« A quoi d’autre devons-nous la liberté qu’aux émeutes populaires ? » ( Jean-Paul Marat le 10 novembre 1789)

samedi 12 novembre 2016.
 

Le peuple ne se soulève que lorsqu’il est poussé au désespoir par la tyranie. Que de maux ne souffre-t-il pas avant de se venger ! Et sa vengeance est toujours juste dans son principe, quoiqu’elle ne soit pas toujours éclairée dans ses effets, au lieu que l’oppression qu’il endure n’a sa source que dans les passions criminelles de ses tyrans.

Et puis, est-il quelque comparaison à faire entre un petit nombre de victimes que le peuple immole à la justice dans une insurrection, et la foule inommbrable de sujets qu’un despote réduit à la misère, ou qu’il sacrifie à sa cupidité, à sa gloire, à ses caprices ! Que sont quelques gouttes de sang que la populace fait couler, dans la révolution actuelle, pour recouvrer sa liberté, auprès des torrents qu’en ont versé un Tibère, un Néron, un Caligula, un Caracalla, un Commode ; auprès des torrents que la frénésie mystique d’un Charles IX en a fait répandre ; auprès des torrents qu’en a fait répandre la coupable ambition de Louis XIV ? Que sont quelques maisons pillés en un seul jour par la populace, auprès des concussions que la nation entière a éprouvées pendant quinze siècles sous les trois races de nos rois ? Que sont quelques individus ruinés, auprès d’un milliard d’hommes dépoulles par les traitants, par les vampires, les dilapidateurs publics ?

Mettons de côté tout préjugé et voyons.

La philosophie a préparé, commencé, favorisé la révolution actuelle ; cela est incontestable ; mais les écrits ne suffisent pas, il faut des actions. Or, à quoi devons nous la liberté, qu’aux émeutes populaires ?

C’est une émeute populaire, formée au Palais-Royal, qui a commencé la défection de l’armée et transformé en citoyens deux cent mille hommes dont l’autorité avait fait des satelites. Et dont elle voulait faire des assasins.

C’est une émeute populaire, formée aux Champs-Elysées, qui a éveillé l’insurrection de la nation entière ; c’est elle qui a fait tomber la Bastille, conservé l’Assemblée nationale, fait avorter la conjuration , prévenue le sac de Paris, empêché que le feu ne l’ait réduit en cendres et que ses habitants n’aient été noyés dans le sang.

C’est une émeute populaire, formée au marché Neuf à la halle, qui a fait avorter la seconde conjuration, qui a empêché la fuite de la maison royale et prévenu les guerres civiles qui en auraient été les suites trop certaines.

Ce sont ces émeutes qui ont subjugué la faction aristo- cratique des Etats Généraux, contre laquelle avaient échoué les armes de la philosophie et l’autorité du monarque ; ce sont elles qui l’ont appelé, par la terreur, au devoir, qui l’ont amené à se réunir au partie patriotique et à concourir avec lui pour sauver l’Etat.

Suivez les travaux de l’Assemblée nationale, et vous trouverez qu’elle n’est entrée en activité qu’à la suite de quelque émeute populaire, qu’elle n’a décrété de bonnes lois qu’à la suite de quelque émeute populaire, et que dans des temps de calme et de sécurité cette faction odieuse n’a jamais manqué de se relever pour mettre des entraves à la Constitution ou faire passer des décrets funestes.

C’est donc aux émeutes que nous devons tout, et la chute de nos tyrans, et celle de leurs favoris, de leurs créatures, de leurs satellites, et l’abaissement des grands, et l’élévation des petits, et le retour de la liberté, et les bonnes lois qui la maintiendront en assurant notre repos et notre bonheur.

Extraits d’un article paru dans L’Ami du peuple 10 novembre 1789 contre la loi martiale votée par l’Assemblée constituante le 22 octobre


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message