Jean-Luc Mélenchon et les chrétiens

lundi 20 mars 2017.
 

L’évolution du Parti Communiste Français depuis les années 1970, la création du Parti de Gauche en 2008 et du Front de Gauche en 2009 vont nécessiter une réflexion nouvelle sur les rapports entre les idées portées par le christianisme contemporain et celles portées par le Front de gauche, tout en respectant les principes fondamentaux de la laïcité.

Il m’a paru intéressant que notre site préféré mette en ligne deux interviews de Jean-Luc Mélenchon dans la presse chrétienne car cela témoigne de l’ouverture d’esprit du Front de gauche à la diversité des courants de pensée qu’ils soient de nature philosophique ou religieuse.

Un attachement ferme et résolu aux principes de laïcité ne signifie pas un enfermement dogmatique dans un système quelconque de pensée qu’il soit de nature matérialiste ou spiritualiste.

Hervé Debonrivage

Interview de Jean-Luc Mélenchon par le magazine Témoignage Chrétien

Jean-Luc Mélenchon : « L’élection n’est qu’une étape »

Le candidat du Front de Gauche, étoile montante des sondages, entend changer jusqu’à la constitution française pour réaliser son programme : une redistribution des richesses accentuée pour en finir avec la pauvreté.

Témoignage Chrétien : Dans cette campagne présidentielle, qu’avez-vous appris sur la dimension existentielle de la crise que nous traversons ?

Jean-Luc Mélenchon : Quand je dis en meeting « maintenant, je vais vous parler d’amour », toute la salle se tait. Quand je lis une page de poésie de Paul Éluard ou de Victor Hugo, tout d’un coup, c’est comme si je faisais disparaître tout ce fatras de fausses valeurs qui nous entourent… Car, au final, qu’est-ce qui compte ? C’est aimer. Aimer la vie douce. Ralentir la vie. Ces thèmes sont acclamés dans nos meetings. Rien à voir avec la « gauche techno », « tête d’œuf », qui n’arrive pas à impliquer les gens. C’est pourquoi notre programme s’intitule « L’humain d’abord  ». Ces vingt dernières années, nous avons souffert d’un véritable ressac politique. La lumière qui s’est allumée en Amérique du Sud m’a revivifié : la gauche réussissait enfin quelque part.

Du coup, je me suis intéressé au Venezuela, et j’y ai découvert alors un agent historique dont je n’avais pas encore perçu la force politique, les pauvres. En Amérique du Sud, ce sont les pauvres qui sont allés chercher Chavez, et les mêmes avec Lula. C’est un des enseignements de ce que j’ai vu là-bas. En Europe, le précariat, je l’avais sous les yeux mais je ne le voyais pas. Tout d’un coup, j’ai compris que la pauvreté ne représente plus la marge, mais qu’elle est le cœur de nos sociétés capitalistes ! Et il ne faut pas oublier que le surgissement des pauvres sur la scène politique en Amérique latine est le résultat de la théologie de la libération.

Suite de l’interview à l’adresse :

http://www.temoignagechretien.fr/AR...

(Le magazine Témoignage Chrétien du 05/04/2012)


Interview de Jean-Luc Mélenchon par le magazine La Vie catholique

Jean-Luc Mélenchon : "La foi est une brûlure"

Olivia Elkaim et Jean-Pierre Denis - publié le 23/02/2012

Laïcité, fin de vie, mariage des homosexuels, religion… Le candidat du Front de gauche détaille son engagement.

Tassé sur la banquette d’un ¬bistrot parisien, Jean-Luc Mélenchon arbore une mine grave. Le 14 février, au matin de l’interview, un homme est mort de froid sur l’esplanade des Invalides. « À deux pas d’un grand restaurant, de l’Assemblée nationale, vous vous rendez compte ? » Silence. « Comment la société a-t-elle rendu cela possible ? » s’interroge le candidat du Front de gauche.

Lui se veut le tenant d’une gauche « historique, radicale, anticapitaliste ». Depuis janvier, ses meetings font le plein. Est-il qualifié de populiste par ses détracteurs ? Il ne récuse pas le terme, au contraire. Celui qui reconnaît un « goût immodéré pour la dispute talmudique » justifie des positions parfois très éloignées de celles des chrétiens.

Pourquoi avez-vous accepté de parler à La Vie, hebdomadaire chrétien d’actualité ?

J’éprouve une jubilation à discuter avec des gens qui ont la foi. Ils se situent dans un espace comparable au mien, dans un domaine plus grand que soi. Nous partons de la même idée : aucun d’entre nous ne peut être heureux dans un océan de malheur. Nous sommes responsables du sort des autres. J’ai plus de facilité à parler avec des chrétiens qu’avec des traders ! Eux sont à l’opposé de mon monde qui est fait de responsabilité morale, individuelle et collective. Les catholiques ? Je les connais comme ma poche.

Je lis les encycliques, moi, et je dois être le seul à gauche à le faire ! (1)

Suite de l’interview à l’adresse :

http://www.lavie.fr/hebdo/2012/3469...


(1) Mais non ! Mais non ! Prochainement un article de Debonrivage sur les encycliques relatives à la doctrine sociale de l’Eglise et une comparaison entre l’encyclique Caritas In Veritate, de Benoît XVI et le programme "L’Humain d’abord !" du Front de Gauche !


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message