Marc Joly présente son « Pour Bourdieu » à France Culture.. : 2 contre 1.

lundi 19 février 2018.
 

Marc Joly présente son « Pour Bourdieu » à France Culture.. : 2 contre 1. Interview–débat ou violence symbolique des agents du champ médiatique ?

- 1) Présentation du débat sur France Culture

- 2) Présentation du livre "Pour Bourdieu"

- 3) Présentation de Pierre Bourdieu, sociologue

- 4) Bourdieu, on refait le match du 30 janvier 2018 avec Marc Joly

1) Présentation du débat sur France Culture

Le sociologue Marc Joly vient de publier un livre aux éditions du CNRS intitulé « Pour Bourdieu ».

Se présenter comme un défenseur des travaux de Pierre Bourdieu dans le champ médiatique provoque presque à coup sûr des réactions violemment critiques des agents opérant dans ce champ qui, du même coup, se démasquent et révèlent une partie de leur fonction sociale : des agents de la reproduction de l’idéologie de la classe dominante.

Si ses agents avaient une meilleure connaissance des travaux de Bourdieu et s’ils étaient véritablement conscients de leur rôle comme agent de la reproduction idéologique, ils feraient preuve de plus de neutralité, évitant ainsi de faire tomber leur masque.

La manière dont Marc Joly est accueilli par France Culture concernant son livre ne fait pas apparaître comme le dit le slogan publicitaire de France Culture « l’esprit d’ouverture » mais plutôt un esprit de fermeture de cette station de radio.

Dans les deux cas, la situation est pareillement asymétrique : Marc Joly doit faire face aux assauts exclusivement critiques des journalistes dont on pourrait attendre plus d’attention sur le contenu du livre lui-même et non pas des questions qui ne sont que des préfabrications idéologiques ayant pour fonction de dénaturer la pensée de Bourdieu pour en minimiser sa pertinence.

2) Présentation du livre "Pour Bourdieu"

Voici la note de présentation de l’éditeur : Édition du CNRS concernant le livre « Pour Bourdieu »

http://www.cnrseditions.fr/sociolog...

Bourdieu (1930-2002) est généralement considéré comme le sociologue le plus important de la deuxième moitié du xxe siècle. Pourtant, son œuvre demeure mal comprise, surtout en France, où elle est régulièrement le sujet de querelles idéologiques.

Pour lui redonner toute sa portée, et éclairer les débats, Marc Joly procède en trois temps. Il montre d’abord comment Bourdieu, dès le début des années 1960, se donna les moyens de refonder théoriquement la tradition sociologique européenne tout en veillant à faire acquérir aux sociologues un ethos scientifique approprié. Il interprète ensuite la puissance du cadre conceptuel « bourdieusien » – la triade habitus-champ-capital – à l’aune des caractéristiques historiques et épistémologiques de la sociologie entendue comme science sociale par excellence, « science des sciences » et matrice d’un nouvel humanisme. Il examine, enfin, les résistances théoriques et politiques que la démarche scientifique de Bourdieu n’a cessé de susciter.

De là, un ouvrage manifeste, fondé sur des sources inédites et proposant tout à la fois une introduction originale à la théorie sociologique de Pierre Bourdieu et une analyse sans concession du développement des sciences sociales françaises depuis les années 1980.

Marc JOLY

Marc Joly est chargé de recherche au CNRS (laboratoire Printemps, UVSQ). Il est également l’auteur de Devenir Norbert Elias (Fayard, 2012) et de La Révolution sociologique (La Découverte, 2017).

Fin de la note de l’éditeur.

3) Présentation de Pierre Bourdieu, sociologue)

Les travaux de Pierre Bourdieu sont d’une ampleur considérable comme en témoigne d’ailleurs l’article de Wikipédia que l’on peut retrouver ici. L’importance de ses travaux pour le développement de la sociologie est reconnue au niveau international.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierr...

Mais comme le fait remarquer la note de l’éditeur, les travaux de Bourdieu ont suscité beaucoup de polémiques. Celles-ci émanent principalement des idéologues servant consciemment ou non les intérêts de la classe dominante. Au premier chef, un certain nombre de journalistes dont Bourdieu a étudié la sociologie notamment en faisant appel à la notion de « champ journalistique ».

Ce qui indispose principalement les défenseurs de l’ordre établi et qui n’envisagent que des modifications marginales de celui-ci, c’est que Bourdieu a fortement contribué à l’étude scientifique des rapports de domination existant dans notre société. Une vision polémique est caricaturale voudrait faire croire que Bourdieu n’envisage que le rapport de domination de la classe économiquement et culturellement dominante alors que celui-ci envisage aussi d’autres rapports de domination comme celui par exemple de la domination masculine qui ne se résout pas à des rapports de classe.

Les idéologues de service créaient une confusion entre les prises de position d’un certain nombre de militants de la gauche radicale en faveur des travaux de Bourdieu et ce, à tort ou à raison, et la démarche scientifique d’un certain nombre de sociologues utilisant les travaux de Bourdieu.

On crée ainsi artificiellement des querelles entre sociologues, polémiques, qui n’existent pas.

On peut s’étonner que certains puissent s’offusquer de l’utilisation des travaux de Bourdieu par des anticapitalistes qui y trouvent matière à penser pour analyser les rapports de domination, ce qui est somme toute fort logique.

De la même manière, il est tout à fait normal qu’un partisan du système capitaliste mette en valeur les grandes capacités de ce système à mettre sur le marché une grande diversité de produits, dont certains issus de la haute technologie, à la portée de tous ou presque.

