Le Système PAFOU clé de la victoire de La France Insoumise.

mardi 31 octobre 2017.
 

Par Hervé Debonrivage Le 20 octobre 2017

I –Un corpus d’idées transformatrices porté par un système stratégique conduisant à leur réalisation.

Cette étude complète celle intitulée : "France Insoumise : les 5 lignes de front du penser global" L’URL de cet article est : http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Nous décrivons ici un système stratégique défini par 5 opérateurs permettant de conduire L F I à la victoire, c’est-à-dire à la prise de pouvoir non seulement au niveau national mais aussi dans les collectivités territoriales.

Le seul obstacle à franchir est de réunir le nombre d’adhérents actifs suffisants et une volonté politique très déterminée pour mettre en œuvre un tel système.

Indiquons la signification de ces initiales : P pour Programme et Projet de société ; A comme Audience et Action ; F pour Formation ; O pour Organisation. U pour Unité. On obtient alors le système PAFOU. (À la lecture de ce sigle, certains lecteurs pourraient penser que je suis un humoriste : il n’en est rien . J’ai classé les lettres de manière à mieux mémoriser le nom du système.)   Ces lettres désignent les 5 sommets du pentagone convexe et du pentagone étoilé que nous avons définis précédemment dans notre article : France Insoumise : les 5 lignes de front du penser global que l’on peut retrouver en cliquant ici http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Rappelons que le nombre d’or phi qui est l’emblème de La France Insoumise apparaît dans ces pentagones et le décagone (10 côtés). Les lignes tracées entre les sommets représentent les interactions dialectiques entre les différents éléments du système PAFOU que nous détaillerons plus loin

Résumons brièvement les principales idées ayant conduit à la construction du système PAFOU.

II – Tirer la leçon des erreurs du passé et construire un nouveau paradigme de l’action politique.

1) L’action politique ne peut se réduire à l’activisme et à l’électoralisme.

a) L’action de terrain pour améliorer les conditions de vie des gens n’a pas d’efficacité politique si elle ne s’accompagne pas d’une action idéologique, d’une éducation populaire. Au mieux, les militants récoltent des voix aux élections en signe de gratitude. Sur le long terme, l’efficacité est négligeable et n’aboutit à aucune transformation progressiste de la société.

L’erreur est de confondre militantisme politique avec militantisme syndical ou humanitaire. On ne peut transformer la société sans transformer les représentations mentales que les gens ont dans leur tête : l’action à elle seule ne suffit pas à induire cette transformation.

b) L’électoralisme qui réduit l’activité politique à l’action de propagande pendant les périodes électorales nécessite aussi une action idéologique en profondeur, ce qui est rarement le cas, pendant une si courte période : le slogan, les affirmations à l’emporte-pièce remplacent le plus souvent l’argumentation. Là encore la transformation des consciences n’est pas au rendez-vous.

Il s’agit en fait d’un clientélisme qui ne dit pas son nom et qui conduit les partis politiques à des positions opportunistes ayant pour objectif de conserver leurs sièges (et leurs avantages) et, d’en acquérir d’autres. L’autre objectif conjoint est de remplir les caisses du parti politique d’affiliation.

Le fort taux d’abstentions notamment aux élections législatives qui dépassent la barre des 40 % depuis 2007 et qui a atteint 52 % au premier tour et 57 % au deuxième tour des élections de 2017 montre les limites et la crise de cet électoralisme de rente.

Voir l’évolution des taux d’abstention en France ici https://fr.wikipedia.org/wiki/Abste...

Le militantisme politique progressiste qui vise la prise de pouvoir pour une transformation économique et sociale s’inscrit dans la durée et place au centre de son action l’éducation populaire des citoyens pour les aider à acquérir une conscience politique de haut niveau et à s’arracher à l’emprise aliénante des médias.

2) Il ne suffit pas d’avoir un bon programme, des militants qualifiés et dévoués, une bonne organisation, encore faut-il avoir une audience importante pour que les idées progressistes alternatives soient connues et comprises du plus grand nombre.

Or la quasi-totalité des grands médias nationaux et locaux mettent tout en œuvre pour empêcher cette audience et pour dénaturer les propositions alternatives.

C’est une véritable guerre idéologique et cognitive qui est menée par ce que l’on pourrait appeler l’armée médiatique dont la puissance de feu est considérable et utilise des procédés opératoires diversifiés et sophistiqués Il est donc nécessaire d’élaborer un plan médias pour analyser et pour neutraliser l’action des soldats médiacrates et pour utiliser toutes les techniques de diffusion possibles.

3) Il est nécessaire, pour que le mouvement puisse accéder au pouvoir, qu’il dispose d’un système stratégique efficace. C’est le sens de notre proposition du système PAFOU.

La signification des lettres.

Il est possible d’attribuer à chaque lettre deux sens que nous séparons par /. PAFOU : Programme/Projet de société – Audience/Action – Formation militants/Formation citoyens – Organisation, horizontale/Org. verticale – Unité interne/Unité du peuple.

Le pentagone se dédouble alors en un décagone. Il est bon de rappeler que ces 5 éléments stratégiques ne s’appuient pas sur le vide mais sur les "5 lignes de front du « penser global » de La France Insoumise : économique, politique, sociale, écologique et culturelle puisant leur force et cohérence dans le programme l’Avenir en commun.

Remarque : sur le dessin du pentagone, l’ordre du nom des lignes (économiques, etc.) n’a pas d’importance.

La trame de fond des rapports de classe

Tous les rapports de domination et les conflits existant dans la société ne se réduisent pas à un rapport de domination de classe ou de conflits de classes comme en témoignent les luttes féministes, écologistes, bioéthiques, etc. Jusqu’à la première moitié du vingtième siècle, l’essentiel des luttes sociales se développait dans la sphère de la production. Depuis, l’espace des luttes sociales s’est élargi et celles-ci se sont diversifiées. Néanmoins, les rapports de classe restent fondamentaux dans la structuration et la dynamique de la société.

Il convient de ne pas oublier non plus que la société dans ces différents aspects énoncés précédemment (les 5 lignes du pentagone ) est dominée par une minorité qui constitue une réalité sociologique et historique qu’il convient d’appeler par son nom : la Grande bourgeoisie comme le font d’ailleurs les sociologues Michel et Monique Pinçon-Charlot dans leurs différents ouvrages de sociologie sur les grandes fortunes opérant dans tous les secteurs de l’économie.

Le "penser global" ne peut donc faire l’économie d’une analyse des rapports de classe capitalistes en raison du pouvoir exorbitant qu’exerce une minorité de grandes fortunes sur l’ensemble de la société. Ces fortunes ont des visages et ne sont pas seulement des abstractions financières : voir par exemple le magazine Challenges qui recense les 500 premières fortunes en 2016 ici https://www.challenges.fr/classemen...

Dire, comme le rapporte la presse économique, que les profits des sociétés du CAC 40 se sont élevés à 75 milliards en 2016 et à 52 milliards en 2017 ne permet pas d’avoir une idée de la puissance financière des grandes fortunes. En effet, par exemple, en 2006 le patrimoine des 500 premières fortunes s’élevait à 201milliards d’euros et 10 ans plus tard il s’élève à 571milliards d’euros soit environ le quart du PIB français.

Source : https://www.franceinter.fr/economie...

Cela correspond à une augmentation en 10 ans de 184% alors que sur la même période le PIB de la France a augmenté de 20% !

