Médias : la guerre cognitive contre France Insoumise

mardi 24 octobre 2017.
 

Les médias ont joué un rôle majeur pour assurer la victoire de Macron et provoquer la défaite de Mélenchon. Apparaissent depuis 2005 de nouvelles formes de domination médiatique.

1 Les médias : des moyens d’assujettissement de plus en plus puissants pas forcément perçus comme tels..

Le film américain de 1939 réalisé par Frank Capra "Monsieur Smith au Sénat" (Mr. Smith Goes to Washington pour le titre original) Montrait déjà la connivence entre presse et politique ainsi que l’influence des médias pour orienter le vote des électeurs.

Le premier document faisant mention de techniques de manipulation, est "l’Art de la Guerre", attribué à Sun Tzu (auteur ou groupe d’auteurs Époque contemporaine de Confucius)

Les différentes techniques d’influence utilisée par un groupe dominant pour pérenniser sa domination ne datent pas d’hier.

Divers appareils idéologiques de formes variables selon les époques et les types de sociétés ont toujours joué un rôle dans le façonnement des esprits pour leur soumission à l’ordre dominant.

Ce constat historique conduit une grande majorité de la population, y compris les citoyens les plus critiques, à accepter comme une fatalité quasi naturelle le conditionnement des esprits par les médias. Ne sont-ils pas d’ailleurs la propriété d’une poignée de milliardaires ? Les chaînes publiques ne sont-elles pas contrôlées par des politiques au service des puissances économiques dominantes ? On peut réclamer plus de pluralisme dans les médias, pour le principe, mais c’est peine perdue !

Ce genre d’attitude constitue en fait l’expression d’une soumission au système médiatique que l’on se contente de temps à autre de critiquer à l’occasion de tel ou tel événement

Une autre position consiste à minimiser le rôle des médias. On avance par exemple le super–matraquage des médias pour inciter les gens à voter pour le oui à l’équation du référendum pour le TCE en 2005 qui n’a pas eu l’effet escompté par les libéraux puisque la majorité des électeurs ont voté pour le nom.

Cette position s’appuie aussi sur le fait que les médias n’agissent pas forcément directement sur le récepteur de l’information puisque celle-ci peut être médiatisée par des personnes intermédiaires et que d’autre part il existe des résistances à cette influence notamment grâce à certains groupes sociaux comme les syndicats et les associations. En outre, de nombreuses personnes selon les sondages n’accordent qu’une crédibilité limitée aux journalistes et aux personnalités politiques.

Et puis, il existe de nombreux concitoyens qui ont un esprit critique et qui sont capables de discerner le vrai du faux dans le discours des médias.

Dans cette optique, finalement, il ne faut pas accorder trop d’importance à l’influence des médias, il y aurait d’autres problèmes et d’autres actions plus importantes à considérer.

Là encore, il s’agit d’une autre forme de la soumission à l’ordre médiatique existant.

Ces attitudes reposent sur l’ ignorance et la non- prise en compte de 4 phénomènes nouveaux apparus notamment depuis 2005  :

a) Un accroissement de l’étendue ou de la surface d’impact des médias du fait d’un accroissement considérable du nombre de chaînes de télévision depuis 2005 offrant une palette accrue de divertissements et d’information couplé à un accroissement du même ordre des offres de films et de séries via Internet. Même phénomène avec la prolifération des radios Internet, de YouTube et Dailymotion.

b) Une augmentation de l’intensité du flux médiatique du fait de l’existence récente de l’informatique nomade. Cela se traduit par un accroissement considérable du nombre d’écrans (Ordinateur portable, Smartphone,…) utilisable dans les transports, les salles d’attente,… Remarquons que ces tablettes sont utilisées par un public de plus en plus jeune.

c) Une utilisation de plus en plus sophistiquée des techniques de manipulation grâce à l’apport des sciences humaines et d’une augmentation du nombre de techniciens de la communication et de la publicité, une utilisation accrue des sondages en tout genre.

d) Une coordination plus élaborée des différents grands médias dans la mise au point de certaines campagnes médiatiques pour conserver son hégémonie idéologique et orienter "l’opinion publique" vers des directions définies par les états-majors de la médiascratie (ce genre d’actions coordonnées n’est pas permanente). Elle est d’autant plus aisée que les médias sont de plus en plus concentrés et contrôlés par un nombre restreint de propriétaires.

Cela est nécessité pour un système politique dont la base électorale est de plus en plus réduite.

