Le PCF à la croisée des chemins : vivre ou mourir

lundi 2 juin 2014.
 

Front de gauche : avec ou sans PCF ?

Commentaires concernant les articles de Roger Martelli parus dans l’Humanité reproduits sur ce site :

Remarques pour mes camarades communistes (Un bilan des élections municipales 2014)

http://www.humanite.fr/tribune-rema...

PCF : avec ou sans le Front de Gauche ?

http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Pour empêcher sa mort, déjà enregistrée par l’anthropologue et démographe Emmanuel Todd et le sociologue Hervé Le Bras dans leur très intéressant ouvrage "Le mystère français" (Communisme mort, catholicisme zombie p.70 ; dépression post communiste p.194) le PCF s’arc-boute en grand écart sur deux piliers stratégiques : d’une part son alliance avec le PS pour sauvegarder son influence au niveau local ; d’autre part son alliance avec des composantes antilibérales de l’Autre gauche et notamment le Parti de Gauche et Jean-Luc Mélenchon pour préserver son influence au niveau national et européen.

Mais une telle position est difficilement tenable du fait que le PG résulte d’une rupture avec le Parti Socialiste et que la totalité des forces de l’Autre gauche présentes dans le Front de gauche veulent constituer une force totalement autonome par rapport au PS.

Cette position est d’autant plus intenable qu’elle est difficilement compréhensible par un électorat de gauche déçu par la politique du gouvernement Hollande et l’adoption par le PS d’une politique ouvertement ultralibérale. Cela explique en bonne partie l’absence de percée du FDG aux dernières élections municipales.

D’un côté, cette absence de lisibilité est difficilement supportable pour la totalité des composantes du FDG et même pour une partie des adhérents du PCF, de l’autre côté, cette prétention à l’autonomie est qualifiée de gauchiste par ceux comme Robert Hue, par exemple, dont la préoccupation principale est la sauvegarde immédiate d’un maximum de sièges pour le PCF.

Cette contradiction peut, à terme, aboutir à un éclatement du PCF en deux composantes : une social-démocrate se ralliant au PS dans la lignée d’un Robert Hue et une autonomiste se ralliant au Front de gauche. Si un tel phénomène se produisait, il serait intéressant d’examiner du point de vue sociologique dans quel camp se situeraient les élus du PCF et ceux du PCF qui ne sont titulaires d’aucun mandat

Mais pour tenter d’éviter ou prévenir un tel éclatement, la direction du PCF pourrait aussi décider de quitter le FDG. Mais même en adoptant une telle stratégie, le PCF pourrait perdre encore de nombreux adhérents.

Heureusement, une autre voie est évidemment possible : le PCF accepte pleinement l’idée de la constitution d’un Front de gauche unitaire totalement autonome par rapport au PS qui puisse devenir la première force de gauche.

Dans l’optique d’une prise de pouvoir, il pourrait alors, le moment venu, négocier avec le PS dans un rapport de forces qui lui soit favorable.

Mais cela nécessiterait une remise en cause de la stratégie électoraliste court–termiste du PCF et une réflexion en profondeur sur les causes de son déclin qui ne peuvent être uniquement des causes externes (à son organisation) de nature purement sociologique dont il serait la victime impuissante.

Nous avons pour notre part, à notre modeste niveau, tenté d’expliquer quelle pourrait être la "marche à suivre" par le FDG pour arriver un jour au pouvoir.

La longue marche vers la victoire. Épisode1 Electoralisme et activisme, les deux maladies infantiles du militantisme.

http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

La longue marche vers la victoire. Épisode 2. L’armée invisible et la prison du silence.

http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

La longue marche vers la victoire. Épisode 3 Le Front de gauche va changer de braquet.

http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

La longue marche vers la victoire. Épisode 4 (fin) Les clés de la victoire : la dynamique P.A.F.O.

http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Mais notre travail de réflexion n’est pas terminé car il nous faut étudier dans toutes ses dimensions le fonctionnement du système médiatique et proposer des stratégies de neutralisation de sa puissance multiforme. Ce sera l’objet de prochains articles.

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message