Les Kurdes ont été livrés en pâture à leur pire ennemi : la Turquie

samedi 21 avril 2018.
 

Notre site a déjà mis en ligne plus de cinq cents articles concernant ce secteur du Moyen-Orient où s’accumulent aujourd’hui tant de souffrances et tant de dangers. Pour se limiter ici à quelques angles d’analyse, notre lecteur peut y accéder en cliquant sur l’adresse URL des rubriques suivantes :

- > Kurdes : http://www.gauchemip.org/spip.php?r...

- > Turquie d’Erdogan : http://www.gauchemip.org /spip.php ?rubrique460

- Syrie : http://www.gauchemip.org/spip.php?r...

- Moyen-Orient : http://www.gauchemip.org/spip.php?r...

- Palestine : http://www.gauchemip.org/spip.php?r...

Un nouveau drame humanitaire se déroule sous nos yeux en Syrie. Il touche des femmes et des hommes que toute la communauté internationale célébrait naguère comme étant les combattants les plus intrépides engagés sur le terrain contre le groupe « Etat islamique » (Daesh) : les Kurdes des « Unités de protection du peuple » (YPG et YPJ). Désormais, ils et elles sont abandonnés face aux troupes et sous les bombes de l’armée turque, secondée par ses supplétifs islamistes syriens. Aujourd’hui dans la ville d’Afrin (350 000 habitants), demain peut-être à Manbij, ou à Kobané, au nord de la Syrie. Si rien n’est fait de toute urgence -notamment la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne- d’autres tragédies auront lieu, qui resteront dans l’Histoire comme le résultat d’un ignoble lâchage des Kurdes de Syrie, particulièrement de la part des Etats-Unis, mais également de l’Europe et de la Russie.

Qu’est-ce qui a fourni, en effet, au président turc Erdogan le prétexte en or qu’il attendait pour faire la guerre aux Kurdes de la Syrie voisine ? C’est l’annonce, par Washington, du projet d’installer dans cette région frontalière de la Turquie, une force de sécurité de 30 000 combattants, majoritairement kurdes, pour y empêcher tout retour de djihadistes de Daech. Il n’est guère imaginable que les stratèges américains n’aient pas anticipé la réaction d’Erdogan à ce plan. Or, depuis l’offensive turque, le silence des Etats-Unis est assourdissant et leur projet enterré ! C’est à se demander s’ils n’ont pas délibérément sacrifié leurs ex-« alliés » kurdes , une fois Daesh chassé de Syrie, dans le cadre d’un « deal » secret avec leur turbulent partenaire de l’OTAN ! En tout état de cause, ils les ont lâchés , une fois leur héroïque mission accomplie, à leur pire ennemi. Un degré-record de cynisme ou de lâcheté !

L’Europe, quant à elle, n’est pas en reste à cet égard. Face à l’élimination programmée par Ankara de forces qui furent à l’avant-garde de la mise hors d’état de nuire des commanditaires des attentats de Paris, de Nice ou de Bruxelles, la teneur des réactions des capitales européennes fait honte à entendre : entre leurs « appels à la retenue » (Emmanuel Macron) , l’expression de leur « préoccupation » (l’UE), voire les concessions directes à Erdogan, du type « le souci de la frontière est légitime » ( Jean-Yves Le Drian ) , même si elles sont ensuite tempérées « mezzo voce ». De même, la discrétion avec laquelle les autorités de nos pays traitent -cinq ans après l’assassinat à Paris de trois militantes kurdes- les exactions commises ou annoncées en ce moment sur le territoire européen par les « commandos itinérants des puissants services secrets turcs contre des dirigeants kurdes » (« Le Monde », 16/3/18) tranchent avec la virulence des réactions à l’empoisonnement d’un ex-agent double russe à Londres ! Vis-à-vis d’Ankara, ni sanctions ni renvoi de diplomates, mais des courbettes, des crédits et des espoirs de juteuses ventes d’armes…

Quant à la Russie, maîtresse de l’espace aérien dans la région, elle a, de fait, donné son feu vert à l’agression turque, en retirant en outre ses soldats de la zone la veille de l’attaque d’Erdogan. Hier, Moscou décorait des cadres militaires kurdes de Syrie et invitaient leur organisation aux pourparlers de Sotchi. Jusqu’où Poutine va-t-il aujourd’hui les trahir ? Notre solidarité avec le peuple kurde n’en est que plus cruciale .

Francis Wurtz


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message