Macronique : en marche vers l’Enfer.

jeudi 11 mai 2017.
 

Référence à l’émission "Ça vous regarde" de la chaîne parlementaire LCP du 30/05/2016 que l’on peut visionner en cliquant ici

Il était question de l’initiative "la Grande marche d’Emmanuel Macron", de son personnage et de ses "apôtres".

Étaient invités quatre personnes dont Monique Pinçon Charlot, sociologue bien connue, spécialiste de la grande bourgeoisie française.

Elle a bien montré que E. Macron est un représentant prototypique de la classe dominante par sa formation et son itinéraire.

Nous avons imaginé ici un petit conte de printemps mettant en scène des partisans de Macron subjugués par son génie Voici ce texte..

Au moment où, attablé, je commandais une bière au bar restaurant des trois faisans, quatre personnes font leur entrée : l’un habillé en bleu de travail avec un casque , une femme habillée d’un tailleur classique de style employée du tertiaire, un autre en blouse blanche faisant penser à un enseignant ou à un chercheur, et le quatrième un drapé d’un complet veston– cravate et attaché-case ayant toute l’allure d’un cadre supérieur.

Une France en miniature me dis-je

Ils s’installent à une table située à proximité de la mienne et ils commandent une boisson.

Curieux, je leur demande :

« Vous travaillez dans la même entreprise ? »

Éclats de rire… L’un me dit : « En quelque sorte oui ! »

« En quelque sorte ? »

– « Oui, on travaille pour Macron ! L’entreprise France ! On est les Artisans de la Grande marche ! On fait du porte-à-porte, on va vers les gens, on les écoute, et nous, on représente la société civile macronique. »

Je réponds : « Oui, ça c’est une grosse boîte ! »

Macronique ? Bizarre me dis-je. Mais la teneur de la conversation qui va suive permet de m’éclairer.

Puis ils commencent à discuter entre eux.

– Le point fort du boss, c’est tout de même le marché du travail. Il va le fluidifier.

– Tout à fait d’accord, il veut faire un bon nettoyage du code du travail

– Et un nettoyage avec de la soupline ! Souplesse ! Flexibilité ! Élasticité !

– Tu sais, Marcon il n’a pas de tabou : il veut faire sauter le verrou du SMIC !

– Ah oui ? Je n’savais pas qu’il voulait aller jusque-là ! Alors ça, vraiment c’est courageux !

– C’est vrai, il faut le reconnaître : il a beaucoup de courage…

– Il faut des gens comme ça pour que ça bouge en France. Il faut avancer !

Bouger, avancer , ça me fait penser à un débat qui a eu lieu sur une chaîne de radio, RMC je crois,qui organise de bons débats entre les auditeurs. Il y en a deux qui s’affrontaient : l’un disait : "Il faut que la France bouge" et l’autre disait : "Il faut que la France avance". Un vrai débat de fond : L’un disait : " la France peut bouger sans avancer "et l’autre disait "si la France n’avance pas, elle ne bougera pas !". Un peu violent !

– Oh là, là ! C’était vraiment violent !

– Ah oui ! Je ne te dis pas …

– Eh, oui, ! Difficile de réformer en France ! Avec tous ces corporatismes…Tous ces avantages trop et mal acquis

– Tu connais en détail la réforme fiscale macronique ?

– Non !

– Voilà : tout le monde est imposable !

–Ça c’est bien !

Les revenus jusqu’à 1200 € mensuels , c’est 50 % d’impôt . À 1400 €, c’est 40 %, etc,,et au-delà de 500 000 € par mois c’est, 0,01 %. d’impôts.

– Ah bon ? Mais comment font les gens aux revenus les plus faibles ?

– Je te réponds : c’est ce qu’on appelle l’impôt sur l’ infortune. S’ils n’y arrivent pas avec 500 € mensuels pour vivre, on fait preuve d’humanisme : on facilite les emprunts pour ces pauvres familles démunies à un taux préférentiel de 9%, sur les marchés financiers bien sûr.

– Ah oui ! Voilà une mesure sociale . Mais une chose m’inquiète : pour les gens qui gagnent beaucoup : 0,01 % ça peut être énorme !

