D’un ministre hors-la-loi à des assureurs rapaces, nous voilà loin des contes de Noël.

mardi 28 décembre 2010.
 

Le toujours-ministre Hortefeux, déjà condamné pour injure raciste, a approuvé une manifestation de policiers en tenue soutenus par leurs syndicats de droite. Ces derniers étaient venus, avec leurs véhicules de fonction, protester devant le Tribunal de Bobigny.

Leur « noble » motif exige d’être rappelé avec précision : sept d’entre eux avaient accusé un automobiliste d’avoir agressé un des leurs, et de l’avoir blessé. Entre temps, une enquête interne revélait que c’est l’un des policiers qui avait blessé un de ses collègues et qu’ils s’étaient mis d’accord pour monter faux récit et fausse déposition. De plus, ils avaient tabassé leur victime.

Quand un policier fait un faux témoignage, un juge devrait être « compréhensif ». On est du même monde, contre la racaille, ont clairement dit le Préfet et son Ministre.

Et Fillon maintient au gouvernement cet ami personnel de Sarkozy ! .

Toute la gauche, unie contre la politique du pilori, devrait exiger d’une seule voix : Hortefeux, démission ! Lambert hors de la Seine-Saint-Denis !

Autre facette de cette société dure pour les faibles, tendre pour les puissants, les riches et le pouvoir : les assureurs. Les faits sont tout aussi accablants. Leurs énormes taux de profit servent aux placements spéculatifs de leurs actionnaires. Mais le prix des assurances va augmenter « parce qu’il y a eu des catastrophes ». Autrement dit, au moment où les assurances devraient fournir leurs prestations, elles demandent aux usagers d’être solidaires et de payer davantage.

Pendant ce temps, les mêmes assureurs ont lancé l’offensive contre la Caisse Nationale d’Assurance Maladie. Mise à mal depuis des années par la politique de santé et de chômage, il faut maintenant la mettre en concurrence avec des assurances dont certaines sont maquillées en mutuelles. Le risque de dépendance et la difficulté de prise en charge des malades âgé-e-s va servir de voiture-bélier pour finir de déstabiliser la protection sociale. Comme ces soins vont coûter « trop cher », le gouvernement prévoit d’imposer une obligation d’assurance, à partir d’un certain âge, pour financer ce qu’il appelle le « 5e risque » : la dépendance.

Un marché juteux s’offre aux assureurs.

Petits ou gros profits, ce qui compte, c’est faire du profit !

Finalement, les attaques contre le droit à la retraite leur ont servi de répétition générale. Ils y ont pris goût. Casser les principes de solidarité, c’est cela la rupture selon Sarkozy !

Et celui-ci, ayant montré qu’il était capable d’imposer par la force les projets du MEDEF et d’offrir aux actionnaires de nouvelles occasions de profit, se met à rêver d’une nouvelle victoire en 2012.

Les jeunes et les pauvres sont traînés devant la Justice, les policiers excusés pour leurs bavures. Les assureurs font du profit. Les riches gagnent et dirigent. Les alliances antidémocratiques et xénophobes font leurs effets de peur et de division.

Le Noël de cette majorité de droite et de Sarkozy a des allures de cauchemar pour le plus grand nombre. Mais bonne nouvelle : les petits lutins se révoltent et leur meilleur cadeau serait de changer tout le décor grâce à tous les acteurs rassemblés sur la scène


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message