14 avril 1912 Naufrage du Titanic : les affres du capitalisme dans toute leur horreur

vendredi 21 avril 2017.
 

Après trente ans d’enquête, Le journaliste irlandais Senan Molony prétend qu’un incendie survenu plusieurs jours avant la collision du Titanic avec un iceberg serait à l’origine de la catastrophe.

A) L’autre histoire du naufrage du Titanic

Un documentaire de la BBC chasse d’un revers de la main la légende romantique de la catastrophe et pointe les responsabilités des industriels.

Senan Molony est un journaliste passionné par l’histoire du Titanic. Un jour, sur une brocante, il achète un carnet de photos prises par l’un de ses ingénieurs. Les photos vont de la construction du paquebot à son départ, à Southampton. Sur l’un des clichés, puis un second, il découvre une énorme tache noire sur la coque du bateau. Il pense, au départ, qu’il s’agit d’un reflet du soleil. Mais l’hypothèse ne fonctionne pas  : les photos ont été prises à différents moments de la journée et sous différents angles. Il fait appel à tous les spécialistes de la construction navale. Pour parvenir très vite à un autre hypothèse, effarante  : la tache proviendrait d’un feu dans l’une des cuves à charbon. Il remonte l’historique de «  l’Insubmersible  » et comprend que, effectivement, un feu a été découvert, juste avant que le navire ne parte vers Southampton.

Or, explique un spécialiste du charbon, ce type de feu, appelé feu couvant, peut brûler pendant des jours, voire des semaines, avant qu’il ne soit détecté. Il est très dangereux et endommage gravement la structure du bateau. D’ailleurs, les rapports des commissions américaine et anglaise signalent que, sur les 160 pompiers en poste sur le Titanic, 8 seulement ont accepté de poursuivre le voyage jusqu’aux États-Unis… Et Monoly de découvrir que la compagnie qui a commandé le Titanic, JPMorgan, était en difficultés financières au moment de la construction du bateau. Et a, malgré les avis du gouvernement, réalisé sa construction à l’économie, notamment sur la qualité de l’acier. Qualité de l’acier qui est responsable, directement, de la rapidité de l’engloutissement par les flots du navire.

Le documentaire a été diffusé en janvier sur la BBC et a fait grand bruit au Royaume-Uni. D’autant que la chaîne des responsabilités est effectivement bien plus crédible que toutes les légendes qui courent sur le Titanic depuis 1912. Entre économies de bouts de chandelle et appât du gain, JPMorgan est directement responsable de la mort de 1 491 personnes. Soit les affres du capitalisme dans toute leur horreur.

Caroline Constant, L’Humanité

B) Naufrage du Titanic : nouvelle théorie sur la fragilité du paquebot...

Source : http://www.lci.fr/international/vid...

Plus de 100 ans après la disparition du paquebot réputé "insubmersible", le journaliste irlandais Senan Molony, féru du sujet, fait de nouvelles révélations.

De grandes marques noires de près de dix mètres de haut

Après avoir passé plus de 30 ans à faire des recherches sur ce naufrage, Senan Molony a basé sa théorie sur des photos, peu connues du grand public, prises par l’ingénieur en chef du paquebot avant que le navire ne quitte le chantier naval de Belfast (Irlande du Nord) où il a été construit. Des grandes marques noires de près de dix mètres de haut seraient en effet visibles sur les clichés de la partie avant-droite de la coque.

Selon plusieurs experts interrogés par le journaliste, ces marques seraient bien la preuve de l’existence d’un incendie survenu dans l’un des réservoirs à carburant situés dans la soute du bateau... avant même la mise à l’eau du paquebot. "Des scientifiques m’ont expliqué que le feu a dû brûler pendant plusieurs semaines et atteindre une température d’au moins 1000 degrés", explique Senan Molony.

"Et une telle température aurait inévitablement causé des changements dans la composition de l’acier, qui aurait perdu près de 75% de sa résistance, selon le docteur en métallurgie Martin Strangwood", poursuit-il. Pour Senan Moloney, ce sinistre aurait donc fragilisé la coque, ce qui aurait été fatal au navire au moment de percuter un iceberg.

« Le paquebot n’aurait jamais dû être mis à l’eau » Senan Molony

Toujours selon le journaliste, le président de la compagnie ayant construit le Titanic, aurait strictement interdit à l’équipage du navire de mentionner l’existence de cet incendie aux 2500 passagers présents à bord. "De façon inhabituelle, le navire a même dû accoster sur son côté gauche dans son port de départ à Southampton pour cacher les dommages aux passagers qui y ont embarqué. Des employés du navire auraient même dissimulé les dégâts sous de la peinture noire", explique-t-il dans son documentaire.

Et de conclure : "Ce naufrage a été causé par le feu, la glace mais également à cause d’une négligence criminelle. Le feu était connu, le paquebot n’aurait jamais dû être mis à l’eau".


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message