisations appellent à une journée de grève. La CGT, premier syndicat, a toutefois déposé un préavis du 12 au 18 octobre, pour couvrir d’éventuels arrêts de travail, probablement sans grand impact. Seul Solidaires a appelé à la grève illimitée.

La mobilisation pourrait être forte à l’Equipement et aux Finances.

- EDUCATION :

De la maternelle à l’université, les personnels sont appelés à faire grève. Le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, prévoit 47,9% de grévistes parmi les enseignants. Dans l’enseignement privé, le premier syndicat (FEP-CFDT) appelle à la grève mardi.

- AVIATION. Des syndicats de l’aviation civile appellent à une grève de 24 heures. Quelque 30% des vols seront annulés aux aéroports de Roissy et Beauvais et 50% à Orly.

- PORTS. La CGT des ports et docks appelle à 24 heures de grève.

- ROUTIERS. La plupart des syndicats appellent à 24 heures.

- HOPITAUX. L’association des médecins urgentistes de France (Amuf) a déposé un préavis de 24 heures.

- JUSTICE. Le Syndicat de la magistrature, 2e syndicat, « appelle tous les magistrats à se déclarer en grève le 12 octobre » et « à renvoyer toutes les affaires ne présentant pas de caractère d’urgence ».

- Autres appels : chez Renault, pour quelques heures ou la journée, chez Saint Gobain, LCL...

3) Grève : les secteurs concernés (info Europe 1)

Transports, énergie : la mobilisation s’annonce forte contre la réforme des retraites.

C’est la quatrième journée contre la réforme des retraites depuis la rentrée et la mobilisation s’annonce très forte. Dans certains secteurs, des syndicats ont déposé un préavis de grève reconductible. Le conflit pourrait donc durer et se durcir. Mais la plupart des salariés en grève pour les retraites décideront mercredi de la reconduction du mouvement, que ce soit sous forme de grève ou d’autres actions.

La CGT annonce 244 manifestations mardi à travers la France, contre 230 lors de la précédente mobilisation du 2 octobre et 232 le 23 septembre. Selon l’Union nationale des lycéens (UNL), au moins une cinquantaine de lycées seront mobilisés.

Tour d’horizon des secteurs où un préavis de grève a été déposé. L’ombre d’un blocage des transports

Dans les transports. Tous les syndicats de la SNCF ont déposé des préavis reconductibles. A la RATP, trois syndicats ont annoncé un dépôt de préavis de grève reconductible. Des préavis de grève ont été déposés pour les réseaux de transports en commun dans 85 villes au total. Dans 49 d’entre elles, l’appel est reconductible.

Dans les airs. Les compagnies aériennes devraient réduire leurs vols de 50% mardi à l’aéroport d’Orly et de 30% dans les aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et de Beauvais, selon la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). L’ensemble des syndicats d’Air France appelle à une grève de 24 heures et la CGT dit réfléchir à une grève reconductible.

Les syndicats d’Air France ont appelé pour leur part à une grève limitée de 24 heures.

Sur les routes. L’ensemble des syndicats Solidaires du transport ont aussi appelé, dans un texte commun, à la grève reconductible dans leur secteur. La fédération CGT a également déposé un préavis de grève de 24 heures dans certains réseaux d’autoroutes.

Dans les ports. La CGT Ports et Docks a lancé un appel à la grève reconductible dans tous les ports de France à partir de mardi dans tous les secteurs : propreté, manutention ferroviaire et aéroportuaire, mareyage, transport fluvial, ports de plaisance et maritimes. La Fédération nationale des syndicats maritimes (FNSM) CGT appelle également les marins du commerce et de la pêche à des mouvements de grève reconductible à compter du 12 octobre.

Dans la fonction publique. Les fédérations de fonctionnaires CGT, premier syndicat du secteur, ont déposé un préavis de grève du 12 au 18 octobre. La FSU, premier syndicat de fonctionnaires, a déposé un préavis de grève à compter du lundi 27 septembre pour toute la fonction publique, qui sera toujours en vigueur le 12 octobre.