En clair, la richesse accumulée par les 500 premières fortunes a augmenté 9 fois plus vite que l’ensemble des richesses produites par les français. Un des facteurs explicatifs est que les revenus du capital croissent beaucoup plus vite que les revenus du travail.

Ces chiffres rejoignent ceux de Thomas Piketty dans son livre "Le capital au XXI ème siècle" : 1 % des Français les plus riches possèdent le quart du patrimoine de la France et les 10 % les plus riches possèdent 60 % du patrimoine de notre pays.

Il est donc clair que l’objectif d’un tel mouvement est, à terme, la prise de pouvoir politique pour avoir une quelconque chance de transformer la société pour que celle-ci ne soit pas asservie à une minorité mais soit au service de l’intérêt général et du bon vivre pour chacun. Cela nécessite évidemment un partage des richesses produites plus équitable mais cela n’implique pas pour autant la mise en place d’une société collectiviste comme il a été expliqué dans l’article précédent.

III – Les différents opérateurs stratégiques du système PAFOU

JPEG - 143 ko

Cliquons sur la vignette ci-dessus.

Examinons chacun des opérateurs stratégiques du système PAFOU

P – Le programme de gouvernement et le projet de société

P1 Le programme "L’Avenir en commun".

Il est issu du programme du Front de Gauche "L’humain d’abord" porté par Jean –Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2012, Puis, il a été enrichi par des milliers de contributions de citoyens sur la plate-forme Internet JLM 2017.

Des spécialistes de différentes disciplines et plusieurs associations opérant notamment dans le domaine social et écologique ont aussi apporté leurs contributions pour l’élaboration de ce programme. Cette élaboration a été coordonnée par l’économiste Jacques Généreux et la juriste Charlotte Girard. Rappelons que ce programme a eu le soutien de 160 économistes de plusieurs pays. Plus de détails, voir ici https://avenirencommun.fr/2017/04/2... Ce programme est disponible en ligne sous le sigle Laec à l’adresse : https://laec.fr/

On peut prendre connaissance de la table des matières concernant les 357 mesures du programme à l’adresse : https://laec.fr/sommaire Le programme est aussi disponible en format PDF accompagné de liens vers des vidéos. Le chiffrage programme a été l’objet d’une émission de plusieurs heures que l’on peut consulter ici. https://avenirencommun.fr/app/uploa...

https://www.youtube.com/watch?v=T7b...

Le programme l’Avenir en commun est accompagné de 42 livrets d’approfondissement dont la collection figure ici https://avenirencommun.fr/livrets-t... Il va de soi que ce programme est évolutif et devra s’améliorer par l’intelligence collective qui est le coeur du mouvement de La France Insoumise.

Mais un tel programme ne suffit pas : il faut en saisir le sens profond et l’articulation des différentes mesures entre elles. Ce programme repose sur une certaine philosophie politique et un projet de société.

P2 – Le projet de société.

Ce projet ne se contente pas de définir de grandes lignes programmatiques mais affirme un certain nombre de principes fondamentaux de philosophie politique sous-tendant et donnant sens au programme et à la ligne d’action politique La France Insoumise.

Un livre comme celui de Jacques Généreux : "L’Autre société" et "l’ère du Peuple" de Jean-Luc Mélenchon constituent une base sérieuse pour définir un tel projet.

La perspective est de construire une société de développement humain comme nous l’avons vu en introduction, Cette construction passe par une reconstruction du peuple français autour d’une nouvelle république au service de l’intérêt général et de la défense du Commun.

Les valeurs sous-jacentes sont donc celles d’une république démocratique fondée sur la souveraineté populaire et les principes de la république : liberté, égalité, fraternité et laïcité.

Cette idée souvent avancée selon laquelle la liberté serait une valeur de droite et l’égalité une valeur de gauche est à rejeter dans l’optique d’une fédération du peuple qui ne soit pas assujettie à une classe dominante imposant ses valeurs.

En articulant le nombre d’or avec les propositions de Jacques Généreux dans son ouvrage "L’Autre société", on obtient une trame de fond pour le projet de société à construire. (Voir notre article Le nombre d’or φ et la France insoumise http://www.gauchemip.org/spip.php?a...)

Il existe 2 textes qui gardent leur valeur de référence : la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ici https://www.legifrance.gouv.fr/Droi...

et la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 là http://www.un.org/fr/universal-decl...

L’économie doit être au service de l’humain et non l’ inverse, la justice au service du peuple et non au service d’une classe. Cela implique une juste répartition des richesses produites et donc une justice sociale et d’autre part une justice égale pour tous.

Le respect de l’environnement, des écosystèmes, le respect du vivant et du sensible, placent au centre du projet l’écologie politique.

On comprend donc, comme le rappelle Jean-Luc Mélenchon que le projet de La France Insoumise est un projet humaniste, social et écologique.

Liens P1 – P2 : on voit ainsi que le programme P 1 est une concrétisation anticipatrice du projet P2 et ne prend son sens que par rapport à ce dernier avec les valeurs qu’il porte.

L’article cité en introduction : France Insoumise : les 5 lignes de front du penser global donne un aperçu global de P1 et P2.

A : Audience et Action

A1 – L’Audience.

Aussi bon puisse être le programme, aussi compétents et dévoués puissent être les militants, aussi bonne et démocratique puisse être l’organisation, l’efficacité politique de La France Insoumise restera relativement faible si son audience reste faible.

L’audience, c’est-à-dire la surface de réception et de compréhension des idées de LFI par la population, est donc capitale.

Une audience importante est nécessaire pour transformer les représentations sociales et politiques aliénées des citoyens dans un sens progressiste. Cette audience ne peut se développer que grâce à une politique de communication efficace en constituant un plan média reposant sur deux stratégies : l’une défensive et l’autre offensive.

En effet, l’appareil médiatique dominant a, entre autres fonctions, de détruire l’audience de La France Insoumise. Et il utilise à cet effet des dispositifs et procédés aussi diversifiés que sophistiqués. Cette action de neutralisation de la diffusion et de la compréhension des idées de LFI implique des moyens techniques et humains considérables. C’est par cette puissance de feu que le système politique et économique de la classe dominante arrive à maintenir sa domination. Il s’agit en fait d’une guerre idéologique dont l’aspect cognitif consiste pour l’essentiel à maintenir le plus grand nombre de citoyens dans l’ignorance des propositions alternatives de LFI.

1) La stratégie défensive

La stratégie défensive consiste en la mise en place de comités locaux médias ayant une double fonction : une fonction d’observation et d’analyse critiques des médias et une fonction d’intervention et de réplique. Ils seraient implantés dans les différentes régions de France.Il y aurait 3 cibles d’observation et d’intervention : télévision, radio et presse avec leurs éventuels relais numériques sur Internet.

Les groupes locaux se spécialisent par station de télévision et de radio. Une telle division du travail au niveau régional et national pourrait être coordonnée avec une centralisation des données les plus intéressantes.

Pour pouvoir harmoniser et synthétiser le travail des différents groupes, des grilles d’observation critique pourraient être élaborées ainsi qu’un protocole d’intervention.

Il s’agit de démasquer les différentes techniques d’effacement et de neutralisation de la France Insoumise et d’organiser à partir de critères précis des protestations coordonnées.

