Vers un "tout connecté" au service du contrôle social total ?

mercredi 17 août 2016.
 

Des systèmes cyber-physiques au système Méta, une Méta-dictature cool où le dictateur est un champ informationnel

Source : Webzine : Automates intelligents.

http://www.automatesintelligents.com/

Petite présentation de l’article.

L’ère du tout connecté est en marche. Même si l’on peut être sceptique concernant la conclusion d’Alain Cardon qui annonce pour l’Homo sapiens un avenir très sombre, la description de la situation actuelle et future (proche) de l’auteur est très intéressante d’autant que celui-ci semble bien avoir compris ce qu’est l’ultralibéralisme. La célérité avec laquelle les responsables politiques, malgré de multiples avertissements de magistrats et de spécialistes de l’informatique, votent des lois remettant en cause les libertés individuelles utilisant, entre autres, des outils informatiques sophistiqués dont l’efficacité reste encore à démontrer (algorithmes de surveillance) annonce bien l’avènement d’une société sécuritaire et de contrôle sociale.

L’instabilité systémique du capitalisme contemporains notamment financier, l’augmentation des tensions sociales,avec un rejet de la représentation politique par plus de la moitié de la population, une extrême droite européenne aux portesdu pouvoir, l’extrême concentration des inégalités et du pouvoir économique de l’oligarchie financière tant niveau nationale qu’international, nous obligent à prendre au sérieux l’article d’Alain Cardon lorsqu’il annonce une méta – dictature sans visage identifiable…

Voici donc l’article.

Des systèmes cyber-physiques au système Méta, une Méta-dictature cool où le dictateur est un champ informationnel

Par Alain Cardon

Les systèmes informatisés ont envahi toutes nos sociétés, à toutes les échelles. À l’échelle sociale, la plupart des enseignements, la plupart des systèmes de production, tous les moyens de transports allant des automobiles aux navires et aux avions, utilisent des systèmes informatisés qui évaluent de façon continue leurs propres situations et proposent ou prennent de manière autonome des décisions d’action selon l’état courant de leur environnement. De l’autre côté, à l’échelle de l’individu, une quantité de petits systèmes sont également informatisés, en allant des innombrables jeux des enfants qui manipulent leurs tablettes, jusqu’à l’adulte qui ne cesse de communiquer sur ses smartphones pendant les transports et sur ses ordinateurs à son travail et chez lui, communications avec des humains ou avec des avatars..

On va vers la maison pervasive, où tout est connecté, de la cuisine au salon et à la chambre, en passant par la douche, système totalement enveloppant qui doit "satisfaire" ceux qui sont dans la maison en évaluant leurs postures, leurs actions et réactions par de multiples capteurs, dont des caméras, pour modifier tout ce qui doit l’être afin de les placer dans un environnement considéré comme adapté à leurs états courants. On va jusqu’à porter des montres et des lunettes intelligentes, ainsi que des vêtements intelligents insérant de petits systèmes fiables résistant aux lavages, ceci afin que l’individu soit sans cesse en communication, et évidemment contrôlé. On est donc dans un monde où des appareils électroniques très informatisés permettent de communiquer pour réaliser des actions, pour donner des conseils, pour prendre les initiatives satisfaisantes que l’individu a oublié de prendre, individu qui voit aussi venir des robots plus ou moins humanoïdes, qui font les travaux durs ou répétitifs et qui remplacent de plus en plus les opérateurs humains.

Cela constitue le domaine des systèmes cyber-physiques (Cyber-Physical Systems), domaine qui a pris une importance considérable dans l’économie et dans la recherche, avec des applications dans tous les secteurs.

Un monde ultralibéral

Mais nous sommes dans un monde ultralibéral, qui est bien formaté pour l’être et le demeurer. Tous ces systèmes sont réalisés par de nombreuses entreprises privées indépendantes, qui font des systèmes propriétaires. Il y a quelques normes, mais il y a le problème que l’individu, qui doit être d’abord et essentiellement un consommateur, est conduit à utiliser des systèmes différents pour augmenter son environnement, systèmes qui ne sont pas toujours compatibles.…

Lire la suite en cliquant ici

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message