Portrait – Victor Catteau, le député RN qui indique préférer « les chiens aux migrants »

vendredi 29 septembre 2023.
 

Victor Catteau est un nouveau député Rassemblement National (RN), élu à l’Assemblée nationale en juin 2022 sur la 5ᵉ circonscription du Nord. Il devient le premier député RN de la Métropole Lilloise, dans une circonscription tenue par Les Républicains (LR) depuis vingt ans. Pour vous donner un aperçu du personnage, il se distingue fin 2021 en affichant ostensiblement sur Twitter « préférer les chiens aux migrants », tout sourire. Il était temps de faire son portrait.

Le 7 mai 2017, Emmanuel Macron s’engageait « à tout faire pour qu’il n’y ait plus aucune raison de voter pour l’extrême droite ». Résultat : en 5 ans, le RN a progressé sous sa complicité directe. Le chef de l’État a repris son lexique, ses codes, ses propositions. Macron a joué avec le feu, il s’est brûlé. Aujourd’hui, le parti présidentiel tend la main à l’extrême droite pour gouverner. Les prochaines années s’avèrent décisives pour que l’extrême droite soit stoppée net et rentre à la niche.

Le RN a aujourd’hui 88 députés, il est temps de les démasquer. Quinzième épisode de notre série sur les 88 députés du RN. Portrait de Victor Catteau.

Les déclarations violemment racistes de Victor Catteau

Victor Catteau s’est illustré par ses déclarations racistes et sa propension à propager les discriminations et la haine. Dans un tweet fin 2021, il avait exprimé sa préférence pour les chiens plutôt que pour les migrants…

Il a diffusé en 2015, sans leur consentement, des images d’étudiantes voilées à la faculté de Lille. (Basta)

En 2022, entre les deux tours des élections législatives, le candidat RN accorde une entrevue aux journalistes de Pépère News. En réponse à une question sur les logements étudiants, il a proposé la construction de 100 000 logements réservés en priorité à ceux ayant la nationalité française. Et dans le fond, on a toutes les raisons d’en douter : le RN n’a que faire de la crise du logement. Leur groupe parlementaire a récemment déposé une proposition de loi pour…. suspendre la construction des logements sociaux en cas de sécheresse.

Interrogé sur la discrimination que cela impliquait, il a affirmé que c’était une mesure « de bon sens » pour favoriser les étudiants français. Malgré les critiques du journaliste portant sur l’inconstitutionnalité de cette mesure, il maintient sa position et prétend que bien d’autres élus de droite (comprenez, des LR au camp présidentiel) seraient favorables à cette mesure… Qui serait donc adoptée à l’en croire !

Au second tour des législatives de la cinquième circonscription, Sébastien Huyghe, le sortant LR évincé, n’apportera pas son soutien à la candidate NUPES arrivée en tête au premier tour. Il dira ne pas choisir « entre la peste et le choléra ». (La Voix du Nord). Toutefois, ce dernier gratifiera son successeur RN de ses « félicitations républicaines » à l’issue du vote… La fameuse nouvelle droite.

Une trajectoire politique aussi stable que celle d’Aurore Bergé

Le député d’extrême droite a connu une trajectoire politique aussi stable que celle d’Aurore Bergé, avant de devenir député en 2022. Ne vous fiez pas à son allure bien peignée d’ancien étudiant en droit social, il a les idées et les couleurs de son parti politique. On ne le sait que trop bien : l’habit ne fait pas le moidre. Une façade faussement sociale, quelques déclarations racistes et une arnaque démocratique. Un député RN comme il en existe 87 autres.

Pour lui, le « bon sens » est d’afficher des femmes voilées sur Twitter sans leur consentement et de soumettre l’attribution des logements étudiants à la préférence nationale. Il ne défend la laïcité uniquement pour exprimer sa xénophobie. Mais il porte la cravate et un costume à l’Assemblée nationale et il y dit probablement « bonjour » à Yaël Braun-Pivet, présidente de la chambre basse du Parlement.

La laïcité, c’est pour les autres

Non content d’afficher des images religieuses et de célébrer des fêtes catholiques sur Twitter, le député de la cinquième circonscription du Nord a co-signé une proposition de loi visant à transférer la charge d’entretien et de restauration des édifices religieux construits avant 1905 à l’État. L’exposé des motifs donne le tournis.

Extraits : « Ces édifices religieux construits avant la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905, incarnent l’identité des communes des Français, son Histoire… Témoins des liens entre mémoire locale, familiale et nationale, les Églises sont des vecteurs de transmission de l’identité des territoires. »

Stabilité idéologique, ou mercenaire du mandat ?

