Santé, environnement, météo ... Le palmarès des départements heureux

vendredi 14 juillet 2017.
 

L’Express a réalisé plusieurs dossiers sur le thème "Le Palmarès des départements heureux. Où vit-on le mieux en France ? " (nous avons consulté ceux des années 2000, 2006, 2008...)

Ces enquêtes ne sont pas politiques en soi. Ceci dit, elles permettent d’aborder des questions qui nous concernent tous dans notre vie quotidienne. De plus,

* elles justifient un effort particulier pour protéger notre cadre de vie

* elles expliquent l’afflux récent de retraités vers des cantons ruraux ; or, tous les schémas d’évolution des services publics planifient un retrait de ces zones. De même, l’infrastructure de santé s’évapore au moment où un grand nombre de personnes âgées choisissent ces secteurs ruraux au cadre de vie agréable.

* elles permettent de pointer quelques constats mais aussi quelques questions

De façon plus générale, ces enquêtes apportent des éléments statistiques intéressants sur la vie quotidienne des Français, département par département.

Les auteurs insistent sur la nécessité :

- d’être prudent dans la lecture des résultats "l’ordre précis des départements doit être lu avec prudence : 17e, 18e, 19e, c’est à peu près la même chose.

- de ne pas nier la réalité « N’en déplaise aux mauvais perdants - le fait de figurer en tête, en milieu ou en fin de tableau ne relève pas du hasard. Qui contestera que l’environnement est plus agréable en Lozère (1re) qu’à Paris (96e) ? La météo plus clémente dans le Var que dans les Ardennes ? La santé des habitants meilleure dans l’Aveyron que dans le Nord ? Les réserves méthodologiques ne doivent pas conduire à se voiler la face… »

L’enquête porte sur de nombreux critères, 42 pour l’enquête de 2006 (coût du logement, environnement, météo, réussite aux bacs, santé des habitants, sécurité, situation sociale, commerces, culture, dynamisme économique, enseignement supérieur, internet, offre de soins, puissance économique...) résumés par :

- un classement général (1er Haute Garonne, 2ème Hérault...) dans lequel les critères de développement économique pèsent lourdement

- un classement annexe "jeunes" (1er Hérault) prenant en compte une partie des critères

- un classement annexe "séniors" ( 1er Aveyron en 2006, Hautes Alpes puis Corrèze Aveyron en 2008) basé sur des éléments plus environnementaux.

Nous allons seulement donner ici des indications critiques sur 8 critères, concernant essentiellement la qualité de vie.

1) Santé des habitants

L’étude sur cette question se base sur des statistiques concernant l’espérance de vie et le taux de mortalité fonction des comportements individuels.

Les meilleurs résultats proviennent de départements du Grand Sud (1er Aveyron où l’on vit le plus vieux avec 80,6 années ; 2ème Haute Garonne...)

Notons que l’Aveyron arrive en tête pour l’espérance de vie :

- alors qu’il bénéficie de la présence d’un nombre de généralistes et de spécialistes en dessous de la moyenne nationale (en 2011, 112 spécialistes pour 100000 habitants contre 166 pour toute la France).

- alors que sa structure sociale (populations aisées nettement moins nombreuses que dans les zones urbaines) ne le laisse pas présager

La présence dans les premiers de la Haute Corse (4ème), du Lot (10ème), Tarn et Isère (11ème), Tarn et Garonne (15ème), Pyrénées Atlantiques (16ème), Lot et Garonne (17ème), Hautes Alpes (18), Alpes de Haute Provence (19)... permet de penser que le cadre de vie influe fortement sur la santé et donc l’espérance de vie.

Constatons que les départements comprenant les populations les plus âgées font partie de ceux comptant le moins de médecins. Le laissez faire laissez passer du libéralisme est bien incapable de gérer ce type de contradiction.

