1 au 11 juillet 1940 : Cléricalisme et fascisme pétainiste, satisfaits de la victoire nazie, vomissent laïcité, République et syndicalisme

mercredi 12 juillet 2017.
 

1er juillet 1939 : Les troupes d’Adolf Hitler attaquent la Pologne. Le Royaume-Uni et la France réagissent en déclarant la guerre à l’Allemagne 2 jours plus tard.

10 mai 1940 : Les divisions blindées marquées de la croix gammée déferlent à travers la Hollande, la Belgique et le Nord. Le 22 juin, elles occupent la moitié du territoire français lorsque l’armistice est signé.

10 et 11 juillet 1940 : La 3ème République est abolie par les parlementaires ( 569 voix pour, 80 contre et 19 abstentions). Le maréchal Pétain reçoit les pleins pouvoirs pour modifier la Constitution et devient "chef de l’Etat français"... La devise "Travail, Famille, Patrie" remplace "Liberté, Egalité, Fraternité".

Il ne faut pas croire que cet effondrement de la république déplaise à tous les Français. Au contraire, le courant clérical traditionnaliste l’a préparé, a contribué à son succès et pousse à aller le plus loin possible dans la contre-révolution.

Prenons pour exemple quelques numéros du quotidien aveyronnais L’Union Catholique en ce mois de juillet 1940.

* 1er juillet :

Monseigneur Delay, évêque de Marseille, se félicite de la situation créée par la victoire militaire nazie : "L’épreuve, aussi dure soit-elle, passera. Elle aura été bienfaisante, puisqu’elle aura détruit notre égoïsme, pacifié nos âmes, éclairé nos esprits sur la valeur immense des vertus évangéliques".

Le Figaro : " Notre goût de la liberté poussé à l’excès a été la cause de nos malheurs..." A l’avenir " il s’agira de susciter des oeuvres de longue haleine qui ne seront possibles qu’en embrigadant la main d’oeuvre".

Monseigneur Chaillol, évêque de Rodez voit pour cause de la défaite française depuis la fin de la 1ère guerre mondiale : " Vingt ans de jouissance vertigineuse et sans frein !..." qui devront être remplacées par " des directives se rapportant au Travail... au Sacrifice... à l’Amour de Dieu... à l’Amour du Prochain... et tout cela dans le Silence, l’Humilité, la Prière..."

* 3 juillet,

L’éditorial en appelle à la fin du parlementarisme sous le titre "Il ne doit plus revivre" : "L’histoire impartiale clouera au pilori le régime parlementaire... Cet arbre-là doit être arraché et jeté au feu..."

Le ministre de l’Education nationale résume son programme : "Il faut maintenir à tout prix notre âme nationale. La vigueur physique, le caractère, le bon sens, la discipline ont plus d’importance à l’heure présente que les qualités purement intellectuelles."

* 6 juillet

L’éditorial en appelle à la revanche contre les Anglais

Article dans Arriba de M. Aznar ( grand père du leader récent de la droite espagnole) cité en bonne place : " La promesse ... de commencer une vie nouvelle... a été répétée par des millions de Français pour qui la date du 25 juin 1940 marque le début d’une ère nouvelle dans l’histoire de leur pays et de l’Europe."

Déclaration du cardinal Pacelli devenu le pape Pie XII : " En face de nous se dresse le lugubre front des Sans-Dieu brandissant contre le Ciel et ce que nous avons de plus sacré le poing fermé de l’Antéchrist. Au spectacle de ce duel, notre foi fait jaillir le Credo de nos lèvres... comme l’hymne viril des jours de combat". (Congrès eucharistique de Budapest en 1938)

* 7 juillet

L’éditorial reprend l’attaque contre la République et fait des propositions : "La Constitution doit rendre leur place à la Famille, au Travail, au sens et au respect de l’Ordre, de l’Autorité, de la Discipline sur tous les plans... Nous souhaitons que la prochaine Constitution rende à Dieu la place qui lui revient dans une France pétrie de christianisme : la première."

* 9 juillet

L’article de fond s’intitule "Les responsabilités de la défaite". Qui donc est responsable ? les lois laïques.

" ... Quelle liste lugubre que la liste des lois qui depuis 1882 organisèrent en France la laïcité irréligieuse :

- 28 mars 1882 C’est la loi qui aboutit à chasser Dieu de l’école...

- 17 juillet 1884 C’est la loi qui chassera Dieu de la famille en prétendant dissoudre l’indissolubilité du mariage.

- 1er juillet 1901 et 7 juillet 1904 C’est les lois qui chassent Dieu de l’Association

- 9 décembre 1905 C’est la loi qui chasse Dieu de l’Etat en déclarant injurieusement que pour la République française Dieu est un inconnu".

* 11 juillet

L’éditorial appelle à "La grande pénitence" pour réparer les fautes des syndicalistes qui refusaient en 1935 une baisse de 10% des salaires, les fautes de "ceux qui envoyaient argent et matériel aux marxistes qui mettaient l’Espagne à feu et à sang".

Plus intéressant ce même jour le compte-rendu de l’émission française de Radio Vatican qui caractérise la situation créée par la victoire militaire nazie comme "une épreuve purifiante", appelle à "garder le silence" et se termine par un appel annonciateur " Ayons le courage d’éliminer les éléments nocifs".


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message