Percevoir ce genre de campagne est difficile car il faut pour la mettre clairement en évidence consulter un grand nombre de médias ce qui était autrefois impossible mais qui le devient maintenant grâce à Internet. Par exemple, pour mettre en lumière la grande manipulation médiatique cernant le revenu universel, il m’a fallu plusieurs heures de consultation d’un grand nombre de médias sur une durée de publication de 2 ans .

De même, pour apprécier la réalité de la censure du programme l’Avenir en commun par les médias, il faut réaliser une étude globale sur une relativement longue durée.

Les journalistes accusés de temps à autre par certains esprits éclairés de participer à ce genre de campagne répondent classiquement en accusant le dénonciateur d’utiliser la "théorie du complot".

Ce qui fait donc la puissance de feu des médias actuellement, ce ne sont pas seulement les 4 facteurs énumérés précédemment mais l’invisibilité de leur action. Cela explique en grande partie ce que j’ai appelé dans un article « l’inconscient médiatique » (voir annexe).

Cette invisibilité est renforcée par le fait que le système médiatique est hétérogène et ne se réduit pas à un simple appareil idéologique de reproduction de la classe dominante.

Les médias jouent aussi un rôle d’information, voire même de formation par la diffusion de documentaires parfois critiques à l’égard des multinationales par exemple.

Les médias entretiennent une façade de pluralisme en invitant parfois des personnalités relativement critiques par rapport au capitalisme mais s’arrangent en même temps pour ne jamais inviter des personnalités critiques qui proposent une alternative globale au système économique actuel.

Lorsque ces personnalités sont invitées, tout est mis en œuvre pour qu’elles ne puisse développer ses alternatives.

La censure n’est jamais totale : elle se manifeste essentiellement par un grand déséquilibre dans les temps d’antenne ; il existe des documentaires critiques vis-à-vis des multinationales par exemple,

Depuis la mise en place de l’état d’urgence et les nombreuses manifestations contre la loi travail au printemps 2016, les médias apparaissent de plus en plus ouvertement comme une machine de guerre idéologique contre les mouvements sociaux etc contre tout courant proposant une alternative politique ou économique globale. La violence médiatique contre la CGT a été à la hauteur des violences policières et d’une intensité dans la durée rarement égalée pendant la Ve République.

L’ampleur de la campagne médiatique pour promouvoir la popularité et l’élection d’Emmanuel Macron depuis le début de l’année 2015 a sans doute battu un record historique dans le genre. En outre, les premières semaines du gouvernement Macron laissent présager un renforcement du bridage de l’appareil médiatique.

La propagande anti Mélenchon qui avait déjà eu lieu lors de l’élection présidentielle de 2012 a redoublé d’intensité lors de la dernière élection présidentielle.

Sans la mise en œuvre de sa plate-forme numérique et l’utilisation de sa chaîne YouTube, Mélenchon n’aurait probablement pas atteint le score électoral de 19, 6 %.

Néanmoins le succès de ses prestations lors des 2 débats télévisés nationaux a eu un impact important sur l’électorat.

Que les électeurs n’accordent qu’une confiance très limitée aux journalistes n’empêche pas que les médias gardent un rôle important dans l’élaboration de l’opinion des électeurs.

Certes le groupe dominant ne perpétue pas sa domination uniquement grâce aux médias mais ces derniers en constituent ce que l’on pourrait appeler dorénavant le bras armé.

Alors qu’est-ce qu’avoir une attitude d’insoumis face aux médias ?

A) Avoir une connaissance des médias.

Il faut d’abord avoir une connaissance assez précise des moyens matériels et humains mis en œuvre par les médias en tenant compte de leur évolution. dans le contexte du capitaliste mondialisé actuel

Il faut connaître l’évolution des pratiques dans l’usage des médias écrits audiovisuels et numériques selon les différentes catégories de population.

Il faut avoir connaissance des différentes études de l’impact des médias dans le façonnement des opinions et dans les pratiques culturelles.

