Comment le groupe Pimkie a versé en 2015 à la famille Mulliez 645 millions d’euros de dividendes

dimanche 30 octobre 2016.
 

Bonjour

Non, vous ne rêvez pas. Le groupe Oosterdam/Pimkie, qui paraît-il, n’aurait pas les moyens d’augmenter ses salariés, vient de faire remonter 645 M€ de dividendes fin 2015, via le surholding Suramac.

Pourtant, rien ne transparaît dans les comptes des deux filiales de Suramac (Mac Marketing Advertising Consultants ; et Haped Commercial Enterprise - toutes deux situées aux Pays-Bas, paradis fiscal bien connu et bien utilisé à divers niveaux par la famille Mulliez). Sauf que :

- Haped, qui possédait 60% de Woelsewaard (le holding qui contrôle Oosterdam), a cédé en 2015 ces 60% à Mac Marketing, moyennant un prix de 372 M€ ; réalisant ainsi une belle plus-value sur la valeur de ces mêmes titres (66 M€ dans les comptes 2014) ; et qu’immédiatement après, Haped a eu l’extrême gentillesse de verser un dividende de 350 M€ à Suramac (prélevé sur le montant des anciennes réserves à 77 M€ et sur le bénéfice net réalisé en 2015 de 293 M€, suite à la vente évoquée) ;

- Mac Marketing Advertising a donc racheté au prix fort les titres Woelsewaard, filiale qu’il contrôle maintenant à 100%. Pour ce faire, Suramac a augmenté le capital de Mac Marketing, mais a entraîné un endettement supplémentaire pour cette filiale de 181 M€. Compte tenu du dividende payé à Suramac de 295 M€, c’est par l’endettement que le groupe fait remonter de l’argent : les dettes financières consolidées sont passées de 65 à 288 M€ entre 2014 et 2015 ; ce qui a permis de cumuler une trésorerie consolidée à 531 M€.

La manipulation est donc limpide : le groupe a fait remonter vers Suramac l’essentiel de sa trésorerie ; et Suramac va pouvoir verser à ses trois sociétés de contrôle de la famille (Acanthe, Cimofat et Valorest) la majeure partie de cette trésorerie, laissant à Suramac et au groupe Pimkie tout l’endettement évoqué : Suramac a déjà mis en compte une créance sur les sociétés du groupe de 332 M€.

Quant aux salariés, prière de ne pas vouloir de hausses de salaires, de travailler le dimanche et les jours fériés, et de se laisser licencier avec le minimum de dépenses pour le groupe, suite à la loi travail. Le CICE des sociétés de groupe (Diramode, PPP, Rouge-Gorge Lingerie) a rapporté en 2015 un total de 2,6 M€.

Bonne lecture B. Boussemart


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message