Les censures, les déformations, les dénigrements détectés peuvent être ensuite l’objet d’interventions sur les réseaux sociaux, sur une télévision YouTube et même de distribution massive de tracts à l’entrée des gares par exemple..

Les interventions auprès des médias peuvent se faire à l’aide d’envois massifs d’e-mails par des protestations téléphoniques et des lettres. Évidemment un droit de réponse peut s’avérer nécessaire en cas de dénigrement caractérisé sans possibilité de contradiction.

(C’est par exemple le cas de l’émission "C dans l’air" du 01/09/2017. Voir l’article « Quand l’émission C dans l’air se vautre dans un Mélenchon-bashing sans nuance ». Article ici http://www.gauchemip.org/spip.php?a...)

Des groupes spécialisés dans l’observation des sites Internet d’information et des réseaux sociaux réagissant aux éventuelles attaques calomnieuses contre L F I et plus généralement contre les mouvements sociaux pourraient être mis en place.

Observons que toutes ces attaques médiatiques contre LF I ne proviennent pas seulement des grands médias mais ont aussi pour origine des organisations politiques de tous bords. La technique la plus couramment utilisée est la déformation, la caricature des positions de LFI. Le but recherché peut être d’éviter une fuite des adhérents de ces organisations vers LFI, provoquer des divisions dans le mouvement ou tout simplement de l’affaiblir pour des raisons électorales

Il est donc nécessaire de créer des ripostes adaptées à chaque cas, pour neutraliser cette propagation d’idées fausses. Il est aussi nécessaire de prévoir les réponses et critiques faciles du genre : « vous ne tolérez par la contradiction, vous êtes sectaires, vos propos sont injurieux, nous ne sommes pas obligés de vous inviter à chaque débat, etc. » Le protocole d’intervention fixe des critères aussi objectifs que possible pouvant justifier les interventions et fixe aussi des règles d’expression : ne pas utiliser des injures, une violence verbale contre-productive par exemple. Pour que les interventions puissent se faire au nom de LF I, et pour éviter toute provocation et manipulation notamment fomentée par les médiacrates, il faut que les intervenants soient clairement identifiés ou au nom d’un collectif précis de LFI.

Une autre réplique consiste à demander un droit de réponse sur les médias incriminés. En cas de malveillance répétée à l’égard de LFI, il est aussi possible de faire un appel au boycott de certaines émissions et de certains journaux .

Mais au-delà des interventions actuelles, l’étude d’une émission sur une durée longue permet aussi de mettre en évidence la monopolisation du temps d’antenne par les libéraux.

De même une étude panoramique sur l’ensemble des principaux médias permet de mettre en évidence aussi des campagnes de presse en faveur d’une personnalité, d’une idée.

L’association ACRIMED http://www.acrimed.org/  constitue déjà un outil intéressant.

Pour avoir un exemple d’analyse du comportement d’un journaliste sur une longue période par rapport au pouvoir en place on peut se reporter à une étude d’Acrimed concernant l’émission C dans l’air ici http://www.acrimed.org/Etat-d-urgen... Un autre outil intéressant est l’observatoire de la propagande et des inepties anti Mélenchon (OPIAM) ) ici http://opiam.fr/

2) La stratégie offensive.

Elle associe des méthodes traditionnelles à des méthodes plus modernes utilisant les nouvelles technologies et notamment Internet.

-  Distribution de tracts, de petits journaux, de lettres en porte à porte, sur les marchés, à l’entrée des gares, des centres commerciaux des établissements administratifs et industriels ou petits commerçants, etc. Rien n’est plus efficace que le dialogue de personne à personne.

- Interventions dans la presse locale et sur les radios locales, sur les chaînes régionales de télévision.

- Organisation d’événements culturels et festifs.

- Assemblées citoyennes, ateliers législatifs.

- Organisation de cafés citoyens, d’universités populaires et plus généralement d’associations d’éducation populaire..

- Organisation de réunions avec les syndicats des techniciens travaillant dans les médias, avec des syndicats de journalistes, avec les associations et les syndicats opérant dans le champ culturel.

- Création d’un réseau Internet France Insoumise : sites locaux, régionaux et nationaux, télévision YouTube, utilisation des réseaux sociaux.

Une telle politique de rayonnement nécessite évidemment des moyens matériels , de la disponibilité et un nombre de militants relativement élevé. mais il est clair que la qualité de l’organisation joue un rôle fondamental puisque la mutualisation de moyens militants actuellement dispersés permettrait de mettre en place une force de frappe médiatique significative. Expliquer que 16% seulement des électeurs de Macron ont voté pour son programme est un enjeu politique majeur.

En conclusion, l’absence d’une politique continue centrée sur le développement de l’audience condamne LFI à une stagnation de son influence nationale.

Rappelons qu’à l’élection présidentielle de 2017, Mélenchon a obtenu 19, 6 % des suffrages exprimés et 14, 8 % des inscrits soit environ 7 millions de voix. Des sondages montrent que 80 % de ses électeurs ont voté pour le programme l’Avenir en commun.

En arrondissant les 2 pourcentages obtenus à 20 % et 15 %, cela signifie que 16 % des exprimés ont voté pour le programme et 12 % des inscrits soient environ 5, 6 millions d’électeurs.

On voit donc le chemin à parcourir pour que 47 millions des inscrits connaissent et comprennent le programme de la France Insoumise. Mais il faut relativiser cette tâche car, comme déjà signalé, seuls 16 % des électeurs de Macron ont voté pour son programme…

A2 – L’Action

L’action se déploie sous les 5 lignes de front de La France Insoumise : économique, politique, écologique, sociale et culturelle. Elle se déroule sur 2 plans : le plan des assemblées parlementaires et le plan de la pratique militante de terrain qui peut être local ou nationale.

Au niveau local, on peut distinguer l’action sur le terrain social et l’action électorale (élaboration de projet alternatif au niveau des communes, des départements et des régions et propagande électorale habituelle).

Ces 2 types d’actions ne servent à rien politiquement sur le long terme si elles ne s’accompagnent pas d’une action de formation politique des citoyens.

Ces 2 plans ne sont pas disjoints car les élus de LFI, contrairement à une pratique de notables restent en contact avec leur base militante. L’action politique de terrain ne saurait se confondre avec l’action syndicale ou l’action humanitaire. Agir pour obtenir de meilleurs services publics locaux par exemple, et la situation qu’elle combat doivent être mises en relation avec le contexte économique et politique global et mettre en évidence les responsabilités liées aux rapports de classe.

L’action ne peut donc avoir une efficacité politique que si elle s’accompagne d’une explication économique et politique qui ne soit pas simplement technique ou morale.

Prenons un exemple : une action est menée auprès d’une collectivité territoriale pour augmenter les effectifs des personnels s’occupant de l’aide à la personne. L’élu local répond que ce n’est pas de sa faute mais celle de la réduction de la dotation budgétaire de l’État aux collectivités territoriales. Or il faut expliquer que cette dotation est votée par le Parlement et que les amis politiques de l’élu interpellé ont justement voté la restriction budgétaire. La responsabilité de la situation est attribuée à l’État alors que ce ne sont pas les fonctionnaires qui décident du montant des crédits qui leur sont alloués.