Dans l’éducation. Le SNUI-PP, premier syndicat du premier degré - écoles maternelles et primaires -, et le SNES, principal syndicat d’enseignants du second degré, appellent à la grève pour la journée de lundi. Selon le ministère de l’Education nationale, le taux de grévistes attendu dans le premier degré est de 27,17%, contre 33,53% lors de la grève du 23 septembre. Aucun chiffre n’est disponible pour le second degré.

Les syndicats lycéens FIDL et UNL invitent les élèves à manifester aux côtés des salariés. Le principal syndicat étudiant, l’Unef, appelle à une journée "facs mortes". Sud-Etudiants invite aussi à la mobilisation dans toutes les universités.

Risque de grève illimitée dans de nombreux secteurs

Dans les médias. Les syndicats CGT, FO et CFTC de France Télévisions ont déposé un préavis de grève reconductible. La précédente grève au sein du groupe audiovisuel, le 23 septembre dans le cadre de la journée nationale, était déjà reconductible.

A la Poste et chez France Télécom. Sud-PTT, le deuxième syndicat à la Poste et chez France Télécom, a déposé des préavis de grève reconductible dans ces deux entreprises à partir du 12 octobre.

A Pôle Emploi. La fédération Solidaires Sud-Emploi appelle à une grève reconductible après le 12 octobre. Un préavis a déjà été déposé à partir du mercredi, pour 24h.

En prison. La CGT-pénitentiaire a déposé un préavis de grève pour tous les agents du 12 au 18 octobre.

Dans le milieu judiciaire. Le Syndicat de la magistrature, classé à gauche, appelle à la grève le 12 octobre. L’autre syndicat du corps, l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire) préconise une action plus modérée. Le secteur pétrolier très mobilisé

Dans l’énergie. La CGT-Energie, premier syndicat des industries électriques et gazières (EDF, GDF Suez, etc.), promet des actions sur tout le secteur mardi contre la réforme des retraites, avec des baisses de charge et des coupures ciblées d’électricité à destination du Medef et des responsables politiques. Les cinq fédérations de l’Energie (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE/CGC) ont appelé ensemble, "pour la première fois dans ce mouvement contre le projet de retraite du gouvernement", à un "mouvement important de grèves et de manifestations" mardi.

Dans le secteur pétrolier. Chez Total, le syndicat appelle également à une grève reconductible, par périodes de 24 heures.

La raffinerie de Donges, près de Saint-Nazaire, a voté la grève illimitée à partir de mardi, 5 heures du matin, d’après les informations d’Europe 1. C’est la première raffinerie de France à voter l’arrêt complet de ses installations. A la raffinerie de pétrole Pétroplus de Petit-Couronne, près de Rouen, les salariés ont voté la grève reconductible immédiate avec réduction de la production.

La fédération CGT de la chimie, dont dépendent les salariés du secteur pétrolier, a appelé également à la grève reconductible. "Rien ne justifie cette réforme, sauf la volonté de préserver les intérêts financiers du patronat et de la finance", peut-on lire dans un communiqué de la Fnic-CGT.

2) Liste des secteurs concernés par un appel à la grève reconductible au 11 octobre 0h :

RATP : CGT, FO, CFDT, Solidaires

SNCF : CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, CFDT (dont FGAAC), UNSA, Solidaires

Transports en communs : CGT, FO, Solidaires

Transports Routiers (de Marchandises et de Voyageurs) : CGT, FO, Solidaires

Marine (Docks et Ports) : CGT

Total/Chimie : CGT

Mines/Energie (dont EDF/GDF-Suez) : CGT

La Poste/France Télécom : FO, Solidaires

France Télévisions : CGT, FO, CFTC

Fonction Publique Hospitalière/Santé/Sociaux : CGT, FO, Solidaires

Fonction Publique d’Etat : CGT, FO, Solidaires

Fonction Publique Territoriale/Collectivités Territoriales : CGT, FO, Solidaires

Contrôle Aérien/Aéroports de Paris : CGT

Education Nationale/Enseignement Supérieur/Recherche : CGT, FO, FSU, Solidaires

Agriculture/Agroalimentaire/Forêts : CGT

Finances : CGT

Equipement : CGT

Métallurgie : CGT

Culture : CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, UNSA, Solidaires

