Le Monde : organe central du parti médiatique libéroploutocratique de l’inobjectivité

jeudi 11 octobre 2018.
 

Charte de déontologie journalistique de Munich : le papier toilette des petits soldats de la médiacratie.

Absence de vérification des faits avant leur diffusion, dissimulation de faits pouvant établir une vérité , invention pure et simple de faits qui n’existent pas, etc. sont des pratiques courantes de la quasi-totalité des médias d’aujourd’hui, finissant, le temps passant, par perdre toute crédibilité.

Les journalistes économiques et politiques sont devenus des militants politiques masqués et les petits soldats de l’armée invisible mais non invincible de la médiacratie.

Ces activistes du néolibéralisme ont l’impudence de vouloir se placer dans le surplomb de la neutralité en rabâchant sans cesse comme des perroquets bien dressés : tous les journalistes du Média sont « proches de La France Insoumise ».

1– L’hostilité larvée du journal Le Monde envers Le Média par propagation de fausses informations.

À l’occasion de la fin récente de période d’essai de la journaliste Aude Rossigneux le journal Le Monde a publié les deux articles suivants :

« Le Média se sépare de sa rédactrice en chef Aude Rossigneux ».

Le lien pour accéder à cet article :

http://www.lemonde.fr/actualite-med...

Le Monde reprend ici, sans aucune vérification des faits, les propos de la soi-disant « rédactrice en chef ».

Puis suit le second article : « Le Média se défend de tout licenciement et juge infâmes les accusations d’Aude Rossigneux ».

Lien pour accéder à cet article http://www.lemonde.fr/actualite-med...

2–Wikipédia : une information pas toujours fiable.

Remarquons que Wikipédia a été très réactif sur cette question : « … Extrait de l’article de Wikipédia sur Aude Rossigneux URL source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Aude_...

« « En septembre 2017 elle rejoint la rédaction du Média. Le 24 février 2018, elle quitte Le Média après un entretien avec la directrice générale Sophia Chikirou. Aude Rossigneux, disant avoir été licenciée, dénonce alors une « brutalité qui n’est pas exactement conforme à l’idée que chacun se fait d’un “management” de gauche » et évoque des tensions et l’épuisement des équipes « pas loin du burn-out »12,13. Le Média se défend le lendemain, affirmant qu’il n’a « jamais été question d’un licenciement » — Rossigneux étant en période d’essai — et juge « infâmes » les accusations de la salariée. Selon Gérard Miller, il était prévu dès le départ que la présentation du Journal serait « tournante ». Lorsqu’il a été annoncé une réorganisation, Aude Rossigneux « ne voulait pas faire autre chose » selon lui. Miller affirme également qu’une autre émission avec elle était envisagée. » »

Observons le caractère lacunaire et approximatif de cet article : le Média a été l’objet de deux campagnes de lancement Lune en octobre et l’autre en décembre 2017 notamment pour la collecte de fonds. La rédaction du Média n’était pas encore réellement constituée avant janvier 2018. Il ne pouvait donc y avoir de contrat d’embauche comme salarié avant janvier 2018.

Cette fausse information laissant croire que Aude Rossigneux était embauché à l’essai depuis cinq mois par la rédaction du Média a été reprise par plusieurs médias.

Ce qui est vrai, c’est que Aude Rossigneux a participé avec d’autres, comme militante bénévole, au lancement du Média.

D’autre part, on constate que Wikipédia ne rend pas compte ici des cinq raisons avancées par la présidente du Média qui ont conduit à la remise en cause de son maintien comme présentatrice du JT du Média tv.

Cet article n’est donc pas impartial. Mais ceci n’est pas très étonnant lorsque l’on sait que l’article de Wikipédia sur Le Média TV a été l’objet d’une bataille éditoriale. Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_M%...

Remarquons qu’il en a été de même avec l’article sur La France Insoumise un rédacteur s’ingéniait à vouloir à tout prix écrire que LFI était un parti politique au lieu d’être un mouvement.

3– La version des faits de la rédaction du média très peu prise en compte.

la rédaction du Média a fait une mise au point détaillée sur les raisons de la rupture de contrat. Voir : Liens d’information sur la rédaction du Média https://www.lemediatv.fr/articles/l...