Quelles actions mener ? ? On peut ici citer un extrait du texte de Mélenchon. À propos du mouvement « La France Insoumise » http://www.gauchemip.org/spip.php?a... :

« Elle consiste à investir les mobilisations locales qui ont une signification d’intérêt général. Le travail des volontaires de la France insoumise est alors double. Il s’agit d’une part d’apporter de l’aide à ces mobilisations et d’autre part d’en rendre visible la signification politique implicite. Encore une fois, il ne s’agit pas de « récupérer » un mouvement, ou d’essayer stupidement de lui apposer notre étiquette. C’est le contraire. Il s’agit de conforter son indépendance, son autonomie, sa dynamique propre parce que c’est de cette façon qu’il peut être le plus « contagieux ». …

« À mes yeux, la légitimité à représenter « La France insoumise » ne peut venir d’autres choses que de son rôle dans l’action et à son service… » « J’ai connu par exemple une mobilisation contre l’installation d’une supérette dans un quartier qui en comptait déjà plusieurs. Ou bien des batailles pour la création de régies municipales de l’eau, ou bien pour l’ouverture d’un bureau de poste, la création d’un arrêt sur une ligne de bus, la rénovation d’une école et ainsi de suite. Toutes ces luttes avaient évidemment un ancrage que l’on peut même qualifier de « micro local ». Mais chaque fois, elles comportaient des enseignements d’ample portée. Elles contiennent donc un potentiel de politisation des consciences extrêmement ample. Il y a fort longtemps déjà qu’à mes yeux, dans le cadre de la vision de la société que porte mon livre L’Ère du peuple, les luttes urbaines, dans leur champ particulier, et pour les populations en dehors des lieux de travail, sont comparables aux luttes syndicales. Elles contiennent le plus souvent et spontanément des contenus anticapitalistes, écologistes et d’approfondissement démocratique. Elles ont une autre vertu. Elles créent des liens entre tous ceux qui s’y impliquent, quelles que soient leurs opinions et leur situation. Des lors, elles construisent un sentiment d’identité collective et des solidarités qui en font une véritable école de cette fameuse « auto-construction du peuple » comme sujet politique. En ce sens, elles sont tout à fait centrales et déterminantes pour le sens même de notre projet politique. »

Évidemment l’action peut prendre une dimension d’emblée nationale en organisant l’opposition à la politique ultra-libérale du gouvernement par différents types d’actions comme par exemple la manifestation du 23 septembre 2017.

Mais l’action ne doit pas seulement être réactive et être prisonnière des lignes de force définies par l’adversaire politique. Elle doit avoir aussi sa logique propre et avoir, dans certains cas, un caractère imprévisible. L’effet de surprise fait partie de l’efficacité de l’action

Liens entre A1 et A2 : une action a une retombée politique d’autant plus grande qu’elle est connue par le plus grand nombre de citoyens possibles. Une action efficace étant connue de très peu de personnes peut ne pas avoir de retentissement politique.

De même, au niveau de la préparation de l’action, pour impliquer un grand nombre de citoyens, il faut que celle-ci fasse l’objet d’une vaste information. Inversement, comme nous l’avons vu ci-dessus, l’’audience nécessite plusieurs dispositifs d’action pour promouvoir un plan média.

Ainsi une action sans ambiance et sans accompagnement de formation est quasi inutile politiquement. Comme nous l’avons vu dans un article précédent, le choix électoral des citoyens ne concorde pas globalement avec leurs conditions de vie matérielle mais elle conditionnée par leur imaginaire politique. Nous avons déjà abordé cette question ci-dessus en traitant des limites de l’activisme

F : Formation des adhérents de LF I et Formation des citoyens

Pour que les militants de La France Insoumise puissent avoir une action efficace d’information et de formation auprès de leurs concitoyens, encore faut-il qu’eux mêmes soient suffisamment informés et formés. c’est une évidence pour le principe, mais ce n’est pas forcément simple à réaliser dans la pratique. En effet, cela demande du temps , de la motivation, des outils de formation efficaces.

F1 Formation des adhérents et militants

La formation est prise ici dans le sens de formation politique et économique avec leurs dimensions sociales écologiques et culturelles. On peut aussi parler d’éducation populaire. Cette formation ne se réduit donc évidemment pas à une formation scolaire et universitaire.

La formation des militants : une nécessité vitale pour le mouvement.

Un certain nombre d’intellectuels ou universitaires de LFI ou proches de celui-ci ont publié différents ouvrages d’économie, d’écologie, de sociologie, de philosophie politique qui constituent des outils non négligeables de formation. Leur popularisation pourrait être développée. Les ouvrages de Jacques Généreux notamment devraient être plus connus.

Les outils de formation

 L’outil Internet permet évidemment l’accès à un océan d’informations mais rend aussi possible la mutualisation des recherches documentaires, des banques d’argumentaires de différents sites locaux ou nationaux. Jean-Luc Mélenchon et La France Insoumise ont mis en place un certain nombre d’outils Internet dont nous avons fait l’inventaire dans l’article :

Le kit Mélenchon– France Insoumise pour la prise de pouvoir par l’Intelligence. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

On peut aussi constituer un annuaire de revues de sites intéressants pour la formation. J’ai commencé à en constituer un : Petit annuaire ici. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Quelle formation des adhérents de LFI ?

Elle doit tenir compte de plusieurs facteurs :

- > la complexité croissante du monde dans lequel nous vivons depuis les années 1950– 1960.

– l’hétérogénéité idéologique des adhérents du mouvement

–la nécessité de former des adhérents à un travail coopératif

Ceci n’est pas une mince affaire car toutes les recherches scientifiques sur le travail collaboratif ou coopératif réalisé par des humains ou par des robots montrent la nécessité que chaque agent ait la connaissance des systèmes de représentations des autres acteurs et que chaque agent possède la capacité de remise en cause de son propre système de représentations suite aux interactions avec les autres agents et avec son environnement.

En raison de l’extrême importance de la formation, nous avons consacré un long article à cette question : "France Insoumise : pour une formation de haut niveau des militants". Cliquez ici pour accéder à l’article http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Observons que cette importance de la formation n’échappe pas à certains responsables du PCF mais encore faut-il que cette préoccupation se concrétise au cœur de sa pratique politique.

Voir par exemple l’article : Une formation pour avancer avec le peuple :, entretien avec Jean-Louis Frostin

Source : la revue projet. 68. Juin 2017 . Article accessible ici http://projet.pcf.fr/100861

F 2 : Formation politique des citoyens

La classe dominante puise la force de sa domination dans la propriété des moyens de production et d’information, dans l’usage des appareils de répression en cas de contestation de sa politique mais surtout par l’action de ses appareils et vecteurs idéologiques.

C’est en façonnant l’imaginaire politique des dominés que la classe dominante, pérennise sa domination. Cela permet de faire du consentement une force d’assujettissement supérieure à l’usage de la terreur et de la force des armes.

La stratégie principale de domination idéologique actuelle consiste en la neutralisation de toute alternative politique remettant en cause les privilèges des dominants.

C’est donc en s’appuyant sur l’ignorance par le peuple de ces propositions alternatives que repose l’hégémonie de la caste oligarchique.

Dans la société capitaliste contemporaine, ce sont les médias qui sont les principaux vecteurs de ce façonnement idéologique et de cette ignorance sciemment entretenue.

À défaut de pouvoir être complètement censurées, les propositions alternatives sont alors tronquées, caricaturées, déformées, et présentées comme irréalistes voire dangereuses. Toutes les techniques de diversion et de dénigrement à l’encontre du groupe et des personnes sont utilisés.