B) Un plan média

Il semble souhaitable que la France Insoumise se dote d’un plan média et de diffusion de ses idées de manière à acquérir un haut niveau d’audience dans la population

Nous ne développerons pas dans le cadre de cet article l’ensemble des pistes possibles

2 – Les techniques de manipulation. des masses

On trouve actuellement sur le Web plusieurs sites Internet les 10 techniques suivantes ( on attribue la paternité de cette classification à Chomsky)

1 – La stratégie de la diversion (dont le divertissement)

2 – Créer des problèmes, puis offrir des solutions

3 – La stratégie du dégradé (le gradualisme)

4 – La stratégie du différé

5 – S’adresser au public comme à des enfants e

6 – Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

7 – Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées

8 – Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

9 – Remplacer la révolte par la culpabilité

10 – Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Ces techniques sont utilisées en publicité, en marketing, dans la propagande politique. Les médias restent les vecteurs principaux de ces manipulations

Par exemple, sur le site "les moutons enragés" ces 10 techniques sont illustrées par quelques situations.

https://lesmoutonsenrages.fr/nous-s... En fichier PDF : http://paulmasson.atimbli.net/site/...

Ces lignes stratégiques s’appliquent à toute la société et sont utilisés par le groupe économiquement et idéologiquement dominant. On pourrait ajouter à cette liste la stratégie de la division à l’encontre du groupe dominé.

Par exemple des thématiques comme l’assistanat, l’immigration, l’identité ethnique religieuse, etc. sont instrumentalisés pour diviser les salariés entre eux ou les salariés et les travailleurs indépendants.

Certains partis politiques sont des relais très actifs dans cette stratégie de la division.

Mais nous avons vu dans notre article "Comment les médias ont éliminé Mélenchon du 2ème tour et ont fait élire Macron". http://www.gauchemip.org/spip.php?a... que les stratégies utilisées par les forces économiques dominantes pour neutraliser Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise ne se réduisaient pas aux techniques précédentes.

En effet, au-delà des techniques de manipulation globale, les techniques utilisées peuvent être plus ciblées et relèvent alors de la guerre cognitive par la sophistication des stratégies utilisés.

Un site très documenté sur les techniques de manipulation des masses à l’adresse suivante : http://www.asthme-methode-gesret.co...

3 La guerre cognitive

3.1 La guerre cognitive en général

Elle concerne d’abord le champ militaire et de champ économique mais s’étend aussi au champ politique et culturel.

Source du texte suivant : https://portail-ie.fr/resource/glos...

Que l’on trouve aussi sur le site de l’éditeur du livre : La guerre cognitive, l’arme de la connaissance http://www.huyghe.fr/livre_28.htm

"La guerre cognitive est l’opposition de capacités à connaître, produire ou déjouer des connaissances ». Un ouvrage collectif codirigé par Christian Harbulot et Didier Lucas est à l’origine du concept. Enjeux

Au sens large, la guerre cognitive n’est pas circonscrite au monde militaire ou institutionnel. Depuis le début des années 90, cette opposition tend à s’appliquer aux champs politique, économique, culturel et sociétal.

Quand la guerre cognitive est utilisée dans le monde civil, elle est souvent incluse par les élites françaises dans le champ des possibles résultants de l’environnement « hyperconcurrentiel » qui caractérise le début du XXIème siècle.

L’évolution la plus marquante du glissement de cette pratique du monde militaire vers le monde civil est l’absence de circonscription temporelle de la guerre. Même si une guerre cognitive peut être conduite en complément d’un conflit militaire, comme lors de l’invasion du Koweït par l’Irak ou lors de l’opération israélienne « Plomb durci » sur Gaza, elle peut aussi être menée seule, sans lien avec un engagement des forces armées. De plus, la guerre cognitive est potentiellement sans fin puisqu’elle peut se jouer aussi bien du fort au faible que du faible au fort et qu’il ne peut exister ni traité de paix ni reddition pour ce type de conflit.

On peut dénoter trois formes de guerre cognitive : la guerre d’imposition, la guerre de préservation et la guerre de réception. La guerre d’imposition se situe dans un rapport du fort au faible, celle de préservation dans un rapport du faible au fort, et celle de réception concerne tous les acteurs car elle représente la capacité à transformer l’information en connaissance.

Perspectives

À l’aune d’un monde multipolaire qui exacerbe les problématiques de compréhension entre les parties prenantes des jeux de pouvoir multilatéraux, l’avantage sera à celui qui saura au mieux arbitrer entre la vitesse d’intervention et la précision de la compréhension des enjeux. Depuis le début de son usage intensif lors de la Guerre Froide, les Anglo-saxons sont les meilleurs praticiens de la guerre cognitive. En effet, là où les Latins apprennent par goût de la connaissance, les Anglo-saxons apprennent pour agir. Cependant, des pays émergents constituent de nouvelles puissances avec leur propre approche du contrôle et de l’utilisation de la connaissance, et constituent ainsi autant de nouveaux champs d’investigation. Face à la multiplication des parties prenantes dans les rapports de force et la variété des stratégies utilisées, la guerre cognitive doit faire l’objet de travaux d’étude constants et être mise en œuvre par des praticiens formés aux pratiques de l’intelligence économique."

