6 novembre 1911 : Jaurès contre la répression coloniale en Tripolitaine

vendredi 16 novembre 2018.
 

"La Chambre au jour prochain de sa réunion, ne sera pas seulement en face de problèmes particuliers d’une extrême gravité. Elle devra, pour sa politique générale, pour la direction du pays, tirer les conclusions des formidables évènements qui se sont accumulés dans la période des vacances parlementaires.

Jamais il n’y eut, je crois, dans les sociétés humaines, une plus étrange et plus vaste fermentation. La question marocaine a développé les menaces de conflit qu’elle récelait. La tension franco-allemande, un moment aggravée, semble se résoudre pour un accord, qui selon l’esprit où on l’appliquera amènera une détente durable ou au contraire un redoublement de difficultés, de suspicions ou de heurts. L’Italie, encouragée par des traités secrets qui sont un monument obscur d’immoralité, et dont notre politique est responsable, s’est jetée sur la Tripolitaine par un acte de violence sans excuse, et dont on n’a même pas pris la peine de dissimuler l’odieux par des prétextes qui soutiennent une minute la discussion. Un sourd malaise pèse sur les Balkans. Entre la presse française et la presse espagnole s’échangent des propos hostiles et presque des défis.

Pendant ce temps, les peuples souffrent : la cherté de la vie provoque des émeutes ; les réformes sociales réduites à des proportions exigües par la pénurie des budgets surmenés de militarisme, se meuvent lentement, lourdement au travers de l’indifférence de la désaffection. Le prolétariat anglais, rompant avec les habitudes de mesure qui depuis deux générations le caractérisaient, manifeste son impatience. Le monde musulman, partout violenté ou menacé, semble resserer de pays à pays, ses liens de solidarité, et il prépare à l’Europe, égarée par des convoitises sans frein, de redoutables entreprises ; les exécutions sommaires odieuses des Arabes de Tripoli par les troupes italiennes laissent dans les âmes musulmanes un profond ressentiment. En Asie, une révolution libérale et peut-être républicaine ébranle la masse énorme des Célestes qui accuse sa dynastie mandchoue non seulement d’absolutisme, de favoritisme et de corruption, mais de faiblesse envers l’étranger qui a entamé l’Empire et qui s’est flatté un moment de le dépecer. Dans toute l’Amérique, Amérique du Sud et Amérique du Nord, de l’Argentine au Canada, la question du peuplement, de la main d’oeuvre et de l’immigration se pose dans des conditions nouvelles qui pourront avoir une sérieuse influence sur la vie du prolétariat dans l’Ancien et le Nouveau Monde.

Et dans tous les pays européens, en Allemagne comme en France, en Autriche comme en Espagne, la politique intérieure est incertaine, confuse, flottante, entre une démocratie libérale ou radicale dont les forces d’élan s’épuisent et qui a peur des idées générales et une démocratie socialiste et ouvrière encore inorganique, trop faible encore et trop divisée pour imprimer aux événements une marche vigoureuse et définie. Ce n’est que par la force d’idées claires et vastes que les nations échapperont à ces incertitudes épuisantes et à ces crises.

Deux grands faits se dégagent, qui commandent une grande action. D’abord, la cause principale de la cherté de la vie, c’est la rupture d’équilibre qui s’est produite partout dans le monde entre la puissance de la production agricole, trop négligée et la force croissante de consommation des masses humaines agglomérées par la civilisation industrielle. Il faut que les sociétés humaines adoptent toutes un plan méthodique pour développer partout la productivité du sol, pour intéresser les peuples, dans l’Ancien Monde comme dans le Nouveau, au travail agricole, pour ramener vers le perfectionnement technique de l’agriculture universelle une large part des capitaux absorbés par les exigences fébriles et les fantaisies onéreuses des villes de fumée, d’électricité, de fièvre et de luxe.

Et en second lieu, il faut, par un effort immense, mettre un terme à ce régime de paix armée, de la déloyauté générale et du gaspillage militaire qui ruine et affole les nations, qui creuse les budgets, aggrave les impôts, paralyse les affaires, secoue le crédit, surexcite les défiances et prépare des secousses de misère et de sauvagerie, des spasmes de révolution brutale dont la responsabilité retombera toute entière sur ceux qui ne veulent pas voir.

Si l’action politique de demain n’est pas conduite par ces idées générales, elle ne sera qu’intrigue et expédient : et le monde humain n’ira à son but que par des ornières cahotantes et ensanglantées.

(Jaurès. L’intégrale des articles publiés de 1887 à 1914 dans la Dépêche - Editions Privat -P 805 )


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message