Ecologie, Energie, Développement Durable et Mer : CGT, FO, CFDT,UNSA, FSU, CFTC, Solidaires

Verallia (ex-Saint-Gobain Emballages) : CGT

INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) : CGT, CFDT, CFTC, Solidaires

source de la liste : forum crc

1) Le point au 8 octobre

Les huit organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, FO et UNSA) ont confirmé lundi une quatrième journée de mobilisation contre la réforme des retraites le 12 octobre prochain.

Après 3 grosses journées de mobilisation en France, après lesquelles le gouvernement n’a rien cédé (ou très peu) sur la réforme des retraites, on passe à la vitesse supérieure du côté des syndicats.

Leur but est toujours le même : faire plier le gouvernement, essentiellement sur l’âge du départ en retraite, fixé à 62 ans par Eric Woerth.

Mais certains secteurs, notamment des transports, se radicalisent : ils appellent à des grèves reconductibles.

SNCF

A la SNCF aussi, on fera grève le 12 octobre. Mais les syndicats s’orientent vers un mouvement qui pourrait durer plusieurs jours. Quatre des principales organisations ont officiellement déposé un préavis de grève illimitée à partir de mardi prochain.

« Les organisations syndicales ont décidé de déposer un préavis reconductible par périodes de 24 heures à partir du 12 octobre minuit », a déclaré mercredi Gilbert Garrel (CGT-cheminots) devant la presse. « Les cheminots en assemblées générales, à partir du 13 au matin, décideront du caractère reconductible de ce mouvement », a-t-il ajouté.

RATP Transports urbains

Les transports urbains en France pourraient aussi être touchés au-delà du 12 octobre. A Paris, la CGT-RATP a déposé mardi un préavis de grève illimitée, rejoignant ainsi la CFDT, FO-RATP et SUD-RATP.

Dans les autres villes, FO transports et CGT transports ont appelé tous les salariés du secteur à se lancer dans ce type d’actions.

Energies

Dans le secteur de l’énergie, aussi, les appels à la mobilisation au-delà du 12 octobre se multiplient. La fédération CGT de l’énergie, premier syndicat du secteur, va déposer un préavis de grève illimitée à partir du 12 octobre dans les 140 entreprises électriques et gazières (dont EDF et GDF Suez).

La fédération CGT du secteur de l’énergie a annoncé mercredi le dépôt d’un préavis de grève illimitée dans les secteurs du gaz et de l’électricité à partir du 12 octobre.

"Ce préavis de grève a pour objectif de permettre aux salariés d’élargir et d’amplifier le rapport de forces suite à l’action unitaire du 12 octobre 2010", contre le projet de réforme des retraites, précise un communiqué. "C’est une réponse responsable, organisée et déterminée, à la fin de non recevoir du gouvernement", ajoute le syndicat FNME-CGT.

Chimie

La CGT-Total a appelé mardi à un mouvement reconductible « dans toutes les raffineries » du groupe.

La fédération CGT de la Chimie, dont dépendent les salariés du secteur pétrolier, a appelé à son tour jeudi à la grève reconductible à partir du 12 octobre pour protester contre la réforme des retraites. "Rien ne justifie cette réforme, sauf la volonté de préserver les intérêts financiers du patronat et de la finance", écrit le communiqué de la Fnic-CGT.

Education nationale

Les syndicats majoritaires dans l’Education nationale, ont tous appelé au mouvement de grève le 12 octobre. Ils ne parlent pas, pour l’instant, de grèves reconductibles. Cependant, de nombreux préavis ont été déposés par département et par établissement pour la période du 12 au 17.

Ports et docks

Les terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et Lavera, près de Marseille, sont bloqués depuis neuf jours pour protester contre certains points de la réforme portuaire mais aussi le projet de loi sur les retraites.

