11 et 12 juin 1937 : Staline fait fusiller les chefs militaires de la Révolution russe

dimanche 12 novembre 2017.
 

Le 11 juin 1937, la presse aux ordres du Kremlin annonce :

- que le NKVD (police politique) a découvert une Organisation militaire trotskiste antisoviétique

- que les plus hauts gradés de l’Armée rouge dont sept généraux d’armée en font partie

- qu’un tribunal militaire, siégeant à huit clos, les a condamnés à mort pour trahison et espionnage

En fait, le dossier d’accusation a été monté par le NKVD.

Les 11 et 12 juin, le maréchal Toukhatchevski, les généraux Iakir, Ouborevitch, Kork, Eideman, Feldman, Primakov, et Poutna sont fusillés (Gamarnik s’est déjà suicidé le 31 mai). Dans les dix jours suivants, plus de 1000 officiers supérieurs sont arrêtés dont 21 généraux de corps d’armée et 37 généraux de division. Beaucoup seront également passés par les armes.

Pour quelle raison Staline a-t-il engagé cette vague d’arrestations, de procès et d’extermination dans le corps des officiers ?

- 1) Staline a été mis en difficulté de temps en temps au Politburo et au comité central dans les années précédentes. D’après plusieurs historiens, il n’a été élu au comité central lors du 17ème congrès (janvier 1934) qu’en dernière position . Il veut à présent assurer de façon décisive et définitive son statut de dictateur sans opposition possible. Il va donc liquider une majorité des délégués (1108) au congrès, une grande majorité du comité central élu (98 sur 139) et même presque tous les membres de la commission de dépouillement des votes (60 sur 63).

- 2) Staline veut poursuivre la liquidation des vieux bolcheviks dont la popularité et les responsabilités politiques gênent sa volonté de disposer d’un appareil étatique uniquement composé d’exécutants dociles et apeurés. En août 1936 puis janvier 1937, il a déjà exterminé la "vieille garde bolchevik" : Zinoviev, Kamenev, Smirnov, Piatakov, Sokolnikov, Mouralov, Tchoubar, Kossior et bien d’autres... Vient à présent l’heure des héros de la guerre civile.

29 octobre 1917 à octobre 1922 Guerre civile russe. Pourquoi les Rouges ont-ils gagné ?

Depuis 1924, la-plupart des grands officiers rouges de la guerre civile ont été peu à peu écartés par le clan de Staline mais certains étaient intouchables en raison de leur rôle passé ; c’était le cas en particulier des commandants d’armée ayant entouré Trotsky comme Toukhatchevski (fusillé en 1937), Iakir (fusillé en 1937), Primakov (fusillé en 1937) et Vatsetis (fusillé en 1938). Staline va donc les faire liquider par un dossier truqué les accusant d’être des émules d’Hitler.

- 3) l’orientation grotesque et suicidaire imposée par Staline aux dirigeants communistes en Allemagne a contribué à l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Même après l’accession au pouvoir de celui-ci, Moscou continue à imposer une analyse débile de la situation. Le journal du PC, Die Rote Fahne, écrit 3 jours après la nomination d’Hitler comme chancelier "Hitler gouverne mais le communisme avance". Chaque nouvelle distribution de tract amène la liquidation d’une nouvelle vague de militants par les fascistes (voir les témoignages dans Sans patrie ni frontière). Staline ne veut pas voir tiré un bilan de cette catastrophe allemande.

Toukhatchevski (commandant en chef de l’armée rouge) a compris l’ampleur de cette catastrophe et le danger qu’elle entraîne pour l’URSS et pour le mouvement communiste international. Il pousse donc à la modernisation et à la motivation de l’armée pour préparer un affrontement qu’il juge prévisible. Il explique tout cela devant le soviet suprême. Staline se moque complètement du mouvement communiste international ; son seul souci, c’est la protection de l’URSS, avec lui comme "petit père". Aussi, il compte jouer soit la carte d’un rapprochement avec les pays capitalistes occidentaux (la France en particulier), soit un pacte de non agression avec l’Allemagne nazie ( il choisira finalement cette seconde solution).

- 4) une autre raison de la liquidation des chefs de l’armée rouge ne peut être passée sous silence, même si les documents manquent pour confirmer ou infirmer cette assertion. Iakir aurait eu connaissance d’un dossier de l’Okhrana (police politique secrète du Tsar avant 1917) concernant Joseph Staline, agent de cet organisme avant 1913. Iakir aurait fait part de cette information au maréchal Toukhatchevski, au général August Kork (chef de l’académie militaire), au général Gamarnik (vice-commissaire à la défense et chef de l’administration politique de l’armée rouge) ainsi qu’à quelques autres hauts responsables militaires. Cette affaire est-elle apparue oralement durant le procès ? Cela expliquerait l’élimination rapide des juges, des témoins et des participants (pourtant choisis) aux séances du procès.

En conclusion, constatons après les historiens spécialistes de l’URSS que cette saignée explique la désorganisation totale de l’armée rouge dans les premiers mois de la guerre face aux armées nazies.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message