"Je démens formellement avoir signé ce texte de soutien à Ségolène Royal... Je ne ferai jamais un caniche crédible même si on me frise le poil "

dimanche 4 février 2018.
 

Texte mis en ligne le 3 février 2007

Hier au bureau national du Parti Socialiste Manuel Valls est venu me demander si j’étais d’accord pour signer le texte d’appel au comité de soutien de Ségolène Royal en Essonne. Je passe sur le ton peu aimable sur lequel cela fut fait. J’ai répondu que cela me semblait peu opportun si le soucis était de convaincre ceux qui liraient cette prose, dans la mesure où ma situation est somme toute assez singulière. Ce matin le document est parti, sans mon accord, sans que je l’ai lu, suivi des signatures des "grands élus", selon une terminologie qui permet de faire figurer les noms de quelques nains politiques.

Ce texte est une pitrerie dans le plus pur style auquel personne ne peut croire en général et moins encore quand on le met dans ma bouche. Régalez vous avec ces extraits.

- " Nous avons la conviction et la certitude que Ségolène ROYAL incarne le renouveau, la sincérité et l’engagement attendus par nos compatriotes.(...)"

"Pour nous, Ségolène ROYAL est à même d’apporter les réponses tant attendues par les français (...)"

"Sa candidature a initié un vaste élan dans tout le pays, qu’il nous faut concrétiser dès à présent aux moyens des débats participatifs.(...)"

Naturellement je n’ai pas l’intention de dire le contraire. Mais je demande en conscience qui peut être convaincu d’agir en lisant cette sorte d’hagiographie dans le style des années cinquante et par dessus le marché quand cela est censé être signé par quelqu’un comme moi dont tout le monde sait quelle campagne il a mené avant cela. Je pense que le but de ce texte n’est pas de convaincre mais de pouvoir dire que quelque chose a été fait en Essonne où les grands dirigeants sont nombreux et se marchent sur les pieds pour occuper la deuxième place du podium derrière Julien Dray, qui a tort de les laisser gâcher son travail de cette façon.

Pour Manuel Valls, qui a souvent beaucoup varié dans ses opinions, c’est une façon de ramener mon scalp à la candidate et de s’amuser de moi car il pensait que je n’oserais pas démentir. Il en sera pour ses frais. Je démens formellement avoir lu ce texte, avoir eu connaissance de la liste des signataires et je démens l’avoir signé. Ceux qui utilisent ce genre de procédé avec moi perdent leur temps et se nuisent à eux mêmes davantage qu’ils me nuiront jamais. Je suis le seul maître de ma parole, de mes textes et de mes engagements. Je les prends dans la forme, avec les mots et aux moments qui me conviennent.

Si je me fâche à cet instant c’est parce que je crois cette sorte d’initiative très contreproductive dans un moment où nous n’avons vraiment pas besoin de faux pas. Une campagne éléctorale consiste à convaincre, à éduquer, pas à aligner des bataillons en trompe l’oeil. Ma participation à la campagne du Parti Socialiste est de fait singulière. Elle n’a de sens et éventuellement d’éfficacité que dans le respect de cette singularité. Peut-être Manuel et d’autres camarades l’ignorent-ils mais les socialistes dans mon cas sont très nombreux et les élécteurs socialistes désorientés encore plus.

Je vais mettre les points sur les i. Avec l’entrée en campagne de Bové, il est évident qu’il n’y a aucune candidature commune de l’autre gauche et qu’aucune formule politique ne donne un canal d’expression évident a cette large mouvance. Comme de nombreux militants j’ai décidé de ne pas ajouter à la confusion par de la division. Je ne veux donc dénoncer aucune candidature de cette autre gauche ni stigmatiser aucun de ses candidats. C’est un choix politique, bien sûr. Mais c’est aussi un choix en raison des liens personnels qui m’attachent à ces personnes car pour moi la politique est aussi faite de cela.

Je fais surtout campagne avec mes amis de PRS "pour battre la droite". Mais il va de soi pour moi que je suis disponible pour mon parti, le Parti Socialiste. Il ne demande rien de particulier et je ne m’en plains pas. J’invente mon rôle à mesure. Je ne vois pas ce que je pourrais faire d’autre qui soit réellement utile. Je suis disponible pour faire les campagnes d’explications que je suis capable de faire dans les domaines où je suis compétent et crédible. Mais je ne veux ni me renier ni être folklorisé dans des gesticulations votives de ce genre que j’exècre !

Je suis le diable rouge. Qui veut m’avoir à sa table m’accueille avec mon odeur de souffre, mes pieds fourchus, ma peau de bique, et les légions de diables qui m’entourent ! Je ne ferai jamais un caniche crédible même si on me frise le poil.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message