Poésie : le temps passe... nostalgie

vendredi 20 novembre 2020.
Source : Sélection 11
 

A) Colloque sentimental (Paul Verlaine)

Dans le vieux parc solitaire et glacé,

Deux formes ont tout à l’heure passé.

.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,

Et l’on entend à peine leurs paroles.

.

Dans le vieux parc solitaire et glacé,

Deux spectres ont évoqué le passé.

.

– Te souvient-il de notre extase ancienne ?

– Pourquoi voulez-vous donc qu’il m’en souvienne ?

.

– Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom ?

Toujours vois-tu mon âme en rêve ? – Non.

.

– Ah ! les beaux jours de bonheur indicible

Où nous joignons nos bouches ! – C’est possible.

.

– Qu’il était bleu, le ciel, et grand, l’espoir !

– L’espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,

Et la nuit seule entendit leurs paroles.

Paul Verlaine, Fêtes galantes

B) Nostalgie (Joseph Autran)

Encore un jour de brume, encore un jour de pluie,

Un jour de solitude au coin d’un pâle feu !

Depuis un mois, Paris qu’aucun soleil n’essuie

Grelotte, et, l’œil tourné vers ses toits noirs de suie,

Vainement cherche au ciel une trace de bleu.

*

Perdu dans un hôtel, vaste et sombre demeure

Qu’habite autour de moi tout un monde inconnu,

Je vieillis à compter l’heure semblable à l’heure ;

Et, derrière ma vitre où le vent souffle et pleure,

Je n’ai pour horizon qu’un mur lépreux et nu.

*

Il est pourtant, il est, loin de ce grand cloaque

Où tant de jeunes cœurs maudissent leur exil,

Loin de ces toits qu’opprime une nuée opaque,

Il est des cieux d’azur, beaux comme un ciel de Pâques,

Des jardins où novembre est riant comme avril !

*

Il est des archipels qu’un vent tiède parfume,

Des caps en fleurs que dore un soleil réchauffant,

Des plages que le flot baise de son écume,

Où, sans connaître encore ni l’ennui ni la brume,

Je vécus si joyeux, quand j’étais tout enfant !

*

Il est des matelots dont les blanches nacelles

Fendent en liberté des eaux de pur cristal...

Ah ! Pour y retourner d’un élan de mes ailes,

Que ne suis-je un de vous, alcyons, hirondelles,

Qui, là-bas, voltigez dans mon golfe natal !

Recueil : Les Poèmes de la mer (1859).

C) Fantaisie (Gérard de Nerval)

Il est un air pour qui je donnerais

Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber,

Un air très-vieux, languissant et funèbre,

Qui pour moi seul a des charmes secrets.

*

Or, chaque fois que je viens à l’entendre,

De deux cents ans mon âme rajeunit :

C’est sous Louis treize ; et je crois voir s’étendre

Un coteau vert, que le couchant jaunit,

*

Puis un château de brique à coins de pierre,

Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,

Ceint de grands parcs, avec une rivière

Baignant ses pieds, qui coule entre des fleurs ;

*

Puis une dame, à sa haute fenêtre,

Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,

Que dans une autre existence peut-être,

J’ai déjà vue... et dont je me souviens !

D) Bagage (Kamal Zerdoumi)

Dans ma valise

la tombe de ma mère

les quartiers de mon enfance

un peu de cette terre

qui apaise mon errance

l’eucalyptus et l’hibiscus

pour exorciser

le marronnier et le platane

et leur tristesse qui damne

Dans ma valise

Les sourires et les voix

de la poignée de vivants

qui comptent pour moi

et figent le temps

la fin du vertige

marier passé et présent

Afrique et Europe

un même continent

Kamal Zerdoumi

E) Bien souvent je revois… (Théodore de Banville)

Bien souvent je revois sous mes paupières closes,

La nuit, mon vieux Moulins bâti de briques roses,

Les cours tout embaumés par la fleur du tilleul,

Ce vieux pont de granit bâti par mon aïeul,

Nos fontaines, les champs, les bois, les chères tombes,

Le ciel de mon enfance où volent des colombes,

Les larges tapis d’herbe où l’on m’a promené

Tout petit, la maison riante où je suis né

Et les chemins touffus, creusés comme des gorges,

Qui mènent si gaiement vers ma belle Font-Georges,

À qui mes souvenirs les plus doux sont liés.