La formation politique éclairée du peuple consiste en la prise de conscience de cette aliénation et de la connaissance des propositions alternatives permettant à un nouveau système économique et politique d’être au service du peuple et non au service d’une caste numériquement très minoritaire et concentrant de nombreux pouvoirs

L’éducation populaire doit donc être au cœur de la bataille politique de La France Insoumise.

L’articulation dialectique F1 – – F2 est donc simple : grâce à leur formation les militants de LFI contribuent à la formation politique de leurs concitoyens, sans se considérer pour autant comme l’avant-garde infaillible qui sait tout et décide de ce qui est bon pour les autres. Réciproquement, les citoyens par leur expérience de vie apportent aux militants une formation et information complémentaire pouvant parfois remettre en cause leurs certitudes.

Il semble clair que cette formation des citoyens va de pair avec le déploiement de l’audience et de l’action de LFI vu ci-dessus.

O : Organisation

Une organisation démocratique bien structurée et efficace nécessite beaucoup de réflexion et autant que possible un bon niveau de formation.

La formation dans les domaines de l’organisation est primordiale.

Nous avons écrit sur ce site plusieurs articles utilisant les apports de la théorie des organisations et de l’intelligence artificielle dans le domaine des processus d’émergence de l’auto organisation..

Voir références des articles en annexe

Les entreprises investissent des sommes colossales pour affiner leurs techniques d’organisation et de communication. On ne compte plus les filières de formation de niveau secondaire et supérieur dans les domaines de la gestion et de l’organisation.

Le philosophe Jacques Bidet a parfaitement bien expliqué comment la classe capitaliste dominante repose sur deux pôles : celui de la propriété et celui de l’organisation. L’organisation – compétences est un des piliers du système de domination de la grande bourgeoisie.

Il ne me semble plus possible de se contenter d’un empirisme de bon aloi et du système D pour s’organiser face à un adversaire politique maîtrisant toutes ces techniques, alors que nous disposons dorénavant d’un patrimoine de connaissances considérable dans ces domaines.

Ne pas le faire, c’est se rendre particulièrement vulnérable, gaspiller beaucoup d’énergie et de temps, être dans l’ incapacité de traiter correctement la diversité du mouvement et les conflits éventuels. La coexistence au sein de La France Insoumise d’une grande variété d’individus et éventuellement de micro organisations de cultures politiques différentes nécessite un bon niveau de formation des militants et des responsables sur ces questions d’organisation et de travail coopératif.

Les structures organisationnelles

L F I, contrairement à ce qu’une propagande hostile veut faire croire n’est pas un parti politique, ni même un cartel de partis mais un mouvement.

Il s’est développé pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle 2017 et s’est concrétisé localement par la création d’environ 5000 groupes d’appui.

La plate-forme JLM 2017 et la mise en œuvre de toute une panoplie d’outils Internet (voir précédemment) a donné une dynamique organisationnelle au mouvement. Ensuite ces groupes, à l’occasion de l’élection législative, ont appuyé les candidats à la députation de La France Insoumise pour la majorité d’entre eux

La jeunesse du mouvement, l’inexpérience, l’absence de règles explicites de construction ou de fonctionnement ont tout naturellement conduit à des réussites variables provoquant ainsi des ressentis tout aussi variables.

L’urgence et le feu des élections étant passés, le mouvement va maintenant prendre le temps nécessaire pour se munir d’une organisation fonctionnelle et cohérente en respectant évidemment les règles élémentaires de la démocratie et de la transparence.

On peut se reporter d’ores et déjà sur le site de France Insoumise à la rubrique : quelle organisation pour le mouvement ? https://lafranceinsoumise.fr/2017/0...

Entre le 16 août et le 12 octobre 2017 plus 1025 contributions ont été déposées. Celles-ci sont très généralement de très bonne qualité. Il est probable que la synthèse finale fasse émerger des propositions organisationnelles très intéressantes

On peut faire ici une remarque de vocabulaire : la dénomination groupe d’appui présuppose l’appui d’une candidature et on se place donc dans un contexte électoral. Il semblerait donc logique de changer cette dénomination en parlant plutôt de comités, conseil ou groupe d’action locale F I.

La présence d’un nombre non négligeable de militants de partis politiques dans le mouvement peut constituer un risque possible de dérive électoraliste comme l’a d’ailleurs signalé Jean-Luc Mélenchon lui-même en constatant que les élections législatives à peine terminées, certains insoumis pensaient déjà à préparer la prochaine élection municipale ! La France Insoumise ne peut calquer son système d’organisation sur une machine électorale mais doit plutôt prendre en charge dans les meilleures conditions sa "mission" d’éducation populaire au-delà, des périodes électorales.

Communication et organisation.

La communication est inséparable de l’organisation.

– Soit la communication génère l’organisation : il s’agit alors de la communication organisationnelle. appelée aussi communication organisante.

– Soit la communication se déploie dans une organisation donnée ou entre cette organisation et son environnement.

En se situant sur le plan de la communication interne, on peut distinguer d’une part la communication fonctionnelle ou productive qui privilégie le contenu des messages échangés et d’autre part la communication intégratrice qui privilégie les interactions entre les acteurs.

De sorte que La France Insoumise ne peut améliorer sa politique de communication que s’il modifie profondément sa structure organisationnelle qui est constituée actuellement d’environ 5000 groupes d’appui, d’une plate-forme Internet nationale et d’un groupe de 17 parlementaires.

Voici quelques questions posées par les contributeurs, en vrac : Doit-on élire un référent coordinateur pour chaque groupe local ? Et même doit-on avoir un ténor de LF I par région ? Doit-on prévoir des groupes locaux à différents échelons géographiques : canton, ville, région,… ? Quelle révocabilité pour les représentants de la F I dans chaque département ou région ? Quels outils de communication à mettre en place pour la circulation verticale et horizontale dans le mouvement ? Comment ne pas reproduire les rapports de domination dans l’organisation : compétition, comportement dominateur… ? Quelle autonomie financière pour les groupes locaux ? Etc.

O1 Organisation horizontale ou transversale.

La notion d’horizontalité dans l’organisation n’est évidemment pas nouvelle mais elle prend une nouvelle dimension avec l’avènement des outils numériques. En effet, ces derniers ouvrent de nouvelles possibilités d’organisation.

Voir notre article : "Outils numériques et horizontalité de la communication." http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

L’interconnexion de comités locaux, départementaux au niveau régional permettrait aussi de mutualiser des moyens, des expériences, des compétences, des informations.

Susciter l’auto organisation et refuser une structure pyramidale nationale sont, de mon point de vue, de bonnes dispositions mais elles ne doivent pas interdire toute réflexion et coordination globales.

Il peut exister un ou deux sites France Insoumise par départements et par régions.(selon leur taille.)

Ces sites auraient une fonction d’information : information sur les actions des 5 fronts de LFI ; des informations électorales pendant les campagnes ; une fonction d’information sur les réalités économiques politiques, écologiques, sociales et culturelles du département et de la région. Il serait aussi naturellement un site d’éducation populaire.

Ces sites n’auraient pas simplement pour cible des adhérents de L F I mais aussi l’ensemble de la population de la surface géographique concernée.

Tout en gardant leur originalité, tous ces sites devraient avoir certaines caractéristiques semblables : par exemple, le type de navigation sur le site témoignant de l’harmonie existant entre eux.

