Interview exclusif du Corona virus COVID 19. Corona virus puis collapso virus ?

mardi 18 août 2020.
 

Interview exclusif du Corona virus . Corona virus puis collapso virus ?

La pandémie de 2020 du Corona virus COVID 19 remet non seulement en cause les politiques d’austérité du néolibéralisme envers l’hôpital public mais remet aussi en cause le système capitaliste financiarisé du libre-échange absolu et de la mondialisation.

Nous traitons ici de cette question déjà abordée dans plusieurs articles d’une manière moins conventionnelle qui se veut humoristique car l’humour, c’est comme l’amour, c’est une force de la vie.

Avertissement : le texte ci-dessous utilise quelques analogies entre le fonctionnement cellulaire et le fonctionnement des sociétés : il est bien évident que cela n’a de valeur que de métaphore et non pas de référence à quelque thèse que ce soit de la sociobiologie qui est une « discipline » fort contestable et très contestée.

HD : Pourriez-vous vous présenter brièvement ?

Covid 19 : je fais partie de la famille des virus coronaviridae : il en existe une quarantaine d’espèces dont certaines peuvent provoquer chez l’homme le Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS).

HD : Comment êtes-vous apparu ? C 19 : par effraction. Je suis passé d’un milieu à un autre qui m’était étranger comme l’a fait le Macronavirus.

HD : Expliquez vous… C 19 : je séjournais tranquillement dans le corps d’animaux sauvages dont le milieu a été saccagé par l’Homo sapiens. (HS). De ce fait, certains de ces animaux ont été mis en contact avec HS qui en a peut-être même consommés. Je suis donc passé dans les cellules de l’Hs où ma transfection–duplication est alors devenue très dangereuse pour certains d’entre–eux, notamment les plus fragiles. Il n’y a pas de volonté destructive de ma part : ce phénomène pathogène est seulement lié à mon architecture protéinique qui n’a rien d’inique.

HD : Mais quelle est l’analogie avec le Macronavirus ?

C 19 : Le Macronavirus fait partie d’une lignée de virus appelée capitalis financiarus dont les plus représentatifs depuis 2007 en France ont été : le SAR07 ; le HOL12 et plus récemment leMAC 17 (appelé plus communément le Macronavirus) d’une intense et rapide activité pathogène Malgré leurs variantes, tous ces virus ont en commun la même architecture mentale : celle du néo ou ultra libéralis. Celle-ci s’est surtout développée dans le cadre capitalis structurus depuis le début des années 1980 en France. Cette architecture structure donc les virus capitaiss financiarus.

HD : vous énumérez ces virus tous de bonne famille, mais quel est leur mode d’action ?

C 19 : Expliquer le mode d’action d’un virus dans une cellule n’est pas forcément simple. Savez-vous comment est structurée une cellule vivante d’un mammifère par exemple,HD ?

HD : Oui, comme tout citoyen éclairé ayant fait des études secondaires. Voici une description simplifiée Une cellule est constituée d’un noyau entouré d’une membrane ; d’un cytoplasme contenant plusieurs organites ; d’une membrane périphérique permettant des échanges entre la cellule et d’autres cellules. Cette membrane contient aussi des capteurs pouvant détecter les intrusions nuisibles. Le noyau contient les chromosomes où se trouve stocké le patrimoine génétique–le génome– codé avec l’ADN. Chez l’Homo sapiens, il existe 23 paires de chromosomes dont l’une détermine le sexe.

Le cytoplasme est soutenu par un squelette (filamentaire tubulaire). Le centrosoom fabrique les filaments et tubules. Les mitochondries situées dans le cytoplasme alimentent la cellule en énergies par son activité biochimique notamment avec le cycle de Krebs.

C 19 : Parfait, avec un tel langage je me sens à l’aise. Alors pour comprendre l’action des virus capitalis financiarus, il me faut faire les analogies suivantes : La cellule est une société–nation possédant un État, le noyau ; un cytoplasme, la société civile ; une membrane, la frontière. Les mitochondries constituent la population active dont 90 % sont des salariés. Le squelette de la cellule ce sont les institutions juridiques et politiques. La biosphère terrestre permet la vie de tous les États (197 reconnus par l’ONU) et de toutes les cellules des corps humains En restant au niveau microscopique, sachant que chaque Être être humain est composé de 100 000 milliards de cellules, une population planétaire de 6 milliards d’habitants est constituée de 6. 10E23 cellules soient environ le nombre d’Avogadro.

HD : Diable ! Vous savez compter !

C 19 : Voici comment agissent les virus capitalis financiarus. Leur milieu naturel est la Finance et leurs structures mentales constituent Néoliberalis qui est essentiellement de nature comptable amplifiée démesurément à l’ère du numérique. Ces virus pénètrent dans le noyau cellulaire, c’est-à-dire colonisent l’État et ses organites périphériques que sont les appareils d’État et les appareils médiatiques. L’architecture mentale des hauts fonctionnaires se trouve alors contaminée par l’architecture du virus colonisateur dont le milieu naturel n’est pas l’espace public mais l’espace privé. L’action de ces virus de la lignée ultralibéralis notamment en France, où les banques sont reines, consiste alors à miner et détruire progressivement les services publics, dont l’appareil de santé publique, à privatiser au maximum tout ce qui reste de public. Ces virus n’ont pas de volonté de destruction : c’est l’architecture mentale qui les anime qui provoque tout un ensemble de destructions et de massacres, comme par exemple, la mort d’un enfant toutes les cinq secondes dans le monde faute de médicaments et d’aliments en quantité et qualité suffisante.

HD : Mais quelle est donc la finalité d’une telle espèce de virus ?

