Les Légionnaires du Christ, ordre d’extrême droite ?

lundi 17 juillet 2017.
 

Le Monde a publié une enquête qui confirme les informations précédentes sur cet Ordre des Légionnaires du Christ.

Leur quartier général se situe à Rome où "400 d’entre eux", du réfectoire à la chapelle, marchent l’allure svelte, le regard droit, sans un mot, tous habillés d’un élégant costume croisé du plus beau noir... un bréviaire ou un chapelet à la main.

Quel est le but de cette Légion ? Aujourd’hui rompre avec "l’Eglise de l’enfouissement" générée par le concile Vatican II et la vague progressiste des années 1960 et 1970.

Combien de combattants compte cette "armée rangée pour la bataille" (ainsi caractérisée par Pie XII) ? En 2010, elle comprend 867 prêtres (350 de plus qu’en 2006), 2 262 séminaristes, 60000 laïcs (le Regnum Christi) ainsi que 124 paroisses.

Où la Légion forme-t-elle ses prêtres ? dans "une quantité de petits séminaires qui recrutent dès l’âge de 12, 13 ans, de noviciats, de grands séminaires... sans compter neuf universités au Mexique.

Combien de temps dure la formation ? Douze ans sont requis pour devenir des légionnaires, membres d’une élite cléricale recrutée jeune, formée à la théologie la plus traditionnelle.

Depuis quand cette Légion existe-t-elle ? depuis 1941, au paroxysme du fascisme clérical. Cette origine explique le salut identitaire "Heil Christus !" en levant la main droite adopté en 1942 et toujours usité. C’est Pie XII, fort logiquement, qui a donné une extension mondiale à cet ordre (rôle international de formation en 1948, nihil obstat et reconnaissance canonique en 1949). Paul VI a également apporté sa pierre, le 6 février 1965, par le Decretum laudis qui en fait une congrégation de droit pontifical, c’est-à-dire dépendant directement de l’autorité du pape. Jean-Paul II marque son soutien personnel par l’ordination de légionnaires au Vatican.

Quel est son fondateur et principal dirigeant ? le père Marcial Maciel Degollado. Ami de plusieurs papes et particulièrement de Jean-Paul II, il a participé à plusieurs synodes. Accusé d’actes de pédophilie par plusieurs séminaristes, le Vatican a attendu son décès pour reconnaître officiellement (1er mai 2010) ces actes ainsi que sa vie auprès d’une femme et la paternité d’une fille.

Père Marcial Maciel : le pervers pépère du Vatican

Ce père Marcial Maciel comme plusieurs des premiers légionnaires a connu dans sa jeunesse la guerre des cristeros (partisans armés de l’Eglise lors du soulèvement contre le gouvernement républicain de 1926 à 1929). Jesús Degollado Guízar fut un dirigeant militaire de cette croisade comptant environ 50000 hommes armés.

Quelle est la cible privilégiée de cette Légion ? les élites sociales. Ainsi, dans la région de Monterrey au Mexique, elle a mis en place une structure pyramidale, "typique de la Légion", pour les femmes ; au sommet de cette hiérarchie, des prêtres animent des cours pour les épouses de cadres qui, elles-mêmes, interviennent auprès des épouses d’ouvriers.

La Légion a le contrôle de l’agence de presse Zénith qui est chargée de la communication du Vatican en six langues. Tournée vers les hommes d’affaires et les décideurs, la Légion a également la main sur la Fondation Guilé, « car notre principale activité c’est la formation et en premier lieu celle de l’élite », explique le Père Williams, porte-parole de l’Ordre.

Quel sont les objectifs principaux de la Légion ? l’enseignement catholique et les missions d’évangélisation.

L’ONU a reconnu la Légion de Christ comme ONG au titre de nombreuses activités à la fois religieuses, éducatives et sociales menées en particulier en Amérique latine et en Afrique.

En France, l’UNADFI a mis en garde les citoyens contre cet ordre en rendant publique par exemple cette information :

Dans le National Catholic Reporter (NCR), prestigieux hebdomadaire américain, on peut lire un appel à la vigilance concernant l’accueil des prêtres légionnaires aux Etats-Unis (traduction effectuée par le service Pastorale et Sectes, aujourd’hui Croyances Nouvelles) : « Il y a aussi, sans aucun doute, de bonnes raisons pour lesquelles plusieurs évêques ont interdit à l’Ordre et à ses groupes auxiliaires d’opérer dans leurs diocèses. Trop souvent ces groupes apparaissent sournois et agissant en sous-main dans leur façon d’opérer et l’on a rapporté que certaines de leurs pratiques concernant la manière de gérer les établissements scolaires sont bizarres. » … « Nous avons signalé plusieurs cas où l’Ordre a pris le contrôle d’une école, revu les programmes, mis en place des façons assez étranges de faire passer leur programme et de mettre à la porte des professionnels de longue date –personnel administratif et enseignant –qui posaient des questions. »

Jacques Serieys


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message