Père Marcial Maciel : le pervers pépère du Vatican.

dimanche 21 juillet 2019.
 

Décédé en 2008, le fondateur des Légionnaires du Christ était polygame, pédophile, morphinomane et escroc. Après l’avoir longtemps sanctifié, le Saint-Siège ne sait plus comment se débarrasser de cet encombrant fantôme.

Avec les sept péchés capitaux réunis sous sa soutane, la carrière du père Marcial Maciel ressemble à un don du ciel pour ligue anticléricale.

Ce curé polygame, qui abusait de ses propres enfants, de ses séminaristes, des paradis artificiels et fiscaux, a bénéficié de la bénédiction d’au moins trois papes et de la complicité sans faille du Vatican durant plusieurs dizaines d’années...

En 1941, le religieux mexicain, alors âgé de 20 ans, crée une congrégation, composée de 13 adolescents, entièrement dévouée à sa personne et baptisée Les Légionnaires du Christ.

Cette petite troupe, où le "Veni Creator" fait office de "Tiens voilà du boudin !", connaît une ascension fulgurante.

En 2010, deux ans après le décès de son sulfureux fondateur, la Légion est présente dans une vingtaine de pays.

Elle revendique 70 000 membres, 800 prêtres, 2 500 séminaristes, gère 12 universités, dispose d’un budget de 500 millions d’euros.

Elle traîne surtout un incroyable stock de casseroles, car le saint homme était un chaud lapin.

Au cours de son apostolat, il a ainsi engendré une fille à Madrid et deux fils à Mexico.

Sans compter d’autres rejetons supposés en France et au Royaume-Uni...

Depuis, la mère mexicaine a raconté que Maciel (alias "Maciel mon mari !") lui avait fait croire qu’il était cadre chez Shell, puis détective privé et même agent de la CIA.

Mais "Nuestro Padre", comme l’appelaient ses disciples, ne se contentait pas d’honorer ses femmes, il tripotait aussi sa propre progéniture, comme l’a révélé l’un de ses enfants mexicains qui réclame aujourd’hui sa part d’héritage à la Légion (6 millions de dollars) et des dommages et intérêts (pour 20 millions).

Le père fondateur était, en effet, plein aux as.

Comme l’a raconté un ancien trésorier de la congrégation, ce bon apôtre gardait toujours 10 000 dollars en liquide sur lui.

Il disposait également de comptes secrets, aux Bahamas et dans d’autres paradis fiscaux, alimentés par des dons charitables.

Maciel s’occupait aussi de ses séminaristes.

Entre deux injections de morphine, il pratiquait avec eux à titre "thérapeutique" masturbation et sodomie, seuls moyens, disait-il à ses brebis égarées, de soulager ses "douleurs de foie" (Le Monde", 5/1).

Et le prêtre avait réponse à tout : aux sceptiques qui lui demandaient si ce genre de traitement était bien conforme aux préceptes de l’Eglise, le padre répondait qu’il disposait d’"une permission spéciale du Saint-Père".

Un permis de sodomie signé du pape, il fallait l’inventer !.

Et le plus incroyable, c’est que ses ouailles l’ont cru...

Car, à la Légion, les ordres des chefs ont toujours été parole d’évangile.

Les adeptes ont longtemps été contraints de prononcer un vœu spécial qui leur interdisait de "critiquer les supérieurs".

D’autres règles de vie loufoques sont toujours appliquées.

Le courrier et les lectures des séminaristes sont censurés et leurs déplacements en ville strictement contrôlés.

A table, ils doivent déglutir d’une certaine façon, déplier leur serviette de telle manière.

Et appliquer chaque soir un manuel d’examen de conscience qui comporte 320 pages et des milliers de questions.

Dans les affaires d’abus sexuels, le Vatican a l’habitude de botter en touche.

