Poisson, épinards, carottes, coca, vin, oeufs, sucre, pain, boire en mangeant : bobards et réalité

dimanche 1er octobre 2017.
 

Pour être intelligent, il faut manger du poisson et, pour être costaud, des épinards… Sur l’alimentation comme sur d’autres sujets, bon nombre d’idées reçues circulent. Certaines sont vraies, d’autres fausses.

Le poisson dope la mémoire

Faux. Sa forte teneur en phosphore en a fait un aliment réputé bon pour la mémoire. Sauf que cela n’a encore jamais pu être démontré scientifiquement. Si le phosphore est essentiel à l’organisme, en consommer en grande quantité ne rend pas plus intelligent. Néanmoins, manger du poisson gras, riche en oméga 3, deux ou trois fois par semaine contribue au bon état de nos neurones et réduit le risque de dépression sévère.

Les épinards sont riches en fer

Faux. Les épinards ne contiennent pas plus de fer que d’autres légumes. L’erreur vient d’une faute de frappe lors de l’enregistrement, en 1870, des résultats d’une étude réalisée par un chercheur : il inscrivit 27 milligrammes pour 100 grammes de feuilles au lieu de 2,7 mg.

En réalité, les aliments les plus riches en fer sont le boudin noir, les abats, le foie de veau, les coquillages, les huîtres et les légumes secs (lentilles, pois chiches, etc.). Le fer est l’un des constituants des globules rouges, qui transportent l’oxygène dans le sang  ; il nous permet de lutter contre l’anémie.

Sauf cas particuliers (grossesse, maladie, convalescence…), une alimentation équilibrée permet de pourvoir à nos besoins. C’est le fer contenu dans la viande ou les abats qu’on assimile le mieux.

Les carottes font bronzer

Faux. Manger des carottes ne fait pas bronzer à proprement parler. Pour avoir un teint hâlé, il faudrait en consommer beaucoup et durant plusieurs mois. La peau des bébés nourris exclusivement aux petits pots de légumes ou celle de certains végétariens présentent d’ailleurs parfois une coloration jaune due à un excès de bêta-carotène (un pigment qui donne sa couleur orangée à la carotte) dans le sang.

En revanche, le même bêta-carotène protège du soleil en bloquant partiellement la production de radicaux libres stimulée par les rayons ultraviolets. La peau devient alors plus résistante aux coups de soleil. Mais cette protection naturelle n’exempte pas de l’application d’une crème solaire en cas d’exposition prolongée.

Le Coca arrête la diarrhée

Faux. En cas de gastro-entérite, l’enfant perd beaucoup d’eau et de sels minéraux. Cette déshydratation peut être dangereuse dans les premières années de vie. Pour pallier ces pertes dues à la diarrhée, les médecins recommandent aujourd’hui de donner régulièrement et à volonté des solutés de réhydratation orale disponibles en pharmacie et remboursés par la Sécurité sociale. Il est même conseillé d’en garder toujours une boîte dans la pharmacie familiale.

Le Coca-Cola, longtemps considéré comme la boisson idéale contre la diarrhée, ne réhydrate pas suffisamment l’enfant. Au contraire, sa forte concentration en sucres et sa faible teneur en sodium pourraient même aggraver la diarrhée.

Il ne faut pas boire en mangeant

Vrai et faux. D’abord, les aliments que nous ingérons sont déjà gorgés d’eau, notamment les fruits et les légumes, qui en contiennent plus de 70 %. Ensuite, cela dépend de chacun. Les individus plutôt constipés ont tout intérêt à boire durant les repas pour faciliter le transit intestinal. De même, une personne qui veut surveiller sa prise de poids arrivera plus vite à satiété si elle boit en mangeant.

A l’inverse, les personnes sujettes aux lourdeurs d’estomac peuvent s’abstenir de boire, car le liquide alourdit les aliments et retarde la digestion. Dans tous les cas, il est important de boire dès que la soif se fait sentir pour éviter la déshydratation.

Le vin rouge protège le cœur

Vrai et faux. On estime que, pris lors d’un repas, le vin rouge protège des maladies cardio-vasculaires. Mais, au-delà de deux verres par jour pour les hommes et d’un pour les femmes, le risque cardiaque augmente. Ce consensus résulte de plusieurs études menées depuis une vingtaine d’années, mais on n’explique pas exactement le phénomène.

L’hypothèse la plus répandue est que le vin contient des antioxydants, les polyphénols, qui empêchent la formation de caillots sanguins et le dépôt de mauvais cholestérol. La même consommation modérée pourrait prémunir de certains cancers.

Mais attention : ce qui est vrai du vin rouge ne l’est pas du vin blanc et des autres alcools. On trouve également des polyphénols dans le thé vert et les fruits.

Les œufs augmentent le taux de cholestérol

Faux. Jusqu’à présent, la consommation d’œufs était limitée à deux ou trois par semaine, voire bannie de l’alimentation des personnes ayant un taux de cholestérol trop élevé. La mauvaise réputation de cet aliment est en partie due à la forte teneur (250  milligrammes) en cholestérol du jaune d’œuf.

Mais une récente étude britannique montre que consommer un œuf par jour aurait peu de conséquences sur le taux de lipides dans le sang. Le cholestérol est, en effet, produit pour une grande part par notre organisme, ce qui limite l’incidence de ce que nous mangeons sur sa quantité. Inutile donc de se priver, d’autant que l’œuf est pauvre en graisses saturées, et très riche en vitamines (A, B, D, E, K) et en protéines.

Le sucre donne le diabète

Faux. On ne devient pas diabétique en abusant des sucres complexes, présents dans les féculents, ou des sucreries. Cette idée reçue tient au fait que le diabète est caractérisé par une glycémie (taux de sucre dans le sang) trop élevée.

En temps normal, l’insuline, une hormone fabriquée par le pancréas, permet de stocker le glucose apporté par l’alimentation dans différents organes, principalement le foie et les muscles, et d’éviter que la glycémie ne s’élève.

En cas de surpoids ou chez des personnes génétiquement prédisposées, un diabète de type  2 peut s’installer en raison d’une insulinorésistance   : l’excès de graisse empêche peu à peu le glucose d’être utilisé par les muscles. Pour compenser, le corps sécrète davantage d’insuline, mais la machine finit par s’épuiser, laissant monter le taux de glucose dans le sang. Autrement dit, ce n’est pas consommer trop de sucre qui provoque le diabète mais le fait que le corps ne puisse plus correctement l’utiliser.

Le pain fait grossir

Faux. Aucun aliment à lui seul ne fait grossir, c’est l’excès de calories qui favorise les kilos, autrement dit le fromage, les rillettes, la confiture ou la mayo sur les tartines. Si le pain a cette réputation, c’est que, il y a une quinzaine d’années, les régimes restrictifs ou dissociés étaient en vogue chez les nutritionnistes – il y a des modes aussi dans l’alimentation  !

Aujourd’hui, on sait qu’il faut manger de tout, et le pain, qui est un sucre lent, permet de se sentir rassasié et d’éviter de grignoter. Cela dit, certains pains sont meilleurs que d’autres. Il y a, par exemple, plus de minéraux dans la farine qui sert à la fabrication du pain complet que dans celle du pain blanc. Et les pains au levain, aux céréales, au seigle… ont un indice glycémique plus bas que notre bonne vieille baguette, plus calorique.

Brigitte Bègue

Sylvie Boistard

A lire :

Docteur, on m’a dit que…, Drs Sophie Silcret-Grieu et Nathalie Szapiro-Manoukian, Flammarion, 2006, 19  euros.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message