4– Pourquoi Le Monde n’est pas objectif en diffusant des fosses information.

Le deuxième article, sous une apparente objectivité, utilise pourtant des termes et une méthode très discutables.–) Pourquoi le journal Le Monde présente-t-il Aude Rossigneux comme rédactrice en chef du Média alors qu’elle n’a jamais été embauchée pour cette fonction et qu’elle n’a pas assumé la responsabilité de cette fonction ?

Mais remarquons que « le site spécialisé » (en quoi ?) Électron libre écrivait comme titre : Aude Rossigneux évincée de la rédaction en chef du Média http://electronlibre.info/

a) Première fausse information

Remarquons au passage que ce site Électron libre qui se dit être « au cœur de l’actualité numérique » compromet gravement son image de fiabilité en publiant de fausses informations. De fait, conférer artificiellement le statut de rédactrice en chef à une simple journaliste en période d’essai, c’est donner une image aggravée d’un accident de parcours somme toute assez banal pour un média. Car, sans chef, point de destin, n’est-ce pas ? L’intention évidente est de faire accréditer l’idée d’une crise profonde du Média. En outre, c’est aussi une manière de minimiser le rôle et le pouvoir du comité de pilotage qui lui rappelons-le, est collectif.

b) Pourquoi le journal de référence Le Monde utilise-t-il d’une manière récurrente la terminologie pure Player alors que « La Commission générale de terminologie et de néologie a publié, le 23 mars 2014 au Journal officiel de la République française, la traduction en français « tout en ligne », dont l’utilisation est préconisée à la place de pure player » ? (source : Wikipédia) Peu de gens connaissent le sens technique de ce mot et l’associent spontanément à l’idée de jeux de divertissement. Mais peut-être fallait-il justifier que ce média « tout en ligne » trouve « naturellement sa place dans un blog comme Électron libre.

c) Pourquoi avoir parlé de licenciement alors qu’il s’agissait en fait d’une fin de contrat de période d’essai ? Deuxième fausse information : d) Pourquoi le journal ne s’interroge-t-il pas sur les raisons précises de cette fin de contrat alors que les celles-ci peuvent être parfaitement connues ?

En avançant subrepticement des couleurs politiques (Gérard Miller proche de la France Insoumise, ancien militant de la gauche prolétarienne, Sophia Chikirou ancienne Directrice de la communication de Mélenchon…) on suggère qu’il s’agirait ici d’un conflit idéologique tendant à donner de la rédaction du média une image de dogmatisme idéologique. À cela se couple l’idée fausse que le Média tv serait un peu que ce porte-voix de LF I. On a donc ici : omission de faits + suggestion et insinuation = manipulation

e) Pourquoi le journal ne pose-t-il pas la question du comment la décision de non renouvellement du contrat a été prise ? La réponse est pourtant connue : cette décision n’a pas été prise autoritairement par Sophia Chikirou ou Gérard Miller mais a été prise en tenant compte de l’avis de socios et autres professionnels. Là encore, il y a une omission de faits tendant à rendre crédible l’idée que la décision aurait été autoritaire.

f) Pourquoi ce journal ne dément-t-il pas la fausse information de journalistes qui seraient victimes ou proches d’un burn out ?

Sans ces questions, l’article semble au premier abord relativement objectif, mais en y regardant de près… on s’aperçoit qu’il s’agit malheureusement d’une illusion.

Nous avons ici pris comme cible Le Monde considéré comme « journal de référence » par des naïfs qui croient encore que ce journal est idéologiquement indépendant. Or il s’avère, si l’on se réfère à la charte de Munich de déontologie des journalistes, que les points 1 et 6 ne sont pas ici respectés : vérité des faits ; rectification des informations inexactes

Mais d’autres journaux qui font partie de la grande meute des chiens de garde de l’ordre idéologique dominant ont fait preuve d’une malhonnêteté intellectuelle et d’une agressivité envers Le Média tv bien plus grande. Nous ne perdrons pas notre temps en faire une analyse ici.

