PALESTINE (chanson sur l’air de Potemkine)

dimanche 10 août 2014.
 

Cisjordanie, Gaza : la Palestine est occupée, malgré les décisions de l’ONU, malgré le droit des peuples, malgré les Droits de l’Homme. Merci à Jean Ferrat qui nous avait autorisés en 2004 à mettre sa chanson au service de la défense d’un peuple opprimé. (Paroles : Jean-Paul Hébert)

M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde

qui chante au fond de moi sous les bombardements ?

M’en voudrez-vous beaucoup si la révolte gronde

dans ce nom que je dis au vent des quatre vents ?

Ma mémoire chante en sourdine : Palestine.

*

Ils étaient des enfants durs à la discipline,

ils étaient des enfants qui lançaient des galets,

ils étaient des enfants face aux lourdes machines,

qui lançaient des cailloux sur le toit des blindés.

Des cailloux, tu imagines !…Palestine

*

M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde

où il y a des mitrailleuses face aux lanceurs de pierres ?

Le crime se répète, l’injustice est profonde,

et face aux révoltés, c’est la loi militaire.

C’est mon frère qu’on assassine. Palestine.

*

Mon frère, mon ami, mon fils, mon camarade,

tu ne tireras pas sur qui aime son pays.

Mon frère, mon ami, sur cette barricade

ils jouent leur avenir. Ton avenir aussi.

Ils baissèrent leurs carabines. Palestine.

*

M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde

où deux peuples vivraient malgré les mauvais sorts ?

M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde

qui n’ serait pas réglé par la loi du plus fort ?

Mais par la vie qui s’obstine… Palestine.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message