Le 20 mars, Benoît XVI a ainsi écrit une lettre aux catholiques irlandais dans laquelle il rejette la responsabilité du scandale sur l’épiscopat local.

Mais, dans le cas de la Légion, c’est bien le Vatican qui a fermé les yeux durant soixante ans pour préserver cette précieuse machine à former des prêtres et à récolter des fonds.

Dès 1946, Pie XII accorde sa "bénédiction" officielle à l’œuvre de Maciel.

Deux ans plus tard une première enquête est déclenchée à Rome sur des soupçons d’abus sexuels.

Le dossier est classé sans suite.

En 1956, le fondateur se retrouve de nouveau mêlé à des histoires de drogue et de pédophilie, mais le Saint-Siège lui délivre encore un non-lieu.

Neuf ans plus tard, en 1965, Paul VI tombe sous le charme de la Légion au point de lui accorder un "decretum laudis" (décret de louange).

Les soucis reviennent en 1978, quand huit légionnaires s’adressent à Jean-Paul II pour dénoncer les abus sexuels du padre.

Mais le pape ne bronche pas.

Et, persevera diabolicum, il ne bouge pas non plus en 1989, quand les plaignants reviennent à la charge, ni même en 1998, quand les accusations sont étalées sur la place publique et que d’autres cadres de la Légion sont mis en cause.

En 1999, le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, un certain Joseph Ratzinger (le futur Benoît XVI), décide de geler le dossier...

Et pour cause : Maciel a organisé en 1979, 1990 et 1993 des tournées triomphales du pape, au Mexique, et il a parfois aidé à éponger le déficit du Saint-Siège.

Reconnaissant, Jean-Paul II reçoit à Rome, en 2004, 7 000 légionnaires et écrit à son protégé : "Je ne peux en outre oublier les services que vous avez rendus au cours de ces dernières années au Saint-Siège"

Quel bel aveu !.

Il faudra attendre 2006 pour que la multiplication des révélations pousse Benoît XVI à réagir.

A peine élu, le nouveau pape ordonne à Maciel de "mener une vie retirée dans la prière et la pénitence".

Mais il dispense l’intéressé d’un "procès canonique" en raison de son "âge avancé" et de sa "santé précaire".

Quoi qu’il arrive, la priorité est toujours d’étouffer le scandale...

Depuis le décès de Maciel, survenu en 2008, l’Eglise jure qu’elle s’est engagée sur "le chemin de la vérité".

Mais elle y avance comme une mule qui recule.

Alors que cinq évêques ont été missionnés pour inspecter la Légion, Rome, schizophrène, continue à bénir son action.

Un bataillon de cinquante-neuf nouveaux prêtres légionnaires a même été ordonné, en grande pompe, par le Vatican, en décembre dernier.

De leur côté, les successeurs de Maciel ont officiellement "demandé pardon" pour les actes de leur ancien patron, mais ils refusent de pousser plus loin l’examen de conscience.

Si sa photo a bien été retirée de la page d’accueil du site de la congrégation, son portrait laudateur figure toujours dans les pages intérieures.

Les visiteurs peuvent y découvrir cette phrase d’un goût exquis : "Une des notes dominantes de la vie du père Maciel a été son engagement en faveur de la famille (...), en faveur de la formation de l’enfance et de la jeunesse..."

Un engagement un peu trop profond, peut-être.

Par Hervé Liffran

Source : Le Canard enchaîné du 24/03/2010

2) Les Légionnaires du Christ, ordre d’extrême droite ?

Pour accéder à cet article 2, cliquer sur le titre 2.

3) Embarras au Vatican sur le Père Maciel, fondateur de la Légion du Christ, pédophile, père prolifique et maintenant incestueux

Le scandale enfle autour de Marcial Maciel, le prêtre mexicain fondateur de la Légion du Christ, une congrégation jadis influente auprès du Vatican, du temps du pape Jean Paul II.

