1er janvier 1959 : Guevara prend La Havane en pleine grève générale. La révolution cubaine est victorieuse

mardi 10 janvier 2017.
 

Le 1er janvier 1959 à trois heures du matin, le dictateur Batista quitte définitivement Cuba qu’il gouvernait depuis son coup d’Etat de mars 1952. Quelques heures plus tard, Ernesto Guevara et Camilo Cienfuegos entraient à La Havane en pleine grève générale. Le régime corrompu et haï de Batista avait vécu. Le dictateur, pantin des USA et de la mafia américaine prend le chemin de l’exil. Sous sa direction, Cuba était devenue le lupanar des Etats-Unis, à quelques encablures de Miami. 1er janvier 1959, la Révolution cubaine est en marche et son souffle va marquer le continent latinoaméricain et la planète entière...

Batista commence sa carrière politique au début des années 30 en dirigeant un coup d’état militaire contre le dictateur Machado. Le gouvernement qui se met alors en place prend une série de mesures progressistes qui ne sont pas du goût des Etats-Unis qui fomente une insurrection des partisans de l’ancien dictateur. Le nouveau gouvernement, expulse les paysans des fermes qu’ils avaient envahies et la compagnie électrique est dénationalisée, tandis que l’armée de Batista écrase la grève générale de mars-avril 1935. En 1940, Batista est élu Président de Cuba à la tête d’une coalition comprenant entre autres le Parti communiste. Menacé de perdre les élections présidentielles en 1952, il organise un coup d’état avec le soutien des Etats-Unis.

Vers la guérilla

C’est à cette occasion qu’apparaît pour la première fois Fidel Castro, jeune avocat, membre d’un parti bourgeois libéral (Parti du Peuple Cubain - Orthodoxe). Il dénonce le coup d’état militaire devant le tribunal de la Cour suprême, un an plus tard, le 26 juillet 1953, à la tête d’un groupe de jeunes, il se lance à l’assaut de la caserne Moncada, à Santiago de Cuba. C’est un échec. Devant le tribunal qui le juge, Fidel Castro prononce sa plaidoirie connue sous le nom de " L’histoire me jugera ", il s’agit d’une dénonciation des crimes de la dictature et de la présentation des propositions du " Mouvement du 26 juillet ". En mai 1955, Batista décrète une amnistie générale. Fidel Castro part en exil au Mexique où il rencontre celui qui deviendra " Che " Guevara.

Che Guevara exécuté le 9 octobre 1967 : un symbole d’éthique, d’espérance, de justice sociale pour l’Amérique latine et d’internationalisme

En novembre 1956, l’insurrection armée déclenchée par le " Mouvement du 26 juillet " est écrasée ; le 2 décembre, 82 hommes débarquent du " Granma ", attendus par l’armée de Batista, ils sont décimés. Les 12 survivants parmi lesquels Fidel Castro et Che Guevara se réfugient dans la Sierra Maestra où ils sont soutenus par les paysans, de là commence la guérilla qui va les conduire à la prise du pouvoir.

Une colonie des USA

Sous la direction de Batista, Cuba est devenue une colonie des Etats-Unis. Le capital américain contrôle 90% de la production minière, 90% de la distribution de l’électricité et du téléphone, 80% des services publics, 50% des chemins de fer, 40% de la production sucrière et 25% des dépôts bancaires. 47% des terres cultivées appartiennent à des propriétaires américains.

30 000 propriétaires possèdent 70% des terres agricoles, tandis que 78,5% des paysans doivent se contenter de 15% des terres. Quant à la culture de la canne à sucre, la principale richesse agricole avec la culture du tabac, 22 grands propriétaires possèdent 70% des terres cultivables. La Mafia des Etats Unis et ses parrains Lucky Luciano, Meyer Lansky, Santos Trafficante contrôlent les casinos dans lesquels ils blanchissent l’argent de la drogue, de la prostitution ... La Havane, paradis de la mafia est un immense bordel pour touristes américains où la famille Batista et des membres de l’armée prélèvent leur dîme sur les machines à sous et les parcmètres.

L’effondrement du régime de Batista

Toute l’année 1957 va voir la guérilla se renforcer et le 9 avril 1958 le " Mouvement du 26 juillet " appelle à la grève générale, celle-ci, boycottée par le Parti communiste (PSP) qui dirige la Centrale des travailleurs cubains, échoue. Mais la guérilla vole de succès en succès. Le régime corrompu de Batista, haï par les masses, perd le soutien d’une fraction de la bourgeoisie, les Etats-Unis cessent de lui livrer des armes et le Parti communiste négocie son entrée dans la guérilla avec Fidel Castro.

A la veille du jour de l’an de 1959, La Havane est paralysée par la grève générale, les travailleurs ont pris en mains leurs organisations syndicales. La population ouvrière se lance à l’assaut et commence la chasse et le jugement des oppresseurs, des bureaucrates syndicaux et des mouchards. La mobilisation des masses amène le " Mouvement du 26 juillet " à prendre des mesures de plus en plus radicales.

Le caractère de la révolution

Au mois de mai 1959, la loi de réforme agraire est signée. Les entreprises du téléphone et de l’électricité sont nationalisées ainsi que les raffineries de pétrole qui appartiennent toutes à des compagnies américaines. Le 16 avril 1961, Fidel Castro définit la révolution cubaine comme révolution socialiste, le lendemain 1500 exilés cubains armés, entraînés et financés par la CIA, avec l’accord du gouvernement Kennedy, débarquent dans la baie des Cochons, ils sont écrasés au bout de trois jours de combats.

Elie Cofinhal

Notre rubrique Cuba (23 articles)

Cliquer sur l’adresse URL ci-dessous :

http://www.gauchemip.org/spip.php?r...

Notre rubrique Guevara (19 articles)

Cliquer sur l’adresse URL ci-dessous :

http://www.gauchemip.org/spip.php?r...

1er janvier 1959 1999 Discours de Fidel Castro pour le 40ème anniversaire de la révolution cubaine


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message