Ne pas prendre la peine de vérifier la réalité des faits et ne pas se soucier d’avoir des avis contradictoires sur une même situation litigieuse impliquant plusieurs personnes est ici un comble de la part de journalistes et montre l’état de décrépitude impressionnant dans lequel se trouvent désormais la plupart des médias concernant l’information économique, sociale et politique.

Cet état de délabrement est à l’image de celui du champ politique où la plupart des partis politiques ont perdu toute crédibilité. Les relais politiques de la classe dominante sont actuellement particulièrement fragilisés et leur bras armé, la caste médiatique politicienne , s’est transformée en une véritable armée de soldats utilisant les techniques de la guerre psychologique, idéologique et cognitive.

Tout comportement d’une personnalité, toute organisation sociale ou politique, tout groupe professionnel remettant en cause l’ordre économique et l’idéologie ultralibérale dominante sont l’objet de fausses informations de déformation de faits, etc. : qu’importe la vérité, l’important est de nuire et de neutraliser.

On peut remarquer que cette guerre idéologique est d’une intensité beaucoup plus grande que pendant la fameuse guerre froide mais il est vrai que les moyens techniques de diffusion, les sciences humaines appliquées à la manipulation des esprits n’avaient pas à cette époque la même étendue et la même puissance de feu. 5–

5– Pourquoi Le Média est-il devenu une cible de tirs privilégiés pour les soldats de la désinformation ?

Le Média tv n’étant pas vassalisé par les puissances de l’argent et par des chaînes publiques à la botte du pouvoir politique en place, est évidemment dans la ligne de mire de tous ces petits soldats robotisés ayant intégré leur logiciel idéologique d’asservissement au néolibéralisme.

Ce qui frappe dans la multitude des attaques de l’ensemble des médias subies par le Média et par LFI, c’est leur ressemblance, la répétition des thèmes utilisés comme si tous ces petits soldats étaient guidés par un QG central. Mais cette vision complotiste n’est qu’une illusion car ce qui fait la similitude voire même l’identité de leurs démarches, c’est que c’est le même logiciel qui tourne dans leur tête et que leur système de perception de la réalité sociale est le même pour tous.

Tout petit soldat utilisant un autre logiciel est purement et simplement éliminé du champ médiatique, mis au rancart. La plupart préfèrent subir que d’être mis à la casse d’autant que, dans ce domaine, tout recyclage s’avère difficile.

Assiste-t-on à une sorte de fascisation du système médiatique, le mensonge étant utilisé comme une arme de guerre idéologique assez systématique ? En tout cas, il ne semble pas exagéré de parler de totalitarisme idéologique.

On comprend qu’une concentration dans un même média d’un certain nombre de journalistes qui n’ont pas dans leur tête ce logiciel d’asservissement constitue un danger sérieux d’abord pour la stabilité du système médiatique dominant en place et, plus largement, pour l’ordre politique et idéologique nécessaire à la pérennité de l’oligarchie autocratique actuelle.

6– Le Média en résistance contre un ordre idéologique totalitaire.

a) Résister

Le Média tv est dépositaire de l’esprit libre est donc constitué de ce que l’on pourrait appeler des résistants.

Mais il n’est pas facile d’être résistant car il faut justement pouvoir résister psychologiquement à de multiples tentatives de déstabilisation. Dans un environnement démocratique normal non hostile, l’existence d’un tel média dans une certaine diversité idéologique est assez facile à assumer.

Dans un environnement particulièrement agressif et totalitaire, c’est beaucoup moins facile. Toute divergence de vue entre journalistes est alors exploitée à fond pour discréditer et diviser la collectivité des journalistes du Média.

Un simple départ de journaliste pour raisons de santé ou familiale, de changement de situation professionnelle sera aussitôt interprété comme un limogeage ou une fuite

b) la nécessité pour Le Média d’avoir une charte lui assurant une cohésion forte sur des principes fondamentaux de traitement de l’information.

Le Média a certes défini son système de valeurs, une charte d’expression pour les socios mais a aussi tout intérêt à se fixer une charte de fonctionnement s’appuyant notamment sur la charte déontologique de Munich de 1971 dont de nombreux journalistes semblent ignorer l’existence.