D’autres ports pourraient être touchés. La fédération nationale des syndicats maritimes (FNSM) CGT a annoncé mardi qu’elle appelait les 40.000 marins du commerce, de la pêche et les personnels sédentaires employés par les compagnies maritimes à « des mouvements de grève reconductible ».

Routiers

La grève illimitée pourrait aussi concerner les routiers. « Les salariés du transport routier marchandises sont aussi prêts à se mobiliser à partir du 12 octobre », a expliqué la CGT des transports dans un communiqué.

France Télévisions

Les syndicats CGT, FO et CFTC de France Télévisions ont déposé mercredi un préavis de grève reconductible à compter du 12 octobre, dans le cadre de la journée de mobilisation nationale pour les retraites.

La grève doit démarrer à 00h00.

Les salariés du groupe public sont également appelés à se joindre aux manifestations organisées en France.

La CGT, FO et la CFTC exigent le "retrait" du "mauvais texte" sur la réforme des retraites.

Les syndicats demandent également à la direction de France Télévisions "le comblement des 900 emplois qui seront laissés vacants par le plan de départ volontaires en retraites", annoncé en 2009.

Marins

La fédération CGT de la mer a elle aussi appelé mardi à "des mouvements de grève reconductible à compter du 12 octobre".

Fonction publique (Hôpitaux, collectivités publiques, Education Nationale)

Tous les syndicats appellent à la grève pour le 12. Mardi prochain, de nombreuses crèches et écoles devraient donc être fermées. Plusieurs administrations, comme les mairies ou les préfectures, risquent aussi de rester portes closes.

La FSU, premier syndicat dans la fonction publique d’Etat, grâce à son hégémonie dans le monde enseignant, a appelé "tous les personnels à organiser des réunions et assemblées générales".

Les fédérations de fonctionnaires CGT ont déposé un préavis de grève qui s’étend du 12 au 18 octobre.

" Si une nouvelle fois, au soir du 12 octobre, après les mobilisations massives exprimées les 24 juin, 7 septembre et 15 septembre, le 23 septembre et 2 octobre, le Président de la République, le Premier Ministre et vous-même demeuraient sourds aux légitimes exigences de la majorité de la population, la mobilisation sera plus que jamais à l’ordre du jour.

D’autant que, pour la Fonction publique, s’ajoutent aux retraites les lourds contentieux concernant les salaires, l’emploi public et la RGPP.

Des personnels avec leurs organisations syndicales pourraient donc poursuivre leurs mouvements en cessant le travail dès après le 12 octobre. En conséquence, je vous prie d’accuser réception de la présente correspondance comme valant préavis de grève pour les journées du 12 au 18 octobre (inclus), ainsi que pour les nuitées en amont et en aval de celles-ci pour les agents travaillant en horaires décalés afin de permettre aux personnels de participer aux actions.

Ce préavis concerne l’ensemble des fonctionnaires et agents non-titulaires de l’Etat."

Finances publiques

La CGT Finances Publiques considère nécessaire de hisser l’action à un niveau supérieur par la reconduction de la grève...

Poste

Dans le cadre de la réforme des retraites, le syndicat Sud-PTT a déposé ce jeudi un préavis de grève reconductible à La Poste pour le 12 octobre. "Un mouvement reconductible est maintenant indispensable pour gagner" écrit le syndicat dans un communiqué.

France Télécom

Plusieurs préavis pour le 12, préavis de grève reconductible par SUD-PTT.

Air France

Dans le ciel aussi des perturbations sont à prévoir mardi 12 octobre, à l’occasion de la nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites... Cinq syndicats d’Air France (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, Unsa) ont appelé les salariés à se mobiliser. Le préavis de grève court de minuit le lundi 11 à minuit le mardi 12 octobre. Pour le moment il n’est pas question de grève reconductible, mais la CGT n’exclut pas cette possibilité. "Nous réfléchissons dès à présent à nous inscrire, comme la RATP, la SNCF, les Transports Urbains et d’autres à appeler les salariés à une grève reconductible au delà du 12 octobre" écrit l’organisation syndicale dans un communiqué indépendant.

