Baisse des impôts et augmentations des dépenses publiques : ce peut ne pas être contradictoire

mardi 7 mai 2019.
 

Baisse des impôts et augmentations des dépenses publiques : ce peut ne pas être contradictoire dans une vision économique qui défend l’intérêt général et non celui des actionnaires et de groupes privés. Après la ritournelle de l’écrasante dette publique qui empêcherait toute alternative économie de caractère social, voici une nouvelle chanson : « on ne peut baisser les impôts sans diminuer les dépenses publiques. »

Première manipulation :

* le problème n’est pas de baisser les impôts indistinctement mais de mieux les répartir et rendre la fiscalité plus juste.

* D’autre part il est tout à fait possible de diminuer les impôts pour une partie de la population aux revenus les plus modestes et la TVA des produits de première nécessité tout en améliorant les services publics.

- Où trouver l’argent ?

Les néolibéraux ne veulent pas aller le chercher là où il est.

- D’abord en répartissant plus équitablement les richesses produites par les 28 millions d’actifs.

- Il faut augmenter la part des salaires dans le PIB au désavantage des profits et augmenter la hausse des salaires par rapport à celle des dividendes versés aux actionnaires.

- Ensuite, on récupère les 40 milliards de cadeaux au patronat en CIC E dont l’efficacité économique est quasi nulle.

- On limite l’échelle des salaires de 1 à 20.

- On augmente l’impôt sur le revenu des particuliers et des multinationales dont le taux d’imposition moyen n’est que de 8 % .

- On récupère les 85 milliards de la fraude et de l’évasion fiscale.

Par ces mesures, on récupère environ 300 milliards d’euros.

Où trouver l’argent ? Autres pistes

On ne parle même pas de l’ISF qui n’est ici que relativement marginal au regard des centaines de milliards que l’on pourrait récupérer .

Mais ce n’est pas tout. On peut encore récupérer des milliards au bénéfice du Trésor public en nationalisant les autoroutes et d’autres sociétés privatisées dont le bilan est excédentaire dont les bénéfices et dividendes remplissent les poches des actionnaires privés.

Mais quel est le programme politique qui permettrait la mise en œuvre d’une telle politique économique ? Celui du FN/RN ? Celui de l’UPR ? Celui de LR ? Celui de LREM ? Celui du PS ? Celui de Debout la France ? Celui dCelui de l’UDI ? Celui de Générations ? Celui de EELV ? Celui du MoDem ? Non, aucun de ces programmes ne le permet.

Un seul programme le permet : celui de La France Insoumise tout à fait réalisable par son niveau de cohérence et la finesse de son chiffrage. C’est la raison pour laquelle le nom de ce programme qui est « L’Avenir en commun » est rendu quasi invisible par les médias car c’est le seul programme qui permet une véritable alternative réalisable.

Ainsi, la supposée baisse des impôts et l’augmentation des dépenses publiques ne sont pas contradictoires comme voudrait nous faire croire les agents de l’action idéologique au service de la grande bourgeoisie.

Cette contradiction n’existe que dans le carcan mental et économique dans lequel veulent nous enfermer les néolibéraux dictatoriaux qui considèrent leur système comme universel et irremplaçable.

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message