Voir la rédaction du média https://www.lemediatv.fr/les-journa...

La manière dont de journalistes ont cru justifier leur départ en affirmant leurs désaccords sur la manière dont Le Média a traité dans son journal du 23 février la non transmission d’images concernant le conflit en Syrie en montrent la nécessité.

Voir la mise au point de la présidente du Média : https://www.youtube.com/watch?v=KnW... il s’agissait tout simplement ici d’appliquer la charte de Munich sur la fiabilité des sources d’information en l’occurrence ici des images.

Considérons un autre exemple qui ne manquera pas de se présenter un jour : , cette charte pourrait prévoir un non alignement sur les prises de position géopolitique au sujet des différentes grandes puissances notamment.

Cela implique donc que lorsqu’un sujet est abordé sur le plan international, les arguments des différents partis en présence doivent être écoutés et analysés.

Un journaliste comme Jean-Christophe Victor, malheureusement décédé, dans son émission « le dessous des cartes » montre que cela est possible.

Il est par exemple particulièrement scandaleux vis-à-vis de la Russie, que dans la plupart des cas, la vision de l’OTAN soit largement prépondérante et le point de vue de la Russie non expliqué.

C’est tout de même oublier que, lors de la seconde guerre mondiale, le peuple de l’Union soviétique a compté 27 millions de morts soit 16 % de sa population (c’est-à-dire l’équivalent de 2/3 de la population totale de la France à la même époque) pour lutter contre le nazisme et permettre notre libération.

Rappelons, pour comparaison, que dans le cas de la France, le nombre de tués s’est élevé à 1,3 % de la population.

Rappelons aussi que l’Ukraine collaboratrice a contribué à aider les nazis dans leur invasion en leur apportant 250 000 hommes. Source : Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Colla...

Au travers ces différents dirigeants qu’il a élus, il est donc normal de connaître et de faire connaître son point de vue.

Cela ne signifie en rien que l’on soit d’accord avec ces décisions ou avec le régime en place. Un désaccord, ne doit pas se traduire par la censure de ce que dit l’autre.

Il est assez incroyable que le respect de règles aussi élémentaires puisse conduire à être accusé d’être « pro russe ».

Mais même des choses aussi simples que de vérifier la fiabilité d’une source comme le prévoit l’article 1 de la charte ne semble pas être une évidence. À une époque où les tout à fait usuel techniquement de faire des montages audiovisuels, il est bien évident qu’il faut s’assurer de la fiabilité et de la source des images que l’on diffuse surtout dans les cas de conflits armés ; n’importe quel journaliste peut être vite instrumentalisé par les parties en présence. Si le Média tv en cas de conflit entre deux camps A et B refuse de transmettre des images favorables à A faute de preuves sur leurs sources ou leur fiabilité, il sera accusé d’être partisan du camp B ou de renvoyer A et B dos à dos si la majorité du champ médiatique est favorable à A, comme l’OTAN est favorable à A. Il s’agit alors de la part des critiques du Média d’une part d’une escroquerie intellectuelle puisqu’il ne s’agit pas ici pour le média de porter un jugement en bien ou en mal sur les actions de A et de B mais de simplement s’assurer de la vérité d’une information avant de la transmettre conformément à l’article1 de la charte de Munich. Le Média tv comme tout citoyen qui adopte cette saine démarche est alors victime d’une forme de dictature idéologique de la part de ceux qui prétendent le plus souvent défendre « les droits de l’homme ». Mais à la différence de ces gens n’a, la rédaction du Média ne brandit pas les droits de l’homme comme une hache de guerre. On a pu constater les effets désastreux de cette hache de guerre dans la destruction des états de l’Irak et de la Libye.