Un organe de coordination Internet au niveau national pourrait être utile. Il est alors possible d’envisager un réseau multi-couches rappelant les réseaux neuronaux.

Une interconnexion par lettre de diffusion et réseaux sociaux des groupes locaux d’une même ville d’un même canton. Cela permet un partage des informations au niveau local et une coordination des actions locales.

Une interconnexion des sites départementaux et une interconnexion des sites régionaux.

On construit ainsi un maillage informationnel et communicationnel au niveau du territoire national.

Il faut évidemment favoriser la communication horizontale en utilisant les techniques modernes : Skype, usage du Smartphone et partage des carnets d’adresses , conférences débats en ligne, etc, Ce qui n’exclut évidemment pas les réunions traditionnelles.

Des comités départementaux centralisant un certain nombre d’informations des comités locaux et les comités régionaux centralisant un certain nombre d’informations émanant des comités départementaux n’ont qu’un rôle fonctionnel d’information et de communication. En effet, il est souhaitable d’éviter de reproduire les structures traditionnelles à étages existant dans les syndicats et les partis.

Pour les insoumis très préoccupés des questions électorales, indiquons que ces comités locaux, départementaux et régionaux peuvent constituer des centres d’appui pour les campagnes municipales, départementales et régionales. Ils peuvent constituer des centres de ressources d’information et d’action concernant les 5 lignes de front de La France Insoumise à différents niveaux géographiques.

Mais ce serait une erreur fatale de réduire ces sites à une simple fonction électorale et retomber dans une conception clientéliste obsolète de l’action politique.

Observons au passage que le problème des locaux n’est pas accessoire : lieu de réunion, lieu de rangement, utilisation du matériel (photocopieuse notamment) fait partie des questions sur l’organisation interne dans son fonctionnement matériel.

D’autre part la mise en place d’un réseau Internet tant au niveau local que national nécessite des gestionnaires de réseaux ce qui nécessite de la disponibilité et une certaine compétence. C’est la raison pour laquelle il convient, pour cette question, de mutualiser les bonnes volontés et d’éviter une dispersion des moyens humains.

O2 Organisation verticale.

Il est évidemment nécessaire de coordonner en certaines circonstances l’action des groupes locaux sous peine de provoquer une dispersion des forces voire même une fragmentation du mouvement.

Il appartient à LFI de construire un organe coordinateur national selon la forme qui lui paraîtra la plus efficace et la plus démocratique : c’est le rôle d’une convention nationale que de définir un tel organe à la fois coordinateur et porte-parole du mouvement.

Le programme du mouvement l’Avenir en commun constitue la ligne directrice des réflexions et des actions.

Comment concilier les initiatives locales et d’auto-organisation et une cohérence globale ?

Les circuits de communication doivent être aussi verticaux et bidirectionnels c’est-à-dire à la fois ascendants et descendants.

Il est bien évident que la mutualisation de certaines ressources nécessite à la fois une démarche horizontale et verticale. L’organisation des campagnes électorales nécessite aussi une verticalité de la communication.

Un aspect rarement évoqué est celui du contact de L F I avec un mouvement politique se situant à l’étranger. Il est normal alors d’avoir des personnalités représentatives du mouvement au niveau national pour assurer ces contacts

U : Unité

U 1 Unité interne

Le mouvement La France Insoumise n’est évidemment pas une secte mais se comporte comme un organisme vivant s’adaptant à son environnement socio – culturel avec lequel il entretient une certaine porosité

La grande diversité politique et culturelle des adhérents de L F I peut être une richesse mais aussi un péril. Une richesse si cette diversité se donne les moyens d’agir et de réfléchir dans l’unité avec un esprit de coopération et d’ouverture mais cette diversité peut être un péril si elle s’accroche à des principes identitaires de clan et préfère la compétition et la défiance à la coopération et la confiance.

Il appartient au mouvement de définir démocratiquement une charte ou des règles, peu importe le vocabulaire, préservant son unité interne et visant à éviter des fractionnements désagrégateurs. Il s’agit donc de ne pas reproduire l’atomisation de ce que l’on a coutume d’appeler l’Autre gauche.

L’objectif est non seulement de se préserver de l’existence des tendances claniques internes mais aussi de contrer un entrisme à finalité destructrice de forces politiques extérieures masquées.

La manière de construire l’organisation doit inclure cette préoccupation de l’unité interne.

La deuxième source de tendance entropique croissante (tendance à la désagrégation) est l’interaction du mouvement avec son environnement. En tant que système ouvert il existe évidemment une porosité avec le milieu extérieur.

Il ne faut pas que cet esprit d’ouverture qui est évidemment positif ne remette en cause l’unité du mouvement. Un comportement d’alliance opportuniste à tout prix avec n’importe quelle force politique constitue un exemple classique d’un tel danger.

L’affirmation du programme l’Avenir en commun doit rester la force de rappel assurant la cohésion et la cohérence de L F I.

Au-delà du programme, la construction progressive d’une culture commune constitue un enjeu essentiel pour la conservation de l’unité de La France Insoumise.

U2 Unité externe

L’une des lignes de force essentielle de LF I est de "fédérer le peuple" c’est-à-dire de reconstruire son unité qui a été mise à mal par 40 ans d’ultralibéralisme et de propagation d’idées d’extrême droite opposant différentes catégories sociales entre elles. Les grands médias ont joué un rôle majeur dans cette propagation.

Cette unité ne peut, à la lumière de l’expérience, se construire à partir des partis qui ont pour la plupart perdu de leur crédibilité et ont contribué à cette fragmentation du peuple notamment par des politiques opportunistes et démagogiques, L’essentiel pour ces partis étant d’obtenir le maximum de voix aux élections à tout prix.

Un certain nombre d’opportunistes de la gauche du PS, du PCF et de EELV se réfèrent encore à la notion dépassée "d’union des forces de gauche" , de "rassemblement des forces de gauche », alors qu’ils en ont été les fossoyeurs. En outre, de quelle gauche ces gens parlent-ils ?

Et sur une position de concurrence et de défiance avec LFI , ils accusent ce mouvement de ne pas être unitaire car il n’utilise pas le slogan : "lutter pour l’union (ou le rassemblement) des forces de gauche".

Ce n’est pas par hasard que les médias au service de la grande bourgeoisie et hostiles à LFI se FONT l’écho de cette manière de voir et de ce reproche. Les médiacrates ont compris, en effet, que cette voie était sans issue !

S’il existe évidemment dans le programme de LFI des valeurs et des mesures de gauche le mouvement ne fait plus référence à ce que l’on pourrait appeler la gauche institutionnelle puisque la plupart de ces valeurs on précisément été abandonnés par le PS et ce qu’il en reste.

Rappelons que LFI est un mouvement ouvert et que les membres d’une association, d’un syndicat d’un parti ont toute liberté d’être membre du mouvement sans abandonner leur organisation d’origine. Adrien Quantennens a rappelé ce fait à la braderie de Lille en septembre 2017. Discours ici http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

IV L’interdépendance des opérateurs stratégiques

Le système PAFOU comme unité systémique et dialectique

Chacun des 5 éléments de ce système est nécessaire pour la réussite de son fonctionnement et de sa mission. Si l’un des éléments manque ou est défectueux, le système ne peut qu’échouer.

Par exemple, un bon programme sans audience ou sans action ne peut être efficace. Inversement, un ensemble d’actions sans référence à un programme offrant une perspective alternative ne peut aboutir à un changement politique du système dominant en place..

