La plate-forme JML 2017.fr, un dispositif qu’il faut connaître !

lundi 21 août 2017.
 

- A Quelques conseils d’utilisation de la plate-forme jlm 2017

- B) Comment Mélenchon est devenu l’homme politique le plus populaire de YouTube

- C) Plan des rubriques du projet jlm 2017

Nous apportons ici quelques éléments d’information concernant la plate-forme en ligne de Jean-Luc Mélenchon, versant projet, outil citoyen indispensable pour construire son projet de transformation sociale qu’il présentera aux élections présidentielles de 2017.

Au-delà du programme électoral, il y a la démarche : une démarche démocratique permettant aux citoyens eux-mêmes de construire leur propre projet de société.

A – Quelques conseils d’utilisation de la plate-forme jlm 2017

1) Si vous êtes d’accord avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon, il ne faut pas hésiter à aller sur le site jlm2017.fr pour appuyer sa candidature. Plus le nombre de signatures sera élevé, plus sa légitimité sera indiscutable. Pour l’instant rien n’est joué : l’obtention des parrainages sera d’autant plus facile à obtenir que le nombre de soutiens des citoyens sera élevé.

2) Pour contribuer au projet en déposant une contribution il faut d’abord se connecter au site.

Le mot "connexion" doit apparaître sur la page Projet.

Il suffit d’écrire son adresse e-mail et se donner un mot de passe. Lors de la première connexion e-mail est envoyée au site qui ,en retour ,confirme votre inscription.

On choisit ensuite une thématique permettant ainsi de classer votre contribution.

Après avoir appuyé sur la touche "Publier", le texte de votre contribution doit apparaître en tête de liste des contributions. Cela vous permet ainsi de savoir si celle-ci a bien été enregistrée.

II – Vue panoramique des thématiques du projet.

On a développé ci-dessous le contenu de chaque bulle thématique. Cela permet d’avoir une vue panoramique de la plate-forme une pour le projet.

B) Comment Mélenchon est devenu l’homme politique le plus populaire de YouTube

Jean-Luc Mélenchon fait des vidéos. Depuis la fin de l’été 2016, le candidat à la présidentielle a renforcé sa présence numérique et son activité sur YouTube. Entre la mi-septembre et la mi-octobre, pas moins de 29 vidéos ont été publiées sur sa chaîne et elles affichent des résultats plutôt intéressants avec plusieurs milliers de vues au compteur. De quoi permettre au fondateur du Parti de gauche de revendiquer 36.000 abonnés sur ce réseau social et de se proclamer par la même occasion "première chaîne d’un homme politique" en France. Il prend d’ailleurs soin de le faire savoir haut et fort dans les médias traditionnels, en particulier à la télévision qu’il compte mettre à distance pendant quelques semaines. "J’ai la chance d’avoir mes porte-parole talentueux. Ils vont donc briller", a-t-il lancé le 18 octobre sur BFMTV.

En faisant vœu d’abstinence médiatique, Jean-Luc Mélenchon espère attirer ses sympathisants sur Internet, où il continuera à exposer son programme : "J’ai intérêt à me mettre en retrait de l’expression publique. J’ai mes propres moyens d’expression. (...) Il y a beaucoup d’endroits où je m’exprime et peux le faire à mon aise en quelque sorte, sans courir le risque de voir mes propos tronqués et trafiqués". Une manière aussi de pouvoir délivrer son discours sans filtre, sans la moindre contrainte, mais aussi sans contradiction, hormis celles des commentaires d’internautes.

Des vidéos à succès

Sur sa chaîne YouTube, qui est à son nom mais dont l’adresse web montre qu’elle s’appelle aussi "PlaceauPeuple", Jean-Luc Mélenchon propose une offre variée, pour toucher un maximum d’internautes. Ses vidéos les plus populaires, à plus de 100.000 vues, sont des formats très longs, bien souvent des reprises complètes d’interviews télévisées, que ce soit dans Des Paroles et des Actes ou dans On n’est pas couché. En opposition à ces vidéos qui durent parfois plus d’une heure, il y a aussi des clips plus courts qui sont soit des extraits destinés à être facilement partagés sur les réseaux sociaux mais aussi des pastilles visant par exemple à dénoncer ce qu’il considère être des "bobards médiatiques" autour de ses propos.

