Censure du mouvement de grève du 31 mars au JT de 20 heures de France 2 du mercredi 30 mars 2016.

lundi 4 avril 2016.
 

Une télévision publique au service du Pouvoir ?

Alors que les syndicats CGT, FO, Sud, FSU appellent à une grève nationale interprofessionnelle le jeudi 31 mars 2016 touchant non seulement le trafic ferroviaire et aérien mais aussi de nombreux secteurs, notamment l’Éducation Nationale (écoles, collèges, lycées, universités) et alors que 150 manifestations sont prévues sur l’ensemble du territoire, (voir l’article de notre site en cliquant ici) le journal de 20 heures, de la chaîne publique France 2,présenté par David Pujadas ne consacre pas une seule seconde à ce mouvement social. La rédaction de France 2 n’a pas jugé cet événement suffisamment digne pour être sélectionné.

Il ne s’agit pas seulement ici d’un mépris total du mouvement syndical mais aussi d’un mépris des usagers,, notamment de ceux qui utilisent les transports en commun, qui se voient ainsi privés d’une information utile pour leur vie quotidienne.

Le lecteur pourra vérifier notre affirmation en revisionnant la totalité du JT de 20 heures en cliquant ici

Il faut lire, par exemple, le magazine Les Échos pour avoir une vision globale de la grève qui touche aussi la poste, le secteur hospitalier, les crèches, etc. Lire ici l’article des Échos.

Comble du mépris : le Syndicat National des Journalistes SNJ de France-Télévision a lancé lui aussi un mot d’ordre de grève pour le 31 mars !

Voici pour information la déclaration de ce syndicat de journalistes

Déclaration du Syndicat National des Journalistes de France-Télévision.

Source : http://snj-francetv.fr/31-mars-tous...

31 mars : tous en grève pour le retrait de la loi Travail !

Non, les quelques « concessions » faites par le gouvernement, sous la pression des premières manifestations du 9 mars, n’ont pas changé la donne.

L’esprit du texte reste sensiblement le même, il continue à remettre en cause la hiérarchie des normes dans la négociation collective, ce qui revient à donner les moyens aux employeurs de détricoter progressivement le Code du travail puisque les représentants du personnel, dans le même temps, sont fragilisés par les effets des lois Rebsamen et Macron !

Qui peut croire à l’idée que faciliter les licenciements collectifs ou individuels, facilitera les embauches ? Cette loi Travail est une loi licenciements !

Après les journées d’actions des 9 et 17 mars, le Syndicat National des Journalistes appelle à amplifier la mobilisation pour le retrait total de ce projet de loi honteux, véritable rouleau compresseur contre les droits des salariés, au nom de la flexibilité, de la compétitivité et des marges des entreprises.

La liste est longue des reculs sociaux qui sont la seule ambition de la loi :

– possibilité de licencier sans démontrer les difficultés économiques

– suppression de la visite médicale obligatoire ;

– possibilité par accord de majorer seulement de 10% les heures supplémentaires ;

– possibilité par accord d’allonger le temps de travail ; baisse de rémunération des heures complémentaires pour les temps partiels ;

– modulation du temps de travail sur trois ans ;

– possibilité de contourner les syndicats en organisant des référendums ;

– possibilité par accord d’imposer aux salariés une baisse de leur salaire et une modification de leur temps de travail ;

– suppression du minimum de six mois de salaire à titre de dommages et intérêts en cas de licenciement abusif…

Le SNJ appelle les salariés de France Télévisions à se mettre en grève le 31 mars à partir de 0h00 pour une durée de 24h et à rejoindre les manifestations organisées pour exiger le retrait de la loi Travail.

Paris, le 24 mars 2016

31 mars tous en grève pour le retrait de la loi Travail

Bref, pour être bien informé des mouvements sociaux, sans esprit partisan, mieux vaut lire le site du PG Midi-Pyrénées que de regarder le JT de France 2 !

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message