Des marges bénéficiaires abusives sur les produits bio dans la grande distribution selon l’UFC.

vendredi 13 septembre 2019.
 

Pour porter préjudice à la production des produits bio, il existe deux stratégies :

1) Suggérer que les produits bio sont grosso modo aussi pollués que les produits non bio

2) rendre leurs prix suffisamment élevés pour freiner ou tarir la demande.

S’il est vrai qu’en moyenne la production bio est d’un coût plus élevé que la production industrielle non bio, il est tout de même possible de trouver sur le marché des produits bio au même prix et même parfois moins chers que les produits non bio.

Et par ailleurs, le prix moyen plus élevé du produit bio résulte pour une bonne part de la marge excessive réalisée par la grande distribution.

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce des marges trop élevées sur les fruits et légumes vendus en grandes surfaces

D’après l’association, la grande distribution pratique des marges brutes 75% plus élevées en moyenne que sur les produits conventionnels.

Sources : France info et UFC

https://www.francetvinfo.fr/economi...

par Grégoire Lecalot franceinfo

le 22/08/2019

Les fruits et légumes bio seraient vendus trop chers par les grandes surfaces, selon une enquête de l’association UFC-Que Choisir, jeudi 22 août. Sur la base des 24 fruits et légumes les plus consommés en France, elle affirme que les marges brutes de la grande distribution sur le bio sont 75% plus élevées que sur les productions conventionnelles. "On ne voit pas ce qui justifie que la grande distribution se gave", déclare à franceinfo Alain Bazot, le président de l’organisation de consommateurs.

149% de marge sur une pomme bio

L’étude se base sur un an de comparaison, de mai 2018 à mai 2019. Elle conclut que si la grande distribution appliquait au bio les mêmes marges brutes qu’aux fruits et légumes conventionnels, les ménages économiseraient 18% par an, soit 121 euros, sur leurs achats de fruits et légumes bio.

Sur une pomme de terre bio, par exemple, la marge brute des grandes et moyennes surfaces est 83% plus importante que sur une pomme de terre conventionnelle. Sur une pomme, la différence atteint 149%, calcule l’UFC-Que Choisir.

 ”La grande distribution aime bien marger à l’ombre mais là, il faut absolument mettre la lumière et donc la pression de l’opinion publique sur la réalité de ce gavage de marge de la grande distribution.” — Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir à franceinfo 

L’association estime que les questions de manutention, de stockage ou de pertes ne justifient pas un tel différentiel. "La cherté du bio ne provient pas exclusivement du surcoût agricole, affirme Alain Bazot. On sait que ça coûte plus cher de produire bio mais la cherté vient surtout d’une sur-marge que la grande distribution prend spécialement sur les produits bio, et encore plus sur les produits bio les plus consommés en France : pomme, pomme de terre et tomate."

Les magasins bio moins chers que les grandes surfaces

L’UFC-Que Choisir recommande aux consommateurs de faire jouer la concurrence. Il constate que les magasins spécialisés bio sont moins chers de 19% sur les fruits et légumes que les grandes enseignes. "Il faut arrêter de croire que d’aller dans la grande distribution, c’est toujours moins cher. C’est la force de leur marketing qui nous laisse le croire. Il faut aller dans les magasins spécialisés, qui sont souvent moins chers pour les fruits et légumes, aller aussi sur les marchés dominicaux, privilégier les circuits courts chaque fois qu’on le peut."

L’association demande à l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires de publier les niveaux de marges par enseigne et par rayon, histoire de montrer du doigt les plus gourmands.

Fin de l’article

HD


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message