Retraite : La droite prône le pire pour les autres, le meilleur pour soi (exemple d’Alain Juppé)

lundi 19 décembre 2016.
 

Message reçu sur notre site en forum suite à l’article :

Juppé, Sarkozy, Fillon : SUS AUX RETRAITES !

Voici une des plus belles illustrations du mépris dont Alain Juppé fait preuve pour ses concitoyens. Le fait est peu connu du grand public.

Depuis 2003, Alain Juppé est officiellement retraité de la fonction publique où il siégeait (symboliquement) en sa qualité d’inspecteur des finances. A 57 ans et demi, Alain Juppé a fait valoir ses droits à la retraite d’inspecteur des finances alors qu’il n’avait quasiment jamais exercé ce métier (il existe une loi sur mesure qui permet aux inspecteurs des finances, tout en faisant carrière politique, de cotiser comme s’ils étaient encore en poste !).

Celui qui était alors président de l’UMP avait ainsi liquidé ses droits à la retraite après avoir cotisé 38 ans et 3 mois (Alain Juppé est sorti de l’ENA en 1972 et prend sa retraite en 2003 soit 31 ans après, par quel calcul miraculeux celui lui a-t-il fait 38 ans et 3 mois ?). Un timing bien pensé puisque moins d’un an plus tard, la réforme Fillon relevait la durée minimum de carrière des fonctionnaires de 37,5 ans à 40 ans.

Depuis cette époque, Alain Juppé touche donc une pension qui avoisine 3600 euros par mois à laquelle est venue s’ajouter entre temps sa retraite d’ancien parlementaire (6200 euros net mensuels). Un cumul parfaitement légal mais qui ne s’appliquera plus aux députés et sénateurs élus après 2017. Ces indemnités cumulées sont néanmoins plafonnées à 7 775 euros, la retraite de fonctionnaire étant par contre pleinement cumulable. Il sera aisé de trouver d’autres exemples fumeux de politiques qui prônent le pire pour les autres et le meilleur pour eux !

Retraites : Toujours moins ! Toujours plus tard ! ça suffit ! (80 articles)


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message