Mercredi 3 mars, une Mexicaine, qui affirme avoir eu pendant trente ans une relation quasi conjugale avec Marcial Maciel, a témoigné avec ses trois fils, lors d’une émission de radio, de la double vie de ce religieux catholique, accusé aussi de toxicomanie et d’abus sexuels contre des novices.

Deux ans après la mort de Marcial Maciel, fin janvier 2008, qui s’était retiré en « pénitence » sur décision du Vatican, deux de ses fils dénoncent les viols et autres abus dont ils auraient été victimes de la part de leur père, surtout quand ils voyageaient ensemble.

Leur mère, Blanca Estela Lara, a raconté qu’elle avait connu Marcial Maciel en 1976, alors qu’elle n’avait que 19 ans, et lui 56. Elle avait déjà un fils d’un autre homme, puis a eu deux garçons avec le prêtre, dit-elle, sans se douter de sa véritable identité, car il lui a fourni des papiers sous deux noms différents, pour reconnaître ses enfants et adopter l’aîné. Afin de justifier ses absences, Marcial Maciel se faisait passer pour un cadre de la compagnie pétrolière Shell. Il prétendait aussi être un détective, voire un agent de la CIA.

Ce n’est qu’en 1997, vingt ans après leur rencontre, qu’un article dans une revue mexicaine, illustré de photos, a ouvert les yeux de la jeune femme. « Je n’avais jamais rien soupçonné, a-t-elle dit à la chaîne MVS. Je l’adorais. Je lui ai même dit un jour qu’il était comme un dieu pour moi. » Elle a rompu avec lui en 1999, après que son fils cadet lui eut révélé les abus sexuels.

Le pouvoir de séduction de Marcial Maciel lui a permis d’accumuler une fortune considérable, gérée dans une grande opacité, et de tisser un vaste réseau de complicités. Très conservatrice, la Légion est implantée dans vingt-deux pays et a ouvert des dizaines d’institutions éducatives destinées en priorité aux élites. Au Mexique, elle a formé les enfants du milliardaire Carlos Slim, troisième fortune mondiale, et d’autres entrepreneurs de premier plan, dont le patron du groupe Televisa.

LA LÉGION DEMANDE PARDON

Le Père Maciel a longtemps semblé intouchable. Les pressions ont été très fortes contre les médias mexicains qui ont commencé à aborder ce sujet tabou, en 1997, dans la foulée d’une enquête publiée aux Etats-Unis : après quarante ans de souffrance et de silence, huit anciens légionnaires s’étaient alors résolus à exiger un procès canonique contre le Père Maciel, que l’Eglise lui a épargné.

Jeudi 4 mars, la Légion a demandé « pardon » aux enfants de son fondateur, ainsi qu’aux autres victimes. « Ces dernières années, nous avons appris peu à peu, avec surprise et une grande douleur, des aspects occultés de la vie du Père Maciel », souligne son communiqué.

En février 2009, l’ordre a dû admettre l’existence d’« au moins une fille » du fondateur, à Madrid, mais on lui prête d’autres descendants en Europe et au Mexique. Pour les victimes, les excuses de l’ordre sont entachées d’hypocrisie et servent à dissimuler les responsabilités de la hiérarchie.

Une question financière est aussi en suspens. La Légion affirme avoir refusé, en janvier, une offre du fils cadet de Mme Lara, qui proposait de ne pas révéler les abus incestueux, en échange de 26 millions de dollars (19,1 millions d’euros), dont 6 millions d’héritage promis par le Père Maciel.

Depuis mai 2009, l’Eglise a ouvert une enquête sur la Légion du Christ. Selon le porte-parole du Vatican, ses conclusions ne seront pas connues avant des mois. Mais Benoît XVI, auquel la famille de Maciel a fait publiquement appel, devra sans doute trancher avant la béatification de Jean Paul II, annoncée pour octobre.

Joëlle Stolz

Source : http://www.lemonde.fr/


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message