Puis à l’instar de Youtubeurs spécialisés dans l’humour, le gaming ou les tutos beauté, Jean-Luc Mélenchon s’est aussi lancé dans des rendez-vous récurrents, séquencés par épisode. Il a tout d’abord lancé au début de l’année son émission Pas vu à la télé, où il se mue en présentateur pour aborder pendant une heure des sujets de fond comme l’autisme, le contrôle au faciès ou encore la liberté des lanceurs d’alerte. Son quatrième épisode, réalisé avec Jérôme Kerviel, sur le scandale fiscal des Panama Papers et l’affaire de la Société Générale, a cumulé 76.000 vues en cinq mois et représente la huitième vidéo la plus populaire.

Dans le même registre, il y a aussi sa dernière idée : la "revue de la semaine", un rendez-vous hebdomadaire débuté le 8 octobre dans lequel il aborde les sujets d’actualité chaude qui l’intéressent. La création, dans laquelle il apparaît seul face caméra, condense des codes utilisés par de populaires Youtubeurs politiques comme BonjourTristesse, HugoDécrypte ou encore Osons Causer, mais peut aussi rappeler l’exercice du "journal de bord" de Jean-Marie Le Pen. Avec sa première revue de la semaine, dans laquelle il parle de "pauvreté, Hayange, démocratie, Alstom [et] Juppé", Jean-Luc Mélenchon a obtenu un franc succès : 40.000 vues en deux semaines. La deuxième a franchi la barre des 34.000, tandis que la troisième a fait 20.000 visionnages en deux jours. De bonnes performances dont il se réjouit. "Ça marche pas mal. À chaque fois, on fait des pics d’abonnement", remarque-t-il, pendant que sa chaîne conquiert 2.000 nouveaux internautes entre le 19 et le 21 octobre.

Ses concurrents aux abonnés absents

Avec ses vidéos, Jean-Luc Mélenchon affirme que la conquête du pouvoir passe par cette maîtrise de la communication numérique et que la campagne se joue donc aussi sur le web. "C’est une façon pour moi de construire un média qui me permet de contourner les autres médias. Alors si vous voulez savoir ce que j’ai à dire, venez là. Et ils seront bien tous obligés d’y passer grâce à vous qui aurez tous cliqué. C’est aussi une manière de lutter, de procéder de cette façon", dit-il dans sa troisième vidéo. Derrière cette réflexion se trouve Bastien Lachaud, "responsable des actions" dans la campagne de l’homme de gauche. Considérant que son leader peut bénéficier d’une "gauchosphère assez puissante qui s’adapte aux nouvelles technologies", cet ancien professeur d’histoire-géographie expliquait à Numerama explique que les réseaux sociaux sont une manière de "transformer la mobilisation numérique en mobilisation physique". Il ajoute cependant : "La dernière présidentielle, en 2012, était bien tournée vers le numérique et différente des précédentes mais là, on est vraiment sur autre chose. Ce qui ne veut pas non plus dire que le numérique va remplacer tout le reste, il s’agit d’un élément complémentaire".

En procédant de cette manière, le tribun de la scène politique française tente aussi rajeunir son image en cherchant un nouvel électorat, en particulier un public jeune qui délaisse la télévision et passe du temps sur les réseaux sociaux. Son action trouve par exemple un certain écho sur le populaire forum "blabla 18-25 ans" de jeuxvideo.com. "Jean Luc Mélenchon, le seul qui sait parler avec les jeunes entre autres grâce à internet, YouTube, etc... Un peu le Bernie Sander (sic) à la Française, même si, je pense plus que c’est Bernie qui a copié JLM", dit par ailleurs un commentaire sur YouTube qui fait sans doute plaisir à l’intéressé. Jean-Luc Mélenchon n’a cessé de se comparer à Bernie Sanders au lancement de sa campagne, notamment parce qu’il utilise sur son site Internet la plateforme communautaire NationBulider, similaire à celle qu’utilisait le démocrate américain.