Conformément aux études connues sur une plus grande longévité des populations aisées, plusieurs zones urbaines arrivent aussi dans les 20 premiers : Haute Garonne (2) Rhône (3), Val de Marne, Essonne, Yvelines, Hauts de Seine. Ce phénomène ne joue pourtant pas pour l’Hérault (38), la Gironde (42), le Puy de Dôme (61), la Loire Atlantique (67) comme pour toute la Bretagne, Normandie, Nord, Est, Bourgogne. Pourquoi ?

Lors de l’enquête réalisée en 2008, le critère Santé des habitants est remplacé par Qualité des soins médicaux, entraînant un classement totalement différent ; tous les départements comprenant une grande ville arrivent dès lors en tête. Seul bémol : cela ne change pas le classement en matière d’espérance de vie.

La carte publiée en document annexe montre globalement une grande zone verte ( sous mortalité) dans le Sud, deux zones plus petites d’une part dans quatre départements de la région parisienne, d’autre part dans le Poitou et Pays de Loire, enfin de bonnes exceptions (Doubs 19ème).

2) Environnement

Pour cette préoccupation majeure des Français, l’enquête 2006 de L’Express donne le classement suivant par ordre décroissant : 1er Lozère, 2ème Pyrénées Orientales, 3ème Ariège, 4ème Aveyron puis Alpes de Haute Provence, Haute Corse, Hautes Pyrénées, Corse du Sud, Gers, Hautes Alpes, Landes, Alpes Maritimes, Var, Cantal, Hérault, Tarn, Haute Saône, Gard, Haute Loire, Pyrénées Atlantiques, Creuse, Ardèche, Lot... (critères : faible pollution de l’air au dioxyde soufre et aux oxydes d’azote, grande part d’espaces naturels, en pourcentage de la superficie peu ou pas de site Seveso et de centrales nucléaires).

Il est intéressant de comparer ce résultat toujours discutable en fonction des critères retenus à celui du "Palmarès de l’écologie" réalisé en 2009 par le "Media du développement durable". Voici quelques citations :

- « Ce classement des départements français a été établi à partir de six critères : la gestion des déchets, la qualité de l’air, l’agriculture biologique, la qualité de l’eau, les énergies renouvelables et la sensibilité écologique mesurée à partir du vote écologique aux dernières élections. »

- « En tête du classement l’Ardèche avec une note de 17/20 devant l’Aveyron, 2ème avec 16,66 et les Alpes-de-Haute-Provence, 3ème avec 16,34 sur 20. » Derrière ce trio de tête, nous trouvons par ordre décroissant la Lozère, la Drôme, la Corse, les Hautes Alpes, le Jura, l’Ariège, la Haute Loire, Ille et Vilaine, Loire Atlantique, Haute Savoie, Aude, Tarn, Alpes maritimes, Vaucluse...

3) Ensoleillement

C’est certainement sur cette question que le Sud de la France apparaît le plus avantagé en matière de cadre de vie avec, en gros mille heures supplémentaires d’ensoleillement par an ( de 2600 à 3200 au Sud ; de 1600 à 1700 entre Lille, Strasbourg, Epinal et Alençon). Les cartes de l’Institut Géographique National donnent les informations suivantes :

En janvier, les départements situés au Nord de la Loire et de Lyon bénéficient en moyenne de 2 jours d’ensoleillement contre 8 à 14 dans le Sud.

En juin, 16 jours d’ensoleillement sur Marseille, de 0 à 4 dans un triangle Paris Lille, Metz.

En été ( 22 jours d’ensoleillement à Marseille en juillet contre 0 à 2 sur Lille) et automne, la différence est également notable.

En octobre, de 8 à 16 jours d’ensoleillement sur le Sud, des Hautes Pyrénées aux Alpes Maritimes en passant par l’Aveyron et le Gard contre 2 à 4 sur la Normandie, la Picardie, la Champagne, la Lorraine, l’Alsace et 2 à 6 sur la Région parisienne.