D’autre part, chaque élément est inter-relié aux autres et nous allons examiner successivement les différentes interactions.

Par exemple, ce qui confère l’Unité au mouvement c’est non seulement son Programme mais aussi la richesse et la cohérence de son Action.

Examinons les différentes liaisons entre les 5 opérateurs stratégiques du système P–A–F–O–U

Liaison P–A

Liaison avec l’Audience.

Comme nous l’avons vu, un programme aussi élaboré et satisfaisant soit-il n’a aucune efficacité s’il n’a pas d’audience. Cette audience nécessite donc une large diffusion du programme par tous les moyens possibles. Inversement la question de l’audience doit être abordée dans le programme, ce qui est le cas avec l’Avenir en commun qui traite de la question des médias notamment. Inversement, une audience ne reposant pas sur un programme cohérent, repose sur du vent et n’aboutit à rien

Liaison avec l’Action.

Le programme a été élaboré en partie à partir de l’action de différentes composantes du mouvement social. Par exemple les mesures proposées contre la corruption reposent sur l’analyse et l’action de l’association Anticor. D’autre part la popularisation du programme doit se déployer dans le cadre de l’action des élus FI dans les assemblées et dans le cadre de l’action des militants de L F I auprès de la population au niveau local.

C’est en organisant des actions sur le terrain concernant les transports, la santé publique, l’éducation, l’aide à la personne, etc. que L F I et son programme gagnent en crédibilité. La capacité de mobilisation dans l’action en rapport avec le programme différencie L F I de certaines autres organisations politiques, notamment du Front National qui n’organise aucune action pour améliorer les conditions de vie concrète des gens. Quel crédit apporter au programme social d’un parti qui n’organise jamais la moindre action pour défendre les retraites ni les conditions de travail des salariés par exemple ?

Liaison P–F

L’élaboration du programme nécessite un bon niveau. De même sa diffusion auprès de la population nécessite aussi un haut niveau de formation des militants qui doivent pouvoir répondre à des questions parfois imprévues et pouvoir se référer sans erreur au programme.

Mais il ne suffit pas de connaître les mesures contenues dans l’avenir en commun, il faut aussi avoir compris le sens de la philosophie politique qui sous-tend ce programme. Et cela nécessite aussi une formation.

L’Avenir en commun constitue une base de formation pour l’éducation populaire.

Liaison P–O

La mise au point du programme a nécessité une bonne organisation avec la plate-forme JLM 2017.

La diffusion du programme nécessite aussi une bonne organisation militante. La tentative de mise en œuvre de certains points du programme par une action collective au niveau local peut favoriser l’auto organisation des citoyens Et réactiver le lien social.

L’enrichissement du programme et de ses livrets thématiques peut s’effectuer par une circulation de l’information tant par un réseau de communication horizontal que par un réseau de communication vertical.

Liaison P–U

Comme nous l’avons déjà dit, le programme constitue la force de rappel pour maintenir l’unité du mouvement face à des tendances centrifuges de dislocation.

Le programme constitue un principe moteur essentiel du mouvement et assure sa cohésion idéologique. C’est un antidote contre les alliances opportunistes menaçant l’unité du mouvement

Sur sa ligne de front politique, le programme a pour mission de fédérer le peuple autour des principes d’une sixième république et par la mise en place d’une assemblée constituante.

Le programme contribue ainsi à ce que nous avons appelé unité externe.

Liaison A–F

C’est l’une des liaisons les plus importantes du système.

Liaison Audience – Formation.

Il n’est pas possible d’avoir une bonne audience sans formation des représentants de L F I à la pratique des médias et sans formation des militants pour diffuser et expliquer leurs idées auprès de la population. Nous avons consacré une étude concernant la formation des militants de LFI.

En retour, plus le nombre de contacts des militants avec leurs concitoyens est important, plus leur formation s’améliore par le dialogue.

Liaison Action – Formation.

On ne peut conduire une action avec discernement et efficacité sans formation ou information préalable.

Par exemple avant de se lancer dans une action demandant ou s’opposant à la construction d’une déchetterie, il est nécessaire d’avoir toutes les données du dossier dans ses différents aspects : techniques, économiques, écologiques, sanitaires, etc. et évidemment, avoir une information précise sur les besoins et les demandes de la population environnante.

Les syndicalistes sont habitués à ce genre de démarche et apportent ainsi leur précieuse contribution à LFI.

Inversement la formation se nourrit de l’action. L’action permet d’ancrer dans la réalité sociale la formation qui risquerait d’être trop théorique et hors-sol. De même qu’il est absurde d’opposer travail manuel et travail intellectuel du fait que le travail manuel nécessite une activité intellectuelle, il est absurde d’opposer réflexion ou pensée et action, l’action ne pouvant faire l’économie de la réflexion. Penser, c’est aussi agir.

Liaison A–O

Liaison Audience – Organisation

Une bonne audience nécessite une bonne organisation. L’utilisation des différents médias, la tenue d’une réunion publique par exemple demandent une bonne organisation.

La communication interne, comme par exemple la mise en place d’une lettre de diffusion, le partage des carnets d’adresses, nécessitent aussi une bonne capacité d’organisation. La fluidité de la circulation de l’information au sein des groupes locaux et entre groupes départementaux implique de l’organisation. La construction d’une quelconque communication ne peut se faire sans organisation.

Liaison Action – Organisation

Il va de soi qu’agir efficacement demande de l’organisation et parfois une planification des tâches. Inversement, de nouvelles formes d’organisation peuvent apparaître à partir de nouvelles actions, à partir de nouvelles configurations circonstancielles.

D’autre part, certains modes d’organisation peuvent évoluer avec le développement du mouvement. Il existe donc un lien dynamique entre action et organisation

Remarquons que l’auto organisation émerge souvent de l’action

Liaison A–U

Liaison Audience – Unité.

Il est clair que LFI augmentera toujours plus son audience si elle apparaît unie. L’image d’un mouvement en proie à des querelles intestines, à des rivalités de toutes sortes constitue un véritable repoussoir pour la majorité des gens. Ce n’est pas par hasard que les médias qui sont hostiles à L F I inventent des concurrences qui n’existent pas à défaut de pouvoir exploiter au maximum quelques dissensions internes qui pourraient apparaître.

Rétroactivement, plus le mouvement acquière de l’audience, plus il renforce son unité car alors la très grande majorité des adhérents considère que leur mouvement est sur la bonne voie. En outre, le mouvement devient plus attractif.

Que LF I reste unie et devienne un mouvement de masse apparaît comme un cauchemar apocalyptique pour un certain nombre de médiacrates et leurs maîtres.

Liaison Action – Unité

Liaison Action – Unité interne.

Ce n’est pas par hasard que différents représentants de LFI invoquent dans leurs récentes interventions la primauté de l’action.

En effet, l’action (avec le programme) est le moteur de l’unité. La diversité culturelle et idéologique des adhérents de LF I risque d’être un facteur de division si les préoccupations théoriques et idéologiques occupent une place trop grande dans les discussions.

La meilleure méthode pour réunir les gens est de les faire agir ensemble pour des objectifs qui leur sont communs. Les liens de sympathie et d’amitié qui se construisent entre les adhérents à l’occasion des actions qu’ils mènent en commun leur permettent de créer ainsi des rapports de confiance et de complicité propices à un échange serein des idées.

