« Une autre agriculture est possible » – Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé à la suite de sa visite de la ferme GAEC des Mélèzes

jeudi 20 juin 2024.
 

Pour Jean-Luc Mélenchon, un autre modèle agricole est possible

Jean-Luc Mélenchon est en déplacement à Besançon. Il s’est exprimé à la suite de sa visite de la ferme GAEC des Mélèzes ce lundi 27 mai 2024 aux côtés d’Aurélie Trouvé, députée LFI et Séverine Véziès, candidate aux élections européennes le 9 juin prochain.

« Une autre agriculture est possible », a-t-il déclaré en point presse en conclusion de sa visite. Il a appelé à mettre en place des filières organisées où les agriculteurs peuvent vivre dignement de leur travail via l’instauration de prix garantis rémunérateurs. Depuis 2018, le leader insoumis défend avec constance cette proposition. Elle a été de nouveau portée par LFI le 30 novembre 2022 par la voix de Manuel Bompard, à l’Assemblée nationale, et rejetée à six voix près par la coalition des macronistes et de la droite.

Pour Jean-Luc Mélenchon, un autre modèle agricole est possible, comme le prouve l’organisation de la ferme GAEC : « J’ai trouvé encourageant le moment passé avec les gens qui nous ont reçu à la ferme GAEC, c’est la preuve qu’on peut faire autrement. »

Il a rappelé l’écrasement des agriculteurs par les marges de l’industrie agro-alimentaire : « Les prix ont augmenté car l’industrie agroalimentaire s’est gavée ». Les marges de cette industrie ont en effet augmenté de 70% en un an et demi pendant que les consommateurs et les agriculteurs sont écrasés sous le poids de l’inflation. Aussi, la pandémie du Covid-19 a montré l’absurdité des circuits d’approvisionnement mondiaux, a-t-il rappelé, en plaidant pour une production locale et le développement de l’agriculture maraichère.

Face à un modèle à bout de souffle responsable de la destruction de la classe paysanne, Jean-Luc Mélenchon défend une agriculture biologique et suggère que l’augmentation du SMIC dans l’industrie permettrait aux consommateurs d’acheter des produits de meilleure qualité.

« Les paysans ont un haut de niveau de conscience dans leur responsabilité environnemental », a-t-il poursuivi en disant sa confiance dans la possibilité à bifurquer de modèle agricole. Il a déploré la situation actuelle dans certaines régions de France où le modèle actuel d’agriculture intensive a laissé des terres dégradées. Il a appelé à intégrer des paramètres environnementaux et sociaux partout en France, malgré les défis économiques que cela représente.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message