Tziganes et Manouches : Damnés de la terre ?

vendredi 1er août 2014.
 

Y’a t’il une population, plus qu’une autre, qui a le droit à la reconnaissance de la souffrance ?

Doit on uniquement se préoccuper des atrocités et de la mémoire d’une guerre par rapport à une autre, fut-elle mondiale ?

Les enfants qu’ils soient français ou allemands, juifs ou non juifs, ont le droit de voir l’avenir autrement qu’en se penchant individuellement sur une période qui n’est pas la leur.

Toujours dans cet esprit étroit et individualiste, pourquoi faut-il s’intéresser seulement à l’histoire des enfants juifs de cette période ?

Pourquoi pas aux enfants Tzyganes ou Manouches destinés à la même extermination, quantité négligeable sans doute.

Et que dire des homosexuels qui comptaient parmi eux des adolescents.

Oubliés leurs noms et leurs histoires, ceux là resteront des damnés de la terre.

Par ailleurs s’agit-il de mémoire ?

Les génocides existent encore, aucune leçon n’est tirée, peut être est-ce plus facile à oublier.

Businesse oblige.

Nos enfants ne sont pas des instruments à remonter les sondages.

Etat sans raison ni émotion, fait ton travail social au lieu de masquer sa destruction en balançant des causes auxquelles tu ne crois pas.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message