Science et culture. Repères pour une culture scientifique commune : un livre–phares.

mardi 1er août 2017.
 

"…depuis Nagasaki et leurs milliers de morts, la science ne peut plus accéder au rôle que lui assignèrent Condorcet, Comte et Renan, d’un pouvoir authentiquement spirituel, capable de la guider ou d’orienter le temporel. …" (Michel Serres . La guerre mondiale)

Le siècle des Lumières tenta de nous libérer de Jupiter, je veux dire de l’emprise du divin. Y réussit-il ? (Michel Serres. Le Mal propre : polluer pour s’approprier ?)

1–Un fléau social de première grandeur : l’ignorance des peuples

L’affirmation : "L’ignorance est la mère de tous les maux" .(Rabelais) apparaît particulièrement juste à la lumière de l’Histoire.

Et notamment sur le plan politique : "Toutes les fois que la tyrannie s’efforce de soumettre la masse d’un peuple à la volonté d’une de ses portions, elle compte parmi ses moyens les préjugés et l’ignorance de ses victimes". (Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain)

C’est l’ignorance de la nature réelle des rapports de pouvoir existant dans les sociétés, l’insuffisance de l’utilisation de ses capacités de raisonnement, qui conduisent une majorité de citoyens à placer au pouvoir des politiques défendant des intérêts de caste et non l’intérêt général. Cette ignorance peut aboutir alors à des situations d’esclavage, de colonisation, de guerres lorsque l’on considère les formes les plus prédatrices de l’exercice du pouvoir de ces prédateurs élus par le peuple lui-même depuis 1848 si l’on considère la France.

Il n’est pas nécessaire de faire de longues dissertations pour comprendre qu’un peuple instruit peut constituer un danger pour l’ordre établi et est plus difficilement gouvernable qu’un peuple ignorant.

"Donnez leur des livres et ils feront des révolutions" disait Victor Hugo, "Un peuple instruit est un peuple ingouvernable" répondait Adolphe Thiers

Cette ignorance dans les circonstances actuelles (Sarkozy – Hollande and Co), fait apparaître des politiques économiques complètement absurdes dégradant les conditions de vie réelle des gens "L’ignorance est la domination de l’absurdité". (James Anthony Froude)

Mais attention : si l’ignorance du peuple conduit à donner le pouvoir à une caste menant une politique absurde par rapport aux intérêts du peuple dominé qui lui a confié le pouvoir, cette politique n’est pas absurde par rapport aux intérêts immédiats et à moyen terme de la caste dominante. L’incohérence est donc relative. Mais il se peut aussi que la politique menée deviennent absurde sur le long terme pour les dominants si celle-ci conduit à une révolution ou à une destruction du système qu’ils défendent.

Néanmoins, celui qui sait, doit rester humble car : "Celui qui dit ce qu’il sait dit aussi ce qu’il ignore" .(Francis Bacon), ce qui devrait inviter ceux qui pensent être à l’avant-garde de la transformation sociale, forts d’une certaine connaissance des rapports sociaux et de pouvoir, à une écoute attentive de ceux qu’ils considèrent comme ignorants.

On pourrait se poser la question existe-t-il une corrélation entre le niveau scolaire et le vote pour certains partis politiques ? l’Express, magazine que l’on ne peut suspecter d’être anti FN, s’appuyant sur des sondages, faisait remarquer :

"De nombreuses études le montrent, ce sont les jeunes ayant le moins d’instruction qui se tournent vers le Front national. Moins on est instruit, plus on vote FN. On observe que ce sont également ceux qui s’intéressent le moins à la campagne. Leurs préoccupations sont, par exemple, plus portées sur la sécurité et moins sur l’éducation. Ils sont souvent très peu intégrés socialement, avec une certaine précarité professionnelle. C’est ce qui différencie cet électorat de celui de Mélenchon, par exemple. " Article complet "Moins on est instruit, plus on vote FN" en cliquant ici (1)

Évidemment une question cruciale se pose : comment se fait-il que malgré une scolarisation obligatoire jusqu’à 16 ans et une augmentation considérable du nombre de jeunes accédant à l’enseignement secondaire et supérieur, une majorité de citoyens continue de placer au pouvoir des personnalités politiques défendant des intérêts qui ne sont pas les leurs et provoquent des catastrophes économiques et sociales ? Comment se fait-il que l’école n’est pas si libératrice (émancipatrice) que l’on aurait pu l’espérer ? Cela mériterait un article à part entière il serait trop long pour l’instant de le développer ici.