Ceci constitue une réalité, du moins de dans les sociétés d’économie développée, fait qu’aucun anticapitaliste ne peut nier, même si dans un pays comme la France, il existe 9 millions de pauvres.

Il en est de même a contrario, des rapports de domination notamment de classe. 82 % des richesses produites par les travailleurs de la planète soient accaparés par 1 % de la population mondiale, que les 500 premières fortunes en France possèdent un patrimoine équivalent au quart du PIB de notre pays produit par 28 millions de personnes, sont aussi des réalités que ne semble pas vouloir accepter de reconnaître les idéologues libéraux mettant en cause l’existence de rapports de domination économique. s.

Évidemment, comme d’ailleurs le montre Bourdieu, tout ne se réduit pas à des rapports de domination de classe. Par exemple, dans la fonction publique, dans certaines administrations, il existe des chefs de service qui se comportent comme de petits tyrans au sein de leurs microsphères d’influence. Pourtant, on ne peut invoquer ici quelconque propriété ou contrôlent des moyens de production.

Les travaux de Foucault notamment ont montré que les rapports de domination peuvent être diffus et d’origines variées. Mais tout cela n’empêche pas de penser, qu’au niveau de la société dans son ensemble,, les rapports de domination de classe au niveau économique ont une influence considérable dans la structuration idéologique et culturelle de celle-ci.

Le déni de l’existence ou de l’importance des rapports de domination de classe constitue une des caractéristiques de l’idéologie de droite et partiellement de l’idéologie réformiste dite de gauche.

Être de gauche, sans forcément faire appel à la notion, d’ailleurs floue de radicalité, c’est reconnaître l’existence de ce rapport de domination entre dominants et dominés .

Ce déni de réalité de la part d’un certain nombre d’universitaires, de journalistes ou d’hommes politiques s’explique simplement pour des raisons de stratégie de carrière personnelle. Le système favorise l’ascension sociale ou professionnelle de ce qui n’y où semblent nier cette réalité est au contraire pénalise ceux qui la reconnaissent verbalement et publiquement.

Ce n’est donc pas par hasard que c’est autour de ces notions que l’auteur du livre est interrogé voir même sommet de s’expliquer, à propos de cette notion de domination.

Ces interrogations ont au moins le mérite de faire transparaître clairement le positionnement idéologique des journalistes et de la station qui les emploie

Pourquoi donc faudrait-il qu’un débat sur les travaux de Bourdieu s’apparente à un match ?

Oui évidemment on pourrait avancer le prétexte que Pierre Bourdieu a pu dire que « la sociologie est un sport de combat ».

Ne peut-t-on donc pas parler de l’apport de Bourdieu en restant strictement sur le terrain scientifique ?

4) Bourdieu, on refait le match du 30 janvier 2018 avec Marc Joly

Comme d’habitude, dans les médias, quand un interlocuteur est porteur d’une pensée critique profonde, celui-ci doit subir les assauts de journalistes–idéologues dans une situation médiatique asymétrique.

En l’occurrence, à l’occasion de ces deux émissions de France Culture concernant ce livre, ils sont toujours 2 contre 1. La technique est toujours la même : le journaliste n’est pas neutre mais prend parti et d’autre part fait appel éventuellement à d’autres experts ou supposés tels pour neutraliser les propos de l’interviewé. La nature des questions des journalistes montre leur méconnaissance ou leur incompréhension des travaux de Bourdieu notamment des concepts d’habitus et de capital symbolique. Penser que Bourdieu mini toute liberté d’action individuelle au profit d’un déterminisme social et mécanique structuraliste relève une construction idéologique fantasmagorique. Bien au contraire, Bourdieu montre que les individus choisissent et élaborent des stratégies d’action mais évidemment c’est stratégie individuel dépende d’un système de contraintes sociales et du capital transmis symbolique à chacun.

Et puis, on ne pourra pas reprocher à France Culture de ne pas avoir parlé du livre de Marc Joly, qui par ailleurs, avait déjà été invité auparavant pour une autre publication.

Voici donc les deux émissions de France Culture concernant le livre « Pour Bourdieu ». Qui auront eu tout de même le mérite de permettre de répondre à un certain nombre de préjugés et de déformation idéologique concernant les travaux de Bourdieu.,

https://www.franceculture.fr/emissi...

Intervenant : Maarc Joly sociologue, chargé de recherche au CNRS auteur du livre : Pour Bourdieu. CNRS éditions

Il a aussi écrit : La révolution sociologique (Édition de La Découverte. 2017)

Émissions sur ce livre :

https://www.franceculture.fr/emissi...

2) Émission réplique d’Alain Finkielkraut

La grande querelle des sociologues 02/02/2018

https://www.franceculture.fr/emissi...

Intervenant : Maarc Joly sociologue, chargé de recherche au CNRS

Nathalie Heinich sociologue, auteure du livre : .Des valeurs : une approche sociologique Gallimard, 2017 Ce livre a obtenu le prix Pétrarque–France Culture/Le Monde en 2017.

Information sur cette auteure : Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Natha...

Cette sociologue a été interviewée par le Figaro pour donner un article intitulé : Nathalie Heinich : « La sociologie bourdieusienne est devenue un dogme de la gauche radicale » Par Eugénie Bastié Publié le 04/08/2017

http://www.lefigaro.fr/vox/politiqu...

Article de l’association Acrimed

Nathalie Heinich, experte médiatique en Bourdieuphobie par Henri Maler, Patrick Champagne, jeudi 17 septembre 2015

http://www.acrimed.org/Nathalie-Hei...

Annexe

Pierre Bourdieu et le champ politique

https://quineditmot.wordpress.com/r...

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message