Ce bon ensoleillement des départements du Sud doit être analysé avec prudence. Pour mon département de l’Aveyron, la température moyenne annuelle a augmenté de 2,16° entre 1970 et 2010, ce qui est considérable. Les sécheresses estivales se multiplient ; la diminution prévisible des nappes souterraines et du débit des cours d’eau va inévitablement entraîner l’augmentation de la concentration des polluants et l’aggravation de la pollution des nappes. Ainsi, l’amélioration de l’ensoleillement nuit à la qualité de l’environnement. Le laissez faire laissez passer du libéralisme est bien incapable de gérer cette autre contradiction lourde.

4) Météo

Les départements du Grand Sud-Est raflent toutes les premières places conformémént aux études précises de l’Institut Géographique National, par ordre décroissant : 1er Var et Bouches du Rhône, 3ème Alpes Maritimes, 4ème Pyrénées Orientales puis Haute Corse, Hérault, Corse du sud, Vaucluse, Gard, Drôme, Alpes de Haute Provence, Aude, Ardèche, Haute Garonne, Tarn, Tarn et Garonne, Lot et Garonne, Gers, Hautes Alpes, Aveyron, Lot, Isère.

Dans les 30 premiers départements s’intègrent aussi Vendée (17ème), Charentes Maritimes ( 19ème), Rhône (21ème), Puy de Dôme (22ème), Loire (23ème), Dordogne (24ème), Corrèze (29ème), Charente (30ème)

5) Coût du logement

Les départements du Sud les moins chers sont dans l’ordre : l’Ariège, l’Aude, la Lozère, l’Aveyron,le Tarn et Garonne, les Hautes Pyrénées... Pas de cadeau dans le Sud-Est comme dans la région parisienne, l’Aquitaine ou les grandes villes. Les régions les moins chères sont le Massif Central, la Normandie, la Champagne...

6) Situation sociale (revenu moyen des habitants, taux de chômage, part d’allocataires de minimas sociaux)

Sur ce critère, les résultats sont très différents de ceux donnés précédemment avec les Yvelines (1er), la Haute Savoie (2ème), l’Ain (3), l’Essonne (4)... Seuls, deux départements du Sud arrivent dans les 30 premiers : les Hautes Alpes (20)et l’Aveyron (22). Les départements où la situation sociale est la plus dégradée se concentrent dans le Nord et le Languedoc Roussillon.

7) Réussite aux bacs

Les meilleurs résultats se rencontrent

- dans le Grand Ouest : Finistère 1er, Mayenne (2), ille et Villaine (5)...,

- en Rhône Alpes et départements voisins Haute savoie (4ème), Savoie (7), Isère (9)...

- en Midi Pyrénées Lot (8), Tarn (10ème), Aveyron (18)

- en Alsace

8) Taux de délinquance

Le lien entre d’une part pauvreté et conditions de vie dégradées, d’autre part délinquance est ici évident. C’est dans le Massif Central que ce taux est de loin le plus faible : Creuse (1er), Cantal (2ème), Lot (3), Lozère (4), Aveyron (5), Haute loire (6)...

9) Dynamisme économique

Indicateurs : croissance de l’emploi, croissance de la population, croissance des revenus

Trois zones ressortent comme plus dynamiques que la moyenne :

- le Sud où tous les départements font partie des 48 premiers : Var (2ème), Hérault (3ème), Pyrénées Orientales (4), Haute Garonne (5),Corse du Sud (6), Hautes Alpes (7), Gard (8), Aude (10), Vaucluse (11)... sauf le Lot et Garonne, la Lozère et les Hautes Pyrénées (67).

- l’Ouest sur toute la façade atlantique

- Rhône Alpes

Conclusion

L’importance de l’environnement sur la qualité de vie est évidente. Ceci dit, les journalistes de L’Express établissent presque un signe d’égalité entre cadre de vie et possibilité d’être heureux, par exemple dans leur titre : "Où vit-on le mieux en France ? Le palmarès des départements heureux". Cela surprendrait de nombreux habitants de la Haute Garonne, de l’Hérault, de l’Aveyron ou d’ailleurs qui souffrent de leur situation sociale difficile.

Jacques Serieys


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message