Pesticides, multinationales et santé publique.

samedi 6 janvier 2018.
 

Une enquête de salubrité publique.

On peut voir cette émission de 2h15 en cliquant sur l’un des deux liens suivants

http://www.francetvinfo.fr/replay-m...

https://www.youtube.com/watch?v=bOS...

On accède la carte de France des pesticides réalisée au cours de l’enquête en cliquant ici

Quel peut être l’impact d’une telle émission ? Voici le contexte médiatique de la soirée pendant laquelle a eu lieu cette diffusion le 02/02/2016 avec le classement des audiences.

1ère audience :TF1 avec la diffusion de Person of interest Les deux épisodes inédits de la saison 4 ont totalisé 5.36 millions et 4.77 millions de fidèles (20.2% de téléspectateurs )

2ème audience France 3 :Qui sème l’amour…avec 3.87 millions de téléspectateurssoit 14.9% de part d’audience

3ème audience :M6 Insaisissables avec 3.38 millions de téléspectateurs en moyenne, soit 14.1% de la part d’audience.

4ème audience :France 2 Cash investigation d’Élise Lucet avec 3.12 millions de téléspectateurs soit 13,2 % de la part d’audience (PDA).

5ème audience : France 5 avec Enquête de santé pour 1.33 million de téléspectateurs, soit 5% du public.

Source :Toutelatélé

Un article sur le reportage : Bioaddict.fr On y accède en cliquant ici

Suite à cette émission, le 4/02/2016, le Parti de Gauche a fait le communiqué suivant : Construisons un autre modèle agricole

Pesticides et productivisme ça suffit ! ( Par Jean-Luc Mélenchon ) Source : https://www.lepartidegauche.fr/comm...

"La responsabilité criminelle de l’industrie agrochimique dans des problèmes majeurs de santé publique (leucémies, autisme…) a été pointée hier soir par l’émission de service public « Cash investigation ». L’usage massif de pesticides est directement en cause. La France en est le premier consommateur en Europe ! Dans le même temps, les éleveurs protestent contre les prix de vente trop bas et l’emprise de la grande distribution.

Le même modèle est en cause : celui d’une agriculture productiviste, d’un agro-business, qui saccage tout pour faire de l’argent à tout prix. Ce système sacrifie paysans, riverains, consommateurs et écosystèmes. Il met à la charge de toute la société le coût sanitaire, écologique et social de ses dégâts

Des mesures urgentes sont à prendre, y compris en désobéissant aux décisions européennes : – interdire les pesticides dangereux en commençant par le glyphosate, herbicide le plus vendu en France, et les insecticides néonicotinoïdes.

– interdire les OGM

Au-delà, l’intérêt général commande la construction d’un autre modèle agricole, fondé sur une agriculture biologique et paysanne, favorisant les circuits courts et encadrant les marges de la grande distribution.

C’est la condition pour rémunérer correctement les paysans et nourrir sainement les consommateurs. Cela suppose d’affronter l’obscurantisme productiviste des lobbies de la chimie et des dirigeants de la FNSEA."

Fin du communiqué

Annexe : lien Debonrivage

L’agriculture biologique : l’alternative qui respecte le vivant. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Hervé Debonrivage

Pesticides et productivisme, ça suffit ! Construisons un autre modèle agricole (Jean-Luc Mélenchon)

La responsabilité criminelle de l’industrie agrochimique dans des problèmes majeurs de santé publique (leucémies, autisme…) a été pointée hier soir par l’émission de service public « Cash investigation ». L’usage massif de pesticides est directement en cause. La France en est le premier consommateur en Europe !

Dans le même temps, les éleveurs protestent contre les prix de ventes trop bas et l’emprise de la grande distribution.

Le même modèle est en cause : celui d’une agriculture productiviste, d’un agro-business, qui saccage tout pour faire de l’argent à tout prix. Ce système sacrifie paysans, riverains, consommateurs et écosystèmes. Il met à la charge de toute la société le coût sanitaire, écologique et social de ses dégâts

Des mesures urgentes sont à prendre, y compris en désobéissant aux décisions européennes :

– interdire les pesticides dangereux en commençant par le glyphosate, herbicide le plus vendu en France, et les insecticides néonicotinoïdes.

– interdire les OGM

Au-delà, l’intérêt général commande la construction d’un autre modèle agricole, fondé sur une agriculture biologique et paysanne, favorisant les circuits courts et encadrant les marges de la grande distribution. C’est la condition pour rémunérer correctement les paysans et nourrir sainement les consommateurs. Cela suppose d’affronter l’obscurantisme productiviste des lobbys de la chimie et des dirigeants de la FNSEA.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message