Métallurgie

La cgt mettallurgie envisage la greve generale a partir du 12 octobre. La decision sera prise lundi 11 apres la reunion de 120 a 140 delegue cgt du secteur.

2) Les grèves reconductibles secteur par secteur

Article du Monde

Alors que le débat parlementaire sur la réforme des retraites se poursuit au Sénat, les initiatives en faveur de grèves reconductibles ont fleuri ces derniers jours, face à la détermination du gouvernement de reculer l’âge de départ en retraite.

Le point, secteur par secteur, avant la nouvelle journée de mobilisation nationale du mardi 12 octobre.

SNCF. Réunis mercredi après-midi, les quatre principaux syndicats de la SNCF (CGT, UNSA, SUD-Rail, Fgaac-CFDT) ont annoncé le dépôt d’un préavis de grève reconductible à partir du 12 octobre pour la défense des retraites. Trois syndicats – FO, CFTC, CFE-CGC – avaient déjà annoncé le dépôt d’un préavis de grève reconductible.

RATP. Lundi, le syndicat CGT de la RATP, le premier de l’entreprise publique, a déposé un préavis de grève illimitée. "Ce préavis couvre l’ensemble des services et des catégories professionnelles de la RATP à compter du lundi 11 octobre, 22 h 30, et ce pour une durée illimitée", indique un communiqué de la CGT de la régie.

FO et SUD prônent la même chose. La CFDT a déposé mercredi un préavis de grève reconductible à partir du 12 octobre. "La reconduction du mouvement dépendra de l’importance de la mobilisation et de la réponse du gouvernement", précise la CFDT-RATP. Un dirigeant national de la CGT relativise toutefois : la grève avait été assez peu suivie à la RATP le 23 septembre (16 % de grévistes selon la direction).

Dans les autres réseaux de transports urbains, la CGT appelle à prolonger le mouvement jusqu’au 30 octobre.

Total. La CGT-Total s’est dite favorable au principe d’une grève reconductible à compter du 12 octobre "dans toutes les raffineries" du groupe contre la réforme des retraites, a-t-on appris mardi auprès du porte-parole du syndicat, qui a précisé que la question de la grève reconductible était également en débat pour toute la fédération CGT de la chimie.

Ports et docks. A son tour, la fédération CGT de la mer a appelé mardi à "des mouvements de grève reconductible à compter du 12 octobre" sur le thème de la pénibilité, qui touche aux retraites ainsi qu’à la nouvelle convention collective prévue par la réforme portuaire. Les terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et Lavera (Bouches-du-Rhône) étaient toujours bloqués mercredi matin, au dixième jour d’un mouvement de grève de leurs agents.

Routiers. Le mouvement reconductible pourrait également concerner les routiers. "Les salariés du transport routier marchandises sont aussi prêts à se mobiliser à partir du 12 octobre" note la CGT des transports dans un communiqué.

France Télévisions. Les syndicats CGT, FO et CFTC de France Télévisions ont déposé mercredi un préavis de grève reconductible à compter du 12 octobre. La précédente grève au sein du groupe audiovisuel, le 23 septembre dans le cadre de la journée nationale, était également reconductible. La grève doit démarrer à minuit. La CGT, FO et la CFTC exigent le "retrait" du "mauvais texte" sur la réforme des retraites. Les syndicats demandent également à la direction de France Télévisions "le comblement des 900 emplois qui seront laissés vacants par le plan de départs volontaires en retraite", annoncé en 2009.

Gaz-électricité. La CGT-Energie a annoncé mercredi après-midi le dépôt d’un préavis de grève illimitée dans les 140 entreprises des secteurs du gaz et de l’électricité (dont EDF et GDF-Suez) pour "permettre aux salariés d’élargir et d’amplifier le rapport de forces suite à l’action unitaire du 12 octobre", peut-on lire dans un communiqué. "C’est une réponse responsable, organisée et déterminée à la fin de non-recevoir du gouvernement".

Source : http://www.lemonde.fr/societe/artic...


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message