France Inter : plate-forme de la guerre cognitive contre la France Insoumise

mercredi 8 novembre 2017.
 

Que France insoumise soit l’objet d’un certain nombre de critiques par les médias est tout à fait normal dans une société démocratique mais encore faut-il que ces critiques soient étayées et puissent permettre un droit de réponse lorsque la critique se transforme en dénigrement pur et simple.

France Inter, chaîne de service public financée par les contribuables, se doit d’être réellement pluraliste et ne pas se comporter comme une machine de guerre cognitive contre une partie de l’électorat qui la finance et qui se trouve ainsi soumise à une violence symbolique inadmissible

Après avoir été marginalisé par les médias et vaincu électoralement – le danger Mélenchon est passé – les médias vont donner un meilleur espace de parole à F I, d’autant que les résultats électoraux rendent difficile une censure quasi totale de ce mouvement. Mais il serait illusoire de penser que la guerre cognitive à l’encontre de la France insoumise s’arrêtera. Tout va être fait pour affaiblir la progression idéologique de ce mouvement. Nous examinons ici quelques exemples de cette guerre cognitive sur France Inter.

Exemple 1

Nous avons vu que l’une des techniques utilisées dans la guerre cognitive contre F I est d’assimiler le mouvement France Insoumise à un parti politique. Pour accentuer encore cette confusion, on prête à un insoumis anonyme le propos suivant "Il faut que nous soyons capables de construire un parti présent partout…"

Source :Histoires politiques France Inter Jean-Luc Mélenchon : derrière le tribun, le stratège 03 juil. 2017 https://www.franceinter.fr/politique

On constate donc que la fausse information est délivrée par un anonyme censé faire partie ou être un sympathisant de l’organisation incriminée, en l’occurrence France insoumise. C’est une technique de guerre. psychologique.

Exemple 2

Le 2 juillet 2017 était invitée : à France Inter Clémentine Autain dans l’émission Questions politiques. Aurore Bergé et Clémentine Autain Placer le curseur à la 51ème minute.

https://www.franceinter.fr/emission... https://www.franceinter.fr/emission...

On trouve encore l’accent mis sur la psychologie des personnalités politiques : biographie de Clémentine Autain : serait-elle arriviste ? Personnalité de Mélenchon encore.

Une journaliste réaffirmant "La radicalité" de Jean-Luc Mélenchon sans préciser le sens de ce mot .

On assiste aussi à la bonne vieille méthode de la diversion qui consiste à gaspiller du temps d’antenne sur des sujets subalternes pouvant provoquer l’agressivité de l’interviewée : problème de la cravate et de l’habillement, moralisation du syndicalisme,… Clémentine Autain a essayé de dévier vers des sujets plus sérieux comme la responsabilité de la France dans le génocide du Rwanda où elle donne son point de vue. Aucune réaction des journalistes qui continuent leurs bavardages sur la cravate.

Cette absence d’interactions montre que ces soldats journalistes suivent une feuille de route bien préparée à l’avance ayant pour objectif essentiel de mettre Clémentine Autain en difficulté est de ne pas lui permettre de parler de problème politique de fond comme un certain nombre de points de son programme.

Comme nous l’avions montré dans notre article précédent concernant Éric Coquerel, on fait parler la représentante de la France insoumise en la faisant taire sur les problèmes de fond.

Nous sommes bien en présence ici de journalistes soldats de la guerre cognitive..

La technique précédemment décrite est reprise ici en faisant parler un auditeur (88ième minute) qui se dit insoumis et prétend avoir rencontré sur les marchés des gens lui donnant l’identité d’être "mélenchonIste" Il regrette une grande personnalisation du mouvement autour du nom Mélenchon et aurait préféré que le groupe parlementaire soit présidé par quelqu’un d’autre.

L’expérience d’un militantisme de terrain permet de douter de l’authenticité d’un tel témoignage. Néanmoins il est toujours possible que les agents de la station choisissent parmi des centaines d’appels ceux qui leur semblent avoir l’utilité stratégique pour affaiblir la cohésion du mouvement. Mélenchon lui-même s’est toujours opposé à l’utilisation de sa personne comme axe du mouvement et n’a cessé de répéter que l’axe du mouvement est le programme l’Avenir en commun dont le nom n’a pas été prononcé une seule fois pendant ces presque 40 minutes d’interview. Une fois de plus la diversion a joué tout son rôle.

Rien n’est dit non plus sur ce fait, gênant à vrai dire pour propager l’idée de dictature interne, que la présidence du groupe parlementaire des insoumis a été le résultat d’un vote à bulletin secret de l’ensemble des parlementaires insoumis et qu’ils se sont prononcés à l’unanimité pour Mélenchon. Voir la vidéo. Il est étonnant que Clémentine Autain n’ait pas pensée à rappeler cette évidence

On constatera une fois de plus aussi la mise en valeur des forces politiques "concurrençant" la France insoumise par un PCF qui voudrait se refonder et le mouvement du 1er juillet de Benoît Hamon qui prétend refonder la gauche. L’idée est ici de relativiser l’importance de F I qui ne peut prétendre à elle seule de recouvrir tout le champ de la gauche.

Exemple 3

France Inter Le téléphone sonne de 3 juillet 2017

Emmanuel Macron face au Congrès du Parlement https://www.franceinter.fr/emission...

