"L’espérance des dominés, seule, est indestructible" (Georges Labica, décédé le 12 février 2009)

mardi 12 février 2013.
 

Utilisateur assidu des ouvrages théoriques de Georges Labica comme son Dictionnaire critique du marxisme, son nom m’apparaissait comme immortel. Or, une hémorragie cérébrale vient de l’emporter. Je livre à nos lecteurs la belle biographie rédigée sur lui par un autre grand philosophe, André Tosel.

La leçon de maintien marxiste de Georges Labica (par André Tosel)

« La classe ouvrière n’existe plus.Mais elle prend tout sur la gueule »

« Le communisme c’est le seul contrepoison le seul antidote le seul remède la seule alternative à la société d’exploitation au capitalisme qui jamais n’a le visage humain. Tous les damnés de la terre savent ça qui sont de plus en plus nombreux et de plus en plus damnés .Seuls les salauds ne sont pas avec eux et c’est comme ça qu’on les reconnaît. »

Ces aphorismes tirés d’un de ses derniers ouvrages, Démocratie et révolution (2002) donnent le ton de la voix singulière de celui qui vient de nous quitter et qui demeure la figure d’un des rares intellectuels marxistes et communistes qui en France ont su sans se renier maintenir le cap au sein de la tempête déchainée par le capitalisme mondialisé. Georges Labica, c’est d’abord cette voix qui ne cesse jamais de rappeler à la pensée, à la philosophie en particulier son appartenance au monde, l’état de ce monde et la condition de privation d’humanité en laquelle s’est jetée la masse des hommes vivant en ce monde ; c’est le chercheur d’une autre voie pour un communisme de ce monde et de ce temps. Tel est le fil conducteur d’une œuvre considérable : une quinzaine de livres, une quinzaine de directions d’ouvrages et je ne sais combien d’articles et contributions diverses à des colloques et à des revues tant sur le plan national qu’international. Il faudra un jour procéder à l’étude de toute cette profusion.. Formé à l’étude de Marx à la fois par la lecture d’Henri Lefevbre et de Louis Althusser -qu’il se garda d’opposer l’un à l’autre-, Labica ne céda jamais sur l’apport irréductible de Marx, et sur celui des marxistes critiques et révolutionnaires, l’un n’allant pas sans l’autre. Pour lui, la nécessaire réévaluation critique de Lénine, de Mao et de Castro ne signifia jamais simplement abandon et retour au bercail d’un social-libéralisme rajeuni dans le bain de la jouvence communicationnelle ou détrempé dans les saintes huiles d’une civilité de substitution.

Cette prise de parti pour la critique marxiennne de la société capitaliste est unie originairement à l’analyse de notre monde depuis la perspective d’un militantisme anticolonialiste et anti-impérialiste qu’il actualisa très tôt durant la guerre d’Algérie et ses séjours en ce pays où il rencontra sa femme Nadya. On oublie trop que Georges Labica a commencé sa vie de chercheur en étudiant des penseurs arabes anciens en quête d’une vision rationaliste de l’histoire et de la philosophie comme Ibn Kaldhoun (La Mukkadima, le rationalisme d’Ibn Kaldoun ;1966, et Politique et religion chez Ibn Kaldoun, Alger 1966) et Ibn Tufail (Ibn Tufail le philosohe sans maître, Alger,1969). La classe ouvrière est immédiatement saisie en la multiplicité de ses formes et jamais séparée des peuples opprimés. Marx alors réactualisé par l’intervention décisive de Louis Althusser donna à cette prise de parti éthique et politique sa base théorique et obligea Labica à une explication avec la philosophie qui guida toute son oeuvre à venir. Dans sa thèse de doctorat de philosophie qui lui valut d’être nommé tôt maitre assistant puis professeur à l’Université de Paris X-Nanterre, Labica s’interroge sur La statut marxiste de la philosophie ( Complexes-Bruxelles, Vrin-Paris,1977). Il étudie la sortie de la philosophie à laquelle procède le jeune marx de 1841 è 1848, à la rupture ou coupure épistémologique que théorise alors Althusser. Marx ne cherche pas à élaborer une autre philosophie qui serait l’unité du matérialisme historique ou science des lois objectives de l’histoire et du matérialisme dialectique conception générale des lois de la pensée, de la nature et de l’histoire. D’entrée de jeu est récusée la synthèse impossible qui fut défendue par le marxisme-léninisme soviétique qui devint vérité officielle, une vulgate diffusée largement par le Parti Communiste Français en ses écoles.