– Bien vu. Tu as raison, il faut toujours protéger les plus riches. La croissance : c’est eux ! Je te rassure : dans sa réforme l’impôt à verser est plafonné à 5 euros !

– C’est vraiment un génie ! En comparaison, un Piketty est un nain !

– Mais comment il s’attaque au gros morceau que personne n’est arrivé à casser : l’éducation nationale. Je n’ai que des informations un peu floues sur la question.

– D’abord, il n’y a plus d’éducation nationale. Les établissements sont tous privatisés et placer chacun sous l’égide d’une marque.

– C’est plus que courageux, c’est audacieux !

– Pour le cycle élémentaire, chaque école porte le nom d’une marque de jouets, de produits alimentaires pour enfants, etc. Pour les collèges, on utilise aussi des marques de produits alimentaires et de haute technologei (jeux vidéo notamment). Pour les lycées, ce sont surtout des marques de fringues et de chaussures. Et on place les établissements en compétition pour les résultats d’examens dont les contenus sont définis par l’AFEP. (ne pas confondre avec l’APEP)

– Fabuleux ! Un merveilleux synergie entre l’économie réelle et l’éducation ! Enfin, une éducation qui ne pourra plus ignorer l’entreprise ! Mais comment organiserait -on une compétition entre un collège "Amoora" et un collège "Buitonni" par exemple ?

– C’est une commission des programmes des marques qui se chargeraient de ce travail.

– Et les enseignants sont recrutés comment ?

– Il n’y aurait plus de statut de la fonction publique, bien sûr : ils seront recrutés au pôle emploi sur file d’attente, par le chef de l’entreprise éducative avec le conseil technique d’un inspecteur recruteur.

– Enfin, la fin du corporatisme syndical étouffeur de toute réforme ! Enfin un enseignement performant pour le XXIIe siècle ! Et bien sûr, ils travailleront plus, ces planqués ?

– Évidemment, oui ! Mais ils percevront une petite prime d’intéressement en fonction du taux de réussite aux examens et du montant de la marge réalisée par la marque sur ses ventes.

– Oui, tout ça est vraiment la marque du génie… Parfaitement structuré…

– Tout à fait ! La macronique, c’est un autre mode de pensée qui va même jusqu’à changer le langage Par exemple, tu sais ce qu’on appelle un anachronisme  ?

– Oui ! C’est accorder des objets ou des pensées présents au monde du passé. Par exemple, Louis XIV téléphonant avec un Smartphone à Colbert !

– Oui, c’est ça. Mais Macron, c’est l’Homme du futur ! Avec lui, on parle d’amacronisme !

– Alors, c’est quoi ?

– C’est projeter des objets ou des pensées futures sur le passé. Par exemple, Clovis ayant une résidence secondaire sur la planète Mars, Aristote arrivant à élaborer une théorie dépa ssant celle de la théorie des cordes…

– Oui, en effet c’est un autre horizon , au-delà des clivages passé/ futur , gauche/droite, etc. Un esprit plus fort que les plus grands esprits de notre temps : Alain Minc, Alain Finkielkraut, Hugues Aufray,…

– Tu confonds avec Michel Onfray, Hugues Aufray , c’est un chanteur !

– Ah oui c’est celui qui a écrit "Et j’entends siffler le train…"

– Non ! Ça c’était Richard Anthony ! En Macronie, il n’y aura plus de trains : que des cars !

– Enfin, fini les blocages !

– Pour moi, ce qui m’a paru vraiment audacieux, c’est son programme écologique de lutte contre la pollution.

– C’est un point du programme que je connais mal …

– Pour lutter contre la pollution et les maladies respiratoires dans les villes, il met à disposition de la population des masques et des bouteilles d’oxygène.

– En libre disposition ?

– Évidemment non ! L’air ça coûte cher et ça doit être rentable. Il prévoit des points de vente Air– Marquet avec bien sûr reprise des bouteilles vides en consigne.

– Donc on ne jette pas les bouteilles vides ?

– Non ! Il faut lutter contre le gaspillage et responsabiliser les gens !

– Formidable ! Protection de la santé ! Écologique ! Création de milliers d’emplois pour Air liquide ! Liberté de circulation des cars !

– C’est vrai ! Que dire ? Macron ne manque pas d’air !

Fin de conte.

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message