Les journalistes et les invités étaient les suivants :

- Dominique Rousseau Professeur de droit constitutionnel à Paris 1-Sorbonne, ancien membre de la commission de rénovation et de déontologie de la vie publique, ancien membre du Conseil Supérieur de la Magistrature. (Remarquons que la commission s’appelait commission Jospin)

- Brice Teinturier Politologue et directeur général délégué d’Ipsos France Frédéric Métézeau Chef du service politique de France Inter

- L’équipe Claire Servajean Productrice

Eric Lainé Réalisateur

Marie-Claude Malartique Attachée de Production

Nathalie Poitevin Attachée de Production

L’essentiel de l’édition consiste à blanchir Macron de toutes les critiques dont il peut être l’objet : intervention avant le premier ministre, l’inadaptation du terme pharaon utilisé par Mélenchon selon l’expert en "déontologie politique" Dominique Rousseau, ses relations sélectives avec les journalistes, etc.

Bref, Macron est présenté comme une incarnation de la démocratie intégrale à la blancheur éclatante.

L’attaque anti France insoumise se déclenche à la 23ième minute sans aucune possibilité de réponse en l’absence de représentants du groupe FI.

Le bavardage « dénigrementiel » se fixe sur l’absence du groupe des insoumis au congrès de Versailles.

Tout le monde comprend leur opposition à la politique de Macron mais en revanche leur absence est présentée comme soit incompréhensible soit comme une posture dogmatique et démagogique.

Tiens, encore un auditeur insoumis qui regrette le même petit refrain bientôt relayé par une auditrice plus agressive, ayant, paraît-il elle-même pratiqué la grève, qui demande si cette absence qu’elle interprète comme une grève est susceptible de sanctions financières comme le souhaiteraient probablement les insoumis eux-mêmes.

Soit encore une fois il s’agit ici d’une intervention "bidonnée", soit d’une intervention réelle soigneusement sélectionnée dans l’ensemble des appels pour "témoigner du caractère insupportable" d’une telle attitude

Mais ce qui fait surtout problème dans la manière de présenter l’information c’est que les raisons véritables de l’absence des députés Insoumis ont été passées sous silence ou presque.

Dominique Rousseau, qui ignore ou fait semblant d’ignorer les véritables causes du boycott parle d’un mauvais « argumentaire » en ne citant qu’un argument qui en fait n’est pas un pour les insoumis : le comportement monarchique de Macron.

Dès le 29 juin Mélenchon a expliqué les différentes raisons de la non-participation des insoumis au congrès et dans une autre vidéo (voir ci-dessous) il explique que ce n’est pas le caractère monarchique de l’intervention de Macron qui est la cause de leur absence.

France Inter fait donc appel ici à une autorité universitaire "déontologique" pour rendre crédible des informations tronquées ou fausses. Remarquons d’ailleurs que le mot "argumentaire" pour une liste se réduisant à un argument qui n’en est même pas un est plus que discutable !

Certes, à la 26ème minute, une journaliste invoquera dans une incise de quelques secondes, une des vraies raisons. Mais en réalité, l’ensemble des raisons véritables n’est pas explicité.

On assiste ici à une sophistication du processus de blocage de la connaissance permettant aussi de parer à la critique : vous n’avez pas du tout invoqué des raisons de l’absence…"

Du point de vue technique, cet exemple est intéressant car il montre comment dans la guerre cognitive l’obstruction à la connaissance n’est pas forcément totale pour des raisons stratégiques d’apparence de non-censure.

Mais une certaine sophistication de la manipulation de l’information n’interdît évidemment pas les manœuvres grossières et la diffusion d’informations carrément fausses. Ainsi lors de l’émission, on émet l’idée que l’absence de Mélenchon au congrès de Versailles serait l’expression d’un certain antiparlementarisme. Or tout le monde sur le plateau sait parfaitement que Mélenchon a toujours défendu un système parlementaire. D’ailleurs lors de son intervention à l’Assemblée nationale, il a défendu le maintien du nombre de postes du nombre de sièges actuels et a parlé d’antiparlementarisme démagogique concernant ceux qui veulent en diminuer le nombre. (il faut placer le curseur de la vidéo à 5 minutes 30)

Il ne faut pas être un expert en sciences de la communication pour comprendre que cette émission était largement apologétique au bénéfice de Macron.

Pour faire passer la pilule et renvoyer une image d’indépendance des journalistes du plateau, on fait intervenir un auditeur en fin d’émission, se plaignant du manque d’indépendance des journalistes sans bien sûr de remise en cause de l’émission elle-même !

Les anges gardiens de la liberté de l’information de France Inter, toutes ailes déployées témoignent alors de leur compassion et de leur compréhension à l’égard de cet auditeur bienvenu.

Quelques interventions de Jean-Luc Mélenchon en vidéo

Discours de Mélenchon expliquant les raisons de boycott parlementaire France Insoumise aux 2 assemblées réunies en congrès.29/06/2017 https://www.youtube.com/watch?v=lFx...

Discours de Jean-Luc Mélenchon place de à Paris le 4 juillet 2017 http://melenchon.fr/2017/07/04/troi...

Discours de Mélenchon l’Assemblée nationale http://melenchon.fr/2017/07/04/somm...

Annexe :, article dans la même série

Comment les médias ont éliminé Mélenchon du 2ème tour et ont fait élire Macron. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Éric Coquerel pris en embuscade par des soldats de la médiocratie. http://www.gauchemip.org/spip.php

La psychologisation de la politique : Mélenchon est-il méchant ? http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Médias : la guerre cognitive contre France Insoumise http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

À France Culture L’Avenir en commun n’existe pas http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

La psychologisation de la politique : Mélenchon est-il méchant ? http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Le téléphone sonne sur France Inter : allô ? Macron ? http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message