3.2 La guerre cognitive menée contre la France Insoumise

A) La stratégie centrale de la guerre cognitive contre la France Insoumise "l’opposition à la capacité de connaître" le contenu de son programme "L’Avenir en commun".

La technique la plus simple est évidemment le silence. Comme nous l’avons montré dans notre article "À France Culture, l’Avenir en commun n’existe pas".(voir annexe)

Mais on peut utiliser les techniques de manipulation de la diversion en focalisant toute l’attention du public sur un "programme" concurrent comme le revenu universel.

Nous avons consacré un article à cette manipulation l’objectif est non pas tellement de convaincre le public de la validité du revenu universel mais plutôt d’occuper le champ du débat public de gauche en rendant invisible l’Avenir en commun. Une autre technique utilisée de diversion a été de surtout focaliser l’attention du public sur la psychologie de Mélenchon.

On voit sur ce point, que les techniques de la guerre cognitive et de la manipulation des masses sont évidemment complémentaires.

Jean-Luc Mélenchon a brillamment contre-attaqué contre cette stratégie de l’ignorance par des meetings instructifs promouvant la connaissance de l’Avenir en commun.

B) Une seconde action remarquable de la guerre cognitive contre F I consiste à dénaturer, à falsifier la nature politique de cette force. Le but des médiacrates est de faire passer France Insoumise pour un parti et non pas pour un mouvement.

Le Monde, début juillet, dans un article étonnamment relativement objectif sur La France Insoumise a bien rappelé que LFI est :

"Un « mouvement », pas un « parti »

Les proches de M. Mélenchon ne veulent pas entendre parler de « parti politique ». « L’idée est de rester un mouvement où chacun représente une voix, souligne Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis et coordinateur du Parti de gauche. Il faut admettre et permettre un niveau d’implication très différent, depuis les réseaux sociaux jusqu’aux actions de terrain. » Francis Parny, un ex-dirigeant communiste, complète : « Nous n’avons pas envie de nous structurer avec des organisations locales, départementales, régionales et nationales qui produisent une bureaucratie où chacun veut un poste. »" (Source : Le Monde. 01/07/2017. Article ici.

Les médias utilisent alors l’expression "le parti de Jean-Luc Mélenchon". Il est bien évident que les journalistes qui créent cette confusion sont parfaitement conscients de leur action de brouillage, du moins dans leur grande majorité.

Chacun sait que de nombreux électeurs et notamment une bonne partie de la jeunesse rejette la structure de parti politique pour différentes raisons que nous ne rappellerons pas ici. À l’inverse, la structure mouvement jouit d’une bien meilleure image et est beaucoup plus attractive.

Il s’agit donc ici bien entendu par cette falsification de créer un rejet ou la confusion chez un bon nombre d’électeurs et notamment chez les plus jeunes. D’autre part, l’expression "… de Mélenchon" renvoie l’image d’une structure verticale traditionnelle dirigée par un chef . Cela permet aussi la personnalisation de ce courant politique dont les médias font semblant d’ignorer la complexité.

La guerre cognitive agit ici à la fois sur le processus de connaissance et sur ce que l’on appelle "la gestion de la perception". La médiacratie impose la perception parti à la place de la perception mouvement.

Nous avons répertorié les médias agents de cette guerre cognitive utilisant l’expression "le parti de Jean-Luc Mélenchon".

Observons en outre,qu’une véritable guerre éditoriale s’était installée sur Wikipédia concernant cette question.

Voici la version hostile initiale "Le 23 janvier 2017, le mouvement devient par ailleurs aussi un parti politique, pouvant se présenter à des élections" puis la version de remplacement "Le 23 janvier 2017, le mouvement devient par ailleurs aussi un mouvement politique indépendant financièrement du Parti de Gauche et du Parti Communiste Français, pouvant se présenter à des élections. Ce n’est en aucun cas un parti dans la mesure où les adhérents doivent juste s’inscrire sur la plateforme sans payer et ne sont pas soumis à une décision de quelqu’un puisqu’ils ne sont pas encartés".

Voici donc une liste des médias ayant utilisé l’expression "le parti de Jean-Luc Mélenchon" qui constitue en quelque sorte une signature d’hostilité à F I.

