Juppé, Sarkozy, Fillon : SUS AUX RETRAITES !

dimanche 22 janvier 2017.
 

Nicolas Sarkozy veut reporter l’âge de départ en retraite, de 62 à 64 ans.

Alain Juppé et François Fillon en rajoutent : ils fixeront l’âge de départ en retraite à 65 ans, si le résultat de la primaire de droite puis de la présidentielle leur est favorable.

Quelle mouche les pique donc ?

L’avenir des caisses de retraite est-il à ce point en danger ? Que non !

L’Insee a publié une étude en 2015 montrant que le coût des retraites va baisser jusqu’en 2020 (de 13,8 à 13,5 % du PIB), remonter à 13,8 % en 2025, avant de baisser sans cesse jusqu’en 2060 pour atteindre 11,2 % du PIB, soit le niveau de 1990.

L’alignement sur l’âge de départ en retraite en Allemagne est-il un argument acceptable ? Que non !

François Fillon argumente ainsi le recul à 65 ans En Allemagne... « l’âge légal de la retraite n’est pas de 62, mais de 65 ans. Et il va passer graduellement à 67 ans, en vertu d’une réforme votée en 2007 et destinée à éviter l’écroulement d’un système mis à mal par une espérance de vie toujours plus longue et un rétrécissement de la population active. »

François Fillon comme ses deux acolytes en réaction Sarkozy et Juppé oublient deux choses :

- Premièrement, le gouvernement allemand a justifié cette réforme par "un rétrécissement de la population active" due à une faible natalité. Tel n’est pas le cas en France.

- Deuxièmement, « l’Allemagne a programmé de relever progressivement de 65 à 67 ans entre 2011 et 2029 l’âge minimum de la pension. Mais même à cette date, les Allemands pourront continuer à partir à la retraite à 63 ans s’ils ont cotisé trente-cinq ans (...) » et non pas 41 ans révisables comme l’a décidé le gouvernement français ! » (Le Monde)

Reste une seule explication à la folie collective des candidats de droite pour l’élection présidentielle : ils veulent complaire au MEDEF qui se bat sans cesse pour un recul de l’âge de départ afin de faire baisser les retraites par répartition et obliger ainsi les salariés à souscrire une retraite par capitalisation (Laurence Parisot voulait même rendre celle-ci obligatoire).

Jacques Serieys

Retraites : Toujours moins ! Toujours plus tard ! ça suffit ! (80 articles)


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message