Alors même que la vidéo constitue un élément essentiel de la communication virale sur le web – la plateforme de Google ayant enregistré 31 millions de visiteurs uniques par mois en 2015 – l’activité numérique de Jean-Luc Mélenchon tranche avec celle de ses concurrents. S’ils sont tous plus ou moins assidus sur Twitter et Facebook, leur présence sur YouTube laisse à désirer. Le grand favori Alain Juppé, dont la directrice de campagne numérique ayant travaillé avec les équipes de campagne de Barack Obama préfère encore le mail pour avoir "une communication ciblée", ne se sent pour l’instant pas le besoin de développer sa chaîne YouTube qui semble presque à l’abandon avec ses 900 abonnés. Son rival, Nicolas Sarkozy, plus actif, compte quant à lui plus de 7.000 followers mais son nombre de vues ne décolle pas. Bruno Le Maire, chantre de la modernité et du renouveau, se trouve pour l’instant à 930 abonnés environ et stagne aussi. Marine Le Pen, plafonne, elle, à un peu plus de 2.000 abonnés. À gauche, Arnaud Montebourg a choisi Dailymotion (made in France oblige) mais n’a conquis que 40 internautes. Quant à Benoît Hamon, impossible de trouver trace d’une quelconque chaîne. À défaut de faire la course en tête dans les sondages pour la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon peut donc au moins se réjouir d’être premier sur la toile.

par Julien Absalon publié le 22 octobre 2016

Source : http://www.rtl.fr/actu/politique/co...

C) Plan des rubriques du projet jlm 2017

Convoquer une assemblée constituante et passer à une sixième république

Tout commence par le pouvoir des citoyens. Comment rendre le pouvoir au peuple et en finir avec le système de la caste ?

Institutions

Intervention populaire

Droits fondamentaux

Libertés personnelles

Egalité Femme-Homme

Laïcité

Médias

Sécurité

Partager les richesses

La France est le pays d’Europe qui compte le plus de millionnaires. Mais la pauvreté gagne du terrain, le chômage se généralise, l’Etat se disloque, les services publics reculent. Comment sortir de cette spirale ?

Finances

Protectionnisme

Entreprises

Salaires

Emploi

Précarité

Droit du travail (temps de travail…)

Droits sociaux (allocations…) 

Retraite

Services publics

Logement

Impôts

Engager la planification écologique

Le changement climatique a commencé et s’accélère. Il menace de détruire le seul écosystème compatible avec la vie humaine. Comment passer à un autre mode de production et d’échange ?

Energie

Transport

Déchets

Bien communs

Agriculture

Aménagement du territoire

Grands projets inutiles

Production

Consommation

Sortir des traités européens

L’Europe de nos rêves est morte. C’est seulement un marché unique et les peuples sont soumis à la dictature des banques et de la finance. Comment stopper ce cauchemar ?

Traités européens

Monnaie

Dumping

Restaurer l’indépendance de la France pour la paix

L’Europe de nos rêves est morte. C’est seulement un marché unique et les peuples sont soumis à la dictature des banques et de la finance. Comment stopper ce cauchemar ?

Paix

Défense

Politique étrangère

Migrations

Coopération internationale

ONU

Francophonie

Choisir l’objectif du progrès humain

Éducation, santé, sport, culture, sciences sont les aliments du progrès humain personnel. Mais la marchandisation et le taux de profit dominent tout. Comment ouvrir une nouvelle page du progrès humain ?

Espérance de vie

Santé

Dépendance

Handicap

Enfance

Education

Enseignement supérieur et recherche

Culture

Sport

Numérique

Publicité

Porter la France aux frontières de l’humain

La France a le deuxième territoire maritime du monde et la deuxième dépense par habitant pour l’espace. Mais l’ambition politique est absente de ces deux domaines d’avenir. Comment porter la France aux avant-postes de l’Humanité ?

Sur la mer

La France, une puissance maritime qui s’ignore Un plan mer pour la France

Sur l’espace : Un plan espace pour la France

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message