L’action crée un lien social favorable à une réflexion collective consolidant l’unité.

Liaison Action – Unité externe

Il est nécessaire de donner plus d’audience à la notion d’assemblée constituante, plus d’audience pour convaincre de la nécessité d’une 6ème république.

L’organisation d’actions locales mobilisant un maximum de citoyens pour améliorer les services publics et pour lutter contre la pauvreté permet de créer des liens de solidarité favorables à l’unité du peuple.

Liaison F–O

La formation des adhérents de L F I demande la mise en place de dispositifs variés de formation impliquant une organisation des moyens nécessaires sur le plan humain et sur le plan matériel.

Inversement, une organisation de qualité nécessite une formation des adhérents notamment dans les techniques d’organisation et de communication.

Liaison F–U

Préserver l’unité ne va pas de soi. Cela nécessite de la réflexion, une connaissance des différentes composantes idéologiques, des connaissances en psychologie des représentations sociales et des techniques de gestion de groupes et de résolution de conflits, etc. bref, cela demande aussi une formation.

On peut donc imaginer, par exemple, pour la formation des adhérents différents modules prenant en compte les différents aspects vus précédemment. Un module pour le programme et les techniques argumentaires ; un module pour l’audience ; un module pour l’organisation d’actions ; un module sur les techniques d’organisation et de communication, un module sur l’éducation populaire, un module sur la préservation de l’unité.

Liaison O–U

L’architecture organisationnelle doit être suffisamment claire et suffisamment souple pour préserver l’unité. L’auto organisation et la valorisation de l’imagination et de l’initiative ne doivent pas conduire à l’éclatement du mouvement.

Il est bien connu que la rétention d’information et à l’inverse la surabondance d’informations dans un réseau de communication sont des facteurs dissociatifs et paralysants.

Ainsi, l’organisation doit être conçue de manière à ce que l’information puisse circuler librement et avec transparence.   Concernant l’unité externe, l’organisation peut permettre de fédérer le peuple par la mise en place d’une assemblée constituante.

A plus petite échelle, L F I peut participer à la création d’associations diverses, pour favoriser la mise en réseaux horizontaux d’organisations locales variées fédérant ainsi des forces dispersées.

LFI devient ainsi une machine à tisser du lien social.

V – Le cycle d’engendrement et de contrôle des opérateurs stratégiques.

Cette ultime série de remarques constitue une sorte d’annexe qui semblera peut-être incongrue : elle ne l’est pas ! Nous croyons à l’intelligence collective, le mouvement LFI repose sur cette richesse. Il faut donc aussi savoir ne pas tout confier, de façon presque sectaire, à la seule pensée logico-déductive occidentale et s’ouvrir, par exemple, à l’apport toujours éclairant d’une certaine forme de pensée analogique, en l’occurrence à l’oeuvre dans la tradition chinoise.

Rappelons qu’en philosophie traditionnelle chinoise, les 5 éléments désignent à la fois des éléments de la nature mais aussi des processus. Ces éléments sont le feu, l’eau, la terre, le bois, le métal. Il est possible aussi de concevoir chacun de ces éléments comme un mouvement : mouvement d’expansion, mouvement de contraction, mouvement vers le haut, mouvement vers le bas, immobilité.

Chaque élément est dual avec une partie yin et une partie yang Il existe entre ces 5 éléments deux types de cycles de transformation : l’un d’engendrement et l’autre de domination ou de contrôle.

C’est par la coexistence de ces 2 cycles qu’il existe une autorégulation systémique entre ces 5 éléments.

Par analogie, et d’après les considérations précédentes, on peut construire les 2 cycles suivants.

Le cycle d’engendrement, en suivant les lignes du Pentagone convexes : le programme engendre l’audience et (ou) l’action, l’action engendre la formation, la formation engendre l’organisation, l’organisation engendre l’unité.

Pour une formulation moins mécanique, on peut remplacer « engendre » par « se nourrit de ». Ainsi, par exemple, "le programme engendre l’action" peut se formuler en"l’action se nourrit du programme".

Le cycle de contrôle en suivant les lignes du pentagone étoilé. Le programme contrôle la formation, la formation contrôle l’unité l’unité contrôle l’action et l’action contrôle l’organisation.

VI – Les 5 mouvements informationnels de LFI.

La théorie des 5 éléments se décline aussi par la théorie des 5 mouvements. Mouvement d’expansion (ou de l’intérieur vers l’extérieur), mouvement de contraction (ou de l’extérieur vers l’intérieur), mouvement vers le bas, mouvement vers le haut et stabilité . (Immobilité).

Nous avons vu dans le paragraphe sur l’unité que L F I, comme organisme vivant, s’adapte à son environnement social avec lequel il est poreux.

Si l’on s’intéresse aux échanges d’informations au sein d’un tel organisme en relation avec son organisation, il existe analogiquement un échange d’informations de l’intérieur vers l’extérieur, de l’extérieur vers l’intérieur,

Observons que l’une des modalités importantes de ces échanges concerne l’audience.

De l’intérieur vers l’extérieur correspond à un accroissement de l’audience et à une expansion du mouvement et de l’extérieur vers l’intérieur à une neutralisation de cette audience par les médias dominants tendant ainsi à rétracter LF I.

Sur le plan interne, il existe un échange d’informations du bas vers le haut, ou du haut vers le bas et un échange d’informations horizontal de type coopératif au collaboratif assurant la stabilité du mouvement. On retrouve ici nos deux plans organisationnels : vertical et horizontal.

Observons que le transfert d’informations peut se faire sous 2 modes : : la diffusion qui correspond à une modalité expansive et l’intégration, la compression qui correspond à une modalité intégrative.

La prolifération d’informations pouvant utiliser des supports variés nécessite la mise en place de dispositifs de synthèse informationnelle

Annexe

Liste d’articles que nous avons déjà publiés approfondissant un certain nombre de thématiques abordées.

P : programme

France Insoumise : les cinq lignes de front du penser global http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Programme – Unité LFI :de l’Avenir en commun à la reconstruction du Peuple http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Programme et projet de société humaniste :

Le nombre d’or φ et Frans Insoumises http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

A : Audience

La campagne électorale de Mélenchon étouffée par les médias http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Document d’archive concernant le Front de Gauche mais aussi toutes les organisations politiques de l’Autre gauch et dans une certaine mesure L F I notamment sur la nécessité de mettre en place une stratégie globale de lutte contre l’armée médiatique qui cherche à neutraliser le mouvement de LF I.

Sans organisation, formation et communication de qualité le Front de Gauche est condamné à stagner ou à disparaître. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

F : Formation.

France Insoumise : pour une formation de haut niveau des militants". http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

O Organisation

Outils numériques et horizontalité de la communication et de l’organisation. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

La France Insoumise doit améliorer sa puissance organisationnelle.

Première partie http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Deuxième partie http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Troisième partie http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Unité

Mélenchon – Le Pen, 2 conceptions opposées du peuple http://www.gauchemip.org/spip.php?a... http://eric.et.le.pg.over-blog.fr/2...

Pour les lecteurs ne connaissant pas la théorie des 5 éléments de la philosophie chinoise :

Les 5 éléments en philosophie chinoise ancienne http://www.le-fengshui.com/cinq-ele...

Théorie des 5 éléments http://lartetlavoie.free.fr/theorie... http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Hervé debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message