L’ économie capitaliste au service des 1 % les plus riches.

jeudi 10 novembre 2016.
 

Le dernier rapport de l’O.N.G. de lutte contre la pauvreté Oxfam fait apparaître un accroissement record des inégalités de revenus de patrimoines entre les plus riches et les plus pauvres.

À un tel point 62 milliardaires possèdent autant que la moitié de population du globe soit 3,7 milliards d’habitants

A) Une économie au service des 1 % (Source : OXFAM)

B) COMMENTAIRES ET COMPLEMENTS

A) Une économie au service des 1 % (Source : OXFAM)

https://www.oxfam.org/sites/www.oxf...

On reproduit ici le début du rapport d’Oxfam.

Le fossé entre les riches et les pauvres est plus abyssal que jamais. Le Crédit Suisse a récemment révélé que les 1 % les plus riches avaient désormais accumulé plus de richesses que le reste de la population mondiale1, soit une année plus tôt que ce qu’avait prédit Oxfam dans une communication largement diffusée en amont du Forum économique mondial de 2015. Parallèlement, les richesses détenues par la moitié la plus pauvre de l’humanité ont chuté de mille milliards de dollars au cours des cinq dernières années. Il s’agit de l’ultime démonstration que nous vivons dans un monde où les inégalités ont atteint un niveau sans précédent depuis plus d’un siècle.

Le document « Une économie au service des 1 % » explore le comment et le pourquoi d’une telle situation et expose de nouveaux éléments troublants sur une crise des inégalités qui échappe à tout contrôle. D’après les calculs d’Oxfam :

– En 2015, 62 personnes possédaient à elles seules les mêmes richesses que3,6 milliards de personnes (soit la moitié la plus pauvre de l’humanité), contre388 personnes en 2010.

La fortune des 62 personnes les plus riches au monde a augmenté de 44 %entre 2010 et 2015, soit une hausse de plus de 500 milliards de dollars(542 milliards de dollars), pour s’établir à 1 760 milliards de dollars.

– Parallèlement, les richesses de la moitié la plus pauvre de l’humanité ontdiminué de plus de mille milliards de dollars au cours de la même période, soitune chute de 41 %.

– Depuis le début du XXIe siècle, la moitié la plus pauvre de la populationmondiale a bénéficié de seulement 1 % de l’augmentation totale des richessesmondiales, alors que les 1 % les plus riches se sont partagé la moitié de cettehausse.

– Le revenu annuel moyen des 10 % les plus pauvres dans le monde a augmenté de moins de 3 dollars par an en près d’un quart de siècle. Autrement dit, leur revenu journalier a augmenté de moins d’un cent par an.

L’exacerbation des inégalités économiques est néfaste pour l’ensemble de la population, car elle sape croissance et cohésion sociale. Et les conséquences pour les personnes les plus pauvres sont particulièrement désastreuses.

Les défenseurs du statu quo prétendent que les inquiétudes générées par les inégalités reposent sur « la jalousie politique ». Ils évoquent souvent la réduction du nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté pour démontrer que les inégalités ne constituent pas un problème majeur. Mais ils font fausse route. En tant qu’organisation ayant vocation à lutter contre la pauvreté,

Oxfam salue sans équivoque les progrès fantastiques qui ont contribué à réduire de moitié le nombre de personnes vivant en dessous du seuil d’extrême pauvreté entre 1990 et 2010.

Mais si, au cours de la même période, les inégalités ne s’étaient pas creusées dans tous les pays, 200 millions de personnes supplémentaires auraient pu sortir de cette pauvreté.

Un chiffre qui aurait même pu atteindre 700 millions si les pauvres avaient davantage bénéficié de la croissance économique que les riches.

Nul ne peut nier que les grands gagnants de l’économie mondiale actuelle sont les plus fortunés. Notre modèle économique est fortement biaisé en leur faveur, une tendance qui semble s’intensifier.