Même s’il serait illusoire de penser que la culture scientifique à elle seule puisse suffire à libérer les peuples de leur aliénation politique, elle permet néanmoins l’apprentissage :

– d’une certaine rigueur intellectuelle,

– de l’utilisation de raisonnements logiques (déductif, inductif, etc),

– de la démarche expérimentale (c’est-à-dire de la prise en compte de l’observation et de l’expérience applicable aussi à l’Histoire)

qui sont des antidotes contre le préjugé, la confusion, le dogmatisme, l’empire de l’émotion.

2 – Le livre phares. La culture scientifique : un remède puissant contre l’ignorance

.

Il est courant de dire que la culture scientifique et technique est importante dans un monde où les sciences façonnent notre environnement artificiel et naturel pour le meilleur et pour le pire ou qu’elle est tout simplement nécessaire pour comprendre les principales lois qui régissent la nature et la société. (Sciences de la nature et sciences humaines).

Mais, de surcroît, en cette période où le religieux hante tous les médias, où l’obscurantisme et le charlatanisme pseudo scientifique alimentent des fonds de commerce, où l’émotion surplombe la raison (y compris dans l’initiative des lois), le livre suivant qui vient de paraître arrive au bon moment. Science et culture .Repères pour une culture scientifique commune Hélène Langevin-Joliot et Jacques Haïssinski Éditions Apogée . (19,80 €)

"Ce livre de culture scientifique s’adresse à tous, dans un monde où la science joue un rôle plus grand que jamais. Il présente principes, méthodes et connaissances de manière synthétique ou par des récits.…" Lire la courte suite en cliquant ici (2)

Cet ouvrage est le résultat d’une réflexion collective au sein de l’Union Rationaliste.

La table des matières est disponible sur le site de l’Académie des sciences . Cliquez ici (3).

Hélène Langevin Joliot, physicienne, " est la fille de Frédéric et Irène Joliot-Curie (prix Nobel de chimie en 1935) et la petite-fille de Pierre Curie (prix Nobel de physique en 1903) et de Marie Curie (prix Nobel de physique en 1903 et prix Nobel de chimie en 1911). Elle est la sœur de Pierre Joliot, biologiste, membre de l’Académie des sciences. Elle a épousé civilement, en 1948, Michel Langevin, physicien nucléaire (petit-fils de Paul Langevin). (Wikipédia )

Cet ouvrage nous permet d’élargir le débat : quelle place de la science et de la technique dans la société ?

3 – La science et la technique dans la société

3. 1 Rapport parlementaire sur le partage de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI).

C’est un important rapport de 302 pages publié le 9 janvier 2014 par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques. Téléchargeable ici (4)

La consultation du sommaire du rapport permet de prendre la mesure de l’impact du partage de la culture scientifique et technique au sein de la société

3. 2 Entretien avec Jean-Pierre Kahane.

Le mathématicien Jean-Pierre Kahane, membre de l’Union Rationaliste, a participé à une série de trois entretiens dans La Revue du Projet, entretien reproduit aussi dans Mediapart. sur le thème : La place de la science dans la société.

Jean-Pierre Kahane a été été président de la Société Mathématique de France. Il est membre de l’Académie des sciences depuis 1998 . (Voir quelques références biographiques ici (5) )

On peut avoir accès à chacun de ces trois entretiens consultables en ligne.

La revue du projet No 14. Février 2012 (6)

Revue du projet No 17. mai 2012 (7)

Revue du projet No 20. Octobre 2012 (8)

Ou encore Mediapart 08/01/2013 (8 bis)

L’intérêt des propos de ce mathématicien ne tient pas simplement à son haut niveau de culture scientifique mais aussi à son niveau élevé en sciences politiques. Contrairement à de nombreux intellectuels, il possède une solide conscience de classe et affiche clairement le choix de son camp : celui de la gauche populaire (et non pas élitaire).