– L’Express

La France insoumise le parti de Jean-Luc Mélenchon http://www.jeromeweb.net/telephonie...

– France info dans le paragraphe : La France insoumise débarque à l’assemblée http://www.francetvinfo.fr/politiqu...

– 20 minutes Mai 2007 La France insoumise toute alliance avec le parti communiste http://www.20minutes.fr/elections/p...

– RTL Mais 2010 Le directeur de campagne du parti de Jean-Luc Mélenchon http://www.rtl.fr/actu/politique/le...

– LCI Le parti de Jean-Luc Mélenchon a lancé une grande consultation… http://www.lci.fr/sujet/jean-luc-me...

– Le Figaro Juin 2017 le programme de la France du parti de Jean-Luc Mélenchon https://www.google.fr/?gfe_rd=cr&am...

– Le Point mai 2010 Alexis Corbière porte-parole du parti de Jean-Luc Mélenchon. Mais dans l’article il s’agit bien de France insoumise. http://www.lepoint.fr/legislatives/...

– Breiz Info Avril 2017 insolite. Le parti de Jean-Luc Mélenchon lance un appel aux assesseurs http://www.breizh-info.com/2017/04/...

– France Inter Le parti de Jean-Luc Mélenchon a organisé une consultation https://www.franceinter.fr/politiqu...

– Le Parisien Mai 2017 Le parti de Jean-Luc Mélenchon + Photos de diabolisation http://www.leparisien.fr/elections/...

– Les Échos Une fois n’est pas coutume. Au lendemain du premier tour des élections, le parti de Jean-Luc Mélenchon a appelé à voter pour les candidats de la gauche, en cas d’absence des Insoumis au second tour https://www.lesechos.fr/elections/f...

– France Culture Juin 2017 le parti de Jean-Luc Mélenchon semble aujourd’hui plus audible à gauche https://www.franceculture.fr/emissi...

C) Un autre exemple de l’utilisation de la falsification : faire passer F I et Mélenchon comme étant de la mouvance d’extrême gauche

Exemple : RTL : Alain Duhamel : « évidemment que Mélenchon est d’extrême gauche » Cette fausse information est parfois reprise subrepticement par certains journalistes.malgré les démentis répétés de Mélenchon il s’agit ici d’une inoculation éparse de la fausse information.

D) Une autre technique consiste à construire un pseudo documentaire sur une question ou une personnalité à partir de fausses informations ou d’informations biaisées. Même après un démenti ,l’opération mensongère contribue ainsi à créer le doute et la suspicion.

Pour avoir une idée concrète de ce genre de stratagème : voir l’émission de France 5 "C politique" du 25/06/2017. https://www.youtube.com/watch?v=iU7...

E) Le "Mélenchon-bashing"

Le magazine Marianne, le 8 juin 2017, a publié un article du sociologue Thomas Guénolé décrivant le "Mélenchon-bashing"

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à l’article

https://www.marianne.net/debattons/...

La stratégie est simple : personnaliser le mouvement politique FI quasi exclusivement sur la personnalité de Mélenchon puis utiliser toutes les techniques de dénigrement possibles Il s’agit ici de propager de fausses informations consistant à discréditer Mélenchon et au-delà le mouvement France Insoumise. Cette technique est complémentaire de celle décrite au paragraphe A consistant à ne pas parler des idées portées par Mélenchon et notamment de ne pas parler du programme l’Avenir en commun.

La dernière en date : la fable d’emplois fictifs d’assistants parlementaires de Mélenchon au parlement européen. Le FN, à la source de cette manipulation politicienne, est ici relayé par les mêmes médias qui présentaient ce parti comme l’incarnation du mensonge et un danger mortel pour la démocratie entre les 2 tours de l’élection présidentielle.

On aura donc compris à la suite de cet épisode que la quasi- totalité des médias constitue aussi un un relais de l’extrême droite pour neutraliser Mélenchon et le courant politique qui l’accompagne.

Il est assez amusant, si j’ose dire, de constater que le magazine Marianne a tout de même relayé l’accusation du FN. Article Ici https://www.marianne.net/politique/...

Il s’agit d’un article de 456 mots (2910 caractères) et non d’une information de 2 ou 3 lignes.

Rappelons que Mélenchon a porté plainte pour "dénonciation calomnieuse".

Or l’article 226-10 du code pénal punit une telle dénonciation de 5 ans de prison et de 45 000 euros d’amende.On comprend alors pourquoi,,comme l’explique Mélenchon, l’auteure du FN de la dénonciation s’est rétractée.

