Palestine Lettre de Monique Cerisier ben Guiga, sénatrice honoraire, démissionnaire du Parti Socialiste

mercredi 25 juillet 2018.
 

Monique Cerisier ben Guiga 22 juillet 2014 Sénatrice honoraire

10 villa Poirier

75015 Paris

Monsieur le Président,

Vous appartenez à un parti dont les principes condamnent le colonialisme, la discrimination raciale et religieuse, la distribution inégale des richesses.

Vous êtes le Président d’une Nation qui s’est engagée, en les signant, à faire respecter, où que ce soit dans le monde, les conventions internationales sur le respect des Droits humains et des Droits des peuples. Ceci devrait s’appliquer au peuple palestinien, soumis à une occupation militaire, à des opérations de conquête territoriale, de spoliation, d’épuration ethnique et de mort lente par blocus prolongé.

Or vous avez toujours refusé de considérer cette réalité, comme en a une fois de plus témoigné votre visite d’Etat au mois de novembre 2013. Et quand vous donnez votre assentiment à M. Netanyahou, « votre ami Benyamin », pour une énième expédition punitive contre Gaza, en couronnement de la punition collective infligée aux Cisjordaniens à la suite du terrible meurtre de trois adolescents israéliens, vous agissez sans tenir compte de la guerre menée sans discontinuité par Israël au peuple palestinien depuis sa création ni du désastre humain provoqué par les précédents de 2000, 2006, 2008-2009, 2012.

Monsieur le Président, en tant que citoyenne française, membre du parti socialiste pendant trente ans, je proteste contre vos prises de positions et celles du gouvernement français face à la politique de violence pure menée par l’Etat d’Israël.

Je vous demande solennellement de rompre avec la politique du « deux poids, deux mesures » et de cesser de donner votre blanc-seing à la politique coloniale israélienne. Les Palestiniens le disent : « Si nous n’avions face à nous que les Israéliens, ce ne serait rien, mais nous avons les Etats-Unis et l’Union européenne qui lui accordent une totale impunité et c’est ce qui lui permet de nous écraser ».

Avec de nombreux citoyens français, j’affirme solennellement que les Palestiniens doivent cesser de servir de boucs émissaires pour l’antisémitisme européen et le génocide nazi. Il est inacceptable que ce soit eux qui paient au 21ème siècle le prix des crimes européens du 20ème. Combien faudra-t-il d’enfants tués, de familles décimées à Gaza aujourd’hui, en Cisjordanie hier, combien de souffrances dans le quotidien du blocus, de l’occupation et de la colonisation pour que la France et l’Europe cessent de se défausser de leurs responsabilités historiques sur un peuple qui en est innocent ?

Non seulement accepter les violences exercées par Israël sur les populations qu’elle maintient sous son joug est une faute morale, mais c’est une dramatique erreur politique, car nous sommes certains que si un pays tel que la France continue, comme il le fait sous votre présidence, à soutenir une politique que des Israéliens sionistes éclairés, tel l’historien Zeev Sternel considèrent comme « un désastre sans nom », il ouvre un boulevard aux djihadistes de toute tendance qui seront alors les prochains leaders de Gaza pour le plus grand malheur des Palestiniens, d’Israël et du monde.

Que la France pèse pour que le carnage cesse. Qu’elle pèse à l’ONU pour rétablir les droits du peuple palestinien. Voilà ce que je crois pouvoir espérer du président de la République française que j’ai élu.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération.

Monique Cerisier ben Guiga Sénatrice honoraire


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message