4 – L’Union Rationaliste.

Pour éviter tout contresens, indiquons d’emblée que cette association n’est pas scientiste, c’est-à-dire qu’elle ne considère pas que la science (ou la Raison) peut tout, serait le seul horizon pour le progrès de l’humanité.

Qu’est-ce que l’Union Rationaliste ?

Source : Union Rationaliste (9)

Voici la présentation de l’association par elle-même.

"L’Union rationaliste a pour but de promouvoir le rôle de la raison dans le débat intellectuel comme dans le débat public, face à toutes les dérives irrationnelles. Elle s’emploie à mettre à la disposition de chacun la possibilité d’accéder à une conception intelligible du monde et de la vie.

L’Union rationaliste a été fondée en 1930, sous l’impulsion notamment du physicien Paul Langevin, « pour faire connaître dans le grand public l’esprit et les méthodes de la science ». Elle est ouverte à tous les esprits indépendants qui ne se satisfont pas des idées toutes faites. Elle lutte pour que l’État demeure laïque, assume sa fonction de protection des jeunes contre toute forme d’endoctrinement, et garantisse à l’école publique son prestige et son entière indépendance à l’égard des idéologies. Elle lutte pour la liberté d’être et de penser dans l’esprit des valeurs fondatrices de la République. Elle inscrit ses réflexions et son action dans la lutte commune de tous les hommes épris de progrès et de justice contre l’ignorance et pour la liberté, pour un mode de développement qui vise à faire reculer la pauvreté de trop d’êtres humains dans le monde ainsi qu’à faire cesser le gaspillage des ressources de la planète.

Le rationalisme n’est pas un dogme, mais le moyen d’aborder de manière constructive les grandes questions de notre époque. Les colloques que nous organisons annuellement, les émissions diffusées sur France Culture et sur Radio Libertaire, les articles publiés dans les Cahiers rationalistes et Raison présente en témoignent. Le choix des thématiques de discussion dans les sections locales et les groupes d’études s’y réfère. La science, la société et la culture

La société est aujourd’hui traversée de multiples interrogations sur l’avenir. Les discours dominants poussent à renoncer au progrès, enfermant la réflexion dans des limites supposées indépassables. On est passé, en un siècle, de l’idée trop naïve que le progrès scientifique entraînerait ipso facto le progrès social, à une situation où de larges couches de la population suspectent nombre de technologies nouvelles, et à travers elles la science, d’être responsables de désordres sociaux et environnementaux.

Les espoirs mis dans le progrès scientifique s’effacent devant la crainte du risque et même simplement de l’inconnu. Il y a une contradiction extrême entre le rôle plus grand que jamais que la science joue aujourd’hui et sa place fort réduite dans la culture générale, y compris celle des élites intellectuelles et politiques.

La refondation nécessaire des rapports de la science et de la société est un objectif majeur que nous partageons avec d’autres. Nous visons à donner à cette refondation une base rationaliste claire : il faut articuler sans les confondre débats scientifiques et débats démocratiques. Nous combattons les effets mystificateurs des idéologies du relativisme en science. Nous combattons la primauté donnée à des objectifs à court terme au détriment du progrès des connaissances, du bien-être des générations actuelles et de l’avenir des générations futures. Nous défendons une utilisation raisonnée du principe de précaution qui devrait être accompagné de l’évaluation comparée des avantages et des inconvénients des innovations mises en question.

L’Union rationaliste promeut l’intégration de la culture scientifique dans la culture générale de tous. L’enseignement des sciences, à tous les niveaux, devrait permettre d’éveiller une curiosité durable et fournir à chacun des repères essentiels, loin d’une accumulation de connaissances spécialisées. Notre société, au-delà de la formation des chercheurs et des ingénieurs nécessaires au développement des connaissances, de l’innovation ou de l’économie, a impérativement besoin de citoyens formés au raisonnement et à l’esprit critique. La pensée rationnelle s’enrichit de l’ensemble des pratiques culturelles, en particulier à travers les arts, la littérature et les sciences humaines.