4 – Documentation sur la propagande, la manipulation

4. 1 Des articles de Wikipédia.

– La guerre de l’information https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerr...

– La propagande https://fr.wikipedia.org/wiki/Propagande

– Endoctrinement https://fr.wikipedia.org/wiki/Endoc...

– Manipulation mentale https://fr.wikipedia.org/wiki/Manip...

4.2 La propagande anti Mélenchon et anti FAI

a)La bataille idéologique contre la France insoumise http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

b) Observatoire de la propagande anti Mélenchon http://opiam.fr/

c) Des articles d’Acrimed

Acrimed : Mélenchon antisémite ? De la petite phrase http://www.acrimed.org/Melenchon-an...

Acrimed : Les bacchanales de l’entre 2 tours. Les éditocrates contre Mélenchon (1) http://www.acrimed.org/Les-bacchana...

Acrimed : les éditocrates contre Jean-Luc Mélenchon (2) http://www.acrimed.org/Les-editocra...

Acrimed : en vidéo, l’art de saboter une interview (de Éric Coquerel) http://www.acrimed.org/De-l-art-de-...

Éric Coquerel pris en embuscade par des soldats de la médiocratie. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

d) Un média alternatif : Polony TV https://www.youtube.com/channel/UCa... Voir notre autre article sur les chaînes YouTube alternatives.

Annexe : Des articles de Hervé Debonrivage sur les médias depuis 2011.

La censure rampante à l’encontre de Mélenchon vise à neutraliser le FdG par le FN http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Les propositions du Front de Gauche concernant les médias examinées par Acrimed http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Municipales : les médias ont-ils favorisé le FN ? http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

L’omniprésence de Marine Le Pen dans les médias contribue à sa légitimation http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Clash-back sur les randonnées médiatiques de Jean-Luc Mélenchon http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

*La télé implémentation du biologiciel libéral dans les 45 millions de cerveaux connectés aux médias. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

*L’inconscient médiatique : une cécité collective. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Campagne de tirs et de démoralisation dans le champ médiatique contre le Parti de gauche. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Visibilité médiatique : le FdG largement distancé par http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

L’éclipse médiatique du Front de Gauche le Front National : Fusion et confusion. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Campagne de tirs et de démoralisation dans le champ médiatique contre le Parti de gauche. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Le PS prendra-t-il les mesures politiques pour qu’une autre gauche que celle qu’il incarne puisse s’exprimer largement dans les médias ? http://www.gauchemip.org/spip.php?a... http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Une 6ème République pour des médias libres, pluralistes et et impartiaux. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Déferlante médiatique contre la CGT (mela) http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

L’information économique dans les médias : un enjeu idéologique important http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Censure du mouvement de grève du 31 mars au JT de 20 heures de France 2 du mercredi 30 mars 2016. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Quelques médias font éclater la chape de plomb recouvrant le désastre écologique occasionné par l’exploitation minière de métaux lourds en France .http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

La censure photographique de Jean-Luc Mélenchon dans le journal gratuit Métro reflète bien la domination symbolique du groupe dominant. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...  Instituts de sondage : agent du maillage de l’espace mental social. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Sur le caractère peu fiable des sondages http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Les grands médias au pas cadencé ? http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Mélenchon développe aussi sa popularité avec YouTube. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Le pack médiatique de Jean-Luc Mélenchon pour un impact maximal http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

JLMélenchon et la démocratie numérique : le connecteur de la France insoumise. http://www.gauchemip.org

L’impact médiatique de la convention de la France insoumise des 15–16 octobre 2016 http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Précarité du métier de journaliste et concentration des médias : deux obstacles majeurs au pluralisme de l’information. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

La seule bataille politique qui vaille actuellement est la bataille médiatique. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Revenu de base 2017 : la grande manipulation politico –médiatique. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

La campagne électorale de Mélenchon étouffée par les médias http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

*Ces 10 milliardaires qui contrôlent les médias. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Se libérer du joug de la peur imposée par les médias en toutes circonstances. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

*Comment les médias ont éliminé Mélenchon du 2ème tour et ont fait élire Macron. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Le chantage à la peur du FN de l’entre deux tours orchestré par les médias http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

JLMélenchon et la démocratie numérique : le connecteur de la France insoumise. http://www.gauchemip.org

La visibilité médiatique de France Insoumise : un enjeu essentiel. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

À France Culture L’Avenir en commun n’existe pas samedi 24 juin 2017. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message