Cette critique fut reprise et développée dans Le marxisme-léninisme, éléments pour une critique ( Editions Bruno Huisman, 1984). Elle est à la base de la polémique permanente que Labica entretint avec Lucien Sève qui tentait alors de donner une version acceptable d’une philosophie marxiste matérialiste et dialectique. Pour Labica la philosophie est tentée perpétuellement de se constituer en mode de représentation autonome, fin en soi, et d’oublier son appartenance au monde historique des luttes et des conflits. La philosophie ou bien dénie ce lien ou bien procède à une apologie indirecte ou non de l’ état actuel du monde au profit de la domination. Il n’est pas tant de philosophie marxiste que de pratique et de statut marxistes de la philosophie. Celle-ci est invitée à procéder à la critique permanente de son devenir idéologie d’Etat ou de parti. Cette pratique élabore une position permettant de défendre et élargir le savoir de l’histoire se faisant, et cela dans un sens non économiste et résolument ouvert sur une relance politique et idéologique des luttes de classe et des masses subalternes. Cette interprétation politico-polémique de la philosophie explique aussi pourquoi Labica ne se rapprocha pas de Gramsci qu’il connaissait bien mais dont il redoutait l’interprétation social-libérale alors donnée par les intellectuels dominants du Parti Communiste Italien. Il préféra le communisme critique d’Antonia Labriola à une philosophie de la praxis qui risquait de porter à l’absolu l’idée de conception du monde. C’est ainsi qu’il organisa le premier colloque consacré au penseur italien Labriola. D’un siècle à l’autre en 1987 (Méridiens, Paris). Ces positions furent réassurées à la même époque par la remarquable étude de 1987 aussi consacrée à Karl Marx Les Thèses sur Feuerbach (Presses Universitaires de France, Paris).

Labica espéra longtemps que le P.C.F. dans les rangs duquel il milita à la base jusqu’à la fin des années soixante dix-début quatre-vingts fût capable de se réformer et d’abandonner le poids du stalinisme sans sortir de sa crise par une voie social-réformiste, sans s’aligner sur le fétichisme d’une démocratie représentative pure. Comme Althussser, il croyait en la nécessité d’une sortie de gauche du stalinisme et c’est dans cet esprit qu’il participa aux événements de 1968 et renforça son lien avec les luttes anti-impérialistes, en syntonie avec Samir Amin .Il quitta le P.C.F. après avoir plusieurs fois tiré le signal d’alarme avec d’autres sur les ambiguités de la politique du programme commun (notamment avec E. Balibar, G. Bois et J.P. Lefebvre dans Ouvrons la fenêtre, camarades ! en 1979). Il poursuivit cependant son activité politique dans divers cercles de réflexion et d’initiatives autour des revues comme Utopie critique ou les éditions du Temps des Cerises. En fait il consacra surtout la plus grande partie de son énergie à rassembler les voix les plus diverses des marxismes devenus éléments actifs de la culture durant la période 1961-1980 . Il se révéla ainsi un grand organisateur de culture théorique et politique. Il dirigera à l’Université de Nanterre jusqu’’à son départ à la retraite un Centre C.N.R.S de recherche -unique en son genre alors- de philosophie politique, économique et sociale (on notera le lien entre ces disciplines). Ce Centre organisa de nombreux colloques et fut marqué par un réel libéralisme intellectuel. Ferme en ses convictions théoriques et politiques, Labica mantra une remarquable ouverture d’esprit en accueillant toutes les orientations de la pensée critique en espérant œuvrer à la relance d’une nouvelle théorie critique articulée sur Marx et les classiques, mais ouverte sans sectarisme. Il aida de nombreux chercheurs à se faire connaître. C’est au sein de cette équipe que se forma initialement avant de s’autonomiser la revue Actuel Marx dirigée par Jacques Bidet et pour un temps aussi par Jacques Texuer. Cette revue poursuit encore ce travail de refondation théorique et politique.