C 19 : il n’y a pas de volonté ou de finalité : c’est un processus d’accumulation sans limite du capital financier en un minimum de temps, capital réparti sur un nombre de personnes privées de plus en plus restreint. Ainsi, quelques milliardaires monopolisent une masse gigantesque de capital.

HD : Comment alors expliquez- vous le caractère pandémique et rapide de votre propagation sur les corps des Homo sapiens de la planète ?

C 19 : capitalis financiarus désorganise l’ensemble du fonctionnement des organites contenues dans le cytoplasme et notamment l’appareil de Golgi qui a un rôle important dans la construction et les transferts de protéines. Cet agent organisateur sous l’action du virus ne va plus se centrer sur la capacité qu’a la cellule de subvenir à ses propres besoins. La cellule perd sa souveraineté biologique et se trouve subordonnée de plus en plus à des échanges avec une multitude d’autres cellules : certains appellent cela la mondialisation de la production et des échanges. La cellule perd ainsi son autonomie productive notamment en énergies, en aliments, en capacité matérielle de réparation (capacité de produire ses propres médicaments, ces appareils de soins,…) couplée avec une perte du nombre d’agents réparateurs (personnel de soins). L’activité matérielle métabolique passe au second plan avec toutes les conséquences néfastes que cela comporte dans le fonctionnement mitochondrial, c’est-à-dire dans la population active. Le métabolisme cellulaire se trouve complètement déréglé et l’activité du catabolisme l’emporte sur celle de l’anabolisme : la cellule finit par dépérir par la production de ses déchets. On appelle cela communément la pollution de l’air, de l’eau et des aliments.

HD : C’est donc le virus capitalis financiarus qui, en ne donnant pas les moyens nécessaires en infrastructure médicale et en moyens matériels (tests de dépistage, masques,…), est responsable de votre propagation ?

C 19 : En effet, mais il y a surtout aussi l’incompétence des responsables de l’État dont l’architecture mentale n’est plus adaptée à gérer un espace public au service de l’intérêt général. Les impératifs comptables et financiers passent avant la vie elle-même. Ce sont des critères de rentabilité comptable qui ont conditionné les délocalisations et la mondialisation des échanges et de la production permettant ainsi ma propagation.

HD : Existe-t-il un antidote aux virus de la famille des capitalis financiarus ?

C 19 : Oui bien sûr. C’est la Mélenchonine. Elle élimine la transfection du virus pathogène en éliminant notamment la toxine libris échangeus sans pour autant rendre imperméable la membrane cellulaire qui retrouve une perméabilité régulée comme l’explique la notice de la charte de La Havane.

HD : mais comment expliquer que ce remède n’a pu encore prendre corps dans la cellule ?

C 19 : Oui, cela peut paraître étonnant car ce produit a été validé par 160 économistes répartis dans 20 pays. Lorsqu’il est attaqué, un capitalis financiarus utilise des ARN (Agents de Reproduction Normativo–nuisible) messagers du système Médiaticus qui agit sur l’architecture mentale des producteurs cellulaires qui rejettent alors cette Mé robot lenchonine qui n’a pas encore réussi à franchir cette barrière à ce jour. HD : Mais existe-t-il des substituts possibles à la Mélenchonine ?

C 19 : Oui. Il existe un laboratoire de recherche d’architecture sociale Insoumisium qui propose des formules innovantes. Par exemple, un nettoyage dégagiste cellulaire permettant à la cellule de retrouver ses forces productives constructives dans une juste harmonie fonctionnelle respectant son biotope. Son orientation évolutive de recherche se résume dans le projet Futura Communis (appelé aussi Avenir en Commun). Une alternative à la Mélenchonine est la Quatennenzine qui utilise les mêmes principes actifs Contenu dans Futura Communis.

HD : Ceci est fort intéressant, mais il est tout de même étonnant que ce soit vous, virus tant redouté, qui me donniez ces informations

C 19 : Non. En effet Futura Communis repose sur une vision qui respecte la vie : éco socialis démocraticus. Si l’Homo sapiens était muni d’une telle architecture mentale, il ne détruirait pas aveuglément des milieux naturels et les espèces sauvages. Un virus comme moi n’aurais pas été arraché à son milieu de vie et mis en contact avec le plus grand prédateur de la planète qui à terme, va m’éliminer.

HD : Vous pensez que HS va trouver un vaccin efficace contre votre action pathogène et un traitement pour vous détruire ?

C 19 : C’est probable car ma structure est complètement connue. Je suis loin d’être un virus pouvant remettre en cause l’existence de l’espèce humaine. Je ne mettrai pas HS complètement HS ! En revanche, à l’avenir, en continuant son action de prédation sans limite guidée par son fanatisme productiviste, un nouveau virus de structure totalement inconnue à transmission ultrarapide provoquant un taux de mortalité de 100 % , pourrait bien apparaître un jour. C’est collapso virus. Un tel virus provoquerait un effondrement généralisé de l’économie mondiale et conduirait à la quasi-disparition de l’espèce humaine. Les quelques survivants retourneront alors à l’âge de pierre.

HD : Merci pour toutes ces saines explications diablement virulentes !

Annexe Biopouvoir et biopolitique à l’ère de l’autoritarisme néolibéral. http://www.gauchemip.org/spip.php?a... Cellule biologique. Article de Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Cellu...) Charte de La Havane https://fr.wikipedia.org/wiki/Chart...

L’Avenir en commun. Programme de LFI https://avenirencommun.fr/ nouvelle plate-forme de d’Insoumission https://linsoumission.fr/2020/03/18...

Le journal de l’insoumission https://www.leji.fr/ Corona virus : Les 11 mesures d’urgence de La France Insoumise https://lafranceinsoumise.fr/2020/0...

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message