La laïcité, la liberté d’expression et la morale

La défense de la laïcité est étroitement liée à celle de la liberté d’expression, au respect des conditions qui permettent aux hommes et aux femmes de maîtriser leur destin. Nous ne pouvons accepter que le rôle de l’enseignement public laïque soit subverti par de multiples agressions. Nous refusons la suprématie d’une morale révélée sur une morale laïque, produit de l’histoire dans nos sociétés. Nous dénonçons les tentatives d’instrumentation de la laïcité à des fins partisanes et xénophobes. Les chantiers sont nombreux, nous n’avons pas la prétention de les investir seuls. Si vous partagez nos valeurs, si vous vous sentez concernés par l’un ou l’autre de nos objectifs, l’une ou l’autre de nos préoccupations, nous vous proposons d’adhérer à l’Union rationaliste maintenant. Nous avons besoin de vous pour réfléchir et pour agir, nous avons besoin du témoignage de votre soutien."

Fin de la présentation

Site de l’Union Rationaliste : (10 )

Raison présente  : Liste des numéros de la revue (trimestrielle) avec le sommaire.(11)

Les cahiers rationalistes Liste des numéros de la revue (bimestrielle) avec le sommaire (12)

L’Union Rationaliste intervient sur les radios suivantes.

France Culture : chaque quatrième dimanche du mois de 9 h 42 à 10 h

Radio Libertaire (Région parisienne : 89,4 Mhz) chaque deuxième vendredi du mois de 19 à 21 heures

L’Union Rationaliste est membre de la Fédération Humaniste Européenne (13)

5 – Jean Zay

Ce ministre (radical –socialiste) de l’Éducation Nationale et des Beaux-Arts pendant le Front populaire, a joué un rôle considérable et initiateur dans le développement de la culture scientifique et technique. (14)

On peut trouver une rétrospective de sa vie et de son œuvre dans un bon documentaire diffusé récemment le 26 mai 2015 sur la chaîne parlementaire LCP dans l’émission "Docs ad Hoc" : L’école est à nous ! Ou comment Jean Zay révolutionna l’Éducation nationale Cliquez ici pour accéder à la vidéo de 53 minutes (15).

[Il n’est pas indiqué dans le documentaire que Jean Zay avait permis l’enseignement de l’espéranto (comme enseignement facultatif) dans les établissements scolaires, ce qui montre, une fois de plus, l’extraordinaire ouverture d’esprit de cet homme politique hors du commun. Bien que nous vivions une époque où existe une Union européenne de 28 pays, aucun ministre de l’Éducation Nationale n’a osé reprendre le flambeau de l’espéranto. Plus de détails sur la circulaire Jean Zay concernant l’espéranto en cliquant ici (16) ]

Rappelons que cet homme politique d’une envergure politique exceptionnelle a été assassiné par la milice (les assassins étaient trois Français) le 20 juin 1944. Pour plus d’informations sur cet assassinat voir l’article (17)

Annexes.

1) Théorie de la connaissance à la lumière du matérialisme dialectique et historique.

Dialectique, logique, gnoséologie : leur unité de Boniface Kedrov (Moscou. Édition du progrès. 1970). Ce physicien de haut niveau a été membre de l’Académie des sciences de l’URSS et membre de l’académie internationale d’histoire des sciences. Vision synthétique assez impressionnante de l’ensemble des sciences et de leurs articulations. Réflexion approfondie sur leur unité.

2) Quelques articles connexes sur le site du PG Midi-Pyrénées.

La science : un enjeu politique pour aujourd’hui et pour demain de Janine Guespin (18)

Série de trois articles :Au cœur de matière (19)

Pour une formation de haut niveau des militants du Front de Gauche.(20) Notamment le paragraphe 3. 7 sur l’éducation populaire.

Petit annuaire des citoyens éclairés (21)

Repenser les sciences sociales. (22)

Forum mondial :sciences et démocratie. (23)

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message