25 novembre 1911 Emilano Zapata proclame le "plan d’Alaya"

mardi 25 novembre 2014.
 

Convaincu de la trahison des idéaux révolutionnaires par le nouveau président du Mexique, Emilano Zapata proclame ce qui devient le "plan d’Alaya", le 25 novembre 1911.

Emiliano Zapata est assassiné le 10 avril 1919. Sa mémoire ne périra pas

Après des élections truquées qui voient la victoire de Porfirio Diaz, le candidat vaincu, Francisco Madero, appelle à la Révolution. L’un des premiers à répondre est Emiliano Zapata, originaire de l’Etat de de Morelos au sud. Le soutien de ce dernier est décisif pour la victoire et c’est pourquoi il obtient le grade de général. Après le triomphe de la Révolution, Madero est élu Président et prend le pouvoir le 7 janvier 1911. Très rapidement, les promesses s’envolent...

Le nouveau Président convoque Zapata et lui ordonne de dissoudre son armée et de rendre les armes. Zapata refuse car il considère que si le peuple n’a pas obtenu gain de cause aves les armes, cela sera d’autant plus vrai après les avoir rendu. La nomination d’un gouverneur favorable aux grands propriétaires terriens et l’échec de la réforme agraire entraînent une nouvelle mobilisation de l’armée de Zapata.

C’est dans ces circonstances qu’est rédigé l’appel. Il détaille l’idéologie de Zapata et la résume dans une formule choc : " Reforma, Libertad, Justicia y Ley !".

Le plan propose de rejeter le Président actuel en l’accusant - à raison - de perpétuer les pratiques agraires de l’administration précédente. Il demande l’organisation de nouvelles élections. Mais l’essenteil réside dans la réaffirmation du caractère paysan de la Révolution et de l’impérieuse nécessité d’imposer une réforme agraire pour partager les terrains que se réservent les grands propriétaires d’haciendas, ainsi que que de rendre à leurs légitimes propriétaires les terres volées sous la dictature.

Une telle proclamation accroit fortement la popularité de Zapata et l’armée de libération du sud, qu’il dirige, voit ses effectifs grandir rapidement. Ce plan sert de base à toutes les négociations qu’entreprend Zapata. Il réussit à imposer le plan de son Etat, mais son assassinat compromet son application. Si une réforme agraire a lieu, elle n’a pas eu l’ampleur de celle souhaitée par Zapata.

C’est sur cette base que l’armée zapatiste de libération nationale du sous-commandant Marcos se soulève en 1994.

Patrice Perdereau, Parti de Gauche (Un jour, un évènement, 26 novembre 2012)


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message