Il est bien évident, que le média risque de se heurter à des difficultés de cohésion interne si certains de ses journalistes sont atlantistes comme le sont d’ailleurs de très nombreux socialistes. De la même manière, si des journalistes sont des interventionnistes militaristes au nom des droits de l’homme, pour défendre la liberté des peuples opprimés…), comme ce fut la position de Benoît Hamon pour la Syrie pour éliminer Bachar El-Assad (démarche qui a fait preuve de son échec cinglant en Irak et en Libye et qui a provoqué la rupture d’Axel Kahn avec Benoît Hamon). Rappelons Que Benoît Hamon est partisan que la France fasse partie du commandement intégré de l’OTAN. Là encore, il y aura des turbulences il me semble difficile de s’affirmer comme pacifiste et en même temps à la remorque des États-Unis sur le plan militaire. Il me semble difficile aussi de dénoncer d’un côté la mainmise de neuf milliardaires sur les médias en France et de ne pas dénoncer la puissance du lobby militaro-industriel sur la politique géostratégique des USA.

Au final, cela demande de la part des journalistes de bonnes capacités d’analyse et une grande hauteur de vue, ce que l’on n’apprend pas dans les écoles de journalisme. Il est pourtant facile de comprendre qu’un média ne peut se prétendre humaniste et pacifiste en adoptant l’une ou les deux positions précédentes. http://www.humanite-lannion-tregor....

7– L’acharnement du Monde contre Le Média continu. Mais l’information tronquée continue dans Le Monde. Dans un article intitulé : Le média : les coulisses d’une crise http://www.lemonde.fr/politique/art... l’article commence par planter un décor qui se veut réaliste, au siège du Média à Montreuil (métro Robespierre !). Il manque néanmoins quelques informations pour donner plus de précisions sur le décor de cette pièce où règne une atmosphère de « procès ». Distingue-t-on, accrochée au mur, une figure de Robespierre, ? De Staline ? De Mao ? De Mélenchon ? Gérard Miller est-il muni d’un fouet ? Le ménage de la pièce a-t-il été fait : les canettes de bière ramassées, les boites de conserve de caviar ramassées ? Un projecteur de forte lumière a-t-il été orienté vers le visage de la coupable ? Et quelles sont les raisons qui ont motivé le départ « en cascade » de deux journalistes ? L’une des raisons invoquées serait que le 23 février le JT aurait renvoyé dos à dos les rebelles islamistes et les auteurs d’exactions favorables à Bachar El-Assad. Pourtant, ceci est faux et est expliqué sur la chaîne. Mais Le Monde n’en souffle mot. Le feuilleton anti Média se poursuit avec la publication d’un article intitulé : une dizaine de soutiens du média se désolidarisent de la Webb télé proche des « insoumis ». http://www.lemonde.fr/actualite-med... On aimerait avoir quelques arguments précis expliquant cette remise en cause de leur soutien (une centaine de personnalités avait appuyer le lancement du Média). On remarque tout de même plusieurs personnalités ayant soutenu Benoît Hamon et le départ de Noël Mamère, membre du nouveau parti de Benoît Hamon, a pu effectivement jouer un rôle. Remarquons que l’appartenance politique de Noël Mamère au mouvement Génération n’avait suscité aucune réaction des médias alors que des journalistes non encartés à LF I sont sans Quand donc Le Monde va-t-il avoir la satisfaction de pouvoir publier une pétition demandant la dissolution du Média ?

Soyons clair : ce qui nous gêne dans l’attitude de ce journal, ce n’est pas qu’il informe du départ de tel ou tel membre du Média, c’est la manière tronquée et partisane dont il en rend compte. En s’asseyant littéralement sur les principes déontologiques de la charte de Munich. Il est clair que l’objectif du Monde est d’empêcher Le Média de faire adhérer le maximum de socios à son projet et si possible de contribuer à sa disparition. En ce sens, Le Monde ne se distingue pas des autres grands médias appartenant à des milliardaires.

8– Solidarité avec Le Médiatv. Pour réagir contre les prétentions totalitaires de ce type de média, devenez socio du Média nvoyez un don à son adresse. Pour l’obtenir, il suffit d’aller sur le site en cliquant ici : https://www.lemediatv.fr/mentions-l...

Puis en fin de page, vous cliquez sur « mentions légales »..

En attendant, Le Média continue de diffuser des émissions très intéressantes. Pour la semaine du 5 au 9 mars voir le lien suivant :

https://www.lemediatv.fr/

Hervé Debonrivage allez en début de page


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message