21 novembre 1783 Premier vol humain en montgolfière

jeudi 11 avril 2013.
 

En ce 21 novembre 1783, un objet de 2040m3 d’air contenus dans une enveloppe en soie de 20 mètres de haut et de 16 mètres de diamètre, comportant à sa base une galerie circulaire en osier, s’élève au-dessus du Château de Versailles. A l’intérieur, deux Français. Pour la première fois de l’histoire, l’être humain quitte la terre et s’élève dans le ciel. Un nouvel espace à conquérir s’offre à l’Humanité. Et c’est le génie français qui lui ouvre la voie. C’est au physicien Jean-François Pilâtre de Rozier et à François Laurent que reviennent l’honneur et l’audace d’avoir effectué le premier vol captif à bord d’une montgolfière. Ce n’est pas une première pour la montgolfière des frères Joseph-Michel et Jacques-Etienne Montgolfier. Le succès du vol du 19 septembre avec des animaux à bord a en effet ouvert la voie d’un vol avec un Homme.

L’événement n’est pas que technique. C’est réellement une nouvelle phase de l’histoire humaine qui s’ouvre. Une nouvelle fois dans ce siècle des Lumières, l’Homme s’arrache à la condition que l’Eglise a voulu lui imposer de sujet obéissant à l’autorité divine. Voilà donc un nouveau signe de l’imminence d’une insurrection réclamant la fin de la sujétion humaine et l’avènement de la citoyenneté et de l’égalité. En ce jour, la raison l’emporte sur l’obscurantisme. L’Homme démontre une nouvelle fois sa capacité à dépasser sa condition par l’accumulation des savoirs et des expériences collectives.

La conquête des airs et de l’espace a, depuis ce jour, occupé une place à part dans les rêves et les aspirations de milliards d’Humains. Chaque nouvelle étape, que ce soit le vol d’un aéronef plus lourd que l’air, le premier vol spatial, ou le premier pas de l’Homme sur la Lune ont été marqués par un engouement universel dépassant les frontières et les rivalités géopolitiques. Ce rêve du dépassement de soi perdure aujourd’hui. L’intérêt pour l’aventure de la sonde Rosetta en atteste. Il n’est plus possible pour la France, corsetée dans le cadre de l’agence spatiale européenne, de se contenter d’envoyer des vols inhabités. Notre prochain défi de connaissance et d’émancipation devrait être de permettre à l’Homme d’aller là où il n’est jamais allé.

Bastien Lachaud


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message