En lieu et place du ruissellement attendu sur les couches inférieures de la population, les revenus et les richesses sont aspirées à un rythme alarmant par cette élite. À ce stade c’est un réseau de paradis fiscaux toujours plus élaboré et soutenu par un panel de gestionnaires de patrimoine qui garantit que cet argent reste hors de portée des citoyens ordinaires et de leurs États.

D’après une récente estimation3, 7 600 milliards de dollars, soit plus que le PIB combiné de l’Allemagne et du Royaume-Uni, sont actuellement détenus sur des comptes offshore par des particuliers

On peut lire la suite en cliquant sur le lien précédent.

B) COMMENTAIRES ET COMPLEMENTS

Il est possible d’accéder à d’autres rapports sur les inégalités concernant les années précédentes en cliquant ici

Par exemple dans le rapport précédent pouvait lire :

– La richesse des 1 % les plus riches s’élève à 110 000 milliards de dollars. C’est 65 fois la richesse totale de la moitié la moins riche de la population mondiale.

– La moitié la moins riche de la population mondiale possède la même richesse que les 85 personnes les plus riches du monde.

– Sept personnes sur dix vivent dans un pays où l’inégalité économique a augmenté au cours des 30 dernières années. • Les 1 % les plus riches ont augmenté leur part de revenu dans 24 des 26 pays pour lesquels nous disposons des données entre 1980 et 2012.

– Aux États-Unis, les 1 % les plus riches ont confisqué 95 % de la croissance post-crise financière depuis 2009, tandis que les 90 % les moins riches se sont appauvris.

La concentration massive des ressources économiques dans les mains de toujours moins de personnes constitue une réelle menace pour les systèmes économiques et sociaux inclusifs. Au lieu d’avancer ensemble, nous voyons les inégalités se creuser en matière de pouvoir économique et politique, ce qui exacerbe inévitablement les tensions sociales et accroît le risque d’éclatement de la société.

Les sondages réalisés par Oxfam à travers le monde relatent l’idée largement répandue selon laquelle les lois et les réglementations sont conçues pour bénéficier aux riches. Une enquête menée dans six pays (Espagne, Brésil, Inde, Afrique du Sud, Royaume-Uni et États-Unis) a révélé qu’une majorité de la population pensait que les lois étaient biaisées en faveur des riches (en Espagne, 8 personnes sur 10 étaient d’accord avec cette affirmation). D’après un autre récent sondage Oxfam auprès de personnes à bas revenus aux États-Unis, 65 % d’entre elles sont convaincues que le Congrès adopte des lois qui bénéficient surtout aux riches.

Lire la suite en cliquant ici(En finir avec les inégalités)

Rappelons qu’une étude de l’OCDE parue en mai 2015 avec des modes de calcul différents arrivait à la même conclusion : les inégalités de revenus ont atteint un niveau record en 2015 . Ainsi, en 2015 la tranche de 10 % de la population la plus riche avait un revenu 9,6 fois plus élevées que la tranche de 10 % de la population la plus pauvres. Ce rapport était de 7,1 en 1980. (toujours des statistiques portant sur les pays de l’OCDE) Pour plus de détails, voirLa Tribune ici

Rappelons que pour la France, l’économiste Thomas Piketty dans son livre "Le capital au XXIe siècle" indique que 10 % des ménages les plus riches possèdent 60 % du patrimoine de la France est 1 % en possèdent 25 %.

Plus on grimpe dans l’échelle de la fortune, plus le capital est concentré et plus des revenus sont d’origine financière.(actions, etc.). Grosso modo, cet économiste explique que les revenus financiers progressent beaucoup plus vite que les revenus du travail.

La presse libérale rend compte de ces inégalités mais l’analyse des causes est fortement insuffisante L’analyse en termes de rapports de classe est quasi inexistante, ce qui n’est pas une surprise ! Elle préfère bien sûr des explications "techniques".

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message