Le coeur de cette tentative d’élaboration d’un marxisme (auto)critique aboutit en 1981 à l’élaboraton et à la publication du Dictionnaire critique du marxisme, en codirection avec Gérard Bensussan, aux Presses Universitaires de France, traduit en plusieurs langues et réédité plusieurs fois, disponible en version économique Quadrige, P.U.F. Cet ouvrage encore indispensable a réuni une centaine de collaborateurs divers et permis de faire le point non seulement sur les concepts principaux élaborés par Marx et les meilleurs des marxistes, mais aussi de réhabiliter des figures passées sous silence par l’orthodoxie stalinienne. Cet ouvrage marque un tournant tout comme il est pris dans un paradoxe ironique. Il constitue un tournant parce qu’il permet un bilan de ce qu’a été la recherche marxiste en France quand on espérait qu’après 1968 une nouvelle voie révolutionnaire ou puissamment réformatrice s’ouvrît. Mais ce tournant s’est inversé en se faisant paradoxe parce qu’en France commença alors la contre-révolution libérale, masquée d’abord par le réformisme sans réformes de Mitterrand et du Parti socialiste, accompagnée par la furieuse campagne antitotalitaire qui réunit les forces libérales pro-capitalistes et une gauche dite moderne. Le moment postmoderne emporta alors le marxisme en même temps que s’épuisait définitivement le communisme soviétique. Beaucoup de marxistes opérèrent un virage théorique social-libéral plus ou moins social au profit d’une démocratie citoyenne aussi bavarde qu’impuissante devant la montée des racismes et des ethnicismes, la liquidation du Welfare State, la contre-révolution initiée par un capitalisme mondialisé désormais sans adversaires. L’entreprise de Labica fut prise à contre-pied : parti pour une offensive théorique et politique de renouvellement du marxisme et du communisme, Labica se trouva confronté à la tâche ingrate et difficile d’organiser une retraite stratégique pour éviter la désagrégation totale des forces de contestation inspirées du marxisme communiste. Il manifesta là une fermeté d’âme réellement stoïcienne et refusa de se coucher. Il continua sa réflexion en saisissant la nouveauté d’un capitalisme mondialisé impitoyable et en alertant sur sa puissance de destruction. C’est cette résistance têtue, cette leçon de maintien militant qui s’exprime en particulier dans les deux derniers ouvrages qu’il publie, le recueil d’articles qu’est Démocratie et révolution, (2002, Le Temps des Cerises) et l’étude systématique Théorie de la violence (2007, Città del Sole-Naples et Vrin-Paris).

Ces deux ouvrages sont en quelque sorte le testament qu’il nous livre. Labica qui a toujours pris Lénine au sérieux n’a jamais été antidémocratique. Il pense seulement que l’actuelle démocratie est une oligarchie laissant les mains libres aux forces politiques et économiques dominantes et que seul peut renouveler la relance d’une révolution instruite inversement des dégâts provoqués par son déficit démocratique. Pas de démocratie sans révolution, mais pas de révolution dans une démocratie de masse. Du même coup, il faut revenir sur la question de la violence. S’il est vrai que trop souvent la contre-violence légitime des classes et peuples exploités n’a pu éviter un excès de violence incontrôlable et injustifiable, il ne faut pas oublier inversement la violence inouïe et infiniment supérieure du système capitaliste qui va jusqu’à la limite de l’intolérable. C’est ce rappel salutaire que lançait déjà la belle étude de 1990 Robespierre, une politique de la philosophie (Presses Universitaires de France, Paris) qui fait autre chose que de réhabiliter la figure du révolutionnaire en découvrant le philosophe d’un droit naturel radical, proche en cela d’Ernst Bloch, un auteur particulièrement aimé de Labica.

Georges Labica est un penseur et un militant animé de la passion politique la plus intègre et la plus intégrale. Il a cherché en quelque sorte à donner au marxisme et à sa politique du peuple ce que Machiavel et Lénine ont donné à la politique, sa philosophie immanente. Certains ont fait valoir que sa critique de la philosophie se soit développée avec une certaine indifférence aux moments forts de la recherche philosophique du siècle passé, avec un scepticisme relatif face aux constructions théoriques, loin d’une construction théorique systématique. C’est une question à débattre en prenant en compte les éléments les plus significatifs de la pensée en France et à l’étranger qui ont été passés sous silence. Labica n’a pas produit une philosophie au sens de Sartre, de Merleau Ponty, de Badiou, de Deleuze, de Derrida, de Balibar, de Nancy, de Castoriadis, de Foucault. Il n’a pas élaboré de théorie au sens de Bourdieu, d’Habermas, de Bidet, alors que souvent il exerce une fonction de rappel salutaire sur certains oublis ou autres dérives.

Face à tous ceux qui à juste titre disent que tout n’est pas dans Marx, Goerges Labica rappelle inlassablement à tout aussi juste titre que rien ne peut se faire sans Marx, sans un renouveau de la critique de la société-civile capitaliste mondialisée. Ce qui est une idéee toujours vraie, encore plus vraie. Labica se méfie des bricolages philosophiques éclectiques, des synthèse prématurées qui veulent boucher les trous par où le réel nous blesse et nous défie. Allons plus loin. Labica n’est pas aussi antiphilosophe qu’il le donne polémiquement à croire. Il a toujours manifesté un respect théorique et politique pour l’œuvre d’Henri Lefebvre qu’il a contribuée à rééditer, notamment en introduisant une nouvelle édition de la Métaphilosophie de ce dernier. N’est-ce pas là qu’il faudrait chercher ce qui fut la philosophie de Labica, une philosophie ouverte sur la transformation des champs épistémiques et des camps politiques ? L’étude sérieuse des manuscrits encore inédits peut réserver des surprises. Souhaitons-en une mise en route rapide. En tout cas, un grand merci, Georges, pour ta tenue théorique et politique en ces temps difficiles !

André Tosel, L’Humanité


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message