15 juin 1944 Le socialiste Tommy Douglas triomphe électoralement dans le Saskatchewan (Canada)

dimanche 16 juin 2019.
 

« Tommy » Douglas « Le plus grand Canadien » 1904-1986

Avec JS Woodsworth, le premier chef de la CCF, Tommy Douglas représente l’un des plus importants héros de notre mouvement. Il fut le premier chef socialiste de gouvernement de ce continent. Il fut le premier chef du NPD fédéral. Il fut le père de l’assurance-maladie du Canada. Il est difficile d’imaginer un personnage plus important pour le développement du NPD et du socialisme au Canada. L’histoire a été bonne pour Tommy Douglas, car même s’il n’a jamais été élu premier ministre, il est très bien considéré par le grand public maintenant tout comme autrefois. Tommy Douglas était un homme au grand cœur. Au cours de ses 44 années à titre de représentant élu, son travail acharné au nom des hommes et des femmes du Canada a changé à jamais la nature de notre société. Tommy Douglas a combattu pour les Canadiens. Ses réalisations sont vraiment légendaires.

Tommy Douglas n’était pas grand mais il avait un cerveau et un courage de taille. Pendant toute sa longue carrière politique, il a établi une réputation d’humour et de talents oratoires, en plus d’attirer le respect universel car il a toujours suivi ses croyances que sa position soit populaire ou non. Tommy Douglas est né le 20 octobre 1904, à Falkirk, en Écosse. Sa famille a ensuite émigré au Canada en 1910 pour s’installer à Winnipeg. Ils sont retournés ensuite à Glasgow durant la première guerre mondiale pour revenir à Winnipeg lorsque Tommy avait 14 ans.

Il a commencé à travailler comme apprenti imprimeur au service du Winnipeg Free Press et du Grain Trade News. À 13 ans et encore à Glasgow, il avait travaillé dans une distillerie de whiskey.

À 19 ans, il avait non seulement obtenu une carte de typographe, mais il avait aussi une réputation de prédicateur baptiste à la première église d’Austin, au Manitoba. C’est ici qu’il s’est lié d’amitié avec J.S. Woodsworth, prédicateur méthodiste et futur chef de la CCF.

Tommy Douglas a obtenu un baccalauréat de Brandon College, où il a eu comme collègue de cours, Stanley Knowles. Il a poursuivi ses études postsecondaires à l’université McMaster où il a obtenu une maîtrise.

En 1934, Douglas, ministre de l’église baptiste de Weyburn s’est lancé pour la première fois en politique en se présentant sans succès comme candidat provincial pour le parti Farmer-Labour de Saskatchewan.

Tandis qu’il se demandait ce qu’il ferait par la suite, le surintendant de l’église Baptiste de l’Ouest du Canada lui a dit qu’il devait choisir entre la politique ou l’église et qu’il ne pouvait pas avoir les deux.

Cet ultimatum n’a pas empêché Douglas de se présenter à nouveau en 1935, lors de l’élection fédérale à titre de candidat de la CCF dans le comté fédéral de Weyburn. Il est alors devenu le premier membre de la CCF à siéger à la Chambre des Communes. Il y serait pendant neuf ans.

En 1941, il fut élu Président du parti provincial de la Saskatchewan et chef provincial lorsque George Williams est parti outre-mer durant la Deuxième Guerre Mondiale. Avec l’approche d’une élection en 1942, Douglas a activé un cabinet fantôme des comités du parti et a organisé les députés sous C.M. Fines.

Douglas a démissionné de son siège fédéral pour diriger la CCF de Saskatchewan et, dans une élection mémorable du 15 juin 1944, il a dirigé le parti à une victoire massive, gagnant 47 de 53 sièges. À l’âge de 39 ans, il est devenu chef du premier gouvernement socialiste démocratique d’Amérique du Nord.

À titre de premier ministre de la Saskatchewan, il a présidé à la naissance de l’assurance-hospitalisation publique et de l’assurance-maladie. Après cinq mandats à titre de premier ministre, Douglas a mené des réformes qui ont fait de la société de Saskatchewan un groupe progressiste et prospère.

Plus de 100 projets de loi, dont 72 pour une réforme sociale ou économique, ont été adoptés durant la première année de la CCF au pouvoir. Après deux ans, ils avaient retiré la taxe de vente sur les aliments et les repas et réussi à réduire la dette provinciale de 20 millions $.

De nouveaux ministères ont été établis reflétant les priorités gouvernementales. Parmi ces ministères, on retrouve le ministère des coopératives, le ministère du travail et le ministère des services sociaux. Pour payer les nouveaux ministères, tous les ministres du cabinet de la CCF ont accepté une réduction de salaire de 28 pour cent.

En 1944, les pensionnés ont obtenu des services médicaux, d’hospitalisation et dentaires gratuits en plus du traitement gratuit pour des maladies telles que le cancer, la tuberculose, la maladie mentale et les maladies transmissibles sexuellement pour l’ensemble de la population.