Et son sorbier, son haut salon de peupliers,

Sa source au flot si froid par la mousse embellie

Où je m’en allais boire avec ma soeur Zélie,

Je les revois ; je vois les bons vieux vignerons

Et les abeilles d’or qui volaient sur nos fronts,

Le verger plein d’oiseaux, de chansons, de murmures,

Les pêchers de la vigne avec leurs pêches mûres,

Et j’entends près de nous monter sur le coteau

Les joyeux aboiements de mon chien Calisto !

Théodore de Banville, septembre 1841

F) Avant que je sois né… (Jean-Charles Dorge)

Avant que je sois né ces sentes odorantes

Recevaient déjà l’ombre aimable de leurs ifs.

L’esprit régnait serein sur les fleurs d’amarantes

Cachant presque l’entrée du jardin aux massifs…

*

Des enfants y ont ri, jouant à cache-cache,

Ont grandi, sont partis oubliant leurs secrets

Puis revenus bien vieux revoir sans qu’on le sache

L’endroit des temps heureux qu’à mon tour j’aimerais !

* Maintenant c’est moi seul qui entends le murmure,

Accompagné de chants d’oiseaux ensorceleurs :

Deviendrai-je bientôt cette ombre de lémure

Que d’autres verront quand ces lieux seront les leurs ?

Recueil : L’Exil du jour

G) Cors de Chasse (Guillaume Apollinaire)

Notre histoire est noble et tragique

Comme le masque d’un tyran

Nul drame hasardeux ou magique

Aucun détail indifférent

Ne rend notre amour pathétique

.

Et Thomas de Quincey buvant

L’opium poison doux et chaste

À sa pauvre Anne allait rêvant

Passons passons puisque tout passe

Je me retournerai souvent

.

Les souvenirs sont cors de chasse

Dont meurt le bruit parmi le vent

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

H) Cuisson du pain (Emile Verhaeren)

Les servantes faisaient le pain pour les dimanches,

Avec le meilleur lait, avec le meilleur grain,

Le front courbé, le coude en pointe hors des manches,

La sueur les mouillant et coulant au pétrin.

.

Leurs mains, leurs doigts, leur corps entier fumait de hâte,

Leur gorge remuait dans les corsages pleins.

Leurs deux doigts monstrueux pataugeaient dans la pâte

Et la moulaient en ronds comme la chair des seins.

.

Le bois brûlé se fendillait en braises rouges

Et deux par deux, du bout d’une planche, les gouges

Dans le ventre des fours engouffraient les pains mous.

.

Et les flammes, par les gueules s’ouvrant passage,

Comme une meute énorme et chaude de chiens roux,

Sautaient en rugissant leur mordre le visage.

Émile Verhaeren, Les Flamandes

I) De l’enfant que j’étais, au vieillard devenu… (Sandrine Davin)

Il était beau le temps

Où mes pommettes roses

S’érigeaient au vent.

Les genoux écorchés

Par les ronces

Au bord des sentiers oubliés,

Je m’en souviens encore.

Les feuilles mortes

Se sont envolées,

Ont tout emporté

Avec elles,

Souvenirs et passé.

De l’enfant que j’étais

Il ne me reste plus que

Des rides,

Des sourires,

Des cheveux blancs.

Au vieillard devenu,

J’ai oublié le temps…

Sandrine Davin

J) Le fantôme (Louise Ackermann)

D’un souffle printanier l’air tout à coup s’embaume.

Dans notre obscur lointain un spectre s’est dressé,

Et nous reconnaissons notre propre fantôme

Dans cette ombre qui sort des brumes du passé.

...

Nous le suivons de loin, entraînés par un charme

A travers les débris, à travers les détours,

Retrouvant un sourire et souvent une larme

Sur ce chemin semé de rêves et d’amours.

...

Par quels champs oubliés et déjà voilés d’ombre

Cette poursuite vaine un moment nous conduit

Vers plus d’un mont désert, dans plus d’un vallon sombre,

Le fantôme léger nous égare après lui.

...

Les souvenirs dormants de la jeunesse éteinte

S’éveillent sous ses pas d’un sommeil calme et doux ;

Ils murmurent ensemble ou leur chant ou leur plainte.

Dont les échos mourants arrivent jusqu’à nous.

...

Et ces accents connus nous émeuvent encore.

Mais à nos yeux bientôt la vision décroît ;

Comme l’ombre d’Hamlet qui fuit et s’évapore,

Le spectre disparaît en criant : Souviens-toi !

Louise Ackermann, Premières Poésies, 1871


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message