Lutte des classes : Vous accordez trop d’importance aux propos insignifiants de Cahuzac

jeudi 26 mai 2016.
 

Message d’Hervé Debonrivage en Réponse à l’article Les terribles aveux de Jérôme Cahuzac

Vous accordez trop d’importance aux propos insignifiants de Cahuzac :

- Insignifiants car la lutte de classes est une réalité historique dont la matérialité est aussi établie que les lois de la pesanteur. Je ne perdrai pas mon temps ici à le démontrer d’autant que près de deux tiers des Français l’ont bien compris.

- Insignifiants, car en voulant se démarquer de la tradition marxiste, il ignore ou fait semblant d’ignorer que ce concept de lutte de classes a été inventé par… des libéraux. Comme le fait justement remarquer un bon site libéral, le concept de lutte de classes n’est pas une pure élaboration de Karl Marx. Ce sont les libéraux français de la Restauration tels que Charles Comte et Charles Dunoyer, qui ont commencé à l’élaborer. La notion de lutte des classes au sens du libéralisme est déjà clairement exprimée chez Adolphe Blanqui (dont l’œuvre était connue de Marx et Engels), qui écrit en 1837 : "Dans toutes les révolutions, il n’y a jamais eu que deux partis en présence : celui des gens qui veulent vivre de leur travail et celui des gens qui veulent vivre du travail d’autrui. Patriciens et plébéiens, esclaves et affranchis, guelfes et gibelins, roses rouges et roses blanches, libéraux et serviles, ne sont que des variétés de la même espèce…". Source : wikilibéral http://www.wikiberal.org/wiki/Lutte...

Marx n’a fait qu’actualiser ce concept dans le contexte de l’émergence du prolétariat ouvrier exploité durant la révolution industrielle.

- Insignifiants encore, car en voulant jouer dans la cour des grands (de la grande bourgeoisie), Cahuzac est amené depuis longtemps à se construire des réseaux dans le monde des gens fortunés, ce qui a été facilité par les différentes fonctions politiques qu’il a occupées. Il n’est évidemment pas le seul dans ce cas, au PS comme à l’UMP. Ce genre de phénomène est parfaitement expliqué dans les cours universitaires de sociologie politique décrivant les intrications qui se sont construites entre le monde des affaires et le monde médiatique ou politique, sans même parler de la sphère administrative tout au long de la cinquième république.

Dans de telles conditions, on voit mal comment de telles personnalités politiques pleinement satisfaites d’avoir leurs entrées dans le "beau monde" pourraient accuser celui-ci d’être constitué d’acteurs de la lutte de classes. D’ailleurs, comme le décrivent parfaitement Michel et Monique Pinçon dans leurs ouvrages de sociologie sur la grande bourgeoisie, ce monde n’est-il pas constitué de gens bien élevés, courtois, discrets, solidaires entre eux ? Qui pourrait croire lorsqu’on les fréquente, que ce sont des guerriers de la lutte de classes ? Il est donc normal, évident même, compte tenu de ces données cessociologiques, que Cahuzac comme d’autres ministres du budget par le passé, nie l’existence de lutte des classes.

- Insignifiants toujours, car l’une des caractéristiques des sociaux-libéraux ou sociaux-démocrates (du moins pour une large majorité) les distinguant des courants révolutionnaires ou radicaux, a été et est encore, de considérer qu’il n’existe pas d’antagonisme fondamental entre capital et travail, entre le salariat et patronat. L’une des raisons essentielles de cette position, outre des raisons d’opportunisme politique, c’est, comme pour les libéraux, l’absence d’une analyse économique précise des mécanismes d’exploitation de la force de travail. Mais tout ceci n’est pas nouveau ! Un bon code du travail, un bon Etat régulateur et protecteur ne suffiraient-ils pas à domestiquer le fauve ?

Allons, peut-on imaginer sérieusement un ministre socialiste dire à Jean-Luc Mélenchon : "Oui, vous avez raison, cette lutte de classes existe bel et bien. Nous devons la gagner et faire barrage aux prétentions insensées et dominatrices du Medef et mener une bataille sans merci au niveau européen contre les ambitions antisociales de l’UNICE : the Voice of Business in Europe" Mélenchon se demandait alors si le PS ne lui aurait pas envoyé un humoriste !

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message