L’actuel député RN est né le 18 septembre 1995 à Roubaix (Nord). Après avoir soutenu Nicolas Sarkozy et l’UMP lors du second tour de l’élection présidentielle de 2012, il rejoint le Front national (FN) en 2014. Suite à la défaite de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2017, il apporte son soutien au mouvement Les Patriotes de Florian Philippot.

Il fait partie des cadres des Jeunes Patriotes, mais quitte finalement Les Patriotes après les élections européennes de 2019. Il a fait partie des cadres du RNJ Nord. Il retourne au bercail lepéniste sans tarder (il est candidat aux municipales à Haubourdin en 2020) et affiche clairement ses opinions. Il prétend d’ailleurs à qui veut l’entendre que l’université de Lille l’aurait exclu de ses rangs pour cette raison en janvier 2022.

Il n’aura pas manqué, à l’occasion de son exclusion, de vouer ladite institution aux gémonies : Une université « soumise » à un « groupuscule de brebis galeuses d’extrême-gauche ». L’université appréciera. Lors des élections législatives de 2022, Victor Catteau se présente comme candidat dans la 5ᵉ circonscription du Nord. Au premier tour, il réalise un score de 24,97 %, arrivant à seulement deux voix derrière la candidate NUPES qui obtient 24,98 %. Au second tour, qui a eu lieu le 19 juin, il remporte l’élection avec 51,14 % des suffrages exprimés.

Dans le cadre des élections internes au RN, celui qui indique « préférer les chiens aux migrants » a affiché son soutien à Jordan Bardella pour la présidence du parti.

Pas manifester, pas bouger

En février 2022, le Rassemblement National ne soutient pas le mouvement social contre la retraite à 64 ans et pour cause. (voir les articles de l’insoumission)

Le RN fera le strict minimum (et encore…) à l’Assemblée Nationale pour entretenir leur opposition de façade au camp présidentiel. Dans la réalité, les députés d’extrême droite auront déposé moins d’amendements sur le texte que les soutiens du chef de l’État eux-mêmes.

Quant à battre le pavé auprès des salariés, le député RN dira que : « manifester, ce n’est pas dans l’ADN de [ce] parti… » (RCF). Quant à soutenir les étudiants… En bon soldat du système, il fustige à l’envi les étudiants mobilisés de l’université où il a travaillé pendant un court laps de temps, en ces termes :

« Honte à ces vermines d’extrême-gauche qui n’ont que la violence et la brutalité pour s’exprimer. »

Peine (à) plancher

En mars 2023, le député d’extrême droite s’indigne, s’insurge, râle et rouspète… Non. Il ne s’est pas réveillé un bon matin dans la peau d’un opposant à la politique délétère menée par la macronie. Son agacement est tout entier dirigé contre « La NUPES et les centristes » qui ont « empêché le rétablissement des peines plancher ».

Wokisme, écriture inclusive et « entreprise de déconstruction de la Nation » Comme la meute des députés RN, il a une peur bleue de l’écriture inclusive, qu’il juge participer du « wokisme », lui-même acteur d’une « entreprise de déconstruction de la nation ».

Le rassemblement national, c’est ça, aussi.

Croire que l’écriture inclusive pourrait être regardée comme « une entreprise de déconstruction de la Nation ».

Voilà ce qu’on peut lire dans la proposition de loi du groupe parlementaire du Rassemblement National, visant à supprimer l’écriture inclusive : « l’apparition de l’écriture inclusive » serait indissociable de la montée en puissance des communautarismes de toutes sortes qui remettent en cause le contrat social français ». Bref, comme l’uniforme, l’écriture inclusive sert de joker pour éviter de parler des vrais sujets (sociaux) pour lesquels le RN n’a rien à dire et se planque encore et toujours.

L’heure n’est pas à la dédiabolisation du RN.

Chaque débat, chaque prise de parole publique leur donne l’occasion de distiller des idées rances, réactionnaires, antisociales et profondément anti-républicaines. Comme les 87 autres députés d’extrême droite, Victor Catteau porte ces « valeurs » et ne se prive pas de les étaler sur les réseaux sociaux ou dans les médias. Il le fait sans être inquiété pendant que la meute parle d’abaya ou autres sujets de diversion. À l’insoumission, sans relâche, nous continuerons de les débusquer, de montrer au grand jour leur arnaque sociale et leur face cachée derrière leur cravate.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message