En 1947, Douglas a présenté l’hospitalisation universelle à 5 $ par année par personne. « Ces frais sont payés par la trésorerie. Les malades n’ont pas à absorber le fardeau des frais médicaux, ils sont répartis pour tout le monde, », a expliqué Douglas. En 1959, douze ans plus tard, lorsque les finances de la province semblaient assez solides, Douglas a annoncé l’entrée en vigueur d’un régime d’assurance-maladie. Ce régime serait universel, prépayé, sous l’administration publique, offrant des soins de haute qualité (y compris les soins préventifs) et serait accepté par les fournisseurs et les récepteurs de services médicaux.

Une loi sur les sociétés d’état a ouvert la voie pour des réalisations telles que des compagnies d’autobus et de transport aérien provinciales. L’office du bois d’œuvre (Timber Board) a pris le contrôle de l’exploitation forestière pour que l’industrie puisse prospérer sans détruire les forêts. Plus tard, les offices de commercialisation du poisson et de la fourrure ont été établis.

Par contre, aucune société d’État n’a eu autant d’impact durant les années Douglas que la Saskatchewan Power Corporation. Avant l’administration Douglas, il n’y avait que 300 ménages ruraux qui avaient de l’électricité. Dès 1964, 65 000 fermes avaient été branchées à la grille électrique construite par SaskPower.

SaskTel a fourni un accès téléphonique à prix abordable, de qualité et presque universel dans l’ensemble de la province.

La CCF a présenté la loi sur les syndicats qui a rendu les négociations collectives obligatoires et a ajouté aux droits des fonctionnaires. La loi est décrite par Walter Reuther comme « la législation sur le travail la plus progressiste du continent ». D’autre législation sur le travail a établi des normes pour la rémunération des travailleurs, le salaire minimum, les vacances obligatoires et une commission des relations du travail. L’adhésion syndicale a augmenté de 118 pour cent en quatre années à peine.

Le premier budget de la CCF était dans la foulée du slogan de campagne de 1944 soit « L’humanité d’abord » et il consacrait 70 pour cent des dépenses à la santé, au bien-être et à l’éducation. Les districts scolaires ont augmenté pour atteindre une taille efficiente, les salaires des professeurs ont augmenté, l’université de Saskatchewan a pris de l’expansion pour inclure un collège médical.

Le développement industriel et la diversification économique étaient les principaux objectifs du gouvernement Douglas. L’administration a aidé les investisseurs privés à développer des mines de potasse, une mine d’acier et une société de pipeline, en plus d’encourager le développement du pétrole et du gaz. Lorsque Douglas a pris le pouvoir, 80 pour cent du PIB de la province provenait de l’agriculture. Dès 1957, l’agriculture comptait pour à peine 35 pour cent de l’activité économique, même s’il y avait un million d’acres de plus de terres agricoles en production.

« S’il y a un politicien qui a négligé son propre comté, c’est moi, » a écrit Douglas dans un article préparé un peu avant sa mort. « J’avais dit aux gens avant qu’ils me choisissent que pour que je sois utile au parti, il faudrait que je passe 95 pour cent de mon temps sur la route. »

Les réussites politiques de Tommy Douglas ont inclus sa réussite la plus mémorable, soit le premier régime d’assurance-maladie gouvernemental, en plus de l’assurance automobile publique, l’électrification rurale et de nombreux autres programmes sociaux innovateurs.

Dans ses écrits, Douglas dit qu’on l’a décrit comme « un radical assez dangereux dans la communauté de Weyburn, poussant les chômeurs à demander plus d’argent et se mettant le nez où il n’avait rien à faire. » Mais Tommy Douglas croyait que c’était ses affaires.

À sa mort le 24 février 1986, à l’âge de 81 ans, Tommy Douglas était considéré comme « un homme qui a fait du bon travail dans un monde méchant. »

En 2004, presque vingt ans après sa mort, Tommy Douglas a été élu « Le plus grand Canadien » dans un concours national télévisé de CBC. Parmi les candidats que Douglas a dépassé pour le titre, on retrouve Lester Pearson, Pierre Trudeau et Terry Fox.

Tommy Douglas Membre du Parlement de 1935 à 1940 Premier ministre de Saskatchewan 1944 à1961 Membre du Parlement de 1962 à 1979

Sous Tommy Douglas, le gouvernement de Saskatchewan a présenté les mesures innovatrices suivantes : Couverture médicale, dentaire et de médicaments complète pour ceux qui avaient besoin de l’aide de l’État. Établi l’égalité d’éducation pour tous Introduit un service d’ambulance aérien gratuit essentiel pour le nord Premier à fournir une couverture universelle pour l’hospitalisation. Premier à présenter un bureau du budget pour fournir une planification à long terme. Premier à introduire une assurance gouvernementale. Premier gouvernement à permettre la négociation collective pour tous les travailleurs y compris les fonctionnaires. Premier Conseil des arts au Canada Premier à présenter une loi sur la sécurité des fermes en Amérique du Nord. Premier à accorder le droit de vote à 18 ans. Premier à introduire la journée de travail de 8 heures, la semaine de travail de 5 jours, et les vacances payées pour les travailleurs. Première cour des petites créances en Amérique du Nord. Première Déclaration des droits au Canada Premier régime d’assurance-maladie universel en Amérique du Nord.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message